En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 20 min 41 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 58 min 28 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 1 heure 16 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 1 heure 16 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 51 min 22 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 1 heure 16 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 1 heure 16 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 13 heures 22 min
© RICHARD BOUHET / AFP
© RICHARD BOUHET / AFP
Sur le front

Covid- 19 : la grogne monte dans la gendarmerie

Publié le 25 mars 2020
Les gendarmes mobilisés face à la crise du Covid-19 sont de plus en plus épuisés et la colère monte. Ils ne disposent pas du matériel réglementaire et mettent leurs proches et collègues en danger.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les gendarmes mobilisés face à la crise du Covid-19 sont de plus en plus épuisés et la colère monte. Ils ne disposent pas du matériel réglementaire et mettent leurs proches et collègues en danger.

La colère commence à monter chez les gendarmes qui se plaignent de devoir contrôler des centaines de personnes sans masques ni même parfois gel hydroalcoolique. Ils pointent du doigt le risque important de contamination, pour eux-mêmes, et leurs proches. Ce peu de considération à l'égard des gendarmes se vérifie-t-il sur l'ensemble du territoire ? 

Atlantico rédaction : Bien entendu, à l'heure actuelle, personne n'est présent partout sur le territoire puisque l'obligation est de rester chez soi. Cela dit, 70% du territoire français est sous la responsabilité de la gendarmerie. Elle a donc un rôle cruciale dans le maintien de l'ordre sur la continuité du territoire français, ce qui n'est pas nouveau puisque c'est l'Empereur Napoléon qui lui a attribué ce rôle de premier plan. Au 19ème, il a donc créé de nombreuses bridages de gendarmerie, réparties sur l'ensemble territoire, et qui ne devaient pas être à plus d'une journée de cheval l'une de l'autre.  

Depuis, elle a conservé ce rôle essentiel dans les campagnes et la périphérie des villes ; l'intérieur des villes, les métropoles et les villes moyennes étant sur le contrôle de la police. 

Le rôle de la gendarmerie, en ce qui concerne la défense du territoire, est donc tout à fait crucial. C'est pour ça qu'il faut être vigilant au regard de l'état des gendarmes, d'autant plus en cette période durant laquelle on leur demande beaucoup d'effort, sans effectivement leur fournir le matériel minimum et réglementaire. D'autre part, les gendarmes étant des militaires, ils vivent dans des casernes où, en plus de vivre avec leur famille,  ils sont quelque peu les sur les autres, de ce fait s'ils venaient à être contaminé par le virus lors d'un contrôle où ils n'avaient pas eu la possibilité de se munir de gans et de masques ils contamineraient à leur tour non seulement leurs proches mais aussi leur collègues. 

Un tel scénario étant possible et ayant même déjà eu lieu de nombreuses fois en raison du manque de matériel qui leur est donné, cela explique donc que la colère monte au sein de leur rang. D'autant plus, qu'en plus de contaminer leurs proches, collègues... ils risqueraient aussi de contaminer les individus qu'ils contrôlent. Une possibilité qu'ils redoutent et qui, en raison de la confiance qui leur ai accordé par la population, pourrait s'avérer désastreuse pour leur réputation. D'autant que si cette confiance se transformait en méfiance cela jouerait un rôle désastreux dans la transmission des informations et de facto dans la lutte contre la propagation du Covid-19.

Comment expliquer qu'ils ne bénéficient pas du matériel de protection réglementaire alors que leur travail est essentiel ? 

L'appareil d'Etat est actuellement pris à la gorge entre des considérations contradictoires. Comme tout le monde exige tout au même moment, l'Etat est contraint de faire des arbitrages et va plus facilement octroyer davantage de moyens à ceux qui sont parvenus à faire entendre leur colère haut et fort.  

Une logique qui dans le cas des gendarmes, paraît à la fois lâche et cynique, puisque les gendarmes étant des militaires, ils n'ont pas de syndicat et n'ont d'autre possibilité que de se mettre aux gardes-à-vous et d'appliquer les règles sans broncher. 

Cependant, ce choix effectué par le gouvernement de privilégier d'autre corps de métier plutôt que la gendarmerie apparaît comme court-termiste puisqu'ils devront en répondre une fois la crise sanitaire derrière nous et que cela pourrait leur coûter cher. En outre, étant donné que les gendarmes sont proches des Français, bien souvent très appréciés et au coeur de la vie du pays, les "sacrifier" est un choix qui pourraient leur coûter cher dans les urnes. 

En effet, actuellement l'heure est à l'unité et à l'entraide mais une fois le gros de la crise sanitaire derrière nous, le gouvernement devra rendre des comptes.En outre, comme le remarquait déjà Tocqueville au 19ème siècle, les Français ne râlent pas lorsque la crise est en cours, mais la colère monte dès lors que les choses s'améliorent. Dans ce cas précis, le gouvernement devra donc répondre de ses heures probablement à la fin du printemps et durant l'été. 

Certains menacent d'utiliser leur droit de retrait. Peuvent-ils réellement l'actionner ? 

Il est fort possible qu'ils mettent en application leur droit de retrait même s'il est aussi très probable qu'ils brandissent l'idée comme menace afin d'obtenir ce qu'ils devraient déjà avoir c'est-à-dire des masques, des gans, du gel hydroalcoolique... Et si les gendarmes n'ont, comme nous l'avons dit plus haut, pas le droit de protester -soit ils suivent le rythme, soit ils démissionnent- il apparaît clair qu'ils ont compris qu'ils devaient utiliser, comme tout le monde, les outils à leur disposition que sont les réseaux sociaux.  

Ainsi, à l'heure actuelle s'ils brandissent davantage la possibilité d'utiliser le droit de retrait comme une menace, si rien n'était et qu'aucun matériel supplémentaire ne leur été donné ils, et c'est sûr, passeraient à l'acte. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 25/03/2020 - 14:17
Et le personnel des Epadh, et les caissières des supermarchés et
Ils ne sont pas les seuls à être exposés sans masques et gants ; que l'Ordre qu'ils défendent a omis de leur fournir...