En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 35 min 20 sec
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 2 heures 13 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 5 heures 16 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 6 heures 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 7 heures 8 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 8 heures 12 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 9 heures 5 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 9 heures 30 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 10 heures 9 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 10 heures 33 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 1 heure 7 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 6 heures 47 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 7 heures 23 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 8 heures 52 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 9 heures 19 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 10 heures 3 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 10 heures 34 min
© MYCHELE DANIAU / AFP
© MYCHELE DANIAU / AFP
Atlantico Business

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

Publié le 24 février 2020
Le salon de l’agriculture 2020 va sacrer le succès du bio. Les visiteurs comme les exposants sont polarisés sur le bio qui paraît avoir toutes les qualités pour répondre aux défis des temps modernes. Cela dit, le bio ne fera pas de miracle.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le salon de l’agriculture 2020 va sacrer le succès du bio. Les visiteurs comme les exposants sont polarisés sur le bio qui paraît avoir toutes les qualités pour répondre aux défis des temps modernes. Cela dit, le bio ne fera pas de miracle.

Ne rêvons pas. Alors que tout le monde, il est bio, et beau, et il est gentil... La folie du bio est évidente, mais le bio ne sauvera ni la planète, ni le niveau de vie des agriculteurs.

L’agriculture française est confrontée à des immenses défis, mais l’ensemble de l’agriculture mondiale doit faire face à ces défis qu‘elle a souvent ignorés. Très simple.

L’agriculture doit pouvoir satisfaire les besoins alimentaires des populations, mais elle doit aussi contribuer à la protection de l’environnement dans la mesure où elle utilise massivement des ressources naturelles, et rejette des masses de gaz carbonique dans l’atmosphère.

Parallèlement, l’agriculture doit aussi veiller à ce que les productions alimentaires respectent des normes sanitaires qui ne perturbent pas les équilibres biologiques de l’homme et n‘introduisent pas dans son alimentation des perturbateurs endocriniens dont on sait qu’ils sont à l’origine de nombreuses maladies : de l’obésité à l’apparition de nombreux cancers.

Ces défis sont immenses. Ils sont souvent contradictoires. Pour répondre aux besoins alimentaires, il a évidemment fallu pousser les rendements, ce que les progrès de l’agrochimie ont favorisé en développement tous les engrais et pesticides. Mais en poussant les rendements, on a accru la mécanisation, pour la concentration des unités de production mais ce faisant, on a déclassé une grande partie des populations agricoles et désertifier les campagnes. D’où lesproblèmes sociaux mais aussi le déficit d’équipements collectifs et d’entretien de la campagne.

D‘où le succès des modèles de production alternatifs fondés sur le retour à des pratiques plus naturelles et des circuits plus proches du consommateur. Le bio a évidemment rencontré un succès considérable et rapide. Le bio répond à des normes de production strictes qui impose des modèles d’une agriculture responsable avec très peu d’intrants d’origine pétrochimiques. Il y a encore 15 ans, le bio en France était très marginal. Au début des années 2000, les productions biologiques représentaient à peine 2% des terres cultivées, 2% des exploitations pour un chiffre d’affaires qui ne dépassait pas les 2 milliards d’euros.

Aujourd’hui, l’agriculture biologique concerne environ entre 8 et 10% des surfaces agricoles pour un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros.

Dans le même temps, la consommation a explosé. Au début des années 2000, 2% des Français consommaient des produits bio moins d’une fois par semaine. Aujourd’hui, la moitié des consommateurs achète bio plusieurs fois par semaine, d’où ce chiffre d’affaires de 10 milliards en progression de 15% par an.

Au départ, le bio était distribué exclusivement dans des circuits courts de proximité, aujourd’hui, l’ensemble de la grande distribution s’y est mise pour répondre à la demande des populations urbaines.

Alors ce succès qui ne se dément pas a deux explications évidentes.

D’abord, il répond à une demande du consommateur et notamment des jeunes générations qui ont mis le bio au cœur de la « Food révolution » . Donc on consomme bio pour des raisons de santé, d’hygiène, mais aussi pour des raisons sociétales, politiques et pour certains idéologiques. C’est donc très profond. Le Bio est considéré comme l’arme centrale de la transition énergétique.

Alors la réalité des comportements ne correspond pas toujours au but recherché. Quand le consommateur achète en hiver des fraises bio, il est cohérent avec son intention, sauf que les fraises labellisées Bio ont été importées d’Amérique du sud, ce qui présuppose qu’elles ont un poids de carbone considérable. Mais passons sur ce type d’excès très marginal et on imagine que la grande distribution va finir par se donner un code de bonne conduite.

