En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

06.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 21 min 56 sec
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 1 heure 39 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 3 heures 45 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Economie
Automatisation

Post-pandémie : cette fois-ci, les robots pourraient vraiment remplacer de très nombreux emplois salariés

il y a 6 heures 36 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 22 heures 58 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"
il y a 1 jour 7 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 1 heure 37 sec
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 4 heures 2 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 4 heures 32 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 6 heures 24 min
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 22 heures 27 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 23 heures 29 min
light > Culture
On ira tous au paradis
Le romancier et parolier Jean-Loup Dabadie est décédé
il y a 1 jour 19 min
© ROMEO GACAD / AFP
© ROMEO GACAD / AFP
Atlantico Business

La peur du Krach : les plus puissants chefs d’entreprises de la planète s’activent pour éviter l’effondrement mondial des marchés

Publié le 02 mars 2020
La peur du coronavirus va être plus efficace que l’angoisse du réchauffement climatique pour réformer le système économique mondial.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La peur du coronavirus va être plus efficace que l’angoisse du réchauffement climatique pour réformer le système économique mondial.

Tous les grands investisseurs du monde se préparent à vivre une semaine de panique. Les bourses mondiales ont déjà été tellement secouées la semaine dernière qu’ils redoutent, compte tenu de la progression du virus, un effondrement de tous les marchés. En Europe, Asie et aux Etats-Unis, toutes les valeurs se sont écroulées avec une violence encore plus rapide qu’en septembre 2008, au moment de Lehmann Brother et de la crise des subprimes.

Au cours des six séances précédentes, l’indice Cac 40 a perdu 13%, mais les grandes valeurs de la cote ont cédé plus du double. Toutes les grandes banques, le luxe, les industries du tourisme et du transport, tout ce qui touche à l’automobile et au pétrole. Idem à Londres, Francfort et Milan. A New-York sur le Nasdaq comme sur le Dow Jones, la tempête provoquée par la crainte du virus a, en une semaine, écrasé plus de 6000 milliards de dollars en valeur d’actifs, c’est-à-dire la totalité des mouvements haussiers depuis l’été dernier.

Pour les grands gérants de fonds d’investissement anglo-saxons, la situation est pire qu’en 2008. La grande majorité des patrons de multinationales n’ont donc pas lâché leur téléphone du week-end et les lignes ont beaucoup chauffé entre les grands patrons américains du digital de la cote ouest et les financiers de Wall Street, en passant par les pétroliers du Golfe, les gaziers de la Russie et les champions du luxe à Paris comme à Milan.

Toutes les grandes manifestations étant annulées ou reportées (salon automobile de Genève, Mipim, défilés et présentations de collections de mode à Paris comme à Milan et New-York), le monde des affaires s’est scotché sur les écrans d’ordinateurs. A la manœuvre, on trouve les grands patrons de Google, Apple, Amazon, Oracle, tous ceux aussi qui appartiennent au clan formé autour de Warren Buffet dont on attend la prophétie, celui de Larry Flint le patron monde de Blackrock, ou de David Salomon, le PDG actuel de Goldman Sachs. A Paris comme à New York, ce sont les responsables de l'industrie du luxe, ceux de LVMH, Kering, Chanel, Hermès et tous les pétroliers qui se mettent en situation de confinement.

La panique qui a fait tomber les indices ne pourra pas retomber la semaine prochaine compte tenu des nouvelles sur la propagation de l’épidémie.

Dans un premier temps, les analystes ont expliqué qu’il pouvait ne s’agir que d’une correction assez logique des surévaluations boursières. Désormais, les mêmes analystes considèrent qu’on a dépassé les limites de la correction pour anticiper quelque chose de beaucoup plus grave. L’indicateur de stress, l’indice de la peur qui provoque la volatilité des marchés s’est envolé à la fin de la semaine dernière à la suite des nouvelles venues de Chine, d’Iran, et d’Europe. Tout le monde appréhende que les pays du Maghreb, les régions d’Egypte et surtout l‘Afrique soient également touchées mais que faute de système de santé, on ignore complètement l’état de la situation.

On ne connait l’ampleur des dégâts que dans les pays qui peuvent, à partir des tests, mesurer la présence du virus et sa propagation. Dans les autres, on fait comme si le virus n’existait pas alors qu’il n’y a aucune raison qu‘il s’arrête à la frontière de certains pays et en ignore d’autres.

En attendant, les systèmes financiers s’enrayent parce que les systèmes de production et de circulation de produits physiques sont arrêtés. Toute la question qui hante les milieux d’affaires ce week-end est de savoir comment on pourrait éviter ce blocage du commerce mondial.

