En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 8 min 11 sec
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 4 heures 10 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 7 heures 25 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 9 heures 22 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 9 heures 47 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 10 heures 19 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 10 heures 50 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 11 heures 56 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 55 min 23 sec
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 7 heures 3 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 9 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 10 heures 39 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 11 heures 10 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 11 heures 47 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 12 heures 2 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Contradictions

Islam de France : le bal des hypocrites et des irresponsables

Publié le 04 mars 2020
Mohamed Sifaoui revient sur le paradoxe et les contradictions entre les discours publics de Ghaleb Bencheikh (le président de la fondation de l’islam de France), Haïm Korsia (le Grand rabbin de France) et Hakim El Karoui (le président de l’AMIF) et certains de leurs choix et de leurs positions.
Mohamed Sifaoui
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohamed Sifaoui est journaliste, écrivain et réalisateur. Il est l'auteur de plusieurs reportages et ouvrages sur les milieux islamistes radicaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohamed Sifaoui revient sur le paradoxe et les contradictions entre les discours publics de Ghaleb Bencheikh (le président de la fondation de l’islam de France), Haïm Korsia (le Grand rabbin de France) et Hakim El Karoui (le président de l’AMIF) et certains de leurs choix et de leurs positions.

Afin que personne ne puisse dire demain « je ne savais », je veux informer l’opinion du jeu malsain auquel s’adonnent Ghaleb Bencheikh (Président de la fondation de l’islam de France), Haïm Korsia (le Grand rabbin de France) et Hakim El Karoui (Président de l’AMIF). 

Que la chose soit dite : on ne peut pas d’un côté tenir un discours public qui prétend fustiger l’islam politique et d’un autre s’allier avec les principaux sponsors de l’islam politique.

Récit :

Au lendemain de sa cooptation, en décembre 2018, à la tête de la Fondation de l’islam de France (FIF), par Jean-Pierre Chevènement, le très médiatique Ghaleb Bencheikh, référencé pourtant comme pourfendeur de l’islamisme, s’est empressé de se rendre en Arabie Saoudite. Son objectif avoué, essayer de faire financer l’institution, dont il a désormais la charge, par les États du Golfe et notamment par la monarchie wahhabite. 

Cela tombait bien : Ryad sous l’impulsion du jeune prince Mohamed Ben Selmane - que d’aucuns en Occident appellent affectueusement MBS - veut se reconstruire une virginité. L’image du royaume est en effet considérablement écornée. Et pour cause : condamnations à mort d’opposants, y compris un mineur chiite est exécuté, lapidations de femmes, emprisonnements arbitraires, nombreux cas de tortures et, en cette fin 2018 l’élimination, dans des conditions particulièrement sordides, du journaliste Jamal Khashoggi commandité et réalisé par l’entourage du prince héritier Ben Selmane. Les bonnes âmes françaises aiment rappeler que Khashoggi était proche des frères musulmans. Ce qui est vrai. Mais un démocrate digne de ce nom ne se réjouit jamais d’un assassinat, fut-il celui d’un intellectuel engagé en faveur des islamistes.

En ce début d’année 2019, la monarchie est donc obligée de déployer ses tentacules et allonger les billets de banque pour lancer une vaste campagne de communication à même de lisser son image en Occident. Le prince héritier veut faire croire à ses alliés que, sous son impulsion, l’Arabie Saoudite serait en train d’évoluer. À court d’arguments, ses nouveaux apologistes vous expliqueront que les femmes sont désormais autorisées… à conduire en Arabie Saoudite. Mais ils oublieront évidemment de préciser que ce « changement révolutionnaire » n’est possible que si les tuteurs des dites femmes accordent l’autorisation à leur épouse, fille, sœur, etc. Mais ne faisons pas de chichi. Quand la puissance de l’argent vous dicte de dire qu’un prince est un grand prince, il faut rappeler que c’est un grand prince. Dans cet « orient compliqué », on sait que l’occident est à la fois cupide et corruptible de différentes manières.    

Tout ceci pour dire que Ghaleb Bencheikh arrive donc à point nommé. Les Saoudiens écoutent ses doléances, lui font comprendre qu’ils sont prêts à le financer, mais ils lui mettent leurs conditions et lui demandent d’organiser à Paris, pour septembre 2019, une pathétique « conférence pour la paix et la solidarité ». On imagine tous évidemment des Saoudiens qui viennent d’infliger une condamnation à mille coups de fouet au blogueur Raïf Badawi, ceux-là mêmes qui bombardent des civils, y compris des femmes et des enfants, au Yémen et qui ont fait disparaître dans de l’acide le corps de Jamal Khashoggi, sont à la fois aptes et légitimes pour s’inviter à Paris et nous livrer une leçon en matière de pacifisme. L’indécence n’a finalement pas de limites. 