Ensuite, et c’est la deuxième explication du succès, c’est que cette demande soutient les prix et les prix de vente soutiennent le pouvoir d’achat des agriculteurs. L‘agriculteur bio gagne mieux sa vie que son père.

Les rendements sont moindres mais la valeur créée est plus forte et donc les prix plus élevés.

La nouvelle PAC en discussion à Bruxelles actuellement tient compte de ce phénomène. Cette PAC va porter moins de subventions à la production et plus de rémunération consacrée à la protection de l’environnement et à la transition écologique.

Le mouvement engagé va donc dans la bonne direction, ce qui explique d’ailleurs en partie l’amélioration du climat politique et social des populations agricoles.

Les sujets sensibles ne sont pas réglés. L’après glyphosate n’est pas écrit, la revitalisation des campagnes n’est pas garantie. Mais les dossiers sont sur les bureaux à Paris ou à Bruxelles. Cette mutation incontournable a deux gros obstacles à surmonter.

1er obstacle. L’agriculture biologique ne permettra pas d‘assurer l’alimentation du monde entier. Cette question n’obsède pas les écologistes radicaux, mais les risques de famine dans le monde ne sont pas écartés. Il faudra donc accepter la cohabitation entre une agriculture de proximité bio, une agriculture différente mais avec des rendements considérables. Les fermes de 1000 vaches oui, mais les usines de production de protéines végétales, il y en aura forcément encore plus.   Parce que l’industrie de la protéine végétale est plus productive et moins chère que la production de protéine animale.

2e obstacle, il faudra que les marchés dégagent des pouvoirs de dépenser dans l’alimentaire beaucoup plus généreux qu’actuellement. Pendant un demi-siècle, la part de dépenses consacrées à l’alimentaire n’a pas cessé de baisser dans les budgets familiaux au profit du logement, de l’équipement de la maison, des transports, des loisirs et de la communication. Il est évident que dans les trente prochaines années, il faudra augmenter les dépenses alimentaires, parce que les prix de revient vont forcément augmenter. Le bio, le vrai restera cher. Qu’on le veuille ou non !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 26/02/2020 - 11:56
l'oubli permanent
le cout du made in France pour le Bio et le reste des productions n'est jamais mentionné . cela signifie que désormais la concurrence intra européenne ou extra européenne jouera également ...conséquence la pomme de terre bio allemande , Polonaise sera moins chère que la production française ,du coup il y aura une tension sur le négociations avec le monde paysan français qui ne pourra pas jouer sur de meilleurs rendements chimiques ou mécaniques;Bref un marche se développe mais cela ne règlera pas le problème compétitif des agriculteurs pendant des salaires charge sociales
et fiscales
COUKOUCéMOI
- 25/02/2020 - 20:32
Le bio...dégradé !
En abordant la question de l'alimentation par d'autres focales.
Se nourrir aujourd'hui est totalement déconnecté des besoins physiologiques de l'espèce humaine.
L'alimentation est un marché.
Le "bio": sous réserve de la réalité vertueuse de la méthode, demeurant dans une logique de marché davantage que de besoin physiologique, sa production de masse pour le profit est contraire à la raison et au bon sens. Dés lors que la grande distrib' s'engouffre dans le créneau, le qualitatif s'effacera devant le quantitatif. Le "bio"est par trop, un outil marketing.
Quant à dire que les jeunes sont accros au bio, il faut m'expliquer la cohérence avec la bouffe des fast food et autres saloperies industrielles de masse vendues dans les hypers et stations services, et dont ils raffolent...
La surconsommation alimentaire et le gaspillage sont hautement graves, les importations de contrées lointaines complètement débiles.
Le réchauffement devrait pouvoir permettre des cultures locales plus diverses...toute l'année... et là où les glaces vont fondre, on cultivera....Hum, c'est de la mal-pensance ça !
Inspirons-nous des espèces animales.... Manger pour vivre et non vivre pour manger !!
SD..
- 25/02/2020 - 14:13
Arvensis
Dans votre commentaire, je conteste fortement plusieurs choses :
1- le bio est moins productif quelque soit le type de culture ou le lieu. Sinon à moins de traiter TOUS les agriculteurs d'imbéciles, ils s'y seraient déjà mis ! (Produire plus et vendre plus cher = bons revenus)
2- ramener les bobos des villes à la campagne et leur donner un binette: A mourir de rire cette idée, à moins d'une situation genre Pol Pot et là c'est beaucoup moins drôle !
3- le conventionnel ou non bio est à vos yeux réservé aux imbéciles, c'est néanmoins ce qui fait que vous avez mangé à votre faim toute votre vie et vous ne savez pas ce qu'est un ticket de rationnement. Les derniers tickets ne sont pas si vieux, ma Grand Mère m'a montré celui qu'elle a gardé et qui date de la fin des années 40 !