En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

03.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

04.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

05.

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

07.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Précarité
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon demande la suspension des loyers pour les particuliers
il y a 18 min 7 sec
pépites > Europe
Pertes
Chaque mois de confinement fera perdre "entre 2,5 et 3% de PIB" à l'Europe, prédit Thierry Breton
il y a 1 heure 25 min
pépite vidéo > Culture
Vogue
Un live inédit de Madonna, filmé à Nice en 1990, a été dévoilé
il y a 2 heures 2 min
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 3 heures 28 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 4 heures 58 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 6 heures 6 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 6 heures 26 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Heurs et malheurs du guerrier au crépuscule du Moyen Age

il y a 6 heures 47 min
pépites > Politique
Solidarité
Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT
il y a 45 min 55 sec
pépite vidéo > Religion
Confiné
Le pape célèbre la messe des Rameaux sans fidèles, pour cause de Covid-19
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Société
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

il y a 2 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 5 heures 13 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 5 heures 45 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 6 heures 1 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Société
Lourde casquette

Pourquoi qualifier les médecins et autres travailleurs du « front » de héros n’est pas forcément leur rendre service

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Europe
Exemple historique

Eurobonds et survie de l’Europe : cette vieille histoire américaine que l’UE ferait bien de sérieusement méditer

il y a 6 heures 48 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Endettement

Derrière le Covid-19 : la déflation déjà presque là ?

Publié le 25 mars 2020
On soigne à la dette massive, on verra après si on paye.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On soigne à la dette massive, on verra après si on paye.

La déflation, c’est l’idée que les prix vont baisser, suite à la chute de l’activité. Si « je » le pense, alors je n’achèterai pas aujourd’hui mais demain, puisque ce sera moins cher – et je reste « liquide ». Demain, je ferai une bonne affaire. Mais « je » ne suis pas seul. Presque tout le monde va attendre demain, donc une spirale infernale se met en place : les prix baissent parce que l’activité s’effondre et la liquidité monte… chez ceux qui peuvent bien sûr. Mais « en face », il faut bien payer les achats, l’électricité, les loyers, les salaires, alors que les ventes s’effondrent ! La liquidité manque ici, alors qu’elle est abondante là. Alors, ici, il faut faire des rabais, pour soutenir ce qui peut l’être, et ainsi de suite. Les banquiers appellent sans cesse, les profits disparaissent, les salariés s’angoissent, les fournisseurs menacent : les délais de paiement s’étirent. De proche en proche, tous les prix baissent : actions, biens, services, maisons et bien sûr aussi : salaires (primes d’abord). C’est bien pourquoi cette spirale doit être arrêtée avant de « trop » se mettre en place. Aujourd’hui, ce n’est pas une guerre ou une cascade de faillites bancaires ou d’États qui peut entraîner la spirale déflationniste, mais une crise sanitaire qui fait tout arrêter. C’est plus grave car plus disséminé et très psychologique.

C’est pourquoi il faut agir en dispensant du pouvoir d’achat, par le déficit budgétaire et le crédit, avec des chiffres énormes et le dire ! Pourquoi le dire ? Pour que la confluence des « je » se fracture : tous ne penseront pas que demain sera moins cher. Pourquoi « énormes » ? Pour que « je » ne pense pas qu’il est certain que demain ce sera moins cher, et que j’en parle ! Alors nous serons moins à attendre, à stocker des liquidités « en cas » et « pour faire plus tard de bonnes affaires ». L’activité reprendra peu à peu. Des milliards et surtout les mots qu’il faut : voilà comment traiter cette pandémie économique.

Le plongeon est là : en zone euro le 24 mars, l’indice Markit de l’activité globale (une enquête flash auprès des entreprises) passe de 51,8 en février à 31,4 en mars, son plus faible niveau depuis 1998, bien au-dessous du pire de la crise des subprimes de 2007-2008. Pareil en France, avec presque les mêmes chiffres : de 51,9 à 30,2. Tout se contracte : les entreprises non livrées ne peuvent produire, d’autant que toutes sont freinées par la quarantaine ! La contraction est pire dans les services : on peut arrêter immédiatement les projets informatiques ou les campagnes publicitaires. Aux États-Unis la contraction sera plus forte, l’effet de la baisse boursière (un tiers depuis janvier) y affectant plus vite et fort la demande et les décisions des entrepreneurs. Le taux de chômage va monter en flèche.

Attention : les baisses de prix débutent ici. Dans les enquêtes Markit publiées le 24 mars, les entreprises manufacturières commencent à réduire leurs prix pour soutenir leurs ventes et liquider leurs stocks.  On le voit dans l’automobile. Dans les services, les remises arrivent, avec les baisses d’emplois futurs et le contrôle des coûts, notamment salariaux.

