En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 59 min 56 sec
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 3 heures 43 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 3 heures 58 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 4 heures 13 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 5 heures 4 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 5 heures 13 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 19 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 4 heures 1 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 4 heures 22 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 5 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 18 heures 5 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 19 heures 38 min
© ERIC FEFERBERG / AFP
© ERIC FEFERBERG / AFP
"Penelope Gate"

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

Publié le 24 février 2020
François Fillon et son épouse Penelope sont attendus ce lundi au tribunal correctionnel de Paris. L'ancien Premier ministre et son épouse sont jugés dans l'affaire des emplois présumés fictifs. François Fillon n'est pas le seul homme politique français à avoir eu recours à sa famille pour des emplois parlementaires.
Hervé Lehman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien juge d’instruction, avocat au barreau de Paris, Hervé Lehman est l’auteur de Justice, une lenteur coupable (2002). Il a participé à la rédaction du rapport de l’Institut Montaigne sur la réforme de la Justice (Pour la Justice). Il est l'auteur du...
Voir la bio
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Fillon et son épouse Penelope sont attendus ce lundi au tribunal correctionnel de Paris. L'ancien Premier ministre et son épouse sont jugés dans l'affaire des emplois présumés fictifs. François Fillon n'est pas le seul homme politique français à avoir eu recours à sa famille pour des emplois parlementaires.

Atlantico.fr : Aujourd'hui s'ouvre le procès de M. Fillon. Ce procès est un évènement dans le monde politique. Mais la justice s'est-elle montrée réellement impartiale tout au long de cette affaire ? M. Fillon a-t-il été considéré comme un citoyen comme les autres ou a-t-il été érigé en exemple? 

Hervé Lehman : Le procès de François Fillon n’a plus d’importance politique. Quelques magistrats ont prononcé sa mise à mort politique il y a trois ans en le mettant en examen peu avant l’élection présidentielle. Si François Fillon est relaxé, ce qui est arrivé pour l’affaire de l’arbitrage Tapie malgré tous les diagnostics, on ne refera pas l’élection présidentielle. Le procès n’a plus d’importance que pour l’honneur de François et Penelope Fillon. Mais on doit en tirer les enseignements politiques. 

Non, bien sûr, François Fillon n’a pas été traité comme les autres. Jamais on n’a vu en France, ni dans aucune démocratie le candidat de l’opposition ciblé par la Justice quelques semaines avant l’élection présidentielle. Même les journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, peu suspects de sympathie pour la droite, le reconnaissent enfin. Jamais on n’avait violé ainsi la trêve électorale, tradition républicaine qui garantit que la Justice n’interfère pas dans lechoix des électeurs. Jamais on n’avait vu des juges d’instruction se hâter autant pour prononcer une mise en examen, pour une affaire qu’ils mettront ensuite plus de deux ans à instruire : désignés un vendredi soir, les juges ont envoyé les convocations pour mise en examen trois jours plus tard…dont un week-end. C’est à compareravec le sort de ceux proches du pouvoir : les mises en examen de François Bayrou et de Richard Ferrand sont intervenues deux ans plus tard ! Jamais on n’a vu, et pourtant on en a vu, une violation aussi systématique du secret de l’instruction et de celui de l’enquête, jusqu’à l’ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel dont les avocats des Fillon ont pris connaissance dans la presse. Sans compter le parquet national financier qui s’est saisi précipitamment d’une affaire pour laquelle il n’était évidemment pas compétent.

Cette affaire pose le problème de l’impartialité de la Justice dans les affaires politiques. C’est pourquoi je propose la création d’un procureur général de la Nation totalement indépendant du Garde des Sceaux jusque dans sa nomination, et compétent pour les affaires concernant les élus et les candidats.

La question de l'emploi fictif de Penelope Fillon à laquelle s'est ajoutée celle des costumes offerts par Robert Bourgi ont annoncé la défaite de François Fillon aux présidentielles 2017. Pourtant, avec 20% des votes, il demeure le 3e homme de ce scrutin. Comment l'expliquer?

Maxime Tandonnet : Avant la catastrophe, M. Fillon avait de sérieux atouts en sa faveur : une grande expérience de la vie gouvernementale, un style sobre et une image de probité correspondant à l’attente d’une partie de l’électorat, un projet sérieux et travaillé, un engagement dans le soutien aux chrétiens d’Orient persécutés par Daesh, un discours clair d’opposition à l’islamisme radical. Les 20% qui ont voté pour lui malgré tout représentaient le socle de l’électorat les Républicains à ce moment-là. Ensuite, cet électorat, fragilisé par le découragement, s’est déchiré entre LREM, RN et l’abstentionnisme. D’où les 8,6% des européennes de juin 2019, un score qui a été interprété par beaucoup de commentateurs comme le signe avant-coureur de la disparition de LR. Depuis lors, les données du problème ont changé : la crise de confiance, et l’impopularité présidentielle toujours plus grande, les difficultés du gouvernement, la débâcle politique de LREM, mais aussi la stagnation du RN – qui ne perce pas dans l’opinion malgré le climat de chaos dans le pays, ont rouvert un espace pour les Républicains. Leur score aux municipales sera donc déterminant pour vérifier la survie voire une renaissance de la droite. 

