En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

03.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

04.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

05.

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

07.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Pertes
Chaque mois de confinement fera perdre "entre 2,5 et 3% de PIB" à l'Europe, prédit Thierry Breton
il y a 29 min 13 sec
pépite vidéo > Culture
Vogue
Un live inédit de Madonna, filmé à Nice en 1990, a été dévoilé
il y a 1 heure 5 min
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 2 heures 32 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 4 heures 2 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 5 heures 9 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 5 heures 30 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Heurs et malheurs du guerrier au crépuscule du Moyen Age

il y a 5 heures 50 min
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 22 heures 20 sec
pépite vidéo > Religion
Confiné
Le pape célèbre la messe des Rameaux sans fidèles, pour cause de Covid-19
il y a 49 min 10 sec
décryptage > Société
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

il y a 1 heure 14 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 4 heures 16 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 4 heures 49 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 5 heures 5 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Société
Lourde casquette

Pourquoi qualifier les médecins et autres travailleurs du « front » de héros n’est pas forcément leur rendre service

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Europe
Exemple historique

Eurobonds et survie de l’Europe : cette vieille histoire américaine que l’UE ferait bien de sérieusement méditer

il y a 5 heures 52 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 22 heures 55 min
© Daniel SORABJI / AFP
© Daniel SORABJI / AFP
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

Publié le 24 février 2020
Face au dollar, la monnaie unique est tombée au plus bas niveau depuis avril 2017. L'euro est confronté notamment aux craintes liées à la propagation du coronavirus. Jean-Paul Betbeze revient sur les différentes raisons qui expliquent cette réalité entre l'euro et le dollar.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face au dollar, la monnaie unique est tombée au plus bas niveau depuis avril 2017. L'euro est confronté notamment aux craintes liées à la propagation du coronavirus. Jean-Paul Betbeze revient sur les différentes raisons qui expliquent cette réalité entre l'euro et le dollar.

L’euro est actuellement à 1,08 par rapport au dollar, le plus bas depuis des mois. Où va-t-il s’arrêter dans sa chute depuis 15 mois ? Va-t-il se reprendre ? L’histoire de l’euro est en effet parlante : il monte beaucoup quand le dollar, lui, fait très peur mais baisse beaucoup quand il fait peur et énormément quand il fait très peur. Où en sommes-nous : l’euro fait-il aujourd’hui peur, ou très peur ? 

De fait, l’euro a eu beaucoup de hauts et de bas depuis son lancement le 1er janvier 1999 à 1,1789 dollar,au début avec ce plongeon de crédibilité qui a suivi et l’a amené à 0,85 fin 2001. C’est l’euro qui fait très peur. Maiscomme il n’explose pas, il se met à remonter jusqu’à son sommet historique à 1,6, mi 2008. En vérité, ce n’est pas dû à son mérite, mais à la crise américaine des subprimes. C’est le dollar qui fait très peur ! A ce moment, l’euro devient la monnaie refuge ! Mais, comme le système américain n’explose pas non plus, bien sûr, l’euro se remet à baisser à partir de 2014 jusqu’à 2017, avec la crise des dettes publiques de la zone. Il faudra le whateverittakes salvateur de Mario Draghi fin juillet 2017 pour le sauver. Une  remontée apparaît alors jusqu’à 1,25 début 2015, avant la pente actuelle, préoccupante, et la chute depuis janvier 2020, 15 mois bientôt. Cinqraisons s’ajoutent derrière cette glissade, sans que le Président Trump n’ait (encore) à crier à une manipulation qui favoriserait les exportations européennes.

Première raison, la zone euro ne croît plus : 0,9% de croissance sur un an en zone euro, contre 2,3% aux États-Unis. Les États-Unis sonten fait une économie fermée, très liée à la consommation des ménages, à la construction et à des investissements d’entreprises largement home made. La zone euro est bien plus ouverte et sensible à l’environnement extérieur dans ses échanges, notamment par son industrie. Même si l’on peut se poser des questions sur les effets de l’épidémie chinoise sur la croissance américaine, les cours boursiers faisant par exemple un large écho aux messages d’Apple sur ses difficultés d’approvisionnement en composants, elle vient surtout de la hausse des salaires et du moral des ménages, avec un taux de chômage au plus bas. Par différence, la croissance de la zone euro, singulièrement plus faible que l’américaine depuis des mois, avec un taux de chômage à 7,4% contre 3,6% aux États-Unis, se trouve bien plus affectée par ses exports qui baissent vers la Chine et la région.

