En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

05.

Certificats de virginité : Marlène Schiappa accuse les "évangélistes" de propager cette détestable pratique

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 14 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 20 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 22 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 5 jours 2 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 17 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 20 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 23 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 5 jours 4 min
© MIGUEL MEDINA / AFP
© MIGUEL MEDINA / AFP
Ambiguïtés

Du Coronavirus au nucléaire, le principe de précaution à géométrie variable

Publié le 01 mars 2020
La fermeture des frontières pour ralentir la propagation du coronavirus et mieux détecter les malades est jugée inutile par ceux qui, d'ordinaire, font du "principe de précaution" la pierre angulaire de leur combat.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fermeture des frontières pour ralentir la propagation du coronavirus et mieux détecter les malades est jugée inutile par ceux qui, d'ordinaire, font du "principe de précaution" la pierre angulaire de leur combat.

Atlantico : Les écologistes demandent l'application d'un principe de précaution poussé à l’extrême sur certains sujets, comme le nucléaire (avec par exemple la fermeture de la centrale Fessenheim qu'ils considèrent comme trop vieille bien que l'ASN n'ait pas noté de risque au niveau de la sécurité). A l'inverse, sur d'autres sujets, comme le coronavirus, cette demande disparait : la fermeture des frontières pour ralentir la propagation du virus et mieux détecter les malades, par exemple, est jugée inutile par ces mêmes écologistes. Comment expliquer cette ambiguïté sur le principe de précaution ? 

Loïk Le Floch-Prigent : La question que vous me posez sur le principe de précaution, je me la pose depuis le départ de cette invention, car en temps qu’industriel issu du monde scientifique je connais essentiellement le risque créatif et la nécessité de l’apprécier. C’est dire que cette avancée que l’on pensait généreuse était ambiguë puisqu’elle pouvait signifier qu’en l’absence de certitudes absolues il fallait s’abstenir, ce qui est la négation même de la beauté, de l’attrait et des résultats de l’activité scientifique, technique et industrielle. Mais on pourrait aussi étendre cette idée au monde de l’art, les créateurs ont le goût du risque et on espère toujours en avoir beaucoup !

Mais il y a une autre ambiguïté, celle des écologistes. L’écologie est la science des écosystèmes et de leur évolution, et le mot a été confisqué par l’écologie politique qui y a vu une trajectoire de prise de pouvoir avec une utilisation de la peur comme argument majeur. L’écologie politique a donc sauté sur l’occasion de l’inscription de cette notion de précaution comme arme fatale de destruction de notre appareil scientifique et industriel, en commençant par le combat contre l’énergie nucléaire. Le résultat est consternant puisque l’on va fermer une des plus belles et les plus sures de nos centrales nucléaires pour satisfaire une doctrine et non des faits. La catastrophe qui en résulte c’est à la fois une augmentation du prix de l’électricité puisque cette centrale gagnait de l’argent et pouvait encore le faire pendant une vingtaine d’années, mais c’est aussi un mauvais coup pour la décarbonation espérée puisque l’Allemagne remplacera les importations espérées par le fonctionnement d’une centrale à gaz, tandis que nous ferons de même avec du gaz. Autrement dit l’écologie politique préfère la lutte anti-nucléaire à la lutte pour le climat et contre la pollution, elle l’avait assumée en Allemagne, mais elle continue de le nier en France malgré l’évidence.

Il est clair que l’affaire du coronavirus vient enrichir cette contradiction entre une doctrine affichée, la précaution et la réalité des postures, car désormais le dogme principal devient celui de la nécessité d’ouvrir notre pays à tous… sans précaution. Ce n’est donc pas ambigu c’est simplement mensonger, l’écologie politique utilise le concept de précaution quand cela l’arrange, elle est attachée à la doctrine et non à la protection de la population, c’est-à-dire à l’écologie elle-même. C’est désolant.

Le principe de précaution n'est pas non plus réclamé sur des sujets comme la nourriture bio (les steacks bio ont été épinglés dans un test récent de 60 millions de consommateurs) ou les éoliennes. Ne serait-il pertinent, pour les écologistes, que lorsqu'il est anti-industrie et anti-science?

Comme vous le soulignez, cela ne nous étonne pas, nous savons que le concept de nourriture bio est loin d’être parfait et recouvre des réalités nombreuses. Beaucoup d’agriculteurs préfèrent d’ailleurs les notions de « naturel » et de « qualité », considérant que l’important n’est pas le label mais la satisfaction du client, c’est ainsi d’ailleurs qu’ils estiment que des produits « bio » venus de l’étranger obéissent à des règles fort différentes des nôtres et que des produits nocifs sont souvent autorisés chez ceux qui bénéficient de l’étiquette. Dans la mesure où les associations de consommateurs s’inquiètent, on pouvait espérer que l’écologie politique s’inquiète, mais elle est trop occupée à conquérir le pouvoir municipal.

