En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

04.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

05.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 1 heure 45 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 2 heures 20 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 3 heures 16 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 5 heures 32 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 9 heures 57 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 2 heures 4 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 2 heures 47 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 4 heures 19 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 7 heures 12 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 8 heures 33 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 8 heures 56 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 9 heures 33 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 10 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 10 heures 57 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 11 heures 41 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Atlantico Business

Les bourses s’effondrent... mais pourquoi ne les débranche-t-on pas ?

Publié le 17 mars 2020
Les cours de bourse ne valent plus rien. Du coup, certains acteurs commencent à se demander pourquoi on ne fermerait pas carrément les bourses en attendant le retour au calme.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les cours de bourse ne valent plus rien. Du coup, certains acteurs commencent à se demander pourquoi on ne fermerait pas carrément les bourses en attendant le retour au calme.

Hier lundi, il aurait sans doute fallu arrêter les opérations boursières. Les ventes flambaient comme le virus en Europe. La Bourse de Paris a terminé à -5,75%, après avoir cassé un plus bas à -10%. Les traders en avaient les larmes aux yeux d’avoir évité un nouveau krach. Et c’est vrai qu’en remontant à mi-pente comme cela, les marchés ont sauvé la face, mais certainement pas la valeur des actifs. D’où la question qui hante désormais les investisseurs et les observateurs. Quand est-ce-que les bourses occidentales cesseront de fonctionner pour arrêter le massacre ? Quand va-t-on débrancher les marchés financiers comme on débranche la plupart des entreprises ?

En cette période de confinement, il ne fait pas bon, pour s’occuper, de regarder l’évolution de son plan d’actions. L’épargnant craint pour son investissement en actions alors que les investisseurs professionnels ne sont pas plus avancés sur la gestion d’un portefeuille de titres en telle situation de crise sanitaire, et de crise qui dure. Mieux vaut prendre un abonnement à Netflix.

Les cours de bourse s’effondrent parce que les entreprises qu’ils incarnent et représentent ne travaillent plus qu‘au ralenti. Parce qu’une entreprise ne crée sa valeur que si elle fonctionne et qu’en ce moment, pour beaucoup, ce n’est plus le cas.

Avec des usines à l’arrêt, des points de ventes fermés et des travailleurs au chômage partiel, les conditions ne sont pas réunies pour que les entreprises puissent avoir une vision sur leur avenir proche.

La seule chose certaine pour l’instant, c’est, pour beaucoup de secteurs, la dégradation de leur chiffre d’affaire et donc de leurs bénéfices. Et ce, malgré les mesures d’urgence des banquiers centraux qui réinjectent des liquidités, malgré les annonces de gouvernements qui promettent d’ouvrir les vannes budgétaires, malgré la simultanéité et la coordination internationale de ces deux politiques – monétaires et budgétaires.

Le seul indicateur que semblent regarder les marchés est la propagation du virus et le nombre de cas (aujourd’hui on ne compte plus que les cas graves). Bref, rien ne semble pouvoir juguler la panique, mise à part l’évolution de l’épidémie, difficilement prévisible.

Tout comme les frontières se ferment, faut-il fermer temporairement les marchés boursiers qui établissent des cours de bourse qui n’ont plus d’autres significations que de mesurer la peur collective ?

Le projet de fermeture des marchés n’est pas tabou et bon nombre d’acteurs en discutent.

NYSE-Euronext, l’opérateur de la Bourse de Paris, le CAC 40, ainsi que d’autres bourses européennes et américaines, renvoie la balle, pour ce qui est de la France, à l’AMF – l’Autorité des Marchés Financiers qui en est le régulateur. Sauf que l’AMF n’a d’autorité que sur l’indice parisien et qu’elle justifie vouloir une réponse coordonnée. Une coordination qui peut mettre du temps avant d’autres dégâts.

Le problème qui fait hésiter les régulateurs est très simple. Le marché boursier est un facteur de liquidité et le système économique fonctionne parce que les marchés sont liquides à tout moment. Ils permettent aux actionnaires ou aux épargnants de recouvrer ses actifs à tout moment, de l’ouverture des marchés à la fermeture leurs actifs. On peut vendre ou acheter son titre avec un prix donné par le marché, c’est la base de l’investissement.

