En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

02.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

05.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 1 heure 46 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 4 heures 23 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 4 heures 45 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 6 heures 15 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 20 heures 33 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 22 heures 36 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 23 heures 34 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 1 heure 51 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 3 heures 40 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 4 heures 13 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 4 heures 33 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 4 heures 49 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 5 heures 27 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 6 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 21 heures 19 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 23 heures 8 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 1 jour 54 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

Publié le 25 février 2020
Lundi noir sur tous les marchés financiers du monde. La question aujourd’hui n’est plus de savoir si l’épidémie de coronavirus sera néfaste à l’économie, mais jusqu’à quand elle le sera et jusqu’à quel point. Parce que d’un côté, le virus passe les frontières et le pouvoir chinois paraît débordé.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lundi noir sur tous les marchés financiers du monde. La question aujourd’hui n’est plus de savoir si l’épidémie de coronavirus sera néfaste à l’économie, mais jusqu’à quand elle le sera et jusqu’à quel point. Parce que d’un côté, le virus passe les frontières et le pouvoir chinois paraît débordé.

La semaine démarre très mal pour l’économie mondiale. Alors que la Chine apparaît complètement bloquée et de plus en plus de populations confinées, alors que l’Asie est grandement atteinte, en Corée du Sud, on s’est aperçu ce week end que le virus avait gagné l’Iran et même l’Italie dénombre plus de 100 cas. Du coup, les mesures de prévention comme le confinement des populations, le report d’événements ou la fermeture d’usines va être décidée très rapidement un peu partout en Europe.

La Chine, d’où est partie cette forme de grippe qui s’est transformée en épidémies, paraît désormais désarmée devant la menace d’une pandémie, risque officialisé par l’OMS. Pour le pouvoir chinois, c’est extrêmement préoccupant parce qu’après avoir donné l’impression de tenir la situation, on commence à savoir maintenant que la Chine est en état d’extrême fragilité. Les Chinois d’abord, et le monde entier, a découvert que la Chine avait un état sanitaire déplorable. Pas d’hôpitaux, pas de médecins, pas de médicaments  et pas d’assainissement. Le pouvoir chinois a beau essayer de retenir l’information, le peuple chinois confiné se rend bien compte que l’état sanitaire du pays n’est pas en mesure de les soigner s’ils sont atteints.

Pour le président chinois, qui s’était fait donner un pouvoir absolu, c’est une épreuve au terme de laquelle il joue non seulement son pouvoir, sa fonction mais aussi sa vie.

Cet engrenage de faits et de chiffres qui accompagne ce risque de pandémie a fait décrocher les bourses en ce début de semaine. Le CAC40 a perdu 4%, de même que la bourse de Francfort alors que celle de Milan perd même plus de 5,5%. Les marchés américains ont aussi clôturé en forte baisse.

Ce qui veut dire que les marchés ont changé l’analyse optimiste que l’on faisait la semaine dernière, quand on pensait que la propagation de l’épidémie était contrôlée et que la Chine faisait ce qu’il fallait pour soutenir l’économie en cas de coup d’arrêt.

Aujourd’hui, 3 grands risques occupent les investisseurs.

Le risque le plus gros auquel est confrontée l’économie mondiale à présent est celui de pandémie, avec des conséquences considérables, et avant tout humaines. Le bilan s’empire de jour en jour et monte même très vite dans des pays voisins comme l’Italie. C’est ce bilan humain qui effraie et qui fait prendre aux politiques les mesures de prévention qui conviennent. C’est la première chose à stopper.

Le 2ème risque est donc de se retrouver face à un arrêt, un blocage des chaînes d’approvisionnement et de production. Certaines usines sont fermées en Chine alors c’est toute la chaîne de valeur d’un produit qui est mise à l’arrêt. Quand, dans le même temps, les transports aériens sont largement diminués et les voyages dans les zones à risque déconseillés, ce sont des projets d’investissement entiers qui sont mis en suspens. L’économie, donc, attendra des jours meilleurs.

Mais le risque le plus important est politique et touche le régime chinois. Puisque cette affaire montre que le système chinois pourrait être mis en péril par cette pandémie, et du même coup l’équilibre mondial déjà fragile.

Pendant de longues semaines, le système chinois a fait mine de communiquer et de contenir l’économie. C’était pendant la période des fêtes du Nouvel an et en réalité, peu de monde était réellement alerté sur l’état de propagation du virus ou ses caractéristiques de contamination. La Chine ne donnait pas d’information ou donnait des informations fausses et on s’est donc trompés sur un état des lieux général. On a même cru que le régime chinois contrôlait les événements. On a vu les Chinois construire deux hôpitaux en quinze jours. Mais en réalité on n’a pas réglé le problème. Il a fallu attendre début février pour qu’un groupe de médecins nous dise que la période d’incubation pouvait être plus longue qu’initialement annoncée.

Et quand un médecin chinois a dénoncé la façon de faire du gouvernement, il est étrangement mort du virus dans les jours qui ont suivi sa divulgation. La population chinoise a d’ailleurs assez peu apprécié le fait divers et chose rare, cette population s’est déchaînée sur les réseaux sociaux.

Cette population a découvert que le pays qu’ils habitaient était dans un état sanitaire déplorable et que la vie des gens était menacée. Pas de médicaments, pas de médecins , pas de vaccins.

Dans un pays où Xi Jinping s’est fait élire président à vie, il est donc peu probable que le sursaut soit démocratique. Le président vient d’annuler la session plénière annuelle de l’Assemblée nationale populaire (le Parlement). Et le gouvernement chinois avec la banque centrale a annoncé des mesures de soutien à l’économie mais à coup de relance monétaire et d’abaissement de taux d’intérêt. Sauf que dans une économie à l’arrêt, avec des magasins fermés, avec des individus confinés chez eux et des usines qui ne tournent pas, ce genre d’actions et de relance de la demande ne peut être qu’ un coup d’épée dans l’eau. La monnaie créée restera dans les comptes des banques.

L’urgence des urgences semble donc de freiner cette pandémie, pour après prendre les décisions de politique économique adéquate et faire repartir les machines. Les machines, elles, repartiront. Si les conditions d’hygiène et de santé ne sont pas restaurées, le système chinois va se bloquer et le régime en sera comptable. Or, le système mondial est fondé sur l’équilibre entre Américains et Chinois. Si l’un tombe, le système entier est menacé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 25/02/2020 - 17:34
tiens ! un "black swan""...
les marchés étaient murs de toutes façons.
Eface
- 25/02/2020 - 10:58
Et voilà
La conséquence d’une mondialisation que nos gouvernants nous vendent comme le progrès ! Espérons qu’en tout cas en France, on en tirera les conséquences en mettant un frein efficace à cette mondialisation de l’économie qui ne tient que par un fil bien ténu... on peut rêver !