En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 5 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 jours
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Communication de crise

Communication du gouvernement : cache-sexe de son incompétence à résoudre la crise du coronavirus

Publié le 24 mars 2020
Les artifices de communications déployés par l'exécutif masquent très mal sa gestion amateur et liberticide de la crise. Plus qu'un échec c'est l'enterrement définitif du pacte social de l'après-guerre.
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les artifices de communications déployés par l'exécutif masquent très mal sa gestion amateur et liberticide de la crise. Plus qu'un échec c'est l'enterrement définitif du pacte social de l'après-guerre.

Atlantico.fr :  Pouvez-vous nous résumer - et nous expliquer - la communication du chef de l'Etat de ces dernières heures ? Est-elle efficace ?


Arnaud Benedetti : Le problème de la communication est annexe . On comprend qu’elle ne parvient pas à dissimuler le défaut de réactivité et la pénurie sanitaire . Cette communication respire les hésitations , les contradictions , le bras peu assuré mais aussi du fait du retard pris à l’allumage la nécessité de s’adapter à l’épreuve de l’épidémie tout en tenant compte de la sensibilité nationale des ... " gaulois réfractaires " . Le chef de l’Etat ne parvient pas à se départir de ce ton professoral d’une part , surjoué parfois dans le domaine empathique . Le Premier ministre de son côté s’efforce de développer un discours de proximité et de pédagogie comme si le ton se voulait moins " injonctif ", intériorisant le risque que fait encourir à la société la durée du confinement . Un sondage néanmoins ( Harris-Epoka) a observé un rebond de la confiance de 13 points dans la côte du Chef de l’Etat . C’est sensible mais peu spectaculaire . Cet " effet drapeau " bien connu des politistes ,quand il s’agit d’analyser le rapport de l’opinion dans des pays confrontés à la guerre ou à la menace terroriste , reste peu spectaculaire comme le rappelle Bruno Cautres, chercheur du CEVIPOF , dans un entretien accordé à la revue politique et parlementaire ( www.revuepolitique.fr) . Pour mémoire François Hollande , après les attentats de "Charlie Hebdo" , avait connu un bond de plus de 20% avant que la courbe ne décline à nouveau .


 Les politiques publiques suivent-elles les discours énoncés par le Président de la République ? Est-ce de la rhétorique pure ?


C’est le " fond du problème " . Les mots , énergiques , mobilisateurs , dramatiques , volontaristes , martiaux se dissolvent dans une réponse publique qui contraint beaucoup les français ( limitation sans précédent des libertés publiques depuis 70 ans , coût économique ) sans leur offrir le service consenti par ce sacrifice . Ce que révèle de manière criante ce drame sanitaire , c’est aussi l’humiliation d’un grand pays : le manque de masques , l’offre insuffisante de tests , les moyens déclinants de l’Hôpital public , etc. Il convient de ne jamais oublier que le système de soins dans la pratique et dans les représentations constitue une brique fondatrice de la reconstruction du pacte républicain depuis l’après-guerre . Avec effroi les françaises et les français découvrent que les comptables de Bercy ont mis à mal depuis des années cet acquis ! La communication est dés lors perçue comme l’aveu tragique d’un déclin programmé par des logiques managériales . L’incantatoire ( le discours guerrier ) et le coercitif ( suspension de la liberté de circulation et de réunion ) sont des lors des dépôts de la liquidation tant de l’Etat-providence que de l’Etat de droit . Nous vivons de ce point de vue un choc copernicien qu’aucune communication ne peut amortir .


Avec un nombre de morts qui ne fait que grimper dans le pays, Emmanuel Macron a décidé de se tourner vers des philosophes et des représentants religieux pour parler du "deuil". Est-ce une mise en scène ? Pourquoi faire ce choix-là ? Que veut-il montrer ou dire à la population ?


La coquetterie "intellectuellisante" est un peu à contre-emploi , voire hors-sol. Le Président veut sans doute insister sur la dimension tragique à laquelle  est confrontée son mandat . Cette relation à la profondeur vise à le graver dans le marbre d’une certaine forme d’héroïsme . Cette geste a quelque chose pourtant d’artificiel , de " dénaturalisée " . Le Président relance ici le mythe de l’ " assistant de Ricoeur ", l’inquiétude pour l’altérité . Est-ce que cela parle  au français confiné ? Pas sûr ! La parole dominante aujourd’hui est celle des soignants . Ils ont pris dans le moment  , parce qu’ils sont sur la ligne de front , le leadership dans la fabrication de l’opinion . Le désarmement auquel les pouvoirs publics les ont soumis ne favorise pas l’incubation de la confiance dans l’exécutif , à fortiori si la crise s’inscrit dans la durée . Pour le pouvoir la course de vitesse contre le virus est une course de vitesse pour sa survie . S’en donne t’il les moyens ? Les heures et les jours qui viennent nous le diront .  

 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 25/03/2020 - 09:10
Coupables
En référence à l'excuse d'une certaine G. Dufoix lors du scandale du sang contaminé "je suis responsable non pas coupable".
Ce chef d'état immonde et son gouvernement d'incapables (à quelques exceptions près) sont coupables.
Tout autant que F. Hollande et M. Touraine qui ont laissé sombrer la santé publique et toute politique de prévention du risque sanitaire.
Ils sont coupables et auront des comptes à rendre.
Le scandale du sang contaminé par comparaison c'est un fait divers.
Bobby Watson
- 25/03/2020 - 09:04
De la com...qui ne masque plus rien
Macron, qui se rêve en Clémenceau ( de l'aveu de ses communicants) a tenté de chloroformer l'opinion publique comme son illustre prédécesseur, qui a inventé la propagande d'Etat pendant la Grande guerre. Mais les cafouillages à répétition du " en même temps" finissent de brouiller son image d'incompétence. Le pire de ses incohérences est d'avoir autorisé les municipales, puis d'avoir donné douze heures aux bobos (son électorat ?) pour s'enfuir des métropoles et venir contaminer la France périphérique. Sans compter que les réseaux sociaux tant décriés relaient toutes les opinions divergentes. Toutes les regrettables entorses au confinement illustrent l'effondrement de son autorité supposée. De même que les queues sans fin devant l'hôpital de la Timone, qui défient la parole des "experts" officiels. Viendra bien sûr l'heure des comptes, le corps médical ne lâchera rien, soyez en sûrs.
Liberte5
- 24/03/2020 - 23:40
Le mythe d'un grand pays , 5ème puissance du monde s'effondre.
Quant au slogan "le système de santé que le monde entier nous envie" il vole en éclats. Qui pourra encore tenir de tels propos, affirmer de telles contre vérités.? Réponse : la classe politique et les médias serviles. Qui les croira? Une grande partie des Français matraquée par une propagande depuis des décennies.