En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 7 heures 40 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 15 heures 22 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 18 heures 29 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 19 heures 11 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 10 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 14 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 14 heures 52 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 19 heures 26 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 13 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 14 heures
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Bonnes feuilles

"Le Bouquet de tulipes" : la provocation de Jeff Koons face à un marché démesuré de l’art contemporain et un pied de nez à la mairie de Paris

Publié le 29 février 2020
Yves Michaud publie "Ceci n'est pas une tulipe : Art, luxe et enlaidissement des villes" aux éditions Fayard. L’inauguration, en octobre 2019, de la sculpture Bouquet of Tulips de Jeff Koons offerte à la France en hommage aux victimes des attentats terroristes de 2015 a attisé des polémiques. Extrait 1/2.
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud publie "Ceci n'est pas une tulipe : Art, luxe et enlaidissement des villes" aux éditions Fayard. L’inauguration, en octobre 2019, de la sculpture Bouquet of Tulips de Jeff Koons offerte à la France en hommage aux victimes des attentats terroristes de 2015 a attisé des polémiques. Extrait 1/2.

Pour compter, une œuvre contemporaine doit être chère. Elle doit ensuite attirer du monde. Et enfin, elle doit être édifiante. Les nouvelles « valeurs esthétiques » sont financières, de divertissement et de bons sentiments – ici la compassion pour les victimes et la leçon de joie de vivre. 

Le Bouquet of Tulips permet de cocher les trois lignes sur la grille de ces nouveaux critères. Ce qui importe, c’est que Koons ait fait don d’une œuvre qui vaut très cher à l’égal de celles qui circulent sur le marché (comme on ne la revendra pas, on peut de toute manière le croire), que cette œuvre renforce l’attractivité touristique de Paris et qu’elle soit bourrée de bons sentiments même si ceux‑ci sont des sentiments à quatre sous. 

Ces nouvelles valeurs esthétiques de l’art contemporain financiarisé ont un immense avantage : elles dispensent de regarder. Nul besoin de former son regard, de savoir quoi que ce soit, d’être attentif : si c’est cher, si ça fait le buzz et si c’est inspiré par la bienveillance, la gentillesse, la compassion ou le souci des malheureux, c’est forcément bien. 

Dans le cas des Tulips, hormis l’accusation de sucettes kitsch émise par le petit groupe de critiques autour de Georges Didi‑Huberman, personne n’a rien vu à redire à l’objet lui‑même puisque personne n’avait rien regardé. De toute manière, l’accusation de kitsch ne pouvait même pas porter puisque l’artiste en a fait sa marque de fabrique et l’instrument de sa renommée. 

Quand on regarde un peu attentivement (et même de manière peu attentive), il y a quand même une chose qui dérange : ce sont de drôles de fleurs qui ne ressemblent pas vraiment à des fleurs. 

On dira que ce sont des fleurs enveloppées dans des ballons comme les Balloon Dogs de la série Celebration que Koons n’a cessé de décliner. Tous les enfants savent martyriser un ballon de baudruche en lui faisant des hernies et en le ficelant pour donner des formes humaines ou animales à la baudruche. Ça marche aussi avec les préservatifs. Que Koons tienne à se citer en faisant référence à une série de ses œuvres à succès n’a rien d’étonnant : sa  sculpture est d’abord un hommage à lui‑même. 

Sauf que le résultat de la citation est visuelle‑ ment tout à fait surprenant pour qui regarde au lieu de prendre pour argent comptant  l’affirmation que ce sont des tulipes : ces fleurs‑bonbons‑guimauves‑chiens ne sont ni des fleurs ni des bonbons, ni des guimauves ni des chiens mais ressemblent de manière frappante à des anus ou trous du cul – assholes en anglo‑américain – ou à ces masturbateurs anus ou vagins artificiels en tube vendus dans les sex‑shops ou sur Internet pour les individus en misère sexuelle. 

On gagne toujours à être attentif à ce qu’il y a à voir, surtout quand il n’y a rien de caché comme ne cesse de le dire Koons. Il est connu que la meilleure manière de cacher la lettre volée est de la laisser en évidence sur le guéridon. Koons et ses agents nous vendent onze fleurs mais ce sont onze anus au bout de tiges. 

Il est absolument sidérant que, tout au bonheur d’accepter un cadeau aussi royal, ni la maire de Paris ni aucun de ses conseillers pourtant experts en beaucoup de choses n’aient vu la connotation sexuelle évidente de ces prétendues tulipes. 

Un poing fermé tenant une poignée de onze trous du cul couleurs pastel montés sur tige en guise de monument à des victimes d’attentat, on aura du mal à pousser la dérision plus loin, surtout si l’on ajoute que ce poing fermé n’est pas sans évoquer une pratique sexuelle comme le fist­fucking. 

On m’accusera d’exagérer, d’avoir l’esprit mal tourné, de vouloir à tout prix diaboliser ce monument. 

À quoi j’oppose cinq arguments de poids et dont la cohérence est encore plus persuasive. 