Deuxième raison, l’euro ne paye plus, il coûte plus !Un placement à 10 ans rapporte -0,4% en bons du trésor allemand, -0,4 néerlandais, -0,2 français, à comparer à 1,5% aux États-Unis. Si l’on veut tenir compte de l’inflation instantanée, tous les placements à terme sont perdants : -2,1% en Allemagne et aux Pays-Bas, -1,7% en France contre -1% « seulement » aux États-Unis. Et les écarts sont plus nets encore à court terme, les taux étant négatifs en zone euro et entre 1,5 et 1,75% aux États-Unis. C’est bien pourquoi la zone euro exporte son épargne, et sa croissance avec, vers les États-Unis : ils croissent plus, même avec un dollar qui croît plus.

Troisième raison : l’Allemagne inquiète, économiquement et politiquement. Elle est l’économie majeure de la zone, autrefois son rempart, aujourd’hui la plus affectée par le COVID-19 chinois, les menaces américaines et le Brexit. Ses points forts, l’industrie et notamment l’automobile, sont au carrefour de la baisse de la demande chinoise, des menaces américaines et des interrogations sur les sites de production post-Brexit. Politiquement, le parti d’Angela Merkel n’est plus majoritaire et se déchire, l’alliance avec le SPD ne suffit plus. Et, en finance, il faudra bien savoir ce qui se passe avec Deutsche Bank, Commerzbank et les centaines de banques coopératives et caisses d’épargne dont les coûts de structure sont trop élevés. Et si l’Allemagne inquiète, la France étant sous pression, on peut penser que l’influence du « couple franco-allemand » est plus faible, et au sud et à l’est.

Quatrième raison : le Brexit va mal se passer. Le temps de la diplomatie plus ou moins feutrée va laisser place à une montée des tensions entre RU et EU, l’Union refusant la proposition du schéma Canada, en disant qu’elle n’est pas assez précise, ce qui rendra de plus en plus difficile un accord rapide. Le RU va menacer et tenter de diviser, l’atmosphère s’envenimer.

Cinquième raison : les marchés parient sur Trump aux élections et ne savent pas pour la zone euro. Qui en Allemagne, en Italie, en Espagne et en France dans un, deux ans ou plus ? En revanche, aux États-Unis, il semble bien que Joe Biden est out (trop mou ou bien est-ce l’effet retardé des interrogations sur le rôle bien payé de son fils en Ukraine, révélé par l’affaire de l’empeachment) ? Mike Bloomberg pourra-t-il se faire une place modérée, en lieu et place de Pete Buttigieg (cemodéré trop intelligent mais surtout jugé trop tendre), alors qu’il est trop riche : 55 milliards de dollars dit-on ? Car Bernie Sanders ne cesse de monter avec le soutien des jeunes et une position très à gauche, proposant plus d’impôts pour les (très) riches qui financeraient son programme très social. Le risque est une fracture au sein des Démocrates, face à Donald Trump qui regarde, tweete et propose encore moins d’impôts.

Jusqu’où donc la baisse de l’euro ? Jusqu’au moment où il aura suffisamment baissé pour que les investisseurs américains (ou en dollars) se rendent compte que le CAC 40 (par exemple) est bien moins cher que le Dow Jones, rapporte au moins 4% par ses dividendes et que les actions y sont bradées ! Et ce sera pareil avec les bonnes entreprises en zone euro, décidément moins chères. Moralité : l’euro va baisser jusqu’au moment où les marchés jugeront qu’il a trop baissé. Souhaitons que ce soit le cas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

03.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

04.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

05.

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

07.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 24/02/2020 - 13:51
et les dettes des Etats du sud de l'Europe?
France comprise , alors que la dette des pays du Nord se réduit. Allemagne sous les 60%.Certes les US ont aussi une forte dette mais comme disait l'autre " c leur devise et notre problème".
Soit dit en passant , j'aimerais bien que la France ait des "problèmes" comme l'Allemagne.
Chômage à 4%, excédent budgétaire structurel, excédent commerce extérieur 7% du PIB etc etc...