Pour moi le scandale le plus évident est de poursuivre la construction des fermes éoliennes alors que l’on sait qu’elles n’ont aucun intérêt économique et industriel, qu’elles renchérissent le coût pour le contribuable et que leur intermittence perturbe l’ensemble des réseaux électriques nationaux et européens. La démonstration en est faite en Allemagne et conduit à un ralentissement international de cet engouement pour la gratuité du vent. Mais plus grave encore pour moi, les écosystèmes marins des premiers kilomètres sur les côtes sont considérablement affectés par les ancrages de ces engins de plus en plus hauts, détruisant la faune et la flore marines de façon irrémédiable : les coraux ne sont pas seulement dans les zones exotiques, on en a aussi en Bretagne et sur les côtes françaises. Il est ahurissant de voir des supposés défenseurs de la nature, avides de mettre en avant à tout bout de champ le principe de précaution piétiner l’environnement et les associations de défense de la nature comme les rassemblements des artisans-pêcheurs en demandant que l’on arrête de regarder les recours de la population. Dans le concert actuel les fermes éoliennes en mer, ancrées dans les premiers kilomètres le long des cotes est certainement le plus grand scandale écologique de notre pays, la négation de la protection de la nature et le mépris de la population existante comme de l’avenir de nos enfants. Quand, en plus, elles sont placées sur le chemin des oiseaux migrateurs comme celles envisagée au Cap Fréhel, qu’elles vont défigurer un des plus beaux sites de la Bretagne, on passe de l’indignation à la révolte : l’écologie doit rester la défense des écosystèmes et de l’environnement, la précaution n’est pas l’absence des risques, mais leur appréciation, être écologiste ce n’est pas être anti-science et anti-industrie, pas plus qu’anti-nucléaire, ce n’est pas défendre des labels, ce n’est pas appartenir à une religion nouvelle, ce n’est pas rêver d’une dictature universelle célébrant le « bien » c’est au contraire croire en l’homme et à sa capacité à comprendre et agir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
alain38
- 02/03/2020 - 16:48
Deux bémols
.. à l'introduction de l'auteur :
- ce ne sont pas "les écologistes" qui ont voulu la peau de Fessenheim, mais les "écologistes politiques" type EELV et PS
- ces "écolos" ne demandent pas seulement l'arrêt de la "vieille" (d'après eux ! ) centrales de Fessenheim mais de TOUTES les centrales, nostaligques qu'ils sont de l'époque pré-industrielle (au passage il profitent comme tout le monde du confort moderne et du nicau de vie procuré par l'énergie, notamment l'électricité tirée du nucléaire). Mais ils ne sont pas à une contradiction près...
Hiris
- 02/03/2020 - 11:14
Pertinent comme d habitude
Mais on sent comme chez beaucoup d entre nous ,une certaine lassitude ...Il faut dire que ce combat contre la co....de ces pseudo écolos est frustrante, l énormité scientifique et écologique de ce qu' ils prônent est tellement de bas étage qu' on est suffoqué que nos dirigeants leur accorde un pouillème de crédit. On ne va pas dans le mur avec fessenheim on y est vous avez raison ,et ce que l on va laisser à nos enfants c est un monde bousillé par la dictature politique des verdâtres suivis par une horde d imbéciles qui se veulent à la mode où progressistes alors qu' ils sont justes les fossoyeurs d un équilibre de la nature qui n a pas besoin de "plus "d intervention humaine mais de "moins". Il se dit que des fonds de pension canadiens ou autres seraient derrière la construction des eoliennes chez nous ,info où intox mr Prigent ? A qui rapporte cette vaste arnaque des éoliennes ? Quand on entends la numéro un européenne voulant nous imposer un programme digne des verts allemands alors qu' on connait l aberration de leurs programme depuis 20 ans que peut on où doit on faire ?? Pourquoi n est il pas martelé que le nucléaire est la seule énergie propre compte tenu des besoins ????
von straffenberg
- 01/03/2020 - 14:43
écologie
l 'écologie politique est la lèpre de notre société puisqu'on quitte l'intérêt général pour un reclassement des idées de gauche dans une idéologie rétrograde ou la France perdrait son indépendance énergétique grâce à un anti nucléaire viscéral chez EELV . Par contre défendre la bio diversité est important .
Le parc éolien est un leurre , une absurdité ( au niveau du rapport cout énergie)…. peanuts ….c 'est malgré tout un gouffre financier