En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 8 heures 46 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 16 heures 29 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 18 heures 22 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 19 heures 36 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 20 heures 17 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 11 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 15 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 15 heures 58 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 20 heures 6 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 20 heures 32 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 12 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 14 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 15 heures
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Atlantico Litterati

Prisonniers du vide

Publié le 22 mars 2020
Finaliste du « Man Booker Prize avec « Ce qu’est l’homme »,l’écrivain britannique David Szalay publie « Turbulences » (Albin Michel). Douze nouvelles méditant sur notre quête de sens, juste avant la maladie planétaire.
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Finaliste du « Man Booker Prize avec « Ce qu’est l’homme »,l’écrivain britannique David Szalay publie « Turbulences » (Albin Michel). Douze nouvelles méditant sur notre quête de sens, juste avant la maladie planétaire.

Voyageurs emblématiques de notre hypermodernité, les personnages de David Szalay dans « Turbulences » sont à la recherche de leur destination, certes, mais aussi d’un destin qui puisse donner un surcroît d’épaisseur à leurs vies. Le relief, c’est ce qui leur manque. Ces passagers voudraient trouver à l’arrivée du vol une direction, un chemin, de quoi nourrir leur secrète ambition : donner plus de sens à leurs existence. En attendant, ils errent entre deux avions, deux aéroports, flottant à la dérive de leur vacuité. Sur la scène internationale d’une mondialisation toujours plus affairée, chaque voyageur tente de gouverner sa vie. Ces déracinés trainant leurs valises à roulettes semblent désemparés. Avec « Turbulences »,David Szaley nous tend un miroir grossissant. Défilent ainsi dans tous les aéroports de la planète, de Londres à Dakar en passant par Madrid et Sao Polo, quelques voyageurs piégés par leur handicap : un certain aveuglement face à tout ce qui n’est pas leur « misérable tas de secrets », dirait Malraux. « Me first » est leur MDP. David Szalay utilise le sigle des aéroports ( « LGW-Mad » pour Gatwick (Londres) et Barajas ( Madrid) pour titrer ses douze chapitres, qui forment un tout fictionnel. Ses personnages sont des jongleurs sans filets. Il font leur numéro de voltige à chaque escale, dans l’attente du prochain vol, ou d’une rencontre et d’un évènement pour tromper leur ennui. Ces décalés désabusés disent mieux qu’un long discours la vacuité de l’époque, sa muette interrogation. Comment vivre, au fond ? Comment créer du lien ? Pourrait-on exister pour quelqu’un ?Autant de questions sans réponses et de voyages vains. Le romancier assemble douze humains disparates, hommes et femmes, jeunes, vieux, hétérosexuels ou pas, blancs ou appartenant à la diversité, telles les pièces d’un puzzle formant notre humanité 2020. La ronde du hasard est animée par l’indifférence de tous à l’égard de chacun. Une ronde qui rappelle « Short cuts » de Robert Altman ( très inspiré par Raymond Carver). Les personnages de David Szalay franchissent diverses frontières, réelles ou symboliques. « Turbulences » évoque non pas les tempêtes secouant la cabine à onze mille mètres d’altitude- (« La moindre turbulence la contrariait car elle dissipait l’illusion de la sécurité, l’empêchant de se croire à l’abri )»-, mais plutôt les secousses vitales qui scellent le destin. En « first » comme en « éco », le temps passe, tandis que les arpenteurs du vide se rendent d’un point à l’autre, pour que « tout change afin que rien ne change ». On se bat, respectant les délais ; on s’en va, on revient, mais ensuite, quoi ? Que ressent-on dans le silence de sa chambre d’hôtel ? A la veille de la crise sanitaire, l’incurie des humains et la défaillance des systèmes répondent présents . Les voyageurs de « Turbulences », agités au- dessus du vide, circulent dans une sorte d’absence radicale à eux mêmes et aux autres. Solitaires, ils errent. Robots dociles, les passagers de David Szalay voyagent comme s’ils avaient perdu la clef de leur mécanisme . L’époque ne fait pas de sentiments, malgré la beauté du monde. « Sous le cockpit, l’océan défilait, la ligne bleue de la terre. Deux heures plus tard, ils devançaient toujours la nuit qui, allant plus vite qu’eux, les prit finalement par surprise au dessus de l’Atlantique ».A l’arrivée, chacun va perdre quelque chose -ou quelqu’un- et devra contempler sa vérité. 

