En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 47 min 2 sec
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 3 heures 7 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 5 heures 27 sec
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 6 heures 49 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 7 heures 22 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 7 heures 42 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 7 heures 58 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 8 heures 36 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 9 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 28 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 2 heures 58 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 4 heures 55 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 7 heures 31 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 9 heures 23 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 23 heures 41 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 1 heure
© ADEM ALTAN / AFP
© ADEM ALTAN / AFP
« Make Turkey great again ! »

Le néo-ottomanisme d'Erdogan à l'épreuve de la réalité

Publié le 15 mars 2020
Ardavan Amir-Aslani revient sur les choix, la stratégie et l'héritage politique de Recep Tayyip Erdogan. Le conflit syrien a de plus en plus isolé la Turquie ces derniers mois.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani revient sur les choix, la stratégie et l'héritage politique de Recep Tayyip Erdogan. Le conflit syrien a de plus en plus isolé la Turquie ces derniers mois.

Fort d'une éclatante réussite économique, avec un taux de croissance « chinois » à deux chiffre et des indicateurs de développement plus proches des démocraties occidentales que des régimes autoritaires du Moyen-Orient, Recep Tayyip Erdogan s'est vu récompensé jusqu'en 2019 par des succès électoraux – certes parfois entaché d'irrégularités – incontestables, qui ont conforté son pouvoir. 

Si aujourd'hui, le ralentissement économique de la Turquie lui a coûté la fin du soutien d'une bonne moitié de la population turque, l'affaiblissement de son parti, l'AKP, et la perte d'Istanbul et des principales grandes villes du pays aux élections municipales de 2019, Erdogan n'en reste pas moins plus déterminé que jamais à mettre en œuvre ce qui constitue le cœur de son programme politique : « Make Turkey great again ! », rendre à la Turquie sa grandeur du temps de l'Empire ottoman et en faire de nouveau une grande puissance diplomatique et militaire, leader des nations musulmanes du Moyen-Orient. 

La démarche d'Erdogan, certes motivée par une histoire personnelle marquée par les vicissitudes politiques de la Turquie au cours de la seconde moitié du XXème siècle, s'inscrit néanmoins dans un héritage politique finalement ancien. Après l'effondrement d'un Empire rongé par la corruption, Mustapha Kemal « Atatürk » voulait déjà faire de la Turquie une grande puissance en la reconstruisant sur le modèle des démocraties occidentales laïques et en bannissant notamment le religieux de la sphère publique. 

Erdogan poursuit ce même objectif d'un retour de la grandeur perdue, mais n'a jamais caché chercher son modèle dans le souvenir, parfois fantasmé, de l'Empire ottoman de Soliman le Magnifique ou de Mehmet II le Conquérant. Son indéniable talent d'orateur et de galvaniseur de foules, couplé à un programme national-populiste et une tendance personnelle à l'autoritarisme, a su séduire les Turcs lorsqu'avec l'AKP, il arriva au pouvoir 2002 en promettant de faire de la Turquie, qui plaidait jusqu'alors pour entrer dans l'Union européenne, non pas un « valet » de l'Europe, mais bien une puissance du Moyen-Orient sous l'égide de l'Islam.  

Certes, au cours des dernières années, Erdogan a étendu l'influence de la Turquie jusqu'en Afrique, et dans les terres jadis territoires de l'Empire ottoman : les Balkans et le Caucase, et même au-delà, en Asie centrale, qui a connu l'influence de la culture et de l'islam turcs durant des siècles. A la faveur des printemps arabes de 2011, il a commencé à développer une diplomatie impérialiste, intervenant notoirement en Syrie et plus récemment en Libye, devenant un acteur incontournable de la résolution de ces conflits. Mais cette vision possède un talon d'Achille : la latitude laissée à Erdogan pour mener à bien sa diplomatie agressive est corrélée en majeure partie à la stabilité économique de son pays, ce qui la rend par nature extrêmement fragile. En outre, le puissant hybris d'Erdogan a pu l'amener à commettre d'importantes erreurs stratégiques.

La première, qui touche à un manque de réalisme, concerne l'accueil que les pays arabes pouvaient réserver à une puissance ottomane ressuscitée. Pour des raisons historiques évidentes, la majeure partie des Arabes du Moyen-Orient, comme les Grecs, considèrent les Turcs avant tout comme des envahisseurs et des occupants, et sont restés marqués en négatif par le souvenir de plusieurs siècles de domination ottomane. A l'orée des printemps arabes, la Turquie a cru y voir l'occasion de retrouver son prestige auprès des anciens peuples de son empire – ce qui ne s'est pas produit. A ce titre, le soutien exclusif accordé aux Frères musulmans, notamment en Egypte avec Mohammed Morsi, s'est révélé un calcul improductif et à courte-vue. Aujourd'hui, l'Egypte d'Al-Sissi, soutenue de surcroit par les Emirats Arabes Unis et l'Arabie Saoudite, s'oppose clairement à la Turquie, notamment en Libye. 

L'impérialisme turc a surtout amené la Turquie à se retrouver de nouveau en concurrence avec deux anciens rivaux historiques : la Russie et l'Iran. 