Donc il faut que les milliards pleuvent, euros ou dollars, pour stopper la crainte de la contraction. 1050 milliards d’euros jusqu’en décembre en zone euro, des refinancements des banques à -0,75% pour qu’elles fassent crédit et compensent leurs pertes futures, des normes bancaires qui se relâchent : la Banque Centrale Européenne sort son bazooka. En même temps, les déficits budgétaires explosent : comme l’activité s’effondre, les impôts ne rentrent pas ou sont différés, les promesses d’aides aux entreprises et aux chômeurs s’ajoutent, plus les garanties de prêts par l’État. L’Union Européenne annonce qu’elle oublie ses contrôles sur le respect des normes de déficit et de dette. En France, on parle de 50 milliards d’euros de déficit budgétaire en plus, vers 130 milliards, et un niveau de dette par rapport au PIB qui irait vers 125%. Aux États-Unis, l’unité de compte est le trillion (mille milliards) avec un bill de 2,5 trillions en féroce discussion entre les deux Chambres. Ceci ferait passer le déficit prévu cette année de 1,2 à plus de 2.

Alors, partout, les dettes montent : les États s’endettent auprès des ménages, des compagnies d’assurances, des banques, des autres pays. Ce sera plus cher pour eux, s’ils font plus peur. Les banques centrales achètent la dette des États, ce qui est un répit : 10 milliards d’euros par mois pour la France jusqu’en décembre. Ca sauve l’Italie, mais il faudra faire bien plus pour ce pays : développer la coopération en zone euro, et adopter chacun des comportements plus responsables, en dépensant moins pour une administration qui devra se moderniser plus.

Et après ? Bien sûr, tout le monde regarde ce qui se passe en Chine où l’activité semble repartir, en priant pour que le virus ne se réveille pas. Tout le monde regarde aussi les chiffres des autres, en attendant les effets des quarantaines, des tests, des médicaments. Mais on se doute qu’il va falloir vivre avec ce nouveau risque, en attendant le vaccin. La famille des risques augmente ! Ceci conduira à de nouveaux comportements, à plus de télétravail, à réorganiser les chaînes internationales de production, donc à plus d’emploi à proximité de la zone euro. Et là, il faudra plus de crédits.

Et qui payera ? C’est la question qui va venir. Pas la croissance, puisqu’elle sera longtemps trop faible. Pas les impôts, puisqu’ils feraient tout replonger. Pas l’inflation, puisque la concurrence mondiale et les nouvelles technologies l’empêchent. Quoi alors ? Réponse : barrer les créances de la Banque centrale sur les États, réduire de moitié le portefeuille de bons du trésor qu’elle détient et donc réduire d’autant les dettes des États auprès d’elle. Mais ce n’est pas possible ! Vous avez mieux ? Mais alors, il ne faut pas le dire ! Bien sûr, il faut attendre d’aller mieux !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

03.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

04.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

05.

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

07.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 26/03/2020 - 09:30
@Pierre de Robion
quelques précisions:
point 6 . 1 point de PIB c 24 Milliards eur. la dette ne peut passer comme le dit l'auteur de 98 à 125% avec un déficit de 130 milliards eur. Il faudrait 600 Milliards eur de déficit cumulé sur plusieurs années...
Je travaille depuis 1986 , et g bcp entendu sur la "fin du monde" " économique et /ou financière. Cela n'arrive jamais.
Je vois comment on ne trouvera pas à minima un traitement pour le coronavirus ds les prochains mois. A priori ce n'est ni le sida , ni ebola..
mais c vrai que je n'y connais rien.
pierre de robion
- 25/03/2020 - 22:31
@salamander
Vous avez raison sur les 2 derniers points, pour le reste c'est le "pari de Pascal"! Enfin, on verra!
Par contre quand le psychique prend le dessus ça devient grave!
Thiers dans son histoire du Consulat et de l'Empire parle des mots réels et des maux d'imagination! Mais les mots risquent de se fracasser sur le mur du déni!
Par contre si les gens arrivaient à comprendre (au sans latin du terme) qu'ils n'ont le choix qu'à mourir inéluctablement de faim ou dans la misère, et le risque pratiquement nul (98% de guérison, 2% de morts, les plus fragiles) de mourir du virus, alors apprenant à vivre avec, le confinement (masques ou pas) deviendrait insupportable et le travail reprendrait, même si, comme on dit (mais on dit tant de choses), rien ne sera plus comme avant!
Loupdessteppes
- 25/03/2020 - 18:09
La planche a billets a toujours fonctionnée
Au prix d'un changement de politique indispensable... Espérons que la vague emportera la médiocratie fonctionnarisée...