En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 1 heure 4 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 2 heures 42 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 5 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 6 heures 30 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 7 heures 37 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 8 heures 41 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 9 heures 34 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 9 heures 59 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 10 heures 38 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 11 heures 2 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 1 heure 35 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 3 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 7 heures 16 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 7 heures 52 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 9 heures 21 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 9 heures 48 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 11 heures 3 min
© Capture d'écran Youtube
© Capture d'écran Youtube
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

Publié le 22 février 2020
Le ministre de la Culture, membre d'un gouvernement qui promeut la "start-up nation", regrette que la chanson représentant la France à l'Eurovision ait un refrain en anglais.
Olivier Soutet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Soutet est linguiste, maître de conférences et professeur à l'université Paris-Sorbonne.
Voir la bio
Janine Gallais-Hamonno
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Janine Gallais-Hamonno est professeur des universités. Fondés sur une analyse syntaxique des textes qui en permet une compréhension « en profondeur », les trois logiciels Lidia SA permettent : respectivement d’améliorer l’efficacité de la rédaction d’un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de la Culture, membre d'un gouvernement qui promeut la "start-up nation", regrette que la chanson représentant la France à l'Eurovision ait un refrain en anglais.

Atlantico : Le ministre de la Culture a signifié sa désapprobation du choix de la chanson de Tom Leeb pour l’Eurovision en raison de son refrain chanté en anglais. Face à un gouvernement qui multiplie les anglicismes dans sa communication, comment expliquer la position du ministère de la Culture?

Olivier Soutet : Je crois qu'il faut replacer cette polémique (dont il ne faut quand même  pas majorer l'importance) dans un cadre plus général. Le Président et son  gouvernement sont, à tort  ou à raison, accusés d'être éloignés de la France profonde, de ne pas la comprendre (cris des "Gilets jaunes") et, à l'inverse, d'être totalement engagés dans la logique de la mondialisation, Or, l'anglo-américain (langue de la finance, de l'informatique et,  plus généralement, de la techno-science contemporaine) est la langue-étendard de cette mondialisation. Donc, en dénonçant la présence d'un refrain en anglais dans une chanson française, on se donne un brevet de "francité" et s'affiche comme défenseur d'une francophonie sans compromission.

Janine Gallais-Hamonno : Nos gouvernants nous offrent la perspective d'un monde où tous les êtres humains seraient d'une telle égalité, d'une telle uniformité, qu'ils en deviendraient interchangeables.

Une telle ambition pose le problème du modèle à adopter: un modèle physique (jeune, dynamique, sportif, enthousiaste), est relativement facile à définir. Il a donc précédé le choix d'un modèle culturel, qui implique un choix de civilisation donc de valeurs... et aussi de langue.

Les emprunts faits à la langue anglaise, et surtout américaine, portent notamment de nos jours sur tout ce qui exprime l'efficacité. Il faut dire que l'américain a une flexibilité qui lui permet de jouer avec la syntaxe et avec les mots, qu'il restructure à sa guise. L'essentiel est d'exprimer l'idée que l'on veut partager de la manière la plus efficace, c'est-à-dire la plus succincte et la plus imagée. Ainsi, chacun peut créer un nouveau vocabulaire à sa guise, à condition que celui-ci soit immédiatement compréhensible par ses interlocuteurs. Qui l'adopteront sur le champ s'il remplit bien son rôle.

Comme nous sommes dans un monde où foisonnent les idées nouvelles, chaque innovation offre ainsi à la langue anglo-saxonne le moyen de gagner du terrain par rapport aux autres langues.

Ceci n'est pas nouveau. Cela date très exactement du XVIIIe siècle, avec The Wealth of Nations de Adam Smith qui a été écrit en introduisant une flexibilité dans la langue qui en a fait un outil de la pensée.

Ce que, en tant que Français, nous pouvons déplorer est qu'Adam Smith ait tout simplement emprunté ses idées au grand linguiste qu'était notre Turgot. Mais Turgot avait d'autres choses à faire que de la pédagogie, alors qu'Adam Smith était Professeur de Rhétorique.

L'anglais est ainsi, au fil des découvertes, devenu la langue de la science. La science la plus abordable pour le grand public étant celle des affaires, c'est le vocabulaire anglo-saxon des cadres supérieurs qui est le plus connu et le plus emprunté, notamment par nos gouvernants qui se donnent ainsi une image progressiste.

Ce monde des affaires a peu à peu adopté non seulement une langue mais une culture, une manière d'être, qui conduisent aujourd'hui à cet objectif de mondialisation et d'uniformisation.

Le ministre de la justice a jugé le choix du refrain en anglais de Tom Leeb comme une stratégie pour gagner  « le Graal », le titre de l'Eurovision. Partagez-vous cette analyse?

Janine Gallais-Hamonno : Oui et non. Il y a bien sûr une part de stratégie. L'anglais, dans cette chanson, est employé dans une volonté d'universaliser la parole qui devient symbole de l'universalité du sentiment amoureux.

Mais je vois également un deuxième niveau de lecture des paroles de cette chanson.

