En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 1 heure 51 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 3 heures 30 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 7 heures 18 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 8 heures 24 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 9 heures 29 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 10 heures 22 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 11 heures 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 11 heures 50 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 2 heures 23 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 6 heures 56 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 8 heures 4 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 8 heures 40 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 10 heures 9 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 10 heures 36 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 11 heures 51 min
© Reuters
© Reuters
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

Publié le 24 février 2020
L'Etat islamique compterait aujourd'hui plus de membres qu'il n'en avait lors de la fondation du califat il y a six ans. Comment Daesh s'est reconstruit en dépit de la perte de son territoire ? Comment expliquer que l'organisation attire aujourd'hui encore beaucoup d'individus ?
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Etat islamique compterait aujourd'hui plus de membres qu'il n'en avait lors de la fondation du califat il y a six ans. Comment Daesh s'est reconstruit en dépit de la perte de son territoire ? Comment expliquer que l'organisation attire aujourd'hui encore beaucoup d'individus ?

Atlantico.fr : L'Etat islamique compterait aujourd'hui plus de membres qu'il n'en avait lorsqu'il a fondé son califat il y a six ans malgré la mort de son chef Abou Bakr Al-Baghdadi.

Pouvez-vous nous expliquer à quoi cela est dû ? Comment Daesh s'est-il reconstruit en dépit de la perte de son califat et de son territoire ?

Alain Rodier : Daech ne s'est pas "reconstruit" car il n'a pas été vraiment vaincu. A savoir que s'il a effectivement perdu son proto-Etat, c'est à dire le pays qu'il gérait situé à cheval sur l'Irak et la Syrie avec un "gouvernement" et une "administration", il est repassé dans la clandestinité.

Daech n'est pas né en  2014 mais en 2006 en Irak, bien sûr portant un autre nom. Il s'agissait alors de rebelles sunnites irakiens qui étaient inspirés par Abou Moussab al-Zarqaoui, un ancien petit voyou jordanien qui était passé par la "case Afghanistan" où il s'était fait une légitimité auprès d'Oussama Ben Laden. Dépêché en Irak à la veille de l'invasion américaine de 2003, il avait créé son propre mouvement dépendant théoriquement d'Al-Qaida "canal historique". Cette organisation  était satisfaite d'avoir une branche locale sans rien avoir fait pour cela. Cependant, Zarqaoui s'est rapidement disputé avec le commandement central d'Al-Qaida "canal historique" qui le jugeait trop extrémiste, particulièrement avec les chiites.  Tué en 2006 lors d'un raid commando US qui a suivi une frappe aérienne ponctuelle, al-Zarqaoui a ensuite servi d'inspirateur pour la fondation de l' "Etat Islamique d'Irak" (EII).

Au début de la guerre civile syrienne en 2011, l'émir de l'EII Abou Bakr al-Baghdadi a dépêché une antenne dans ce pays lui donnant l'appellation d'"Etat Islamique en Irak et au Levant" (EIIL). Cette faction commandée par al-Joulani, un de ses lieutenants, s'est affranchie de cette allégeance d'autant que Bagdhadi refusait désormais de reconnaître l'autorité du docteur Ayman al-Zawahiri, le leader d'Al-Qaida "canal historique" après la mort de Ben Laden. Al-Baghdadi a donc repris la direction de ce qui a été appelé Daech en fondant un "califat" en 2014.

Pour résumer, après avoir perdu son contrôle sur des territoires situés en Syrie et en Irak, les activistes de Daech se sont égayés dans la nature sur les "positions préparées à l'avance". Ce "retour au désert" (en faisant référence au départ de Mahomet de la Mecque pour rejoindre Médine) était tout sauf improvisé. Les réseaux de soutien étaient en place, les caches d'armes et munitions installées, etc.

Les actions ponctuelles se multiplient actuellement sur le front syro-irakien dans le but de garder les populations sunnites sous contrôle. Tout "collaborateur" sunnite du régime est une cible potentielle. La reconquête n'est pas encore à l'ordre du jour tant que la réorganisation de Daech sur le terrain n'est pas terminée. Cela peut prendre du temps mais les jihadistes pensent en générations.    

Comment expliquer qu'il attire aujourd'hui encore beaucoup de "soldats" et surtout des individus plus formés ? Quelles sont les territoires les plus touchés ?