Ce qui panique les milieux financiers, c’est que, contrairement à ce qu’il s’était passé en 2008, ils savent que les mesures coordonnées des banques centrales ou des ministres de l’économie pour soutenir les économies seront inefficaces. Elles pourront amortir les chocs sociaux, empêcher par exemple une faillite des sociétés d’assurance qui commencent à être sollicitées pour couvrir les risques d’exploitation. Mais toutes ces mesures financières d’ordre techniques ne serviront à rien pour débloquer les ports, faire décoller les avions, ramener les consommateurs dans les magasins, et surtout résoudre les problèmes d’approvisionnement à partir du moment où les chaines de production sont cassées au niveau des pays émergents.

Les chefs d’entreprises savent que la clef de sortie est plus chez eux que dans les mains des gouvernements.

1er point, les gouvernements doivent tout faire pour convaincre les populations qu’ils les protègent avec les moyens qu‘ils ont. Et cette crise-là va leur permettre sans doute à l’avenir de protéger mieux qu’ils ne l’ont fait les systèmes de santé. C’est évidemment ce qui va se passer dans les grandes démocraties occidentales.

2e point, les grandes entreprises et les investisseurs ont commencé à dresser des cartes de dépendance excessives à l’égard des pays émergents. On ne jettera pas les enfants de la mondialisation avec l’eau du bain de la crise, mais on apprendra à nager. La mondialisation a permis d’obtenir des conditions de prix de revient dont on ne peut pas se passer, mais la mondialisation ne nous oblige pas à tomber piéger ses approvisionnements. On va sans doute à apprendre la diversification des risques d’approvisionnement. En terme clair, on parle de l’industrie automobile qui dépend des batteries chinoises ou de l’industrie pharmaceutique qui a utilisé en sous-traitants la Chine et l’Inde, d’où viennent 80% des principes actifs dont elle a besoin pour ses médicaments.

3ème point, les grands investisseurs ont déjà compris pour beaucoup d’entre eux, sous la pression de leurs actionnaires, qu’il fallait qu‘ils veillent dans leurs choix d’investissement, aux conditions de travail dans les entreprises où ils investissent, s’interdire par exemple de commercer avec des entreprises qui font travailler les enfants... Les mêmes investisseurs, sous la pression de leurs clients, commencent à veiller aux conditions de protection de l’environnement.

Cela dit, il va falloir que les mêmes ajoutent au contenu de la RSE, responsabilité sociale et environnementale, la préoccupation de santé et d’hygiène. Faire pression sur les gouvernements pour éviter de fabriquer des virus.

Ça ne va pas être à facile. Parce qu’entre la pression des marchés, et celle des pouvoirs politiques nationaux, les gouvernements et les opinions publiques n’ont pas les mêmes priorités.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
del1968
- 04/03/2020 - 14:09
@Ullman - bon sens vs profit ?
Dans ma modeste école d'ingénieur on nous apprenait aussi à concevoir des produits en pensant à leur réparation ... il n'y a pas si longtemps. Et en théorie toute personne qui travaille dans les achats, la supply chain, le commercial et a fortiori un patron d'entreprise sait qu'un client ne doit pas peser plus de 30% de son CA pour limiter son exposition aux risques de défaillance, et qu'un fournisseur dominant vous expose aussi à des risques de pénurie mais aussi en terme de coûts et de services. Mais sous la pression du résultat, des actionnaires on l'oublie parfois. Jusqu'à ce que la réalité vous rattrape. Espérons que la réalité coronavirus ne sera pas oubliée trop vite et permettra quelques rééquilibrages bienvenus dans nos économies et nos flux.
Liberte5
- 02/03/2020 - 19:46
Que du bon sens @Ullman!
Mon père, qui avait une petite entreprise de 100 personnes environ, disait "il faut avoir plusieurs branches où s'accrocher". Le bon sens . Mais où peut-on trouver le bon sens de nos jours ? Pas chez nos élites en général, pas chez les énarques en particulier (eux qui n'ont jamais fait un travail normal).
hoche38
- 02/03/2020 - 12:34
Fourvoiement idéologique?
S'imaginer que des "chefs d'entreprise" vont "éviter l’effondrement mondial des marchés" alors qu'au point où nous en sommes, la solution ne peut être qu'uniquement et totalement politique est sans conteste le plus étonnants des éléments de langage élaborés par les experts économiques du Macronistan démocratique.