En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 4 heures 15 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 7 heures 52 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 8 heures 4 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 9 heures 4 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 10 heures 10 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 11 heures 56 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 11 heures 56 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 4 heures 47 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 7 heures 56 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 8 heures 33 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 9 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 11 heures 51 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 11 heures 56 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 11 heures 56 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

Publié le 27 février 2020
Le débat parlementaire sur la réforme des retraites sera-t-il balayé par un recours au 49-3, ce fameux article de la Constitution qui permet de faire adopter un texte par défaut (le texte est réputé voté par le Parlement, sauf si une motion de censure s'y oppose) ? Le Premier Ministre a clairement laissé entendre qu'il contournerait ainsi l'obstruction de LFI.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le débat parlementaire sur la réforme des retraites sera-t-il balayé par un recours au 49-3, ce fameux article de la Constitution qui permet de faire adopter un texte par défaut (le texte est réputé voté par le Parlement, sauf si une motion de censure s'y oppose) ? Le Premier Ministre a clairement laissé entendre qu'il contournerait ainsi l'obstruction de LFI.

Le 49-3, probablement. La réforme des retraites, comme cela était prévisible depuis le début du quinquennat, se transforme en chemin de croix pour la majorité présidentielle. Après avoir essuyé le mouvement social le plus long de la Vè République, le président Macron est désormais confronté à une paralysie du gouvernement astucieusement organisée par la France Insoumise. Si le président veut sortir du gué et revenir à la terre ferme sans manger son chapeau (c’est-à-dire retirer son texte), il ne lui reste plus désormais, comme l’a annoncé Édouard Philippe, qu’à recourir au 49-3. Mais quels sont les risques de cette solution extrême ?

Comment un groupe ultra-majoritaire est contraint au 49-3?

D’ordinaire, le 49-3 est utilisé pour contourner un Parlement majoritairement hostile à un texte présenté par le gouvernement. Ce fut par exemple le cas avec Manuel Valls, qui dut y recourir alors que les « frondeurs » menaçaient le gouvernement d’une mise en minorité. Et c’est précisément pour continuer à faire fonctionner les institutions quand le gouvernement est minoritaire au Parlement que cet article existe : il oblige l’opposition à s’unir pour voter une motion de censure (qui fait tomber le gouvernement) pour empêcher un texte d’être abordé. 

Dans le cas de la réforme des retraites, le recours au 49-3 détournerait le dispositif de son objectif initial. Il ne fait en effet aucun doute que le gouvernement disposera d’une large majorité pour adopter le texte à l’issue du débat parlementaire. Le groupe LREM à l’Assemblée est en position confortable pour voter utilement. La menace du 49-3 vise seulement à accélérer un débat obstrué par 40.000 amendements. 

Si l’on peut faire grief à l’opposition, et singulièrement à la France Insoumise, de détourner son droit d’amendement pour faire obstacle à l’adoption d’un texte gouvernemental, le détournement du 49-3 par le gouvernement n’en est pas moins aussi vrai. Édouard Philippe entend utiliser la Constitution pour écraser un débat parlementaire qu’il a voulu enserrer dans des délais extrêmement brefs. 

Mais à quoi peut servir un débat parlementaire : un cas d’école

On comprend bien la logique macronienne qui se profile derrière cette menace de 49-3. Au fond, le débat parlementaire ne servirait à rien, ou serait d’une importance secondaire, par rapport au résultat des élections et à la volonté présidentielle. Comme le dit Édouard Philippe dans la vidéo ci-dessus, il existe un « fait majoritaire » : les élections ont dégagé une majorité qui a le droit d’avoir les coudées franches pour réformer. 

Dans ces conditions (l’intention gouvernementale est à peine voilée), le débat parlementaire n’existe que pour la forme. L’opinion a tranché dans les urnes, et ses représentants sont là pour enregistrer des textes décidés ailleurs, et implicitement, par la volonté du peuple. Au fond, les véritables représentants du souverain ne seraient pas les députés, mais les ministres et le Président de la République lui-même. 

