En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

05.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 25 min 31 sec
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 2 heures 28 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 3 heures 26 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 5 heures 9 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 6 heures 26 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 7 heures 25 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 9 heures 26 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 21 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 heure 12 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 3 heures 54 sec
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 4 heures 47 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 5 heures 22 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 7 heures 9 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 9 heures 49 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 22 heures 40 min
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Enseignements du vote

Les Républicains particulièrement bousculés par le chaos politique

Publié le 17 mars 2020
Les résultats des municipales sont passés inaperçus. En raison de la pandémie, bien sûr. Il est vrai, aussi, qu’ils sont difficilement lisibles tant le scrutin est éclaté (35 000 communes, beaucoup de listes sans étiquette). Pourtant, ils ne sont pas si inintéressants que cela.
Guillaume Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Bernard est maître de conférences (HDR) à l’ICES (Institut Catholique d’Etudes Supérieures). Il a enseigné ou enseigne dans les établissements suivants : Institut Catholique de Paris, Sciences Po Paris, l’IPC, la FACO… Il a rédigé ou codirigé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les résultats des municipales sont passés inaperçus. En raison de la pandémie, bien sûr. Il est vrai, aussi, qu’ils sont difficilement lisibles tant le scrutin est éclaté (35 000 communes, beaucoup de listes sans étiquette). Pourtant, ils ne sont pas si inintéressants que cela.

D’abord, l’abstention a atteint un record pour des municipales : 55 % soit près de 20 points de plus qu’en 2014 et plus du double de ce qu’elle avait été en 1977 et 1983 il y a une quarantaine d’années. Cela fausse en partie les résultats : sans doute moins dans chacune des communes qu’au global. La difficile lisibilité des résultats est renforcée par le très grand nombre de listes sans étiquettes (« divers droite », « divers gauche »), ce qui est habituel pour ce type de scrutin, en particulier dans les petites communes. Cependant, ce phénomène a été quelque peu plus généralisé : il n’a pas été rare, d’une part, que des listes liées à un parti aient mis le logo de celui-ci de côté (pour ne pas pâtir de l’image de marque en berne de leur formation politique en particulier LR et le PS) et, d’autre part que des listes au positionnement incertain (glissant du PS ou de LR vers LREM) n’ait pas affiché un ralliement en bonne et due forme (c’est par exemple le cas à Angers ou La Roche-sur-Yon). 

Ensuite, l’habituelle prime au sortant a été renforcée quel que soit le camp politique, de droite ou de gauche, modéré ou extrême, fidèle à un parti ou transfuge. Les électeurs qui se sont déplacés ont choisi la continuité, ont préféré éviter un changement d’équipe municipale dans un temps d’incertitude dû à la crise sanitaire. Toutefois, quand une personnalité politique d’envergure nationale ne se représentait pas, la succession dans le même camp n’est pas allée de soi et les cartes ont été rebattues (c’est le cas, par exemple, à Marseille avec le retrait de Jean-Claude Gaudin ou à Bordeaux avec le départ, il y a quelques mois, d’Alain Juppé pour le Conseil constitutionnel). 

À coup de serpe, qu’est-il possible de dire de l’état des forces politiques au lendemain du premier tour des municipales ? Parce qu’elles ont un enracinement local plus fort que le parti présidentiel, les formations politiques ébranlées par l’émergence, il y a trois ans, de la grande coalition macronienne font de la résistance. Si le PS et LR devaient, un jour, s’effacer complètement, ce serait plus à l’occasion de la présidentielle (si elles n’étaient pas capables, à plusieurs reprises, de ne pas être au second tour) que des élections intermédiaires puisqu’elles disposent encore de réseaux et d’élus locaux. 

Contrairement à ce qui pouvait être envisagé (eu égard aux derniers scrutins de 2017 et de 2019), le PS semble, pour l’heure, tirer un peu mieux son épingle du jeu que LR, du moins dans les métropoles puisque ses candidats sont arrivés en tête dans des villes comme Lille ou Nantes. Cependant, et c’est là l’enseignement majeur à gauche, les Verts qui, jusqu’à présent n’obtenaient de bons résultats qu’aux élections à la proportionnelle (européennes, régionales) ont, semble-t-il, réussi leur implantation, obtiennent de bons résultats dont des pôles position (Lyon, Grenoble, Strasbourg) et taillent des croupières au PS. 

Idéologiquement favorisé par une partie de la gauche, souvent radicale, qui espère (à tort ?) récupérer l’électorat d’origine immigrée lors des scrutins nationaux, le communautarisme s’étend petit à petit : il est, désormais, constatable électoralement parlant. Ainsi, à titre d’exemple, à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise), la liste menée par Samy Debah (cofondateur du Collectif contre l’islamophobie en France) est arrivée en deuxième position, derrière l’UDI, avec près de 35 % des suffrages exprimés. 

LREM peine incontestablement à trouver des incarnations locales : le Premier ministre, Édouard Philippe, est certes arrivé en tête au Havre mais il dispose de peu de réserves de voix et le candidat communiste (!) a obtenu 35 % des suffrages exprimés. À Paris, l’ex-ministre de la santé, Agnès Buzyn, est très largement devancé (12 points) par la maire sortante, Anne Hidalgo, à la tête d’une liste d’union (de la gauche) ne portant aucune étiquette politique (en particulier pas celle du PS). 

Quant à l’autre parti finaliste de la dernière présidentielle, le RN, ses résultats sont emblématiques de ses forces et de ses faiblesses : il n’a pu présenter qu’environ 400 listes (contre 600 en 2014), mais ses maires sortants ont, globalement, été réélus dès le premier tour avec de très hauts scores comme à Hénin-Beaumont (près de 75 % des voix). Cependant, presque partout ailleurs, ses résultats sont généralement en baisse : il semblerait bien que ses électeurs (de la présidentielle et des européennes) n’aient pas trouvé bon de profiter de ce scrutin local pour envoyer un message politique national. 

Ainsi, la droite (dans son ensemble) n’a pas tiré bénéfice de ces élections, n’a pas profité de la contestation grandissante d’Emmanuel Macron. Il semble bien qu’un possible renouveau puisse venir d’en-dehors des partis. Ainsi, la liste d’unité de la droite menée par Robert Ménard à Béziers l’a, à nouveau emporté, avec plus de 68 % des suffrages exprimés. Autre exemple, à Segré en Anjou (Maine-et-Loire) : une liste d’intérêt local rassemblant des sensibilités aussi bien écologiste que conservatrice, une liste sortie de nulle part, c’est-à-dire du tissu social réel, « Danjou 2020 », a réussi le tour de force d’atteindre, en quelques semaines, près de 30 % des suffrages exprimés.  

Éclatée, la société française se cherche ; éparpillé, le spectre politique est en cours de recomposition : ce que l’on savait déjà est pleinement confirmé par le premier tour des municipales 2020. Le second tour (le 21 juin prochain ?) sera d’autant plus intéressant à suivre que le contexte (en particulier sanitaire) devrait avoir changé. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 18/03/2020 - 12:47
LR local.......résiste TB, en effet
car à la liste pour Guillaume BERNARD, ci dessous, s'ajoute : Étienne Blanc « LR » 20 % égalité avec G.DOUCET (candidat EELV), et 5 points devant Yann Cucherat « EM » choisi par Collomb!!!!! à suivre de très près car ce serait une PREMIERE.
@ AJM......attendez (avant de critiquer), la fin des vacances.......et, nous en reparlerons !!!!
ajm
- 17/03/2020 - 22:34
LR local résistant.
Les socialistes qui avaient voté Macron et LREM rejoignent leur camp maintenant, le plus souvent sous l'étiquette écologiste qui n'est qu'une des marques de la galaxie de la gauche. Les élus LR ou assimilés résistent globalement pas mal malgré un contexte national de l'appareil central LR plutôt catastrophique.
Vincennes
- 17/03/2020 - 19:15
Guillaume BERNARD "roule" pour qui ?????????
Titre de son article " LR" PARTICULIÈREMENT bousculés !!!!!!! alors que je lis, par ailleurs :
" dès le premier tour, les victoires ont été nombreuses : R.DATI la SEULE élue au PREMIER TOUR à PARIS !!!+ emblème de la génération 2014, Arnaud Robinet 66,32 % à Reims/François Baroin 66,8 % à Troyes, J.François Copé à Meaux 76,5 % et Hubert Falco 62 % à Toulon + Natacha Bouchart à Calais (50,32 %), Nicolas Darangon à Valence (59,45 %), Gilles Platret à Chalon-sur-Saône (52,9 %), Joël Bruneau à Caen (50,8%), Gil Averous à Châteauroux (70%), David Lisnard à Cannes (88%)…Dans plusieurs villes gagnées lors de la vague bleue de 2014, les maires LR confirment comme à Limoges pour Emile Roger Lombertie à Belfort pour Damien Meslot au LE TOUQUET (ville de Macron) avec FESQUELLE en tête....BIARRITZ avec Maider Osteguyen en tête etc....... mais je vais continuer à chercher car il y a aussi à Bordeaux N.FLORIAN "LR" devance celui des verts !! idem M.VASSAL 'LR" à MARSEILLE etc

A Toulouse, Jean-Luc Moudenc, qui a "fricoté" avec LREM arrive en tête mais avec seulement 35 % et sans réserve pour le second tour.