« Mon taxi a percuté un scooter et le gamin a été tué sur le coup (…) et il m’a fallu trouver un autre taxi, ce qui n’était pas facile, vu l’heure », se plaint un voyageur. Le périple peut aussi provoquer des bleus à l’âme. «  Il n’aimait pas les chambres d’hôtel, leur solitude silencieuse. » Pas l’ombre d’un crash, donc, mais pas mal d’accidents de parcours. Un pilote courtise une journaliste à l’escale. Elle pense à son scoop, lui cherche du sens. Ils se perdront en chemin, aveugles et sourds. L’indifférence aux problématiques d’autrui donne à ces ombres errantes leur épaisseur narrative, et au récit, sa singularité. Déroutés par le cours de leur existence, les protagonistes songent, vaguement hébétés (trop de bloody-maries et/ou de décalage horaire ) à tout ce qu’ils auraient dû faire et à tout ce qu’il leur reste à accomplir pour que leur vie soit un peu plus vraie . « Elle se réveilla dans l’obscurité tranquille de la cabine. Ce n’était pas la première fois et, comme toujours, ce qu’elle éprouvait n’était pas tant la sensation d’avoir dormi que celle d’une discontinuité dans sa présence au monde ». C’est le point fort du livre que cette photographie de l’irréalité de chacun. On pense à Djamel Tatah, spécialiste de la nouvelle figuration, et à ses figures blêmes. Des humains hypermodernes, séparés. Assis en cabine, ou dans les salles d’embarquement, les figures de David Szalay ressemblent par la littérature, à celles de Djamel Tatah en peinture. Les passagers de « Turbulences » cherchent une issue au désert intérieur. Grâce à une application, un couple se forme durant une nuit de transit, dans un hôtel. Aussi ennuyeuse que le reste, la relation d’intimité accentue la sensation d’échec des amants. Aussi morne que le reste du voyage, leur rencontre est mort-née. « Il n’avait plus rien dit si bien qu’elle l’avait cru endormi. Puis il avait repris : 

-Imagine qu’on te demande si tu es heureuse ou malheureuse. Que réponds-tu ?

_ Je ne sais pas. (…) Mon Uber arrive dans cinq minutes ».

On songe aussi à certaines figures du pop-art telles que vues, jadis, par Richard Lindner. Ces silhouettes d’hommes et de femmes barricadés en leurs armures les protégeant de ce danger que peut incarner l’Autre. Chez Lindner- comme chez David Szalay-, les amants, par peur de l’attachement, se tournent le dos pour ne pas communiquer. Lindner, portraitiste de la solitude, aurait certainement trouvé la bonne couverture pour « Turbulences », dont le seul défaut est sa couverture, justement . Résultat, le concept du roman est escamoté. Plus que de ciels encombrés, ces « turbulences » sont celles qu’induisent les destins lorsqu’ils se brisent d’un coup, sans bruit, mais dans une parfaite cruauté, à un moment donné. C’est ce moment que scrute le romancier, saisissant au passage tout ce qui l’a précédé.

Pour ce qui est de la forme, David Szalay aime le poignard : son écriture tranche net. Economie de moyens, pas de pathos ni de chichis, chaque séquence est d’une efficacité redoutable. Szalay a de l’estime pour son lecteur, le prenant donc pour une personne capable de comprendre la macro-économie d’une existence par certains détails subreptices. Autant d’indices pour ces détectives que nous devenons au fil de pages, car le romancier sait ménager ses effets, à la Houellebecq. Ecce Homo : tels étions-nous peut-être hier encore, avant l’étrange rappel à l’ordre qu’instaure, contre notre gré, mais peut -être dans l’intérêt général, la crise actuelle. On pressent que les Européens, pris dans ces « turbulences », vont devoir revoir et leur « process » et leur copie.

En attendant que changent personnages et situations, David Szalay offre un portrait saisissant de nos contemporains. Il s’agit de l'inquiétude des Européens d’aujourd’hui. «En vivant et en voyant les hommes,  les cœurs se brisent ou se bronzent »,  disait déjà Nicolas Chamfort.

« Turbulences » par David Szalay/Albin-Michel/185 pages/16 euros.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires