En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

03.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

04.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

05.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

06.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

07.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

01.

Le cerveau et ses préjugés racistes

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 14 heures 15 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 15 heures 53 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 18 heures 46 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 19 heures 54 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 20 heures 35 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 21 heures 7 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 22 heures 49 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 22 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 23 heures 22 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 14 heures 54 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 16 heures 9 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 20 heures 12 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 20 heures 44 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 21 heures 26 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 22 heures 32 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 22 heures 57 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 23 heures 21 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 23 heures 23 min
© Reuters
© Reuters
Unique solution ?

Nationalisations, la seule solution ?

Publié le 18 mars 2020
Face au confinement et à la propagation du COVID-19 sur notre territoire l’économie réagit et plonge en chute libre. Bruno Lemaire l’a annoncé, le gouvernement est au chevet de celle-ci et toutes les mesures pourront être prises pour sauver l’économie y compris la nationalisation.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face au confinement et à la propagation du COVID-19 sur notre territoire l’économie réagit et plonge en chute libre. Bruno Lemaire l’a annoncé, le gouvernement est au chevet de celle-ci et toutes les mesures pourront être prises pour sauver l’économie y compris la nationalisation.

Atlantico : Certaines sociétés sont plus touchées que d’autres et Air France va réduire ses vols de 70 à 90 % pour une période d’au moins deux mois. La nationalisation est-elle la meilleure façon de préserver l’entreprise durant sa phase d’hibernation ? Est-ce vraiment la solution pour sauver les entreprises en difficulté ? 

Jean-Paul Betbeze : Le COVID-19 est un grave choc d’offre d’abord, la production plonge avec les arrêts des usines et des transports, et de la demande, avec des ménages et des entreprises qui vont arrêter ou réduire leurs achats, brutal, massif et mondial. Air France souffre ainsi de l’arrêt de nombre de voyages professionnels ou touristiques, et de la baisse du fret. La compagnie n’a pas d’autre solution que de se mettre en quasi arrêt, ce qui diminue une bonne part de ses coûts fixes, pour réduire ses pertes. La nationalisation, totale ou partielle sera donc utilisée : pour Air France, l’état augmenterait sa part dans le capital. Pour Alitalia, il s’agirait plutôt d’une nationalisation complète. Partout dans le monde, les compagnies d’aviation seront ainsi soutenues, et la liste des activités va s’étendre.

Nationaliser s’impose pour éviter la faillite et le gâchis de capital humain, commercial, technique et financier qu’elle implique. Air France est une marque qui vaut aujourd’hui bien plus que sa capitalisation boursière : moins de 2 milliards d’euros. La laisser choir est donc une erreur au strict plan économique : il ne s’agit pas d’Etat Providence, mais d’Etat rationnel, dans la crise actuelle.

Aujourd’hui, il semble que la meilleure solution soit le déficit budgétaire. Pourquoi nationaliser va nous permettre de se sauver du krach boursier ? 

Face à ce choc général, il n’y a pas grand choix de solution. « Laisser tomber » comme on le disait en 1929 ferait tout empirer. Vendre aujourd’hui, c’est donner ; c’est une énorme perte patrimoniale, publique ou privée. Les solutions mises en œuvre, déficit budgétaire et soutien monétaire, sont là pour atténuer le choc, le temps que la propagation du virus culmine puis baisse, et que se trouvent des médicaments plus efficaces que ceux actuellement utilisés (Paracétamol notamment). Les déficits budgétaires vont partout se creuser, on parle de 50 milliards d’euros pour la France, mécaniquement avec la baisse d’activité (moins de TVA et d’impôts), volontairement avec les politiques actuelles de soutien (prise en charge de dépenses salariales d’entreprises touchées par exemple). A cela s’ajoutent les politiques monétaires de baisse des taux, d’augmentation des achats de bons du trésor, voire d’obligations d’entreprises et d’assouplissement des normes bancaires.

