En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

02.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

03.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

04.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

05.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 8 min 49 sec
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 41 min 6 sec
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 1 heure 58 sec
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 2 heures 33 min
décryptage > International
Il y a mis du temps

Et Macron osa (enfin) nommer le Hezbollah

il y a 2 heures 51 min
décryptage > International
Grand silence à l’Est

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

il y a 2 heures 59 min
light > Media
"En toute franchise"
Ségolène Royal va intervenir régulièrement sur le plateau de LCI dans le cadre d'un débat
il y a 17 heures 21 min
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 34 min 30 sec
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 54 min 30 sec
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 1 heure 12 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 1 heure 58 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 2 heures 32 min
décryptage > Environnement
Quel sale temps

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

il y a 2 heures 55 min
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 16 heures 53 min
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 18 heures 34 min
pépites > Economie
Outils de lutte contre la crise et face à la pandémie
Le gouvernement présente son projet de budget 2021
il y a 19 heures 29 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Municipales

Recommencer les municipales à zéro

Publié le 16 mars 2020
Bien que prévisible, le constat sonne comme un choc : partout en France, où presque, l’abstention a battu des records lors du premier tour des élections municipales, organisé dimanche 15 mars en pleine pandémie de coronavirus.
Guillaume Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Bernard est maître de conférences (HDR) à l’ICES (Institut Catholique d’Etudes Supérieures). Il a enseigné ou enseigne dans les établissements suivants : Institut Catholique de Paris, Sciences Po Paris, l’IPC, la FACO… Il a rédigé ou codirigé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bien que prévisible, le constat sonne comme un choc : partout en France, où presque, l’abstention a battu des records lors du premier tour des élections municipales, organisé dimanche 15 mars en pleine pandémie de coronavirus.

Avec une abstention record (55 % soit près de 20 points de plus qu’en 2014 et plus du double de ce qu’elle avait été en 1977 et 1983), les résultats du premier tour des élections municipales n’ont strictement aucun sens. Les injonctions contradictoires de l’Exécutif ont brouillé les repères : comment expliquer, rationnellement, que les Français ne pouvaient plus se rendre au café ou à la messe mais qu’ils étaient, dans le même temps, invités à aller glisser un bulletin dans l’urne ? Dans ces conditions, il était prévisible que nombre d’entre eux ne feraient pas le déplacement à l’isoloir. Et, ce, d’autant plus que les listes étaient, dans de très nombreux cas, sans étiquette et donc assez difficilement identifiables du point de vue idéologique : les électeurs désirant envoyer un message national à l’occasion de ce vote local se sont donc démobilisés.

L’habituelle prime au sortant a encore été renforcée quels que soient, d’ailleurs, le camp politique, de droite, de gauche, modéré ou extrême. Les électeurs qui se sont déplacés ont choisi la continuité, ont préféré éviter un changement d’équipe municipale dans ces temps de crise sanitaire. Précaution assez logique mais qui dilue encore plus la lisibilité des résultats. Qui peut croire un instant à la parfaite sincérité sinon des votes exprimés du moins du vote dans sa globalité, de sa représentativité réelle ? En raison de l’ambiance délétère dans laquelle le scrutin s’est déroulé, de l’abstention décuplée et de la prime au sortant renforcée, il est raisonnable de douter de la réelle adhésion du corps électoral aux résultats du premier tour des municipales.

Cela est préoccupant car à la crise sanitaire pourrait s’ajouter un renforcement de la crise politique de plus en plus éclatante depuis plusieurs années. En effet, avec la présidentielle (où les orientations politiques nationales sont pliées grâce au phénomène majoritaire lors des législatives qui suivent), les municipales sont les élections qu’affectionnent le plus les Français. Parce qu’il s’occupe concrètement du bien commun quotidien, le maire est la seule personnalité politique encore appréciée des électeurs et vis-à-vis de laquelle ils ont le moins de défiance. Aussi, des municipales gâchées, c’est une part importante de la cohésion politique du pays qui part en lambeaux.

Les chefs des partis politiques ont, dans cet échec, une lourde responsabilité. Prenant d’ailleurs en otage les très nombreux candidats non affiliés à une formation partisane, ils ont poussé au maintien des élections, espérant profiter de la faiblesse du parti du président de la République (peu implanté localement) et tirer les marrons du feu à leur profit. Mais, dès dimanche soir, ils ont retourné casaque, appelant l’Exécutif à repousser le second tour (un décret devra être suivi du vote d’une loi), tout en validant les résultats du premier. Lamentable spectacle politicien maladroitement dissimulé sous les oripeaux de la responsabilité et du souci de la santé publique. Ils n’ont d’ailleurs pas pris beaucoup de risques tant tout le monde ou presque dans le milieu politique et journalistique savait, dès dimanche après-midi, que le confinement général de la population interviendrait très rapidement et donc entre les deux tours. Le second tour n’aura pas lieu le 22 mars comme cela était initialement prévu : à l’heure où ces lignes sont écrites, lundi 16 mars dans la matinée, plus personne n’en doute.

    Mais, que faudra-t-il faire pour reprendre le processus démocratique ? Légalement, les deux tours des municipales ont lieu à huit jours d’intervalle. Repousser le second tour implique, normalement, d’annuler le premier. Si tant est que les politiques en décidaient autrement, il y aurait un second tour plusieurs mois après le premier : au mieux fin juin (trois mois après), plus vraisemblablement en septembre (six mois après), peut-être en mars 2021 en parallèle des départementales (douze mois après).

Est-il raisonnable, dans ces conditions, de geler les résultats du premier tour et de les conserver dans le formol ? Hibernatus au pays des politiciens ! Coûte que coûte, ils veulent durer et s’imposer. Peut-on sérieusement avancer que l’opinion réelle des Français sera respectée s’ils ne peuvent se prononcer que sur la base d’un premier tour où nombre d’entre eux, craignant légitimement pour leur santé et celle de leur proches, ont renoncé à s’exprimer ? Franchement, faut-il répondre explicitement à ces interrogations ? Quant aux listes qui ont obtenu, dès le premier tour, la majorité absolue des suffrages exprimés, auront-elles le temps d’élire le maire avant le confinement général ? Il est possible d’en douter. Et auront-elles vraiment un intérêt politique à tirer, pendant six ans de mandat, le boulet d’avoir été élue le 15 mars en pleine expansion de l’épidémie ? Il y aura les maires normaux élus une fois la crise surmontée et il y aura les maires coronavirus, élus dans de mauvaises conditions et donc politiquement affaiblis.

    Les municipales de mars 2020 : un flop monumental dû à l’orgueil et l’inconscience des politiques de partis, une élection à refaire entièrement, un processus électoral à reprendre depuis le début avec de nouveaux dépôts de candidatures.

 

Guillaume Bernard, Maître de conférences HDR (ICES), Professeur associé (Université Laurentienne) ; dernier ouvrage paru : La guerre à droite aura bien lieu, Le mouvement dextrogyre, DDB, 2016.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 16/03/2020 - 23:47
Ouf ! Je n'aurai pas à revoter !
Si j'en crois le cours de droit constitutionnel donné aux infos, si l'on se réfère à un cas précédent, les élus au premier tour resteront élus. Mais peut-être faudra-t-il tout recommencer pour les ballottages. L'info étant très mouvante en ce moment, on nage en pleine incertitude... J'avoue que ce cafouillage constitutionnel n'est pas de nature à renforcer l'autorité du gouvernement ! Et puis la France, l'Europe confinées... la sortie du brouillard n'est pas pour demain.