Toutes ces contradictions ne semblaient pas gêner le très prolixe Ghaleb Bencheikh qui a su visiblement avaler les scrupules qu’il ne énonce, à chaque occasion, non sans pédantisme, lors de ses discours face au microcosme parisien, souvent peu au fait des réalités du monde musulman. Ceux-là qui lui pardonnaient ses complaisances à l’égard des Frères musulmans français qu’il n’a eu de cesse de légitimer en allant discourir devant eux lors des congrès du Bourget, excuseront volontiers ses nouvelles amitiés intéressées avec la monarchie saoudienne.

Après son retour à Paris, Ghaleb Bencheikh s’est employé à essayer de convaincre les pouvoirs publics. L’enjeu pour lui consistait à faire modifier, dès l’été 2019, les statuts de la fondation de l’islam de France afin qu’elle puisse bénéficier désormais de financement étranger. Le gouvernement serait même prêt à changer de paradigme et à renoncer à la disposition qui interdit les financements étrangers pour aller vers un simple contrôle de ces financements. Ce qui serait à mon sens une grossière erreur, mais c’est déjà un autre sujet. 

En septembre 2019, très fier de sa compromission avec le régime saoudien, Ghaleb Bencheikh se transforme donc en VRP de la monarchie des Saoud et, avec l’argent de la Ligue islamique mondiale, il organisera un colloque qui sera abrité par le palais Brogniart. Il invitera les représentants des cultes, juifs, catholiques et musulmans, mais s’empêchera de convier ceux des musulmans. Ni le CFCM ni la Grande mosquée de Paris n’étaient représentés. Seuls des seconds couteaux et quelques pique-assiettes sont venus écouter les uns et les autres pérorer un discours convenu et creux, fait de salamalecs et d’hypocrisie. Ainsi, les musulmans de France seront en vérité représentés par… les Saoudiens. Bencheïkh avait failli manipuler le Président de la République, le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur puisqu’il avait osé, toute honte bue, mentionner leur participation dans le programme initial qui a été rendu public, annonçant qu’ils allaient prendre la parole : le chef de l’État lors de l’ouverture du colloque, le Premier ministre lors de sa clôture et le patron de Bauveau dans l’une des tables rondes. Elle aurait été belle la France de Ghaleb Bencheïkh ! Tous les représentants de l’exécutif d’une nation démocratique répondant chez eux à l’invitation d’une institution wahhabite liée à un État criminel pour faire la promotion dudit État. 

Finalement Bencheïkh avait vu trop grand et aucun des responsables politiques, avertis à temps de la manipulation qui se mettait en place, ne s’adonnera à cette mascarade. Fin du premier acte… 

Celui qui s’était considérablement investi aux côtés de Ghaleb Bencheikh pour dérouler le tapis rouge aux wahhabites saoudiens fut le « Grand rabbin de France », Haïm Korsia. Ce religieux, dont on ne sait plus s’il s’agit d’un acteur politique, d’un communicant ou d’un entremetteur est nourri visiblement par un autre agenda. Lui qui n’en rate pas une pour faire une leçon de républicanisme - y compris à ceux qui n’ont guère besoin – fut, à l’évidence, totalement séduit par Mohammed Ben Selmane qu’il a eu l’occasion de croiser plus d’une fois, semble-t-il. Lui aussi l’appelle affectueusement MBS. 

Haïm Korsia, dans sa rhétorique officielle, explique autour de lui qu’il a été séduit par son petit prince, qu’il a ensuite rencontré Mohammed Al Issa, le Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale ((LIM), parce que les Saoudiens ont décidé de normaliser  leurs relations avec Israël (enfin c’est ce qu’ils prétendent !), parce qu’ils ont proposé de se rendre à Auschwitz, et que partant, Haïm Korsia a décidé de considérer unilatéralement que les représentants du wahhabisme international étaient des personnes respectables, dignes de confiance, crédibles et j’en passe. 

Vous l’aurez compris : le grand rabbin de France est en train de vivre une lune de miel avec les wahhabites saoudiens et ils souhaiteraient qu’on puisse tous partager son bonheur et, pourquoi pas, vivre aussi la même lune de miel. Plus sérieusement : Qu’Israël décide de se rapprocher d’un État comme l’Arabie Saoudite, que bien lui fasse. Que le grand rabbin de France se refuse de voir l’antisémitisme que continue de véhiculer le régime saoudien, c’est plus ennuyeux. On ne peut pas condamner l’antisémitisme du salafiste Français vivant en Seine Saint-Denis et s’accommoder des sponsors de cette haine du juif qui le nourrit à partir de Ryad ou de Médine. Qu’en plus, le grand rabbin de France veuille imposer les Saoudiens comme acteur de l’islam de France, c’est carrément inacceptable. Et c’est cette mascarade qui doit cesser et immédiatement !

Naturellement, c’est un secret de polichinelle que de rappeler que le même Haïm Korsia a l’oreille du président Macron et qu’il aime bien parfois jouer à l’influenceur, d’autant qu’il lui arrive de se prendre pour un islamologue. Le personnage connait une douzaine de mots en arabe, mange le couscous et pense donc que du haut de sa « grandeur » rabbinique il serait en mesure de faire la leçon à tous les imams. 

D’autorité donc, le grand rabbin de France a décidé que le régime saoudien n’était plus antisémite, qu’il n’était plus criminel, qu’il n’était plus extrémiste et qu’il est même devenu respectable et donc fréquentable au point d’essayer de l’imposer comme interlocuteur privilégié des musulmans de France. Car oui l’enjeu est là, Ghaleb Bencheïkh et Haïm Korsia, chacun pour défendre un agenda personnel et animé par de courtes vues, ont décidé de livrer les musulmans de France – et leurs représentants légitimes – aux Saoudiens et à leur ligue islamique mondiale. 

Grâce au Coronavirus, nous avons échappé à une nouvelle ignominie. Le Secrétaire général de la LIM avait fait affréter un avion pour emmener les représentants des musulmans de France à Auschwitz. Le lieu de mémoire a été déjà instrumentalisé par Mohammed Al-Issa. Il avait embarqué, fin janvier 2020, quelques dignitaires musulmans pour aller faire la photo. Ce premier voyage organisé avec l’AJC, l’American Jewish Committee avait permis aux Saoudiens de dérouler le plan de comm’ avec la complicité d’organisations juives. Quoi de mieux ? Rarement – ou probablement jamais – des organisations faisant la promotion de l’antisémitisme n’avaient réussi à instrumentaliser le symbole de ce lieu de mémoire qu’est Auschwitz pour faire de la communication. Mais disons que les wahhabites ont probablement des arguments à faire valoir que d’autres antisémites n’ont pas. 
C’est dire que la seconde opération devait être rééditée, cette fois, avec quelques représentants de l’islam de France. Je crois savoir que le président du CFCM avait initialement délégué un sous-fifre pour le représenter. Fin du deuxième acte…

Bencheïkh et Korsia ne sont pas les seuls à faire les yeux doux aux wahhabites saoudiens. Un troisième larron est intervenu récemment dans le débat autour de l’islam de France. Lui est plus fin en apparence, mais il est évident qu’un certain cynisme l’amène à essayer de faire la cour à ceux qu’il a pourtant critiqués dans un passé récent les rendant, à juste titre, responsables, avec les Frères musulmans, de la perversion du message islamique. Je veux parler de Hakim El Karoui. Drôle de personnage quand même qui vous fustige les Frères musulmans, mais qui vous crée une association avec des rebuts des Frères musulmans et autres identitaires maghrébins communautaristes. Et drôle de personnage celui qui vous critique le wahhabisme et les wahhabites, mais qui va lorgner du côté de l’argent des wahhabites. 

Depuis plusieurs mois, maintenant qu’El Karoui a créé son association, il veut peser également dans le débat. Mais pour peser, le personnage qui est à la réalité de l’islam de France et à la maîtrise de la situation des quartiers populaires gangrénés par l’islamisme ce qu’est un boucher pour le véganisme, pour peser donc, il a choisi, non pas les questions idéologiques, mais, disons les plus lucratives. Hakim El Karoui veut récupérer une partie de la « finance islamique » et pour atteindre cet objectif, il fait des pieds et des mains pour convaincre le Bureau central des cultes du ministère de l’Intérieur et ainsi le Président de la République de lui donner une partie de la certification halal. De plus, il demande à Emmanuel Macron d’interférer en sa faveur auprès des Saoudiens pour que ceux-ci lui accordent le droit d’agir comme intermédiaire dans l’organisation du Pèlerinage à la Mecque, activité très lucrative qui représente un marché global de 23 millions d’euros au total. À la limite nous pourrions dire pourquoi pas ! Mais la question est simple : pourquoi Hakim El Karoui qui ne représente rien ni personne au sein de la communauté musulmane, sinon trois pelés et un tendu, pourquoi donc, un acteur non représentatif, parachuté récemment dans un sujet si complexe devrait-il bénéficier du copinage présidentiel et devenir ainsi le représentant d’une association à tendance frériste bien financé indirectement grâce à l’argent que récupèrent les Saoudiens aux musulmans français ? 

Pourquoi faut-il observer ce qui précède avec sévérité et pourquoi faut-il être conscient des enjeux ? Parce qu’il y a trois acteurs toxiques, sponsors de l’islam politique : la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite. Il faut donc les empêcher de poursuivre leur ingérence dans l’islam de France. Les trois. Sans hiérarchiser leur dangerosité, car les trois sont porteurs et diffuseurs de projets antidémocratiques, antilaïques, antirépublicains, misogynes, homophobes, antisémites, en somme archaïques et haineux. 

Les erreurs du passé ont permis aux Saoudiens de financer les Frères musulmans et d’autres acteurs qui ont tous travaillé la communauté musulmane de France dans le but de déstructurer ses membres, de les faire douter dans leur double identité ou dans leur identité multiple. Ce sont leurs idéologies islamistes, tantôt différentes, toujours complémentaires, qui ont amené des Français à détester les valeurs de la République, à haïr les Français et in fine à prendre les armes contre leur propre pays. Certains par indigence intellectuelle l’ignorent. D’autres par cynisme le savent, mais pour défendre des petits intérêts font l’impasse sur cette réalité. 

S’il y a une alerte à lancer, ce serait celle-ci : appeler les citoyens à empêcher les apprentis sorciers de réintroduire le loup saoudien dans la bergerie française.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 05/03/2020 - 23:13
Bravo Mr Sifaoui
Pour ce remarquable article.
je ne savais pas que vous étiez critique envers Eric Zemmour : vous avez tord : vous devriez vous rapprocher de lui car c'est un amoureux de la France éternelle et de ceux qui s'y assimilent comme vous !
lasenorita
- 05/03/2020 - 16:32
L'islam est dangereux en France.
90% des délits commis sont le fait des musulmans voir https://www.bfmtv.com/economie/les-terroristes-sont-generalement-musulmans-declare-le-pdg-de-ryanair-1862490.html#xtor=AL-68..mais Macron ne veut pas le reconnaître voir https://www.lefigaro.fr/vox/politique/barbara-lefebvre-emmanuel-macron-refuse-de-parler-de-comunautarisme-et-detourne-l-attention-20200220#xtor=AL-201 et voir https://www.lejdd.fr/Politique/bruno-retailleau-contre-lislamisme-il-sera-bientot-trop-tard-3949735?Echobox=1581847050#utm_medium=Social&xtor=CS1-4&utm_source=Twitter et voir https://www.breizh-info.com/2020/02/29/137325/immigration-et-delinquance-10-preuves-pour-faire-le-lien et voir https://ripostelaique.com/le-grand-remplacement-prouve-en-5-minutes.html...mais nos gouvernants CONTINUENT de faire entrer des musulmans en France:ils augmentent ainsi l'insécurité et les impôts des Français.. Il faut STOPPER l'immigration musulmane,dans notre pays,et RENVOYER les ''indésirables'' musulmans chez eux...les musulmans ne se sont pas gênés pour chasser TOUS les non-musulmans de leur pays natal. .en 1962:nous étions 1 million de non-musulmans ''nés en Algérie'' et nous n'étions pas tous des terroristes!...
valencia77
- 04/03/2020 - 17:56
Saudis
Pregnant deliberative rhetoric answered by my judicious epideictic one. Nuke Riyad, Medina and Mecca. Ou pour eviter les angoisses des verts au sujet des retombees radioactives voici une autre solution: deportation massives d'Europe des musulmans et africains, arret complet d'echanges commerciaux avec le moyen orient, arret complet de visites de citoyens du moyen orient. La Russie, l'Australie, le Canada, les US et l'Amerique du sud ont les resources naturelles necessaires. Simple.