En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Ligonnès : les enfants drogués avant d'être tués

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 3 heures 39 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 4 heures 47 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 5 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 8 heures 18 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 8 heures 57 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 10 heures 7 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 10 heures 27 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 10 heures 52 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 11 heures 12 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 4 heures 27 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 5 heures 26 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 8 heures 30 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 9 heures 44 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 10 heures 47 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 11 heures 2 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 11 heures 23 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Isolement

Entre indifférence et cruauté : le Coronavirus révélateur de notre attitude sinistre envers les Vieux

Publié le 19 mars 2020
La crise du Coronavirus permet de révéler la relation de la jeunesse avec les aînés. Les personnes âgées isolées sont parmi les plus exposées par l'épidémie de Covid-19.
Pascal Neveu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Neveu est directeur de l'Institut Français de la Psychanalyse Active (IFPA) et secrétaire général du Conseil Supérieur de la Psychanalyse Active (CSDPA). Il est responsable national de la cellule de soutien psychologique au sein de l’Œuvre...
Voir la bio
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise du Coronavirus permet de révéler la relation de la jeunesse avec les aînés. Les personnes âgées isolées sont parmi les plus exposées par l'épidémie de Covid-19.

Atlantico.fr : Les crises sont souvent l’occasion de découvrir les symptômes de nos sociétés et le Coronavirus dévoile l’étrange relation que tient la jeunesse avec ses ainés. 

Ces derniers mois, l’expression « Ok Boomer » a animé les débats et maintenant ces mêmes Boomer dénigrés par une frange de la population doivent être sauvés. Est-il possible pour les millennials d’oublier la bataille climatique oubliée par leurs ainés pour tout mettre en œuvre afin de les aider ? 

Pascal Neveu : Nous sommes face à une situation inédite et exceptionnelle que les jeunes générations n’ont jamais connues par rapport à leurs aînés qui ont connu la guerre et des conditions de vie moins confortable.

Pourtant, les millennials ont su faire porter les valeurs de la vie dont ils rêvent, conscients qu’il faut changer la société, l’améliorer pour notre survie mais aussi celles des animaux et de la flore, et pensant le futur, pour les nouvelles générations.

En ce sens ils pensent le futur, sans doute car angoissés par leur réalité.

Et même s’il est des phénomènes de mode et des engouements différents en fonction de nos âges…, face à ce qui a lieu dans le monde, et dans les prochaines semaines se jouer dans leur vie quotidienne, auprès de leurs proches, chez leurs amis, les voisins… je ne doute pas de leur capacité à déployer un retour à un champ relationnel et de solidarité, une nouveauté relationnelle de par leur talent créatif.

Sauver la planète et, ce jour, d’autant plus les êtres vivants et humains est un moyen pour eux d’insuffler une dynamique qui fera oublier les clivages actuels de la société.

Il est des combats conscients et factuels à mener, menant à de belles évolutions de la société, par exemple pour notre bien-être et pour la santé.

Il est des combats inconscients contre des représentations symboliques parentales, tel un adolescent.

Les jeux de mots et combats identitaires entre Boomers et Millennials peuvent donner naissance à une réconciliation et la pensée d’un plan commun d’un monde pensant l’humain avec ses différences, sa singularité pour un bien-vivre ensemble.

Théophile Gauthier écrivait que la vie n’est que mort et renaissance.

C’est une opportunité pour toutes les générations.

Bertrand Vergely : Il faut être lucide. La question climatique est tellement importante aux yeux des millennials qu’il est hors de question pour eux de l’oublier. Maintenant, parce que ils en veulent aux Babyboomers de ne pas avoir été assez écologiques, les millennials vont-ils se contredire s’ils aident les Babyboomerds à l’occasion de la crise du Corona virus ? Bien évidemment non. Ils ne se contrediront pas. Pour la simple raison qu’il importe de ne pas tout mélanger. Il s’agit là de deux choses totalement différentes. 

Une divergence philosophique est une chose, le devoir d’assistance en est une autre. Quand on est intelligent, évolué et responsable, ce n’est pas parce que l’on a une divergence philosophique avec quelqu’un que cela remet en question le devoir d’assistance envers celui-ci. Comme ce n’est pas parce que l’on a le sens du devoir d’assistance envers autrui que l’on doit être philosophiquement d’accord avec lui. Qui ne porte pas assistance à un adversaire parce que c’est un adversaire est dans la haine. Qui pense que quand on porte assistance à quelqu’un on doit être d’accord avec tout ce qu’il pense est dans la bêtise. Entre la haine et la bêtise, il y a un juste milieu consistant à porter assistance à quelqu’un par principe sans pour autant être d’accord avec lui sur tout par principe. 