D’abord tout simplement ce qu’il y a à voir. Koons est un adepte de la littéralité dans sa recherche de la communication la plus directe avec un public populaire. La tradition « à la Frank Stella » selon laquelle l’œuvre se réduit à « ce qu’il y a à voir là » est bien ancrée dans la culture artistique américaine, notamment celle qui fut enseignée à Koons dans sa jeunesse. Visuellement, ce sont des trous du cul ou des masturbateurs montés sur tiges, pas des fleurs : « ce qu’il y a à voir, c’est ce qu’il y a à voir », disait Frank Stella dans un fameux entretien de 1966. 

Deuxième argument, le fait que Koons a toujours eu un intérêt avoué pour la pornographie, ce qui n’a pas peu contribué à lui valoir une célébrité de scandale dans une Amérique qui est tout à la fois incroyablement pudibonde et incroyablement graveleuse. C’est lui qui décida d’aller rencontrer la porno‑star italo‑hongroise Ilona Staller, plus connue sous le nom de la Cicciolina, pour lui proposer une collaboration d’abord puis l’épouser et se mettre en scène avec elle un beau jour dans la série pornographique – fût‑elle conjugale – Made in Heaven faite de lithographies d’après photos et de sculptures. Une de ces lithographies de 1991 montre de manière bien visible, graphique comme on dit aux États‑Unis, le trou du cul de la Cicciolina pendant qu’elle est prise en position cow­girl par Koons. La plupart des films pornographiques hétéros comportent une séquence attendue « Koons‑Cicciolina ». 

Troisième argument, Koons a toujours dit et répété que la sexualité est l’objet principal de l’art. À la question du journaliste du Monde Harry Bellet : « Tout votre travail parle de sexe ? », il répond : « La sexualité, c’est l’objet principal de l’art. Il s’agit de la préservation de l’espèce. La procréation est une priorité. Mais cela revêt un aspect spirituel pour moi. Cela parle de la manière dont nous pouvons avoir des enfants. » Je ne commenterai pas cette dernière remarque plutôt paradoxale s’agissant de l’obsession des anus…, pour ne rien dire de la platitude – mais rien n’est inventé et tout est là. 

Quatrième argument, Koons veut absolument qu’on appelle son monument Bouquet of Tulips. On peut y voir la naïveté un peu arrogante de l’Américain qui n’imagine pas qu’on puisse parler autre chose partout dans le monde que sa langue mais cette explication ne tient pas quand on sait qu’en américain des rues « tulip » a une connotation sexuelle archiconnue. Une tulip, c’est un sexe de femme, une chatte, un con, un organe sexuel qu’on ouvre et pénètre. 

Dernier argument, moins directement convaincant pour tout un chacun mais qui l’est beaucoup plus quand on est familier de l’histoire de l’art et qu’on connaît la manière dont les artistes rivalisent entre eux. On se souvient qu’en octobre 2014, le Tree gonflable (décidément, ces artistes américains aiment tout ce qui est gonflable !) de l’artiste Paul McCarthy, en réalité un monumental sex­toy du modèle plug anal, avait été vandalisé par des inconnus opposés à cette sculpture ouvertement sexuelle plantée au milieu de la place Vendôme par les commissaires de la FIAC hors‑les‑murs. Il n’est pas du tout impossible qu’avec son bouquet d’anus Koons ait voulu rivaliser avec son collègue américain et réussir là où celui‑ci avait échoué, y compris en restant dans le même registre de l’analité. Certes ni Koons ni McCarthy ne sont le Titien, le Tintoret ni Véronèse mais concurrence et compétition font partie de l’histoire des arts depuis des lustres. 

Il est évident que jamais l’artiste ne reconnaîtra cette signification provocante de son œuvre, mais elle est, qui plus est, conforme à l’inspiration duchampienne que Koons a toujours reconnue et revendiquée à travers sa gratitude envers Ed Paschke qui lui fit connaître l’œuvre de Duchamp à l’Art Institute de Chicago. Koons pratique pour beaucoup de ses œuvres ce qu’on pourrait appeler une industrie du ready‑made de luxe : au lieu de transmuer en œuvre d’art un Easter Bunny gonflable tel qu’on le trouve au magasin (le lapin qui, selon la légende germanique, apporte les œufs de Pâques et qu’on trouve sur toutes les pelouses américaines à Pâques), il le fait réaliser en acier poli impeccable. C’est Duchamp en acier massif. 

Du coup, le fameux Bouquet prend une signification un peu plus sophistiquée et compliquée, même si elle est insultante, que celle sous laquelle il aura été présenté tout au long de l’affaire des Tulips : non seulement il ne s’agit pas d’un hommage à de quelconques victimes, ni même d’une sculpture décorative célébrant le triomphe de l’art contemporain américain de luxe, pas même de tulipes au sens propre mais d’une sculpture aimablement pornographique sous couvert de fleurs inoffensives qui ne sont pas des tulipes mais des culipes. En quelque sorte un doigt d’honneur « légèrement insolent », pour reprendre les mots cuculs de l’ambassadrice Jane Hartley, à une population d’idiots émerveillés par la valeur financière, la popularité et la gentillesse désarmante d’un artiste bien plus madré et cynique qu’il semble. 

Effectivement alors, ceci n’est pas un bouquet de tulipes – et même pas du tout ! Seule la maire de Paris croit encore que c’est un monument mémoriel.

Extrait du livre d’Yves Michaud, "Ceci n'est pas une tulipe: Art, luxe et enlaidissement des villes", publié aux éditions Fayard

Lien vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires