En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
Inquiétude à gauche

"Au secours, la droite revient!" : panique chez les bobos, un virus pire que le Coronavirus les cloue d’angoisse

Publié le 12 mars 2020
Edouard Husson revient sur les clivages entre la droite et la gauche et sur les critiques portées contre la droite conservatrice.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson revient sur les clivages entre la droite et la gauche et sur les critiques portées contre la droite conservatrice.

L'épouvantail à bobos. 

"Au secours, la droite revient!"

L'une des affiches électorales les plus ratées de l'histoire politique française date de 1986. Le Parti socialiste au pouvoir avait inventé le slogan "Au secours la droite revient!". Alors que le Premier ministre sortant Laurent Fabius avait été chargé par François Mitterrand de mettre en œuvre une politique d'alignement du franc sur le Deutsche mark - pas précisément une politique économique de gauche - les affiches étaient censées mobiliser l'électorat de gauche. J'ai le souvenir de trois affiches différentes: un avocat, une femme cadre et une gardienne d'immeuble avaient une grimace d'épouvante tandis que le slogan principal était complété par des exemples de mesures politiques libérales que le RPR et l'UDF, ensemble, s'apprêtaient à prendre. Il est probable que des affiches aussi caricaturales, qu'une droite ayant un peu d'humour aurait pu fabriquer, ont convaincu quelques centaines de milliers d'électeurs de s'abstenir.  

Ces affiches me sont revenues à l'esprit en lisant la petite salve d'articles publiés ces derniers jours par le journal "Le Monde" sur le thème de l'omniprésence médiatique dangereuse des ultraconservateurs et de l'extrême droite. Certes nous sommes trente-cinq ans plus tard; la gauche s'est totalement acoquinée avec le néo-libéralisme, dont Macron est l'ultime représentant français, qu'elle peut difficilement nous convaincre que le danger viendrait du capitalisme. En revanche, depuis quelques années, la machine à dénoncer 'la droite de la droite" revient. En l'occurrence, un article sur la domination des polémistes de la droite dure dans les débats télévisés; un autre sur le "national-populisme"; un troisième enfin sur la revue "Eléments" sont censés nous convaincre que le fascisme rôde. 

"No pasaran!"

Le Monde ne semble pas se rendre compte de l'inadéquation de tels articles avec les enjeux du moment. On aurait attendu du quotidien fondé par Hubert Beuve-Méry qu'il martèle sans relâche sur l'amateurisme de l'équipe gouvernementale en termes de réforme des retraites ou sur le 49.3 de complaisance ! Mais non, on préfère passer son temps à pourchasser un épouvantail à bobos. Et je suis un lecteur peu recommandable de ne pas prendre au sérieux la vigilance de notre quotidien du soir! Pensez donc: j'ai pris le temps de lire les articles, en.me disant que j'avais manqué quelque chose; et puis rien. J'aurai même le mauvais goût de le demander si les fameux polémistes de droite (Zemmour en tête) et leurs alliés de la gauche réactionnaire (entendez ceux qui croient encore à la République) sont autre chose que l'alibi d'un système médiatique qui pratique allègrement la chasse aux fake news - entendez une censure moderne.  Et puis je ferai savoir ma lassitude quant à l'éternel recyclage de l'antifascisme. Le fascisme est une plante vénéneuse produite par la gauche d'après la Première Guerre mondiale, traumatisée par la défaite de l'internationalisme en 1914 et pratiquant la récupération du nationalisme humilié en Italie ou en Allemagne. 

La gauche a une conception religieuse de la politique 

Mais je suis irrécupérable précisément parce que je ne suis pas de gauche. D'une part je n'ai pas une vision religieuse de la politique; d'autre part je crois à la démocratie comme lieu de la compétition des idées. 