On retrouve ici le faible intérêt du général De Gaulle et de sa Constitution pour la séparation des pouvoirs. En tant qu’élu du suffrage universel, le Président devrait avoir tout pouvoir durant son quinquennat, et n’écouter que d’une oreille distraite le débat parlementaire. Ce qui pose clairement la question de l’utilité de celui-ci dans un système présidentiel.

Les arrangements d’Édouard Philippe avec la vérité

Petit problème : le « fait majoritaire » évoqué par Édouard Philippe constitue quand même un sérieux arrangement avec la vérité politique d’Emmanuel Macron. Rappelons que celui-ci a été élu avec 20% des voix sur son nom au premier tour de l’élection présidentielle, et avec un débat pipé au second tour. Sans le « cordon sanitaire » chiraquien autour du Rassemblement National, les termes de l’élection seraient très différents. 

Ainsi, il est très probable que de nombreux électeurs de Jean-Luc Mélenchon aient voté Macron au second tour pour faire barrage au Rassemblement National. C’est aussi le cas parmi les électeurs des Républicains. Ces électeurs-là n’ont pas systématiquement reporté leur vote, loin s’en faut, aux législatives, sur le parti présidentiel. 

En ce sens, et c’est la particularité des seconds tours avec un membre de la famille Le Pen dans le casting, les voix des partis « modérés » (c’est-à-dire non concernés par le cordon sanitaire anti-RN, même s’ils admirent des régimes autoritaires comme c’est le cas des mélenchono-communistes) font aussi partie de l’expression du « fait majoritaire ». Leur interdire de s’exprimer est une entorse à l’esprit des institutions, dans la mesure où le groupe parlementaire qu’ils forment à l’Assemblée à lui aussi concouru à l’élection du Président. 

Macron ne tire pas de leçon de ses échecs

Pour aller plus loin dans le raisonnement, rappelons que les élections de 2017 ont utilement montré que les institutions de la Vè République permettaient de dégager une majorité politique légale dans un pays divisé. Mais il appartient au gouvernement issu de cette division d’exercer le pouvoir avec sagesse en tenant compte de sa minorité réelle et en respectant la majorité tout aussi réelle que le mode de scrutin a transformé en minorité légale à l’Assemblée. 

Emmanuel Macron n’est pas un homme sage. Il nourrit l’illusion (et il s’en abuse) que sa victoire écrasante au second tour résulte d’une adhésion à sa personne et à son programme, alors que cette adhésion majoritaire n’existe pas, et que seul a existé un rejet majoritaire du Rassemblement National. Cette absence d’adhésion est évidente depuis la crise des Gilets Jaunes. Le mouvement social qui a agité le pays en décembre l’a confirmé. 

Face à ces oppositions structurelles systémiques, Emmanuel Macron fait la sourde oreille, et utilise de façon surabondante les armes que la constitution gaullienne lui donne pour gouverner contre la majorité du pays. Et il est vrai que l’article 49-3 lui donne la faculté de fouler aux pieds l’expression de députés élus par des fractions de l’opinion qui ont voté Macron au second tour des présidentielles sans adhésion à son programme électoral. Il serait toutefois malhonnête de la part du Président ou du Premier Ministre de prétendre que ces armes légales sont utilisées dans un esprit démocratique, dans la mesure où tout indique que le projet de réforme discuté à l’Assemblée est effectivement minoritaire dans l’opinion.

Mais à quoi peut servir une délibération démocratique ?

Ces erreurs d’interprétation de nos deux énarques qui tiennent le pouvoir exécutif sont un réflexe de classe ou de caste. Ce n’est pas que les hauts fonctionnaires n’aiment pas le débat. C’est seulement qu’ils n’en comprennent pas l’utilité. Dans leur vision du monde, le débat est réservé à l’élite, et le reste de la société doit obéir sans comprendre. De toute façon, les Gaulois réfractaires sont trop bêtes pour s’élever à une compréhension qui n’apporterait d’ailleurs aucun bénéfice collectif. 