Nationaliser est donc un aspect mineur d’une politique budgétaire, elle-même comprise dans des actions juridiques ou légales (par exemple report de la mise en œuvre de la réforme des retraites).

Il s’agit donc de modérer le krach boursier, d’autant plus que les vendeurs vendront d’abord les valeurs qu’ils jugent les plus fragiles, dans les pays et sur les bourses où elles sont les moins soutenues.

La nationalisation peut aussi être une excellente opération car c’est acheter en solde. Quels exemples dans l’histoire pouvons-nous suivre pour sortir vainqueur de tout cela ? 

La nationalisation totale ou partielle est une bonne opération financière, même si ce n’est évidemment pas sa raison. Car les économies rebondissent toujours. Il faut donc montrer aux investisseurs inquiets qu’ils n’ont pas de raison de l’être. Le déficit budgétaire peut continuer à se creuser et sera financé sans problème si cela fait sens : le rendement du bon du trésor à 10 ans français est à -0,3%, preuve que la signature est toujours jugée bonne, puisque on finance à perte ! La politique monétaire peut continuer, avec des achats d’obligations privées, voire d’actions d’entreprises. Ceci a eu lieu à Hong Kong, et s’est révélé une excellente opération !

Le COVID-19 n’est pas le subprime : oui le choc boursier est plus fort, car il pèse plus et sur l’offre et sur la demande. Mais il ne naît pas dans la finance et se résoudra, par les nouveaux comportements de chacun et les médicaments bien plus vite, dans quelques mois. Regardons le nombre de personnes atteintes qui plafonnent en Chine, avec 81 900 personnes atteintes, 68 800 rétablies, 9 000 hospitalisés et 3 200 décès. La France qui a été moins atteinte bien sûr et avec retard compte 6 600 personnes atteintes, 12 rétablies, 6 480 sous traitement et 148 morts (mardi 17 mars à 20 heures). 

Il ne s’agit pas de crier victoire, loin de là. C’est un drame, mais il est porteur de leçons sur les comportements sanitaires de chacun, sur les stocks d’urgence à avoir et, à moyen terme, sur le raccourcissement et la simplification des chaînes de production. N’oublions pas : les Coronavirus sont dans la nature. Le COVID-19 en est un, pas le dernier. Nous allons gagner, mais d’autant mieux si nous pensons au futur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 19/03/2020 - 09:10
AIR FRANCE: LE CONTRIBUABLE EN A MARRE!
L'"article oublie manifestement que le contribuable a par le passé déjà sauvé une fois Air France, les salaires mirobolants de ses pilotes, les avantages insensés d'une bonne partie de son personnel et aussi ce culte de l'arrogance qui a précipité la rentabilité aux oubliettes. Alors, une nouvelle nationalisation pourquoi pas, mais ce n'est pas au contribuable dont le revenu mensuel moyen n'excède pas quelques milliers d'euros de voler au secours de gens qui gagnent cinq à dix fois plus et qui ne sont nullement disposés à rogner leurs privilèges en proportion de l'effort qu'ils imposent aux autres. La nationalisation impose une remise à plat complète des conditions d'exploitation et donc des salaires de tous ces seigneurs, sinon ce hold-up pratiqué sur la collectivité nationale est encore plus insupportable pour tous ceux qui aujourd'hui refusent de voler sur Air France ou même plus simplement qui, à l'inverses des bobos des grandes villes , ne prennent jamais l'avion et se contentent de se déplacer modestement en France dans des véhicules de plus en plus surtaxés.
corbon1943
- 18/03/2020 - 14:53
confiance totale à bruno L.M.
pour n'éviter AUCUNE erreur ; s'il se dit prêt à tout faire , qu'il démissionne ! ;
mème conseil à manu la loose et à l'ex maire du Havre ;
Georges Barbey
- 18/03/2020 - 11:36
Nationalisation
Apparement, on a toujours pas compris pourquoi l'Union Soviétique avait fait faillite...