Hervé Lehman : Cela montre qu’il y avait à droite une très forte envie d’alternance. La démocratie occidentale, c’est l’alternance : quand les travaillistes échouent ou sont usés au pouvoir, les conservateurs sont élus ; idem pour la CDU et le SPD, les républicains et les démocrates, et, en France, pour la droite et la gauche. Mais l’interférence de quelques magistrats dans l’élection présidentielle a privéles électeurs de droite de l’alternance et, plus grave, a accentué la déstabilisation de ladémocratie française. Emmanuel Macron, quoi que l’on pense de sa politique, a été élu par défaut, parce que Fillon ne pouvait plus l’être. Le résultat est un président sans grande expérience, sans assise populaire, sans élus de terrain, sans relais dans la société. Cela donne les gilets jaunes et la réforme dela retraite qui réussit l’exploit de fédérer la CGT et les professions libérales.

La déstabilisation de la droite s’accompagne de la déstabilisation de tout le paysage politique. Il n’est plus exclu que le Rassemblement national tire les marrons du feu. Ce n’est sans doute pas ce que cherchaient les magistrats de l’affaire Fillon, mais on ne joue pas sans conséquence avec l’élection présidentielle.

Cette défaite électorale a marqué le début d'une crise profonde dont la droite française peine à se remettre. Quelles en sont les raisons?

Maxime Tandonnet : Les raisons sont nombreuses et cette défaite électorale a été avant tout un déclencheur. Cinq raisons paraissent évidentes : l’absence d’un leader incontesté ; les rivalités d’ego ; les divisions idéologiques entre une tendance centriste, européiste et une frange plus souverainiste ; la difficulté à définir une ligne, un projet ; l’écartèlement entre le LREM et le RN qui a réduit sa marge de manœuvre. Comment la droite française peut-elle se présenter comme une alternance possible ?La politique française souffre en ce moment d’une perte de crédibilité et d’une profonde déconnexion avec le peuple. Le drame de l’actuel quinquennat est d’avoir porté cette coupure, cette déconnexion à son paroxysme, par les symboles. (Jupiter), les paroles (Gaulois réfractaires), le fond des politiques (taxe carbone, 80 km/h, retraites, etc.). Le rôle de la droite aujourd’hui et sa chance, consistent faire le contraire c’est-à-dire à tendre la main au peuple et à s’engager dans une logique de confiance et de réconciliation avec lui, de dépassement de la rupture entre la France dite d’en haut et la France dite d’en bas : fin de la communication (manipulation) à outrance, discours de vérité sur l’état de la France, travail de fond, sans démagogie, sur les grands sujets de préoccupation des Français, sécurité, communautarisme, dette publique, pauvreté, maîtrise des frontières, déclin du niveau scolaire… Pour cela, au cœur d’un programme de droite devrait être la réhabilitation de la démocratie par la revalorisation du Parlement et la pratique du référendum comme mode d’expression de la souveraineté. 

Hervé Lehman : C’est donc tout le paysage politique qui est dévasté : la droite, la gauche. Emmanuel Macron profite de cette crise des partis de gouvernement mais sans que LREM ne parvienne à les remplacer. C’est ce grand vide qui fait peur, à juste titre. Maintenant, examinons le parcours de Rachida Dati à Paris : la droite y était laminée aux européennes, les élus LR se déchiraient entre eux, mais Rachida Dati fait une percée remarquable. La recette, c’est un discours de droite républicaine, ferme sur la sécurité, le communautarisme et l’amaigrissement de l’Etat, et moderne sur le développement économique tout en étant dans la tradition sociale du gaullisme. Un peu comme Fillon. Sauf, bien sûr, si les juges font à Rachida Dati le même coup qu’à ce dernier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 25/02/2020 - 21:17
@ J'accuse
Les municipales sont proches. J'ai eu la même pensée quand on a parlé du calendrier de l'affaire Fillon ...
Ganesha
- 25/02/2020 - 11:23
Revenu Universel
Décidément, Atlantico abrite un certain nombre de ''papys-Cahuzac'' !
Souffrant de désorientation spatio-temporelle, ils ne se souviennent plus précisément si leurs comptes sont toujours en Suisse ou déjà à Singapour !
On nous dit en permanence, sur tous les médias, que ''l'optimisation fiscale'', plus ou moins légale, entraînerait pour la France, chaque année, un ''manque à gagner'' de 80 à 100 milliards d'euros.
Avec une somme pareille, le problème des retraites serait instantanément résolu, on pourrait même instaurer un REVENU UNIVERSEL !
J'adore publier ces deux mots, et voir les papys-Atlantico réagir comme des cafards qui se précipitent pour aller se réfugier sous les meubles et dans les fissures !
ajm
- 24/02/2020 - 23:38
Dossier prêt au cas où.
Ganesha : vos accusations ridicules sur la fraude fiscale imaginaire des pays atlantico et sur leur perception de dividendes dans des paradis fiscaux montrent que vous êtes fou à lier, comme le marquis de sade qui a terminé sa vie dans un asile.
Sur le sujet, si MLP devenait vraiment dangereuse dans les sondages du deuxième tour de la présidentielle de 2022, on peut tabler que ,tout d'un coup, on découvrira quelque scandale opportun pour le PNF qui traiterait l'affaire à toute allure comme pour Fillon. Le dossier doit être prêt, au cas où.