Le point central du phénomène appelé "islamique" est l'idéologie qui anime ses militants. C'est le salafisme-jihadisme qui correspond à une lecture littérale des textes sacrés de l'islam :  le Coran, les Hadiths et la vie de Mahomet. Cette "pureté" idéologique est très attractive pour les militants mais aussi pour les nouveaux adeptes qui voient dans cette interprétation de l'islam une réalité "révolutionnaire" qui combat les "mécréants" (les juifs, les chrétiens et les athées) et les apostats (les "traîtres à l'islam" que sont les chiites et, globalement, tous les dirigeants musulmans de la planète). Le fondement est simple: tous ceux qui ne pensent pas comme eux sont des individus à éliminer.

Cette idéologie révolutionnaire attire tous les jours de nouveaux adeptes qui sont mal dans leur peau pour des raisons sociales, psychologiques ou politiques. Il ne faut donc pas s'étonner de leur multiplication face à un monde occidental aux moeurs considérés comme dissolus - selon ce qui est écrit dans les textes sacrés -, et musulman dont le dirigeants sont jugés comme "apostat". C'est cette révolte qui pousse les individus à rejoindre Daech, al-Qaida "canal historique" étant considéré comme ringard.

En dehors du théâtre syro-irakien (le "berceau" du califat) où les militants se préparent à la reconquête dès que les Américains seront repartis, les provinces (wilayat) extérieures redoublent d'activité comme au Sahel, en Libye, en Somalie, dans le Sinaï, en Afghanistan ou en Extrême-Orient.

Comme dans le passé récent, Daech recrute beaucoup au sein des militants d'Al-Qaida "canal historique" qui sont déçus par leur direction qui, après des années de guerre sainte, n'a pas obtenu de gains significatifs. Il convient d'ajouter les masses de jeunes miséreux qui voient dans Daech la seule manière d'exister.

Que faisons-nous, concrètement, face à la montée de cette menace ? Dans quels théâtres d'opérations sommes-nous encore impliqués dans la lutte contre Daesh ?

La France se bat au Sahel, ses effectifs ayant été renforcés cet hiver passant à 5.100 militaires sur le terrain. Elle est toujours présente en Irak et en Syrie bien que Washington ait annoncé son désir de se replier pour se concentrer sur l'Extrême-Orient où la Chine et la Corée du Nord posent problème.

Le président Macron s'est montré très actif invitant les dirigeants politiques des pays du Sahel au sommet de Pau au début de l'année pour effectuer un point de situation. De plus, il n'a de cesse de demander une participation des États du Proche-Orient, au moins financière pour aider les pays du G5-Sahel.
 
Si le combat doit effectivement se dérouler aux sources du jihadisme, il convient également d'assurer la défense de proximité. C'est ce qui se passe en Europe en général et en France en particulier. De nombreux attentats ont été évités en amont. Mais majoritairement, les activistes prêts à passer à l'action sont endogènes n'ayant que des liens ténus (quand ils en ont vraiment) avec Daech. Au mieux, ils sont "inspirés" par l'idéologie salafiste-jihadiste. Ils agissent à leur initiative pour se  faire connaître. La meilleure manière de les en dissuader est de ne parler de leurs méfaits que dans la rubrique "faits divers". Ne plus avoir de notoriété est leur pire punition. Il semble que la presse a fait beaucoup de progrès dans ce domaine...

Globalement, le combat reste socio-idéologico-politique et à ce niveau, pour le moment, aucune solution (si elle existe) ne semble être satisfaisante.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 24/02/2020 - 19:33
il n y a qu'une solution pour les islamistes :
LA VALISE OU LE CERCUEIL
1°) La valise pour ceux qui préfèrent la charia aux lois républicaines
2°) Le cercueil pour ceux qui combattent nos soldats et nos policiers.
Toute autre solution n'amènera qu'à un échec et à des morts dans nos rangs....
cmjdb
- 24/02/2020 - 14:08
TERRORISME
Très bon article
A ne pas vouloir nommer précisément les événements, on renonce aux solutions.
Des terroristes qui veulent éradiquer notre civilisation par la guerre sont des FASCISTES. Ceux qui refusent de les condamner sont des COLLABORATEURS. Ceux qui sont au pouvoir et emberlificotent des termes lénifiants sont des TRAITRES à la patrie, comme les NASIS qui pactisaient avec les plus grandes autorités religieuses du Moyen Orient.. POINT.
La solution : Reddition et traité de paix par tous les courants des plus grandes autorités islamiques , immédiatement; sous l'égide de l'ONU, sinon guerre mondiale .
valencia77
- 24/02/2020 - 13:10
Frankistan
Assougoudrei, les veaux francais elisent les cons qui les gouvernent. Ils ont l'assistanat et son betement satisfait. Des veaux qui suivent un altruisme patologique et un moralisme imbecile. Ils sont dans le dolorisme et le miserabilisme envers leurs enemis. profondement lavettes.