En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 12 min 18 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 21 min 40 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 41 min 58 sec
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 55 min 1 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 3 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 14 heures 38 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 15 heures 34 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 17 heures 51 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 6 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 15 min 30 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 40 min 19 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 50 min 5 sec
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 38 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 14 heures 23 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 5 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 16 heures 37 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 19 heures 31 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 20 heures 51 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 21 heures 14 min
© KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Bonnes feuilles

Le plus glamour des cas cliniques : Mariah Carey et son combat contre les troubles bipolaires

Publié le 07 mars 2020
Jean-Victor Blanc a publié "Pop & psy, comment la pop culture nous aide à mieux comprendre les troubles psychiques" aux éditions Plon. La représentation des troubles mentaux est généralement erronée et paradoxale. Fréquemment abordée, la maladie mentale reste pourtant mal comprise. Extrait 1/2.
Jean-Victor Blanc
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Médecin psychiatre à l'hôpital Saint Antoine à Paris, Jean-Victor Blanc s'y occupe (entre autres) des addictions de la génération millennials et des patients atteints de troubles bipolaires. Passionné de Pop culture, il en a fait un sujet de conférences...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Victor Blanc a publié "Pop & psy, comment la pop culture nous aide à mieux comprendre les troubles psychiques" aux éditions Plon. La représentation des troubles mentaux est généralement erronée et paradoxale. Fréquemment abordée, la maladie mentale reste pourtant mal comprise. Extrait 1/2.

En avril 2018, la diva Mariah Carey révèle en couverture du magazine américain People son « combat contre le trouble bipolaire ». L’interview développe les difficultés auxquelles elle a été confrontée avant de retrouver un équilibre. Et, breaking news, ce sont les mêmes que tous les patients atteints de trouble bipolaire, même quand ils n’ont pas vendu 200 millions d’albums. Les troubles bipolaires concernent entre 1 % et 5 % de la population générale, que l’on soit à New York (aux États-Unis), Paris (en Europe) ou Hong Kong (en Asie). 

Les propos de l’iconique diva vont permettre ici d’illustrer les hauts et les bas de la maladie bipolaire. 

Les symptômes 

« Il ne s’agissait pas d’une insomnie normale, je n’étais pas allongée là à compter les moutons. Je travaillais, travaillais, travaillais. Je pensais que travailler et faire de la promotion pendant plusieurs jours d’affilée, sans dormir, faisait juste partie de ma vie. J’étais irritable et j’avais constamment peur de décevoir les gens. En fait, je vivais une forme de manie. Puis, après un certain temps, je m’effondrais. Je pense que mes épisodes dépressifs étaient caractérisés par un manque d’énergie. Je me sentais tellement fatiguée, seule et triste – voire coupable de ne pas faire ce que j’aurais dû faire pour ma carrière. » 

Le trouble bipolaire se caractérise ainsi par des phases dites « maniaques ». Elles n’ont rien à voir avec le sens commun, qui en français renvoie à un goût extrême pour la propreté, l’ordre ou les habitudes. Le terme médical désigne des phases d’excitation et d’hyperactivité qui durent au moins une semaine (voir « Épisode maniaque, p. 35). 

Ces phases sont parfois très plaisantes pour les patients, qui ont alors une estime d’eux-mêmes et une énergie augmentées. Elles peuvent aussi être caractérisées, comme le dit Mariah Carey dans l’interview, par de l’irritabilité. Il y a dans ces phases une réduction du besoin de temps de sommeil, allant parfois jusqu’à l’insomnie complète, sans fatigue, avec des nuits qui peuvent alors être consacrées à travailler, chanter, écrire, faire la fête ou le ménage. Ces phases entraînent parfois des troubles du comportement. Des mises en danger physiques, des dépenses inconsidérées, des disputes, des rapports sexuels à risque, des usages de substances psychoactives ou des infractions sont alors fréquents. Lorsque les phases d’excitation sont d’intensité moindre, on parle alors de phases hypomaniaques. Quand il y a au moins une phase maniaque (intense), il s’agit d’un trouble bipolaire de type I, quand il n’y a que des phases hypomaniaques, de type II (voir « Watch Your Mouth », p. 36). 

Comme le nom « bipolaire » l’indique, la maladie est caractérisée par des épisodes dépressifs en alternance des phases d’excitation. Ce sont souvent eux qui amènent les patients à consulter. Ils s’identifient par une rupture du comportement habituel de la personne pendant au moins quinze jours, avec une humeur triste ou un déficit d’émotions positives, ainsi que des symptômes associés comme un trouble de la concentration, du sommeil ou de l’appétit, et une grande fatigue (voir chapitre 2, p. 39). 