L'engagement en Syrie, où Erdogan affichait trois objectifs – la chute d'Assad, la destruction des peshmergas kurdes et, plus tard, la lutte contre Daech – fut une campagne irréfléchie par bien des aspects. S'y engager sans allié au sein l'OTAN ou de l'Union européenne, face à la Russie – de surcroit membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU - et à l'Iran qui soutiennent le régime en place, l'a entraîné dans un bourbier complexe auquel s'est rapidement ajoutée la question des réfugiés.

A ce titre, le conflit libyen est un nouvel exemple de la stratégie hasardeuse d'Erdogan et de son isolement. Il est devenu le théâtre d'une guerre par procuration entre la Turquie – qui a des intérêts économiques dans le pays et des contrats datant de l'ère Kadhafi à faire honorer – et le Qatar, son seul allié dans le Golfe Persique, contre les Emirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite. La Russie, remplissant le rôle de « gendarme du Moyen-Orient » laissé vacant par les Etats-Unis, y joue à nouveau un rôle d'arbitre ambigu, à la fois pompier et pyromane. Son soutien clairement affiché au maréchal Haftar, auquel Vladimir Poutine fournit technologie et mercenaires, pourrait l'opposer une nouvelle fois à la Turquie, ce qui est pour l'instant évité depuis que les deux dirigeants ont trouvé un accord – aux conditions du président russe, devenu désormais en Syrie et en Libye le maître du jeu. 

Par effet dominos, ce conflit isole encore un peu plus la Turquie en Méditerranée orientale, où Chypre, Israël et l'Egypte, alliés pragmatiques autour d'intérêts stratégiques et énergétiques, s'emploient constamment à exclure la Turquie de leurs négociations. 

Comme la Russie, l'Iran est un adversaire de la Turquie de très longue date, avec laquelle il partage l'une des frontières permanentes les plus anciennes du monde. Le conflit syrien constitue  d'ailleurs leur premier affrontement direct depuis plusieurs siècles. A cette occasion pourtant, c'est l'Iran qui a largement contribué à isoler la Turquie sur la scène politique du Moyen-Orient. A l'inverse des Iraniens qui ont su patiemment bâtir un réseau de soutiens et d'intermédiaires de Bagdad à Beyrouth en passant par Damas, la Turquie n'a pas su développer en Syrie de relais locaux parmi les populations druzes, alevis, sunnites et chrétiennes, et évidemment kurdes, en raison principalement de la proximité d'Erdogan avec les Frères musulmans, pourtant minoritaires en Syrie, qu'il a considérés comme ses seuls soutiens nécessaires. A ce titre, le soutien immédiat, mais réduit à son expression la plus minimale, de la Turquie envers l'Iran après l'assassinat du général Soleimani, architecte du réseau de soutiens iraniens dans la région, fut significatif. 

Tout en rejetant de plus en plus radicalement l'Union européenne et l'OTAN, la Turquie n'a pas réussi à se créer d'alliés au Moyen-Orient et en a même perdu.  A l'inverse de la Chine, de la Russie ou de l'Iran, qui sont respectés ou craints, la Turquie est simplement seule : sa politique pro-Frères musulmans lui a coûté l'Egypte et le Conseil de Coopération du Golfe, avec la seule exception du Qatar, la met en danger face à l'Iran et la rend tributaire de la Russie, autre vieil ennemi historique. Cette situation est clairement le résultat de politiques mal pensées, mal exécutées, qui ont donc échoué dans leurs objectifs. 

A défaut d'avoir rendu sa grandeur à la Turquie, Erdogan l'aura pour l'heure fortement isolée. Paradoxalement, ce constat et les faiblesses de l'économie turque n'ont que peu de chances de l'amener à réviser sa stratégie et se rapprocher des alliés traditionnels de la Turquie, voire même de l'Union européenne, tant le ressentiment envers l'Occident et les questions identitaires constituent aujourd'hui son seul projet politique. En outre, le président turc peut encore se prévaloir, pour protéger son pouvoir, de l'amitié de deux leaders qui lui ressemblent : Vladimir Poutine et Donald Trump. De ce fait, rien semble être amené à évoluer d'ici les prochaines élections présidentielles en 2023. L'année suivante, chargée de symbole, coïncidera avec le centenaire de la chute du califat ottoman. Peut-être verra-t-elle également survenir la chute d'Erdogan, lui qui voulait tant le restaurer. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 15/03/2020 - 22:35
Erdogan doit son succès à l'occident comme la chine d'ailleurs !
Sans l'occident le "commandeur des croyants" voyagerait sur le dos d'une chèvre tellement il a régressé par rapport à Ata Turk ! il oublie aussi que ses principaux clients sont les européens d'abord les américains ensuite les russes encore moins . . .
. Il y a sur la planète d'autres sources d’approvisionnement que la Turquie et les robots dont s'équipent les européens vont marquer un coup d'arrêt supplémentaire à son expansionnisme y compris à travers ses mosquées surtout allemandes.
clo-ette
- 15/03/2020 - 12:55
A vol d'oiseau
Les pays de notre planète se touchent, il n'y a pas de frontières, mais celles ci sont virtuelles qui séparent les civilisations, ce qui fait que Turquie et Iran sont lointains, c'est une erreur évidemment , et ces articles de géopolitique d'Ardavan- Amir sont fort interessants !