Par le passé, chez les Babyboomers, la haine et la bêtise ont existé. 

Chez certains Babyboomers d’extrême gauche, il y a eu des discussions politiques très sérieuses arrivant à la conclusion qu’un militant exigeant  ne doit jamais porter assistance à un adversaire politique. Dans Antigone de Sophocle Créon refuse que les traîtres soient enterrés. Les Baby boomers radicaux qui, par le passé, ont refusé  de porter secours à un adversaire politique ont été les Créon de leur époque. 

Les Babyboomers qui ont fait le voyage à Katmandou et qui se sont voulus tolérants au nom de la paix et de l’amour (Peace and Love) ont pensé que, quand on aide quelqu’un, il faut accepter toutes ses idées sans jamais le contredire. S’ils n’ont pas été pas dans la haine, ils ont été dans la bêtise. 

Aujourd’hui, les choses n’ont pas changé. On retrouve des millennials militants qui ne vont pas porter secours aux Babyboomers au nom de la question climatique, comme on va trouver des millennials tolérants qui vont avoir peur de la divergence philosophique au nom de la bienveillance. Cette continuité s’explique. 

Il faut une très grande puissance intellectuelle et morale pour pouvoir mener de front l’exigence philosophique et l’exigence morale. Très peu d’esprits y arrivent. Le plus souvent, par faiblesse intellectuelle et morale, on s’enferme dans une haine aveugle et une tolérance aveugle. Quand on est militant, on a peur d’apparaître comme un traître si on est moral en aidant un adversaire. Quand on est bienveillant, on a peur d’apparaître comme intolérant si on a une divergence philosophique. Que l’on soit militant ou tolérant, on est dans la peur. 

Lorsque l’on parle des « ainés » on a tendance à les déshumaniser en masse. Comment est-on arrivé à les transformer en sorte de troisième roue du carrosse ? 

Pascal Neveu : L’âge, et le grand âge font très souvent peur aux jeunes car en décalage avec une vie naissante et à construire, face à une vie qui s ‘épanouit différemment et pour certains est en déclin. De manière très synthétique, cela peut nous renvoyer inconsciemment à la vie face à la mort. Peur de la mort de ses parents, oubli de la vie joyeuse avec ses grands-parents gâteaux… Le psychisme est complexe et les aînés peuvent nous renvoyer, par des mécanismes d’identification, à différentes angoisses. D’ailleurs il est toujours intéressant de voir les qualificatifs utilisés tellement nous ne sommes pas à l’aise : séniors, personnes âgées, cheveux blancs, retraités…

D’autant plus dans un contexte où tous les jours un nombre de morts nous est livré, en oubliant au fond de nous le nombre de guéris.

Mais rappelons nous les comportements lors de la canicule en 2003, des personnes âgées oubliées, des familles ne se signalant pas après un décès…

Il ne faut bien évidemment pas généraliser car un grand nombre de plus jeunes s’inscrivent dans des accompagnements et aides à domicile, de visites en maisons de retraite, d’activités dans les EHPAD…

D’ailleurs le gouvernement va solliciter et « mobiliser les jeunes, dont les 58000 en service civique et la dizaine de milliers de volontaires qui s’apprêtent à accomplir, en juin, leur service national universel », rappelait le Secrétaire d’Etat Gabriel Attal.

En ce sens c’est une belle démonstration que les jeunes investis dans ces démarches font montre d’une solidarité, d’un humanisme qui restent finalement présents dans une société que l’on décrit néanmoins comme de plus en plus égoïste et autocentrée sur ses propres soucis.

Depuis plusieurs semaines les EHPAD ont pris des mesures de confinement des aînés qui sont plus fragiles que les plus jeunes. Les visites sont interdites pour des raisons sanitaires, ce qui n’est pas sans poser problème.

Des jeunes qui selon une étude disent ne pas avoir peur du coronavirus, pour quasi 1/3 d’eux.

Pour autant, les dernières études montrent que 50% des patients en réanimation ont moins de 60 ans.

Aussi, je ne pense pas que les jeunes soient si égoïstes et négligent leurs aînés. Ils vivent dans un univers de nouvelles technologies, de monde virtuel, de smartphones. Et la réalité de la vie et de la mort, de la perte de l’autre, de la crainte pour soi

Ce qui se joue actuellement ne peut que créer un réveil, un sursaut de solidarité qui fera oublier les scènes surréalistes dans les supermarchés. Espérons-le de manière non éphémère…

En tout cas la crise actuelle restera dans toutes les mémoires… car elle concerne la planète complète, tous les « Êtres » sensés être humains.

