En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 26 min 20 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 48 min 32 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 23 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 34 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 28 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 7 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 22 heures 1 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 30 min 20 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 11 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 37 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 24 sec
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 41 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 17 min
© JOHAN ORDONEZ / AFP
© JOHAN ORDONEZ / AFP
Peur de la pénurie

Papier toilette : l’autre crise de confiance

Publié le 19 mars 2020
La pénurie de papier toilette dans les supermarchés, comme celle de la farine ou encore des pâtes illustre le peu de confiance accordé par les Français dans la parole publique. Cette crise de confiance vient s'ajouter à la crise sanitaire et la crise financière qui traversent le pays.
Natalie Maroun
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Natalie Maroun est directrice-conseil et analyste chez Heiderich Consultants, spécialisée dans la gestion et la communication de crise. Elle travaille également pour l'Observatoire international des crises (OIC). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La pénurie de papier toilette dans les supermarchés, comme celle de la farine ou encore des pâtes illustre le peu de confiance accordé par les Français dans la parole publique. Cette crise de confiance vient s'ajouter à la crise sanitaire et la crise financière qui traversent le pays.

Atlantico.fr : Alors que le gouvernement a assuré qu'il n'y aurait aucune pénurie de produits de première nécessité, la population ne semble pas rassuré. Pourquoi un tel manque de confiance dans la parole publique ?

Natlalie Maroun : Au-delà de confiance en la parole publique, c’est la peur de manquer de produits de première nécessité qui guide ce comportement. Le phénomène s’amplifie progressivement avec le bouche-à-oreille. Plus les rayons se vident, plus les personnes se ruent sur ces produits, plus on arrive en situation de rupture. Et cette rupture due aux comportements des consommateurs a pour effet de les conforter dans leur conviction qu’il ne faut pas avoir confiance en la parole publique.

Dans le même temps, la communication gouvernementale a parfois manqué de cohérence et semblait hésitait sur les mesures à prendre. Or, en temps de crise majeure, les incohérences et les rétropédalages conduisent à une perte de crédit.

Comment expliquer que la population adopte de tels attitudes de consommation en temps de crise et qu'aucune déclaration de la part du corps politique ne semble la rassurer ?

En temps de crises comme celle que traverse le monde entier aujourd'hui, l'instinct de survie est dominant et risque de pousser à un manque collectif de civisme au profit du chacun pour soi. Ce qui est grave, ce ne sont pas les rayons vides, mais la proximité dans des magasins surpeuplés qui favorise la propagation du virus. C’est le problème des menaces invisibles : les décisions prisent par les individus se fondent sur une rationalité biaisée. La certitude de manquer de produits de première nécessité prend le pas sur l’incertitude d’être contaminé.

Cette situation est-elle commune à toute crise grave pouvant mener à une période de confinement ? Est-ce plus marqué au sein de la population française ? En d'autres termes, les autres population européennes accordent-elles plus de confiance en leur gouvernement ? Sont-elles plus disciplinées ? 

Avant que la crise ne touche l'Europe, les Européens suivaient la progression du virus sur le territoire chinois ainsi que les mesures prises par leur gouvernement. Quand le virus s'est propagé massivement en Italie, le gouvernement italien a dû fac à l’ampleur de l’épidémie prendre rapidement des mêmes mesures drastiques : mise en quarantaine puis confinement. Pendant ce temps, d'autres pays européens réagissaient différemment à la propagation du virus. Certains pays, qui n'avait que quelques cas confirmés, fermaient établissements publiques et commerces non essentiels, voire même leurs frontières. Or les Français observaient le virus se propager rapidement et entendaient les cris d'alarme des médecins face à cette situation d'urgence. Certains citoyens ont jugé les mesures prises par le gouvernement français comme insuffisantes, d’autres considéraient que toutes ces mesures sont exagérées. Sans oublier les messages contradictoires donnés pendant les dernières semaines. Notamment, le Président de la République qui invitaient les Français à continuer à sortir et à aller au théâtre (7 mars) pendant que 'Italie se confinait, ainsi que le "restez chez vous" mais en même temps "Allez voter". De ces messages contradictoires ont résulté des comportements inappropriés entre le dimanche et le lundi 16 mars :  nombreux sont les citoyens qui ont fréquenté marchés et jardins publiques, mais le lendemain, se sont rués vers les supermarchés pour se préparer au confinement qui a été annoncé par le Président le soir du 16 mars. On voit ici apparaitre une rupture de confiance, une faille difficile à combler.

Dans toutes les crises majeures et les situations exceptionnels, notamment en situation de guerre, ce comportement est fréquent. Surtout, il y a une perte de confiance généralisée en la parole politique et pire encore, on assiste à une perte de crédit en la science et la médecine pour préférer de faux experts et les théories du complot. Ainsi, ce n'est pas une question de discipline, mais plutôt des décisions et une communication qui répond aux craintes de la population, sachant qu'être transparent et informer, ce n'est pas communiquer. Or la bonne communication est primordiale pour aider les personnes à surmonter leurs peurs et adopter des comportements rationnels et non émotionnels.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 20/03/2020 - 17:52
rectification.
Lire: "production de pétrole réduite à presque rien "
ajm
- 20/03/2020 - 17:50
Venezuela.
Ganesha vous enfilez des sottises comme si vous en faisiez collection. Le Venezuela est dans une situation critique sur tous les plans depuis des années à cause de la gestion calamiteuse de ses socialo- bolivaristes corrompus et absolument incompétents et calamiteux. Plus de quatre millions de Vénézuéliens, à commencer par une grande partie de ses médecins ont quitté ce pays. Sa production de pétrole est réduite à presque , sa compagnie nationale , PDVSA, autrefois bien gérée et dont le crédit international était grand, a été siphonnée par la clique de Chavez et de Maduro, réduisant à très peu de chose ses capacités d'investissement, ses meilleurs cadres étant partis ou ayant été remplacés par des incapables proches du pouvoir. L'argument des embargos ne vaut rien. En son temps, la Rhodesie blanche ( horreur!!) subissait un embargo généralisé qui ne l'empêchait pas d'être un grenier agricole en Afrique. Le Venezuela de toute façon ne produit maintenant plus rien et n'a rien vendre ( à part de la cocaïne ) , donc l'embargo des US ne le touche pas.
Ganesha
- 19/03/2020 - 18:25
Précaution Superflue ?
Le côté hilarant, c'est qu'on trouve sur ce site, des vieux croûtons, à la fois bornés et haineux, qui viennent encore nous parler du Venezuela !
En fait, la réalité, c'est que la France se situe désormais au même niveau que ce pays qui, pour des raisons très différentes (embargo américain), se trouvait en grandes difficultés il y a quelques mois.
Les médias ne nous ont pas donné des nouvelles récentes de la patrie de Simon Bolivar.
Par contre, ce qui est évident, c'est que la France, à qui son gouvernement avait assuré être ''totalement prêt'', se trouve aujourd'hui confrontée à une dramatique pénurie de gel, de masques, de réactifs et de machines de test, et de respirateurs !
Un sommet de la bêtise et de l'abjection est atteint lorsque, espérant retarder la panique, le ''Directeur de la Santé'', un certain mr. Jérôme Salomon, vient en permanence nous prétendre que ce serait une ''précaution superflue'' !
En suivant ce type de raisonnement, si vous conduisez prudemment votre voiture, pas la peine de boucler la ceinture de sécurité !
Idem pour les casques de moto, vélo, ski ou équitation ?