D’ordinaire cette mécanique est essentielle à la confiance dans le système. Exactement comme l’est la valeur d’une monnaie. Si on arrête la cotation, si on suspend la liquidité et on crée un précédent qui ébranlerait la confiance de tout investisseur. Ce qu’on paierait dans le futur.

Il y a pourtant eu des précédents. Mais ils n’ont jamais été décidés par les opérateurs de marchés. Le CAC40 n’a par exemple jamais fermé de manière exceptionnelle, depuis qu’il a été créé en 1988.

Mais si on prend l’histoire récente, on découvre que les bourses mondiales ont quand même été débranchées a des moment clés.

A Paris en mai 68, la Bourse a cessé ses activités pendant une quinzaine de jours à cause du contexte social, et avant ça, elle avait été interrompue en temps de guerre (1914 et 1940 pendant 9 ans).

Aux Etats-Unis, les attentats terroristes de 2001 qui ont abattu les tours du World Trade Center, avaient entraîné la fermeture temporaire de Wall Street, parce qu’il était devenu impossible de se connecter aux plateformes d’échange à cause des dégâts occasionnés.

On est passés tout près de la fermeture en 2008. Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne, parlait de « débrancher les marchés ». Les dirigeants politiques des principaux pays y réfléchissaient. Mais finalement les opérateurs s’y sont opposés et ont eu le dernier mot.

Sans aller jusqu'à la fermeture, il existe des mesures de prévention envers des krachs et de protection. Ces mesures sont d’ailleurs plus nombreuses et plus puissantes aux Etats-Unis qu’en Europe. Le système de coupe-circuits (circuits-breakers) s’active dès qu’il y a une chute importante. Ainsi, quand un titre baisse de plus de 7% (contre 10 en France), son échange est interrompu pendant 15 minutes (contre 3 minutes en France), pour permettre aux opérateurs de prendre du recul et d’apaiser les esprits. La chute ne peut pas dépasser 20% sur une séance. Mais le problème, c’est que la baisse peut s’étaler sur plusieurs séances…

Et quand on voit les clôtures sur les huit derniers jours, c’est bien ce qu’il se passe actuellement. Maintenant, la vraie question est de savoir quels sont les effets d’un effondrement aussi brutal.

A priori, de tels krachs ont pour objectif de mettre en phase la valeur marchande d’une entreprise avec sa valeur économique à un moment donné. Alors, sauf pour ceux qui ont un besoin urgent de cash, les autres n’ont qu’à faire le dos rond et attendre que les affaires reprennent et que ça remonte.

Le problème au pays de la bourse, c’est que ces périodes troubles aiguisent les appétits de ceux qui spéculent et notamment spéculent en pariant à la baisse (la vente à découvert).

Et une entreprise dont les titres se vendent massivement peut très bien changer de main en quelques jours. Les actionnaires paniquent ou ont besoin de cash, ils vendent à d’autres actionnaires qui pensent faire l’affaire de leur vie. Bref, certaines entreprises se retrouvent en risque de faiblesse économique puis capitalistique. C’est la double peine.

La bourse va sans doute continuer de déraper jusqu'au moment où le virus se calmera devant le vaccin miracle, le traitement ou les anticorps qu’il aura contribué à fabriquer. Le virus a ceci de particulier est qu’il fabrique sa propre mort. En attendant, il le fait très cher payer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 18/03/2020 - 20:13
Casser le thermomètre n'a jamais arrêté la fièvre, n'en déplaise
aux quelques grands cons irresponsables qui siègent pour quelques temps encore à l'Elysée ou à Matignon !...
Et que vont pouvoir faire 100. 000 gendarmes contre 66 millions de français en colère ???
Ça va se payer au prix fort et pas que dans la rue et sûr ...
bien au delà de nos frontières !...
assougoudrel
- 17/03/2020 - 12:01
Il faut leur mettre
des slips.