Bertrand Vergely : Il convient ici de faire une distinction entre deux types d’aînés. S’il y a les seniors, il y a le grand âge. 

S’agissant des seniors, ceux-ci étant encore en forme et donc jeunes, ils ne forment nullement une population déshumanisée. Au contraire. À la retraite, très actifs dans la vie associative, sociale et culturelle, ils forment une seconde jeunesse aux tempes argentées. Lorsque ces seniors n’ont pas de lourds problèmes physiques à traîner, on peut dire que tout va pour le mieux pour eux. Ce qui n’est pas le cas du grand âge. 

Diminué physiquement, relégué dans des EHPAD (Établissement Hospitalier pour Personne Âgée Dépendante),  là, effectivement, la personne âgée devient celle que l’on ne voit plus. Ne s’appelant plus aîné mais personne âgée, elle renvoie à une humanité que l’on ne voit pas  parce que, grabataire, elle est peu visible. 

Marie de Hennezel et son fils Edouard ont écrit ensemble un livre au titre révélateur : Qu’allez vous faire de nous ? C’est effectivement la bonne question. La génération qui vient, celle des millennials, va avoir peu de retraite tout en ayant à assumer une population vieillissante comportant de plus en plus de retraités. Les jeunes vont-ils accepter cette situation ? Ne vont-ils pas être tentés de la refuser ? S’ils ne veulent pas s’occuper des aînés, que va-t-il se passer ? 

La question de la vieillesse est inséparable de celle des moyens financiers. Lorsqu’on a de l’argent, la vieillesse n’est pas un problème. Comme on peut se maintenir longtemps en forme, on est socialement acceptable et accepté. Quand on a des problèmes physiques, ayant les moyens d’y faire face, on n’est pas rejeté à la lisière de la société. Tout se complique lorsque l’on est pauvre. On s’aperçoit alors que ce sont les inégalités économiques et financières qui creusent le gouffre dans lequel la vieillesse tend à s’abîmer en devenant un naufrage. 

Dans la société traditionnelle (l’Europe jusqu’au XVIème siècle), il y avait une sorte de devoir de veiller sur les personnes âgées sous peine de s’attirer les foudres des « revenants ». Est-ce que l’exclusion du « vieux » du champ social est-il un mal spécifique de nos sociétés modernes ?   

Pascal Neveu : L’observation des comportements culturels enseigne beaucoup sur les devoirs à accomplir, le naturel de la solidarité, le retour d’un d’une génération plus jeune envers une génération qui leur a donné naissance, qui les a éduqué, qui les a soutenu…

Ces comportements sont plus ou moins forts en fonction de nos appartenances religieuses, géographiques, éducatives, sociales, morales et philosophiques.

La crainte du revenant est très forte. Sur un plan anthropologique on observe des rituels funéraires, mais aussi de liens avec le mort auquel il faut continuer à rendre hommage. Le lien reste maintenu et si nous ne l’avons pas accompagné avec soin, dignité et respect dans cette « nouvelle vie »… le mort peut venir nous hanter et nous porter malheur.

« Comment se regarder dans un miroir ? » qui nous renvoie à la position de l’enfant se reconnaissant enfin dans le miroir et se rendant compte qu’il existe sans ses parents mais en est dépendant affectivement et en protection. Il est donc nécessaire de lui rendre la pareille.

Il existe aussi un champ que l’on appelle la clinique du vieillissement.

De quoi s’agit-il ? La perte de ce fameux champ social qui est susceptible de provoquer des troubles dépressifs chez les aînés, un isolement, voire des suicides sans oublier une prévalence à des troubles de la santé plus importants.

Le fait que nos aînés soient actuellement confinés risque de fortement altérer leur santé physique et psychique.

Car :

-       le personnel de santé ne peut pas passer une heure par jour auprès d’un patient

-       les règles sanitaires peuvent accroître leur sentiment d’insécurité et de rappel de périodes sombres de l’histoire pour un grand nombre

-       l’absence de visites et d’un minimum de contact chaleureux et affectueux les faire se replier sur eux et les amener à ruminer un sentiment de fin vie et de rejet

 

Toutes les études démontrent l’impact négatif de l’absence d’interactions relationnelles, qui vont au-delà de l’appel téléphonique : le présentiel, une bise, un regard, un toucher…

Les familles, les accompagnants, les jeunes bénévoles ou non font partie intégrante d’un support d’étayage qui permet aux aînés de ne pas « décliner » physiquement et psychiquement.