Le retard diagnostic 

« J’ai été soignée pour dépression, anxiété et troubles du sommeil. À ce stade de ma vie, je n’ai pas envie d’accuser qui que ce soit. C’est négatif, et c’est de l’histoire ancienne. » 

Si l’apaisement et l’absence de revendication de l’auteure du cultissime « All I Want For Christmas Is You » sont remarquables, ils pointent là encore une réalité scientifique  : il y a en moyenne dix ans de retard entre les premiers symptômes de bipolarité et le diagnostic. Cela s’explique en partie par le fait que le trouble bipolaire commence souvent par un épisode dépressif et non une phase d’excitation –  qui elle seule permet de faire le diagnostic. Aussi, les formes d’excitation moins intenses (hypomanie) peuvent être vécues comme plaisantes, et n’entraînent pas de demande de soins. Enfin, la méconnaissance de certains médecins envers ce trouble explique pour une partie le retard diagnostic. C’est dramatique, car ce délai dans la prise en charge est une cause majeure de handicap. Mariah semblait avoir trouvé le moyen d’enregistrer des hits toute la nuit, tant mieux pour nous. Pour les patients non soignés et non diagnostiqués, cela peut avoir des conséquences autrement plus tragiques : isolement par épuisement des proches, carrière qui déraille ou développement d’une dépendance pour ceux qui « s’automédiquent » à coup de champagne ou autres substances.

Le déni initial et la stigmatisation 

« J’ai été diagnostiquée pour la première fois lors de mon hospitalisation, en 2001. Je n’y croyais pas. Je ne voulais pas y croire. Je ne voulais pas porter la stigmatisation d’une maladie à vie, qui me définirait et mettrait potentiellement fin à ma carrière. » 

Souvent, l’annonce du diagnostic est difficile. La plupart du temps, ce n’est pas l’incrédulité face au diagnostic qui fait entrave, mais la crainte de la discrimination liée au trouble psychique. C’est ce qui rend impossible de le partager au travail par exemple. Même dans le cadre restreint de la vie intime, les préjugés exposent fréquemment les patients à des incompréhensions et des attitudes négatives de la part de l’entourage. La plupart des personnes atteintes s’imposent donc de cacher leur maladie, mais aussi les soins, car ils jugent, parfois à raison, que cela aurait des conséquences dommageables pour leur carrière. Les mésusages du mot « bipolaire » sont ainsi pénibles pour les patients. Entendre à la machine à café « un jour je prends du thé, un autre jour du café, je suis vraiment bipolaire » le premier jour de reprise du travail pour une patiente arrêtée plusieurs semaines pour une décompensation dépressive de son trouble bipolaire est au mieux risible, sinon accablant. 

Le traitement 

« Il y a plein de manières différentes [de se soigner]. […] Je fais de l’exercice, de l’acupuncture, je mange sainement, je passe du temps avec mes enfants et je fais ce que j’aime. […] Je prends en fait des médicaments qui me semblent plutôt très bien. Ils ne me rendent pas trop fatiguée, ni ralentie ou quelque chose comme ça. Le plus important est de trouver le juste équilibre. »

Dans le contexte de défiance dans lequel sont pris les traitements psychotropes (voir chapitre 4, p.  63), là encore, la diva aux cinq octaves évoque simplement, et avec un certain courage, son rapport au traitement et à ce qui l’a aidée. La prise en charge du trouble bipolaire nécessite presque systématiquement un traitement médicamenteux, de type régulateur de l’humeur. Son objectif est le traitement des épisodes maniaques et dépressifs, mais aussi et surtout la prévention de la rechute. Le plus connu, et le plus ancien (né en 1971, comme Jared Leto et Shannen Doherty), est le lithium. Mais certains antiépileptiques (médicament pour l’épilepsie) ou antipsychotiques (voir chapitre  7, p.  97) sont également utilisés pour réguler l’humeur. À cela s’ajoute une prise en charge en psychothérapie, notamment psychoéducation du patient à son trouble. L’objectif est que les patients acquièrent le maximum de savoirs sur le trouble, leur traitement et des conseils sur le style de vie pour que ce dernier prenne le moins de place possible dans leurs vies. Par exemple, éviter l’irrégularité ou le manque de sommeil, tout comme les drogues, permet d’échapper à beaucoup de rechutes. Des psychothérapies ciblées, comme la thérapie cognitivo-comportementale ou la thérapie interpersonnelle et l’aménagement des rythmes sociaux (TIPARS) ont également montré leur efficacité.

Extrait du livre de Jean-Victor Blanc, "Pop & psy, comment la pop culture nous aide à mieux comprendre les troubles psychiques", publié aux éditions Plon

Lien vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 08/03/2020 - 14:47
Cloette
Les épisodes de dépression causent de profondes souffrances à ceux qui en sont atteints.
Quant à l'alternance d'hypo et d'hyperactivité, elle leur compliquent sérieusement leurs relations, aussi bien personnelles que professionelles, avec les autres.
Si, donc, il existe des médicaments capables de modifier cette situation, je pense que cela constitue un progrès et un soulagement !
clo-ette
- 08/03/2020 - 12:25
"bipolaire"
autrefois c'était "maniaco dépressif" . Je me demande si c'est vraiment une maladie ( sauf en cas de délires ) plutôt qu'une forme de caractère .
Ganesha
- 07/03/2020 - 12:58
Prozac
Cet extrait est intéressant, mais malheureusement incomplet !
Le principal problème de cette maladie, c'est que les médecins généralistes la connaissent très mal !
D'abord, ils la diagnostiquent chez de très nombreuses personnes qui n'en souffrent pas.
Ensuite, ils distribuent à tour de bras des antidépresseurs comme le Prozac, qui rend les patients agressifs.
Si vous pensez souffrir de cette maladie, essayez d'obtenir un rdv avec un psychiatre.
Il décidera si vous avez besoin de vous traiter avec du Lithium.