En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 1 heure 3 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 3 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 4 heures 17 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 6 heures 15 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 39 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 7 heures 11 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 42 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 8 heures 49 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 8 heures 56 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 3 heures 56 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 5 heures 18 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 6 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 32 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 8 heures 2 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 39 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 9 heures 55 min
© Pixabay - Hucky
© Pixabay - Hucky
La chronique de Dov Zerah

Coronavirus : le scénario catastrophe

Publié le 24 mars 2020
Avec Dov Zerah
Le ruissellement probable de la crise du coronavirus en crise intégrale
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ruissellement probable de la crise du coronavirus en crise intégrale
Avec Dov Zerah

Depuis plusieurs semaines, jour après jour, nous suivons la propagation du Coronavirus de par le monde, les mesures de mise en quarantaine de villes ou régions, les fermetures de frontières…Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n’aurait pas encore atteint l’Afrique. La survenance d’une telle perspective peut légitimement inquiéter compte tenu de l’état des systèmes médicaux et hospitaliers dans les pays africains, et de l’arrivée régulière de migrants en provenance de ces pays. Le sujet de la situation en Afrique est d’autant plus important que l’épicentre de la pandémie se situe maintenant en Europe, et plus particulièrement dans les pays du Sud, Italie, Espagne et France.

Au-delà de ces considérations sanitaires, nous découvrons, jour après jour, les conséquences économiques. De la même façon que cette crise sanitaire est inédite, il en est de même de la crise économique. Nous n’avons aucune autre crise sur laquelle s’appuyer pour réagir ; ni celle de 1929, ni celle de 2008-2009 qui sont des crises financières qui se sont plus ou moins propagées à l’économie réelle. Aujourd’hui, la crise économique résulte de la combinaison de crises de l’offre et de la demande, et d’un quasi arrêt de l’économie.

La désorganisation des flux logistiques, et parfois l’impossibilité de fournir crée une crise de l’offre. Les délais de livraison des fournisseurs se sont allongés, lorsque les chaines d’approvisionnement ne se sont pas purement et simplement interrompues. La baisse de la production chinoise en février, et sa lente reprise, a perturbé l’activité des clients.

Parallèlement, la chute de la demande accompagne automatiquement les fermetures de lieux publics, des commerces non indispensables, les suppressions de manifestations, la diminution des mouvements des consommateurs potentiels.

Quelles que soient la nature et l’intensité des aides apportées aux opérateurs économiques, rien n’évitera le dépôt de bilan s’il n’y a pas de chiffre d’affaires !

On circule moins, voire plus du tout. Cela crée des problèmes à des pans entiers de l’économie mondiale : les compagnies aériennes, sociétés ferroviaires, de transport publics, les raffineries, les sociétés d’autoroutes, les sociétés de parking, les garages et ateliers de réparation automobile, les sociétés de taxi…, et par effet collatéral les constructeurs aériens et automobiles ... Á plus ou moins brève échéance, nous allons assister à des dépôts de bilan de par le monde. Á un moment ou un autre l’État devra renflouer les entreprises publiques ; de leur côté, les collectivités locales devront faire de même pour leurs compagnies. Quant aux sociétés privées, l’État devra arbitrer entre les aider jusqu’à une éventuelle nationalisation, ou les laisser déposer le bilan avec tous les effets collatéraux imaginables.

Parallèlement, de nombreux secteurs sont sinistrés : le secteur touristique, l’hôtellerie, les restaurants, les théâtres, les cinémas, le monde du spectacle, les parcs d’attraction… Les agriculteurs sont également en souffrance. Les produits conditionnés l’emportent sur les produits frais

Pour comprendre la généralisation de la crise à toute l’économie, il suffit de prendre l’exemple des commerces fermés. Si le commerçant ne paie pas son loyer, le bailleur pourrait-il ne pas rembourser le prêt qui lui a permis d’acquérir le bien loué ? Qu’en sera-t-il des primes d’assurances ? Qu’en sera-t-il des échéances bancaires ? Progressivement, d’opérateur économique en agent économique, les impayés vont se propager, et le circuit économique risque d’être complétement bloqué, tant qu’une reprise de l’activité n’apparait pas. De nombreuses petites et moyennes entreprises vont faire faillite, de nombreux épargnants ou possédants vont s’appauvrir…

Le 4 février dernier, j’écrivais : « …une épidémie grave pourrait amputer jusqu’à 5 % du PIB mondial. » Nous serions d’ores et déjà à plus de 2 % du PIB mondial, l’Europe se prépare, d’ores et déjà, à la récession ...

La conjonction simultanée des crises de l’offre et de la demande ainsi que l’absence de chiffres d’affaires compliquent terriblement la tâche des autorités gouvernementales et monétaires pour déterminer la bonne réaction.