Ce raisonnement-là est au coeur de la gouvernance macronienne : le peuple se prononce tous les cinq ans dans les urnes et n’a pas besoin d’être consulté entre deux élections, ou alors pour faire de la « communication ». Pour lui faire croire qu’on l’aime et qu’on gouverne pour lui. Mais, sur le fond, le peuple n’a pas à être considéré comme un allié du pouvoir, parce que le peuple est un troupeau de bourrins incapables d’une réflexion intelligente. 

On voit comment la logique énarchique, la pensée aristocratique dominante en France n’aime la démocratie que pour faire joli dans la galerie. En réalité, nos élites rêvent d’un système qui leur permet de gouverner au nom de la raison (dont elles s’estiment les seules détentrices) sans perdre de temps inutile à consulter les avis d’autrui. Si le gouvernement poussait sa logique jusqu’à réellement utiliser le 49-3, il sera intéressant de suivre la leçon de choses donnée par l’histoire en suivant la réaction réelle de l’opinion. 

Comment Macron va tuer le cordon sanitaire autour du RN

En son temps, un autre énarque Président de la République, Jacques Chirac, avait déjà fait le coup de quémander les voix de la gauche pour être élu, avant d’expliquer que son score de second tour résultait en réalité d’une adhésion à sa personne. En son temps, un autre énarque Premier Ministre, Dominique de Villepin, avait nourri la même confusion qu’Édouard Philippe, et avait commis la même sortie de route lorsqu’il avait voulu imposer le CPE coûte-que-coûte. 

Chirac était moins irresponsable qu’Emmanuel Macron. Il savait ne pas se mettre en première ligne, et il utilisait avec intelligence des fusibles (comme Villepin) pour gouverner. Cette précaution ne l’a pas empêché de connaître un naufrage politique finalement matérialisé par le recours à Jean-Pierre Raffarin (désormais soutien de Macron, ce qui est de mauvais augure pour le Président). 

Emmanuel Macron décide lui de s’exposer jusqu’au bout, en faisant donner la police et la matraque pour contenir les oppositions. Cet entêtement, et les violences policières qui en découlent, sont inédits dans l’histoire de notre République. On peut en prévoir les effets : pour la deuxième fois en moins de vingt ans, le maintien du FN/RN au second tour débouche sur un hold-up électoral. Nous parions ici qu’il n’y aura pas de troisième fois et que la diabolisation du RN aux élections est désormais défunte. 

L’histoire s’arrêtera-t-elle là ? ou bien Macron devra-t-il faire face à une contestation violente, ingérable, en cas de recours au 49-3 ? Le Président devrait comprendre qu’à force de violenter la démocratie, la démocratie pourrait bien se mettre à le violenter. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ullman
- 28/02/2020 - 10:08
ILS OSENT TOUT.
Les cons osent tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnaît.
Ce sont néanmoins les Français qui sont baisés. Et sans être aimés.
ajm
- 27/02/2020 - 23:56
Complices.
Surtout, il n'y a aucune urgence sur ce projet de loi. En réalité, les amis de Melanchon et le gouvernement sont complices, ils évitent des discussions techniques sérieuses qui permettraient de mettre en évidence les vrais sujets et les enjeux de cette réforme. En pratiquant une obstruction totale grâce à une accumulation d'amendements ridicules, FI sert le gouvernement en justifiant le 49-3 et en empêchant la discussion et la mise en évidence des vrais intentions de ce projet. C'est une mise en scène qui les arrange tous les deux.
gerint
- 27/02/2020 - 14:18
Pour moi le 49.3 serait une déclaration de guerre
Et par exemple la raison de déclencher une grève à côté de laquelle la dernière serait une douce plaisanterie.