En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 25 min 37 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 25 min 38 sec
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 15 heures 35 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 16 heures 14 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 17 heures 40 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 18 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 19 heures 51 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 23 heures 27 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 23 heures 38 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 23 heures 38 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 25 min 37 sec
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 25 min 38 sec
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 16 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 17 heures 26 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 18 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 22 heures 6 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 23 heures 36 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 23 heures 38 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 23 heures 39 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Coup de poing

Virginie Despentes et les César où quand la gauche morale et identitaire perd le sens de la démocratie représentative

Publié le 03 mars 2020
Libération a publié une tribune de Virginie Despentes, "Désormais on se lève et on se barre", qui s'exprimait après la polémique autour du César remis à Roman Polanski et suite au départ de l'actrice Adèle Haenel en pleine cérémonie. Ce texte a provoqué beaucoup de réactions.
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Libération a publié une tribune de Virginie Despentes, "Désormais on se lève et on se barre", qui s'exprimait après la polémique autour du César remis à Roman Polanski et suite au départ de l'actrice Adèle Haenel en pleine cérémonie. Ce texte a provoqué beaucoup de réactions.

Atlantico.fr : Beaucoup d'encre a coulé suite à la tribune de Virginie Despentes dans Libération au sujet des élites, du viol, de la police etc.

La colère et l'émotion a-t-elle pris le pas sur la raison ? Pourquoi sommes-nous entrés à ce point dans cette configuration ?

Yves Michaud : On a beaucoup trop abordé la politique en termes de structures, de raisonnements et de rationalité. Comme si tout un chacun était un petit Machiavel, un Clausewitz ou, dans le cas le plus émotionnel, un « spectateur engagé » à la Raymond Aron. Or la politique, c’est aussi et surtout affaires de passions, d’affects, d’engouements et de haines, avec beaucoup d’irrationalité.  On peut même être confrontés à des délires rationnels : les politiques de gauche inspirées du marxisme en ont été des illustrations. Quand on relit aujourd’hui certaines pages de Sartre dans Situations II et IV, on est atterré de voir déployer autant de raison pour soutenir des énormités politiques. 

Je crois que nous assistons en fait à un retour de balancier. Le climat ambiant y est pour quelque chose : on ne parle que de sensibilité, de vécus, de ressentis, de sentiments.

Surtout, à ce retour de balancier se surajoute une crise de la pensée politique ; Les catégories anciennes – contrat, souveraineté, démocratie, représentation, intérêt général, res publica – tournent à vide, n’embrayent plus sur une réalité bouleversée à la fois par les changements techniques (internet et le numérique) et par les circulations des hommes qu’elles soient touristiques, entrepreneuriales ou migratoires ? Nous nous retrouvons sans concepts pour penser ce qui se passe. Hume disait que la raison est une passion faible, aisément vaincue par les passions fortes. Je compléterai de manière catastrophiste en disant que même la raison n’a plus de contenu. Restent les passions. Le texte de Despentes est, à cet égard, exemplaire : il rayonne de manière brillante de passion et de fureur – et amalgame Macron, Polanski, les patrons, les médias, la police, le pouvoir. Je l’ai lu avec bonheur car il y a une « fureur Despentes » bienvenue dans ce monde où il faut pratiquer l’euphémisme mais en tant qu’analyste je reste songeur.

N'y a-t-il pas un réel danger de réduire la politique et la vie sociale en deux camps qui s'opposent, à savoir les victimes et les coupables ? Qu'est-ce que cela dit de notre société ?

Virginie Despentes « réduit » effectivement la politique à l’affrontement de deux camps – ceux d’en haut et ceux d’en-bas, les have et les have not, les "gens de partout" contre le "peuple de quelque part" pour reprendre le titre du livre de David Goodhart, The Road to Somewhere.
Je ferai remarquer trois choses.

D’abord, pas mal de gens « d’en haut » pensent comme elle : n’est- ce pas le préfet de police de Paris Lallement qui répond à une femme gilet jaune « nous ne sommes pas dans le même camp » ? Même si c’était une sottise de la part d’un arrivistee bardé de décorations tintinnabulantes, ce n’en était pas moins significatif. Beaucoup de réponses expéditives de Macron à ses interlocuteurs populaires vont dans le même sens.

Ensuite, Despentes ne fait qu’illustrer la thèse assez intéressante d’Emmanuel Todd dans La lutte des classes en France, d’un retour du front « classe contre classe » avec, à l’inverse du passé, une haine descendante de la classe dirigeante – je devrais dire plutôt l’oligarchie dirigeante, la power elite au sens de C.W. Mills – envers le « populo ».

Enfin on a suffisamment parlé de fractures sociales multiples – moi entre autres et depuis le début des années 2000, il y a vingt ans ! - pour ne pas s’étonner qu’un beau jour les minorités « fracturées » croient pouvoir s’unir dans un grand ras-le-bol ou une grande révolte – ou une désertion probablement pire pour la démocratie. Le mouvement des Gilets jaunes a eu et conserve cette portée exceptionnelle d’avoir réuni des plaintes hétérogènes et transversales. Il est de bon ton chez les activistes de gauche de parler d’intersectionnalité là où les marxistes parlaient de « convergence des luttes » mais c’est de ça qu’il est question dans le texte de Despentes.

Voici le lien pour retrouver la tribune de Virginie Despentes : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 04/03/2020 - 14:58
Tout le monde aura remarqué
combien la haine rancie, le mépris constant et la perversité morale déforment les visages jusqu'à les rendre repoussants ?
Liberte5
- 04/03/2020 - 11:57
Cette femme est à vomir. Une collabo des islamistes.
V. Despentes " Rebelle institutionnelle, Virginie Despentes (ex-juré Goncourt !) exprimait autrefois son amour des tueurs de Charlie : « Je les ai aimés pour leur maladresse - quand je les ai vus les armes à la main semer la terreur en hurlant « On a vengé le Prophète ". V. Despentes une référence dans l'ignoble
CENTANSDESOL
- 04/03/2020 - 11:36
Cloette
Pour elle, oui, il y a pardon et même une tribune intéressante sur Slate; en revanche, pas les autres....