En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

05.

Certificats de virginité : Marlène Schiappa accuse les "évangélistes" de propager cette détestable pratique

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 15 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 21 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 22 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 5 jours 18 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 18 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 20 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 23 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 5 jours 20 min
© PATRICK KOVARIK / AFP
© PATRICK KOVARIK / AFP
Bonnes feuilles

Les vérités de Séverine Servat de Rugy sur les fake news, les attaques et les rumeurs liées au "homard gate"

Publié le 14 mars 2020
Séverine Servat de Rugy publie "La marche du crabe" aux éditions Michel Lafon. Elle a choisi d’écrire un livre pour opposer le temps court de la réaction au temps, un peu plus long, de l'analyse. Pour sortir du rôle qui lui avait été assigné par la force des choses, des fantasmes, de l'appareil ou de l'apparat même : celui d'un bon petit crabe. Extrait 1/2.
Séverine Servat de Rugy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste, Séverine Servat de Rugy a travaillé chez Sygma et à Radio Notre-Dame. Elle est aujourd'hui chef de rubrique à Gala. Elle est l'épouse de François de Rugy depuis le 16 décembre 2017.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Séverine Servat de Rugy publie "La marche du crabe" aux éditions Michel Lafon. Elle a choisi d’écrire un livre pour opposer le temps court de la réaction au temps, un peu plus long, de l'analyse. Pour sortir du rôle qui lui avait été assigné par la force des choses, des fantasmes, de l'appareil ou de l'apparat même : celui d'un bon petit crabe. Extrait 1/2.

Moi qui n’ai jamais connu de conflit d’intérêts, qui ne dois ma carrière qu’à mon travail, qui n’ai jamais eu d’autres revenus que salariaux (ni spéculation ni revenus immobiliers d’aucune sorte), il fallait pourtant bien qu’on me trouve des tares… C’est ce qui a été tenté. Je ne reviendrai dans le détail que sur mon cas, mais je rappellerai qu’au même moment, François a dû faire face à une accusation de fraude fiscale dont il a été démontré qu’elle était fausse, ou d’avoir loué un logement social, ce qui était tout aussi faux. Or aucune contre-enquête n’a été menée, à l’exception de celle du JDD pour l’ensemble des propos diffamatoires déversés, et pour le seul cas du logement social par Ouest-France, Capital et Le Parisien. Des pailles dans un océan de fake news. Voici les principales attaques.

Un sèche-cheveux plaqué or 

Le Parisien a mentionné « un sèche-cheveux doré à la feuille d’or » d’un montant de 499 euros acquis « sur l’argent de l’Assemblée » par Séverine Servat de  Rugy. En arrivant à l’hôtel de Lassay, nous nous installions a priori pour cinq ans, et l’appartement était fourni comme un meublé, sèche-cheveux compris, un seul pour potentiellement cinq personnes et deux salles de bains. Il fallait un deuxième sèche-cheveux. On m’a demandé quelle était ma préférence. J’ai indiqué, c’est vrai, un modèle d’une marque un peu onéreuse, Dyson. Ce sèche-cheveux de couleur blanche était si performant qu’il pouvait m’éviter de dépenser de l’argent et du temps chez le coiffeur à chacune des sorties auxquelles j’accompagnais François. L’intendance en a fait l’acquisition aux alentours de 250 euros en promotion. C’est un accessoire que nous avons laissé sur place en quittant l’hôtel de Lassay. On aurait pu me dire : « Prenez-le à votre charge et vous l’emporterez en partant. » Nous sommes partis, je l’ai laissé sur place et… j’en ai acheté un autre à ma charge que j’ai emporté cette fois en partant du ministère. Par quel mécanisme malveillant la somme inventée de 499 euros et la photo d’un sèche-cheveux en plaqué or est-elle arrivée au Parisien ? C’est le mystère de la rumeur et des ragots.

Un chauffeur pour mon fils 

On a aussi prétendu (là je ne peux pas citer un seul média, cela en concerne une bonne dizaine sur Internet et dans les versions papier, et des plus sérieux) qu’un chauffeur de François servait à amener mon fils à l’école. J’ai dû empêcher ce dernier qui avait alors douze ans d’écrire aux médias pour démentir. En effet, il prenait, comme moi, le métro tous les jours. Je ne peux pas dire la vérité autrement qu’aussi platement. C’est certain, voilà qui fait moins rêver et parler dans les dîners que le fantasme du petit Lord Fauntleroy débarquant à l’école en direct de sa limousine. J’en profite ici pour saluer l’initiative du forfait Imagine R Scolaire pour les déplacements des enfants de moins de seize ans d’Île-de-France que j’ai couplé à mon pass Navigo. 