D’ailleurs ils disent eux-mêmes qu’ils ont besoin de transmettre, de se sentir encore utiles… et que c’est leur souffle de jouvence.

Alors oui, le « vieux » peut faire peur… mais nous le serons tous un jour.

Malgré les conditions actuelles il est nécessaire de rester en contact avec eux.

Appel téléphonique ou une lettre (nous n’écrivons plus) voire une carte postale… car les écrits restent et sont une fenêtre d’ouverture sur le monde qu’ils peuvent relire, et penser à l’autre, se sentant non-oubliés et donc vivants.

Bertrand Vergely : Pendant longtemps, la vie en Occident a été dominée par le passé. Était source de force, de pouvoir et d’autorité, ce qui avait su traverser le temps en demeurant le même. D’où le prestige de l’ancien. Quand la modernité est apparue, tout a été bouleversé. 

L’avenir remplaçant le passé, le jeune a remplacé le vieux. Il a remplacé l’ancien parce qu’e la capacité de changer et de se renouveler a été considéré comme source de force, de pouvoir et d’autorité. 

À la fin du Guépard de Lampedusa le héros a cette phrase « Que tout change pour que rien ne change ».  Cette phrase définit fort bien ce qu’est la modernité. 

Toute société a besoin de se conserver. Toutefois, il y a deux façons d’y parvenir. On peut se conserver par la permanence de l’ancien. On peut se conserver par le renouvellement de l’avenir. La modernité a choisi de se conserver par le renouvellement de l’avenir. D’où le passage du vieux au jeune comme source de force, de pouvoir et d’autorité.  Aux États-Unis, nation jeune, c’est particulièrement le cas. 

Les seniors se sont adaptés à ce changement. L’État également. La société devenant une société urbaine et non plus paysanne, comme il n’a plus été possible de garder les personnes âgées à domicile, des maisons spécialisées ont été crées en allant de la résidence à l’établissement hospitalier et aux services de soins palliatifs. 

À travers les retraites, les aides aux personnes âgées et le système hospitalier ou bien encore de soins palliatifs, on ne peut pas dire que le monde moderne ne veille pas sur les personnes âgées. Si la vieillesse n’a plus le pouvoir que donne le prestige symbolique, on se trompe quand on pense qu’elle est purement et simplement refoulée. Les choses sont plus fines et plus complexes que cela. Bien des choses sont faites pour les personnes âgées. Pas assez toutefois, beaucoup de personnes âgées, trop de personnes âgées vivant encore difficilement, trop difficilement du fait de la faiblesse de leurs ressources. 

Le Japon a su conserver un équilibre entre tradition et modernité en s’efforçant de faire cohabiter les deux. Il a su notamment donner une place à la vieillesse qui a un prestige symbolique qu’elle n’a plus en Occident. 

À Okinawa, il existe une communauté de centenaires qui vivent joyeux ensemble en buvant du thé, en mangeant des algues, en chantant, en dansant, en méditant. Respirant la joie, ils ont un hymne intitulé « La chaleur de nos coeurs empêche nos cœurs de rouiller ». Les centenaires d’Okinawa au Japon sont la preuve que la vieillesse est encoe possible au sein de la modernité. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 20/03/2020 - 19:33
Ehpad
Il ne doit pas faire bon quand on se trouve dans une ehpad en ce moment.
zelectron
- 19/03/2020 - 22:12
Pour les boursicoteurs, bonne nouvelle :

c'est le moment d'investir gros dans les caisses de retraites pour profiter de la mortalité accélérée par euthanasie gouvernementale dans les EHPAD . . . pas de masques, pas de traitements, un bol de soupe très légère le soir

Les politiques cyniques:? moyen comme un autre d'augmenter la mortalité précoce des personnes âgées pour ne pas à avoir à verser les pensions . . . (et pouvoir piquer dans la caisse avec une nouvelle loi)
spiritucorsu
- 19/03/2020 - 19:08
Comment on crée un conflit..(suite et fin)
La faute en revient encore une fois à nos politiciens qui avec l'aides des médias aux ordres ont créé un antagonisme générationnel,comme ils ont créé aussi la discorde public/privé ou un conflit défenseurs de la nature/agriculteurs dans le seul but de diviser pour mieux régner et de se maintenir au pouvoir.