Il faut lire et relire le très beau livre de Jean-Louis Harouel, "Droite-Gauche. Ce n'est pas fini" paru en 2017. Non seulement l'auteur y expose de façon magistrale les liens, bien connus depuis Eric Voegelin, entre la gauche et de grands courants religieux tels que la gnose ou le millénarisme. Mais il fait parfaitement comprendre le mécanisme qui a consisté depuis les Lumières, non pas à séculariser la vie mais à sacraliser la politique après avoir expulsé le christianisme du champ de la raison. Au fond pourchasser "l'extrême droite" ou les "ultraconservateurs" c'est chercher dans un monde sans Dieu à dresser les bûchers d'une nouvelle sorcellerie, d'une nouvelle hérésie. Et c'est là le plus essentiel: la gauche de 2020, comme ses ancêtres de 1920 ou de 1789, ne conçoit pas la politique comme l'espace raisonnable d'une concurrence entre des idées plus ou moins adaptées au réel  Elle y voit une question de tout ou rien, un sujet religieux. Et quand elle s'est elle-même ralliée par goût du pouvoir au capitalisme, elle soit chercher des ennemis, pour apaiser ses fidèles déçus. 

Si seulement il y avait une telle cohérence intellectuelle à droite! 

Il se trouve que la droite conservatrice intellectuelle française et les compagnons de route de la gauche républicaine ne sont pas climato-sceptiques. Sinon il y aurait eu une autre salve. Il se trouve aussi que la Manif pour Tous a raté son opposition à l'extension du champ de la PMA. Les manifestations n'ont pas la dimension de celles de 2013. Nous n'avons pas eu droit par conséquent à un amalgame élargi. Mais cela ne change rien au fait qu'une certaine gauche intellectuelle est incapable de sortir (depuis Voltaire) du complotisme et de la chasse aux sorcières. Et que la même gauche a une vision absolue de la politique, où il n'y a pas de place pour une opposition. Elle se trouve plus à l'aise avec la religion de l'Europe verte d'un Emmanuel Macron qu'avec le réalisme d'un Boris Johnson. 

C'est d'ailleurs la force de l'actuel président: il continue à plaire à une gauche médiatique qui lui sait gré, secrètement, d'avoir tué le débat. Et qui pour préparer sa réélection cherche à constituer un nouvel ennemi. Si seulement la droite intellectuelle conservatrice avait la force et la capacité d'influence que lui prête Le Monde, est-on tenté de dire. Cela permettrait un de ces débats qui font vivre la démocratie. Mais on est encore loin du compte. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
guzy1971
- 13/03/2020 - 10:22
ok ok
mais dire "Le fascisme est une plante vénéneuse produite par la gauche d'après la Première Guerre mondiale, traumatisée par la défaite de l'internationalisme en 1914 et pratiquant la récupération du nationalisme humilié en Italie ou en Allemagne" est fort de café, même si personne ne nie qu'il y a des éléments de gauche dans le fascisme, qui se veut "en même temps droite et de gauche" est fort de café. Des personnalités de gauche sont passé à droite à cette époque et on sait que la collaboration avait son lot d'ex socialistes.

Husson tombe dans les travers qu'il dénonce. J'ai pas l'impression que les partis de gauche quelle que soit la tendance ont été à la fête en Italie et en Allemagne à cette époque !
Hiris
- 13/03/2020 - 10:19
Didou 33 vous m avez bien fait rire
Vous auriez pû rajouter qu' ils ont prestement mis sous le tapis la définition du nazisme comme national socialisme !
Si la gauche médiatique comme le dit l article soutient l actuel locataire de l Élysée ce n est pas seulement parce qu' il a éliminé le débat en bénéficiant de soutiens zélés mettant Fillon en examen ,mais tout simplement parce qu il est l un des LEURS ....ancien ministre de Hollande ,le en même temps n est qu' un artifice pour couillons !
tubixray
- 13/03/2020 - 09:13
Si c'était vrai ....
Que la droite puisse revenir.
Une tache herculéenne lui serait nécessaire pour briser le barrage médiatique et judiciaire érigé par la gauche depuis 1981.
Excellente définition donnée par Didou33 sur la droite / gauche.