À un monde qui se veut efficace, direct, « cerveau gauche », cette chanson offre à l'auditeur un monde « cerveau droit » qui n'a pas peur des répétitions, qui vont être comme une incantation.

Un monde qui, au court terme des rapports d'activité trimestriels, répond en évoquant l'éternité. Un monde qui, à la stratégie gagnante du solitaire qui l'emporte sur son concurrent, ne parle que de l'autre. A tel point que l'autre devient la « meilleure partie » de soi-même, reprenant, mais en anglais, l'expression des vieux couples amoureux. Un monde où l'autre, parce qu'il est différent, complète celui qui n'est plus seul.

Le traitement de langue, selon qu'il s'agisse d'arabe ou d'anglais, subit un traitement totalement différent de la part du gouvernement. Le premier est considéré comme un enrichissement de la langue, le second en serait un signe d'appauvrissement. Pourquoi ?

Oliver Soutet : L'anglo-américain est perçu comme une langue prédatrice, comme une des formes les plus sensibles de l'impérialisme américain et de ses relais dans les sociétés de beaucoup de pays. Il n'enrichit pas les autres langues mais les marginalise.  Aucune autre langue n'occupe actuellement une telle position. L'insertion de tel mot argotique, de tel mot créole, de tel mot arabe, de tel mot turc (ou de n'importe quelle langue du reste) n'est, du coup,  pas perçue comme dangereuse, mais comme le signe linguistique de la diversité sociale, usuellement présentée comme positive.

Janine Gallais-Hamonno : Il faut remarquer que l'anglais, ainsi utilisé dans la chanson, sert à rassembler ceux qui partagent la même aspiration. Ici à l'amour. Mot que cette chanson d'amour a la pudeur de ne pas utiliser.

A l'inverse, lorsque nos gouvernants utilisent l'anglais "des affaires" c'est pour se démarquer du commun des mortels, pour montrer à quel point, eux, "savent". L'anglais est alors clivant.

Quant aux chansons qui utilisent l'arabe, elles servent souvent, non seulement à démarquer mais à opposer,  certaines se faisant même des vecteurs de haine.

C'est, de nos jours, moins la langue utilisée qui importe que l'intention avec laquelle le choix de cette langue a été fait et l'utilisation qui en est faite.

Quelle part de la population française emploie d'avantage l'anglais en négligeant l'argot où emprunte des mots en arabe?

Oliver Soutet : Vous n'avez pas de gens qui emploient l'anglais intégralement (sauf évidemment dans certaines activités professionnelles) mais vous avez une certaine classe très touchée par les échanges mondiaux qui est familière des néologismes en anglais (économie, informatique...), qui les comprend et les utilise avec une relative facilité - ce qui ne signifie pas, d'ailleurs, qu'elle soit capable de s'exprimer avec une totale aisance en anglais ; face à elle, vous avez tous ceux pour qui ces mots et expressions restent totalement opaques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 22/02/2020 - 21:52
L'anglais ?
A l'Eurovision ? La servilité, c'est tout ! C'est être assoiffé de gloire éphémère, traître de sa culture avec le mépris en plus, et n'avoir aucun amour propre. Ce monsieur je-ne-sais-qui est à rejeter. Et puis l'Eurovision, on n'y serait pas, ce serait tellement mieux ! Je préfère m'abstenir des adjectifs qui conviennent à la qualité des chansons, du spectacle, des promoteurs et des animateurs...
Dans l'usage courant ? Ce sont des gens qui ne savent plus le français. En particulier chez les informaticiens. J'en ai piégé qui ne savaient même pas ce qu'ils disaient. ça faisait bien, c'est tout. Mais aussi dans l'électroménager. Il a fallu que je me fâche avec un vendeur. Il en était ridicule et surtout incompréhensible. Je ne sais pas s'il se comprenait lui-même.
Au gouvernement ? Ce sont des gens sans culture... c'est tout. Qui témoignent en plus de façon claire leur mépris de ceux qui ne sont pas comme eux...
Le quidam moyen ? ça fait instruit, on ne sait pas ce que ça veut dire.... et on répond "je me comprends" : le comble !
jurgio
- 22/02/2020 - 18:59
Une simple bataille de mots
Il est certain que le refrain en anglais fut ajouté comme un atout pour rivaliser à l'Eurovision. Il suffit de revenir sur les anciens succès de ce concours de chant pour s'apercevoir que le français dont la prosodie était alors si bien adaptée aux chansons mélodiques est passé de mode. Le style de l'Eurovision est passé aux rythmes électroniques et les sonorités anglo-saxonnes y ont imposé leur norme. Les échecs successifs, souvent cuisants, de nos représentants depuis des années ne sont pas étonnants. Mais est-ce alarmant ? Je ne le pense pas puisque ce ne sont que des mots et que le chant, la chanson traditionnels ont disparu de nos cultures populaires. La langue française reste en dehors de cette affre musicale et comme elle a quasi complètement disparu, sous tous ses aspects, notamment sémantique et syntaxique, elle ne risque plus rien.