Que faire pour les autorités gouvernementales en plus de couvrir le coût du chômage partiel, accorder des délais de paiement des charges fiscales et sociales, garantir les concours financiers aux entreprises pour éviter la frilosité bancaire, accorder un éventuel revenu minimum universel… ?

Que faire pour les banques centrales en plus de baisser les taux et de fournir les liquidités à tous les opérateurs économiques… ?

Quels que soient les efforts des autorités, personne n’a la solution pour ralentir la crise et contrarier la future récession.

La complexité de la situation de cette situation aurait justifié une mobilisation internationale coordonnée. Mais, nous assistons à un repli sur soi, à la fermeture des frontières en ordre dispersé. Cela rappelle l’entre-deux-guerres lorsque les États s’étaient engagés dans des dévaluations compétitives et l’accroissement des droits de douane. Or, le Monde a de plus en plus besoin d’une gouvernance mondiale, ne serait-ce que pour gérer la guerre pétrolière et la dégringolade du prix des hydrocarbures. Dans le même temps, une coordination internationale s’impose comme dans les années quatre-vingts, pour accompagner la formidable demande de dollars et l’appréciation prévisible du billet vert.

Certains pays sont en grave risque. Le Liban est déjà mais pour d’autres raisons que le Covid 19, en état de cessation de paiements ; cette crise sanitaire ne va pas améliorer la situation. L’Iran est aujourd’hui en quasi état de cessation de paiements. Qu’en sera-t-il demain de l’Italie ? La situation est suffisamment critique pour que la BCE ait fini par déclarer que le pays ne sera pas abandonné… ! Et pour cause, le contraire serait la faillite de l’Italie et l’explosion de la zone euro.

Pour éviter toute prise de contrôle de notre économie par des fonds souverains, et la faillite de nombreuses entreprises, l’État devra les nationaliser, quels que soient les efforts financiers à faire ; il va être en mesure d’acquérir de nombreuses entreprises à bon compte, eu égard la valorisation boursière et la situation économique. Nous pouvons nous retrouver avec des États propriétaires des banques, des compagnies d’assurances, des compagnies aériennes, des grandes entreprises…En perspective, nous pouvons avoir la fin du capitalisme, mais non de l’économie de liberté, et une paupérisation des épargnants, des classes moyennes.

Eu égard les coûts des nationalisations, les dépenses supplémentaires pour amortir le choc (prise en charge du chômage partiel, mis en place de mécanismes de garantie des prêts bancaires, éventuel mise en place d’un revenu minimum universel …), la diminution des recettes (reports des échéances des fiscales et sociales…), les États vont être confronter une envolée de leur endettement. Pour limiter l’augmentation de leurs déficits, l’État et les collectivités locales diminueront probablement leurs dépenses d’investissement, ce qui ralentira la reprise de l’activité.

Tout cela ne sera possible que si la Banque centrale fournit les liquidités nécessaires. Les banques centrales américaine, britannique, européenne et japonaise sont en mesure d’assumer ce rôle. La BCE vient d’annoncer le nécessaire après des premières mesures mal reçues par les marchés. Qu’en sera-t-il des autres pays et banques centrales ?

Espérons que nous ne soyons pas confrontés au « paradoxe du pompier » ! Les dégâts d’un incendie sont plus causés par l’eau du pompier que par le feu lui-même. Nous pourrions très vite être confrontés à une telle masse de liquidités que les marchés de capitaux risquent de voir leur rôle réduit et que le système économique devienne difficilement contrôlable.

Heureusement que le pire n’est jamais certain, et que les opérateurs trouvent toujours des solutions pour faire face aux situations même inédites.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 24/03/2020 - 22:30
Quand l'humanisme est pire que le cynisme!
Ce qu'il se passe est d'une logique implacable:
le pays n'avait pas les moyens médicaux pour faire face à un cataclysme épidémique,
il a donc pris la seule solution que les hommes ont appliqué depuis que les sociétés existent devant la contagion: le confinement, comme à Marseille lors de l
(je passe sur les ruses, vite éventées, les contorsions, les volte face, les mensonges (ceux de Sibêt en particulier), les blablas martiaux...),
résultat l'économie se bloque et lorsque la pénurie alimentaire sera là, le gouvernement se trouvera devant le dilemme s'entêter dans l'enfermement au risque d'émeutes car qui acceptera de mourir sûrement de faim plutôt qu'éventuellement du virus?
Bref, pour éviter quelques milliers de morts parmi les plus fragiles, on aura un chaos bien plus mortifère avec ses carences, sa violence et sa misère!
Et dire que tout cela ne tenait qu'à une affaire de masques et de tests!
Quant au plan politique, ça risque d'être compliqué aussi, je ne peux m'empêcher de penser à 1933!