Un dressing de princesse 

En arrivant dans le logement de fonction du ministère, j’ai pu constater, je l’ai déjà évoqué, que les lieux n’étaient manifestement pas destinés à accueillir une famille, notamment en termes de rangements. Nicolas Hulot, le précédent locataire, y vivait seul, et avant lui, Ségolène Royal avec sa fille. J’ai donc défait les cartons d’une famille de trois à cinq personnes sans savoir où disposer la plupart de nos affaires. Dans ces cas-là, il est question de recourir au mobilier national pour demander des armoires. Mais le mobilier national est plus fourni en tapisseries d’Aubusson qu’en utilitaires. J’ai alors demandé par texto au chef de cabinet s’il était envisageable –  on ne vous délivre pas un manuel des usages quand vous arrivez dans l’endroit, il faut toujours demander pour savoir quoi faire ou non  – d’installer le modèle de placards Pax d’IKEA. Les services administratifs ont alors proposé de recourir à un menuisier en interne, en m’expliquant que cela serait aussi simple et de qualité plus robuste. Puis le menuisier, trop sollicité par les autres ministères, ayant dû se désister, il a été fait appel à un prestataire extérieur sans que François ni moi n’ayons été impliqués dans cette décision finale. Pour ma part, peu m’importait qu’il s’agisse de placards IKEA ou de sur-mesure plus luxueux, étant donné qu’il s’agissait d’une résidence temporaire et que nous n’emporterions rien avec nous. C’est un soin que nous avons laissé à ceux qui régissaient les lieux. Bien naturellement, la terminologie «  placard  », qui n’est guère séduisante, s’est transformée en « dressing » pour faire le buzz. Il est vrai que le terme dressing revêt un double sens : le premier désigne une pièce ou un espace dédié aux rangements et le second une penderie. En l’occurrence, les penderies avaient été placées contre le mur d’un couloir menant à la cuisine, elle-même placée dans le prolongement de la chambre occupée par mon fils… Mais la désignation « dressing » a été unanimement adoptée par les contempteurs. Les mots ne sont jamais neutres.

Des dîners fastueux avec mes amis Pour le traitement de dîners – une dizaine en deux ans – dont il a été question, quel était mon rôle ? Je dirais celui d’une sorte de maîtresse de maison  : recensement du nombre, information sur des désistements ou sur la possibilité de garer des voitures dans la cour (comprenant l’échange avec le service de sécurité pour vérifier les plaques d’immatriculation), placement à table. Bref, rien de bien excitant, ni de très girl power. Ce n’est ni François ni moi qui établissions les menus ou choisissions les vins, mais la cheffe des cuisines de l’Assemblée. Ces quelques dîners, à vocation professionnelle pour mon mari, ont fonctionné par thématiques  : universitaires, patrons de start-up, médias. J’aurais aussi bien pu ne pas être présente, car bien peu de gens se sont réellement intéressés à moi en cette occasion. Tout le monde vouvoyait François ou l’appelait Monsieur le Président. Ces dîners, dont je n’étais pas l’instigatrice ou le centre ou la grande ordonnatrice, mais plutôt une sorte de petite main, procédaient, j’en suis témoin, de la volonté de François en tant que président de l’Assemblée d’y faire entrer de nouveaux points de vue. De la même façon que de nombreux députés étaient issus de la société civile, il était question de sortir des seuls rapports d’énarques et de discuter de problématiques sociétales. Certains des invités, je les connaissais, oui. Car il arrive que je croise des gens de qualité et que nous nous appréciions. Il y avait tel professeur de droit ou tel professeur de sociologie, il y avait aussi tel journaliste ou écrivain enquêteur, qui font par ailleurs partie de mes connaissances. Mais il n’y a jamais eu une seule personne présente qui se trouvât en rapport direct avec mon métier. Même si, bien sûr, certains médias ont insisté sur ma profession, pour tenter de créer un amalgame glamour et semer la confusion sur l’identité et les propos des convives. Si, dans ces dîners comme ailleurs, je n’ai jamais voulu me montrer froide, hautaine ou distante parce que ce n’est pas mon genre et qu’une forme de bonhomie peut aider au dialogue, je n’ai pas gardé de cette période l’idée que je m’amusais. Et encore moins François, qui a par nature une forme de réserve. Il écoutait et échangeait. Par ailleurs, le caractère fastueux a tenu au fait que ces dîners se déroulaient dans les salons de réception du rez-de-chaussée de l’hôtel de Lassay (les cuisines sont en sous-sol). Ils sont impressionnants par la hauteur des plafonds, les dorures, les grands miroirs et la vue sur le jardin éclairé en soirée. 

Je veux bien croire que cela ait suffi à donner une impression de faste. D’ailleurs, je veux bien croire que le mot « faste » vienne à l’esprit dès qu’on passe le seuil d’un hôtel particulier du xviiie  siècle tenu par un minimum de protocole.

Extrait du livre de Séverine Servat de Rugy, "La marche du crabe", publié aux éditions Michel Lafon

Lien vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 14/03/2020 - 16:44
la pauvre choutte....
On ne comprend pas pourquoi elle n'a pas fait des économies en écrivant son bouquin avec Penelope....deux maîtresses de maison (pardon madame Schiappa) toutes dévouées
http://kelenborn.e-monsite.com/pages/nouvelles-1/le-rat-qui-rit/214-les-de-rugy-innocents-la-preuve.html
On n'oubliera cependant pas que De Rugy faisait partie d'une formation politique où l'on professe la frugalité quand ce n'est pas la décroissance!!!
Il est vrai que quand les salauds de pauvres qui se ruent sur le Nutella auront été privés de leurs nourritures malsaines et polluantes, il restera le homard, produit naturel mais dont la rareté exige qu'on le protège par un prix élevé
BEURK !
Patyz
- 14/03/2020 - 16:33
Ce livre malheureusement
Ce livre malheureusement sera contre productif, au mieux il agacera au pire il confortera les plus sceptiques , le silence aurait été préférable à un culot indécent
Patyz
- 14/03/2020 - 16:33
Ce livre malheureusement
Ce livre malheureusement sera contre productif, au mieux il agacera au pire il confortera les plus sceptiques , le silence aurait été préférable à un culot indécent