En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

03.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

04.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

05.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

06.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

07.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 7 heures 58 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 9 heures 36 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 12 heures 29 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 14 heures 50 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 15 heures 17 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 16 heures 32 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 16 heures 40 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 17 heures 5 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 8 heures 37 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 13 heures 55 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 14 heures 27 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 15 heures 9 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 16 heures 15 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 16 heures 40 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 17 heures 6 min
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Projections

Présidentielles 2022 : le gouvernement prend le risque d’une élection au 49-3

Publié le 04 mars 2020
Bruno Cautrès évoque les conséquences du recours au 49-3 par le gouvernement (pour la réforme des retraites) dans la perspective des élections présidentielles de 2022.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès évoque les conséquences du recours au 49-3 par le gouvernement (pour la réforme des retraites) dans la perspective des élections présidentielles de 2022.

Le recours à l’article 49-3 de la Constitution n’a pas bonne réputation dans l’histoire de notre vie politique. Utilisé 89 fois depuis les débuts de la Vème République, cet article de notre loi fondamentale permet au gouvernement de faire adopter sans vote des projets sur lesquels il « engage sa responsabilité ». A défaut de motion de censure déposée par au moins un dixième des députés puis réunissant une majorité d’entre eux, le projet est adopté. En cas contraire, c’est la motion de censure qui est adoptée, le premier ministre présente alors la démission de son gouvernement. Cet article a été mis en œuvre dans deux scenarios : soit lorsque le gouvernement ne dispose pas de majorité absolue, soit lorsqu’il veut mettre fin à une « guerre des amendements » menée par l’opposition.

Redoutable arme fatale aux mains de l’exécutif, cette disposition constitutionnelle n’en est pas moins le symbole d’un Parlement en position défavorable dans le rapport de forces avec l’exécutif. Le recours à cet article constitue ainsi l’une des principales armes de dissuasion dont dispose l’exécutif de la Vème République. On a recouvert cette dure réalité (pour le Parlement) d’un euphémisme en évoquant le « parlementarisme rationnalisé » qu’instaura en 1958 notre Constitution.

Les spécialistes de droit constitutionnel, une discipline féconde à l’intersection du droit public et de la science politique, ne cessent depuis plus de soixante ans de débattre des mérites et des défauts de ce « parlementarisme rationnalisé ». L’un des plus talentueux et respecté d’entre eux, le constitutionnaliste Guy Carcassonne, notait ainsi que l’usage de l’article 49-3 s’était progressivement transformé en une « arme multifonctionnelle donnée à des Premiers ministres qui abusèrent des facilités qu’elle leur offrait ».

Dans l’opinion publique, cet article de la Constitution est l’un des rares dont le nom soit bien connu : « le 49-3 » (prononcé « le quarante-neuf trois ») c’est un peu l’épouvantail, que l’on ne devrait rencontrer que dans les circonstances les plus graves. Un totem qui rappelle avec force la scène primitive, fondatrice de la Vème République : un régime politique semi-présidentiel fondé par le Général de Gaulle et qui donna lieu alors à d’importants débats sur ce « parlementarisme rationnalisé ». Chaque utilisation du « 49-3 » ravive ces débats et en porte la trace : « déni de démocratie », « démocratie foulée aux pieds » disent les uns, « obstruction à la démocratie » répondent ceux qui justifient le recours « au 49-3 » face au nombre d’amendements parlementaires !

Les Français interrogés par BVA (dans le cadre de l’Observatoire de la politique nationale de février 2020, réalisé pour Orange et RTL), semblent en tout cas avoir tranché le débat : quelques jours à peine avant l’annonce par Edouard Philippe qu’il allait enclencher un « 49-3 » sur le projet de réformes des retraites, 72% des personnes interrogées se montraient opposées à cette mesure, 46% indiquant « ne pas soutenir du tout » cet usage. Seules les catégories déjà acquises aux grandes lignes de la réforme des retraites  semblaient un peu moins défavorables au recours au « 49-3 » : les retraités, les 65 ans et plus, les cadres et professions supérieures, les sympathisants de LaRem et dans une bien moindre mesure les sympathisants LR.

Les verbatims recueillis par BVA par le biais d’une question ouverte sur l’image d’Emmanuel Macron montrent que le choix de l’exécutif ne peut qu’accentuer le clivage toujours abyssal entre soutiens et opposants à Emmanuel Macron. Il ne fait aucun doute que le recours à l’article 49-3 va alimenter et accentuer encore davantage ce gouffre dans l’opinion : l’image du Président, guidé par ses engagements de campagne contre l’image d’un Président incapable de comprendre son pays et enfermé dans l’arrogance de ses convictions. Le « 49-3 » comme symptôme d’une domination politique sans partage et d’un « passage en force » ou comme symbole de la force inébranlable du mandat présidentiel qui « tient bon ». Un piquet planté au milieu d’un champ démocratique qui va mal ou une banderille fatale qu’il fallait bien décocher, témoignage du huis clos impossible dans lequel le débat parlementaire s’est tenu.

Si l’estocade finale portée par le « 49-3 » permettra au gouvernement d’accélérer le tempo de son agenda réformateur, elle risque aussi d’accroître dans une partie importante de l’opinion le sentiment que « l’acte 2 » n’a rien changé et qu’à la fin « c’est toujours Emmanuel Macron qui gagne ». Ce sentiment va nourrir l’envie du « match retour » en 2022 qu’il se déroule au second ou au premier tour. Le temps venu, nous saurons si la réforme des retraites (passée au « 49-3 » sans faire l’objet d’un large consensus dans l’opinion) aura été « la réforme de trop », celle qui transforme la colère et l’incompréhension en revanche coûte que coûte. Pour le moment, notons que le mot dont la fréquence est la plus élevée, dans les verbatims des opinions négatives, est l’adverbe « trop »… : « Président trop à droite », « Président trop arrogant », « Président trop coupé du peuple ». Un jeune sympathisant communiste, cadre dans la fonction publique, résume ainsi les choses : « il modifie trop de choses et les solutions apportées sont moins bonnes que le modèle que nous avions jusqu’à présent ». Si les verbatims des opinions positives louent toujours le « courage réformateur » d’Emmanuel Macron, les opinions négatives (beaucoup plus fréquentes) reviennent mois après mois sur l’image du « monarque qui veut avoir toujours raison contre son peuple ».

La séquence électorale qui va débuter avec les élections municipales qui viennent et se terminera (à la veille de la présidentielle de 2022) avec les élections régionales de la fin 2021, nous en dira long sur un point capital : le sentiment d’une partie de l’opinion d’avoir roulé pendant cinq ans sur une voie à sens unique, sans aire de repos, ou d’avoir marché dans une impasse au bout de laquelle on ne pouvait échapper aux réformes d’Emmanuel Macron, va-t-il transformer la prochaine présidentielle en référendum pour ou contre Emmanuel Macron ? Un référendum dont le camp du « Non » ne serait guidé que par une seule considération : arrêter la marche du « monarque coupé de son peuple » quel qu’en soit le prix. Une « élection au 49-3 » en quelque sorte…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires