En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

06.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

07.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 30 min 55 sec
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 3 heures 14 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 3 heures 44 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 3 heures 57 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 4 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 4 heures 44 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 18 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 36 min 18 sec
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 3 heures 32 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 3 heures 53 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 4 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 17 heures 36 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 19 heures 9 min
© DOMINIQUE FAGET / AFP
© DOMINIQUE FAGET / AFP
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Publié le 22 février 2020
Une libération de la parole concernant les violences sexuelles a eu lieu récemment en France, notamment dans le milieu du sport. Elle montre l'importance de l'éducation à la notion de consentement. Même si la société prend ce problème à bras le corps depuis quelques années, il reste un casse-tête.
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Nathalie Nuffer-Dumontier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nuffer-Dumontier est psychologue.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une libération de la parole concernant les violences sexuelles a eu lieu récemment en France, notamment dans le milieu du sport. Elle montre l'importance de l'éducation à la notion de consentement. Même si la société prend ce problème à bras le corps depuis quelques années, il reste un casse-tête.

Atlantico : La parole des sportifs se libère ces dernières semaines, des dizaines d’années après les faits. Comment permettre aux jeunes de parler avant qu’il ne soit trop tard ? et leur apprendre à différencier ce qui est acceptable de ce qui ne l’est pas ? 

Jean-Paul Mialet : Apprendre ce qui est acceptable ou non ? Très tôt les enfants savent bien ce que l’on peut s’autoriser et tout en étant très curieux des choses de la sexualité, ils ont conscience que ce n’est pas un domaine innocent. Les questions de zizi  et de zézette sont abordées avec gourmandise, mais avec des rires gênés. Et on ne fait pas de publicité quand on joue au docteur dans un grenier. Même lorsqu’il ne s’agit pas directement de sexe, mais d’émotion sentimentale, les écoliers préfèrent garder pour eux leurs jeunes amours. Bref, les questions qui concernent la sexualité, les émotions, les attirances et les fantaisies qu’elle inspire sont de nature intime et l’enfant y chemine en faisant l’apprentissage de l’intimité. L’idée de ce qu’il convient de faire et de ne pas faire est inscrite très tôt dans leurs jeunes esprits. Le rôle des parents se limite à être respectueux de cette intimité et à contribuer à son épanouissement, amorce de l’autonomie future, sans culpabiliser leur rejeton par des interdictions inadéquates mais sans non plus s’introduire abusivement dans son espace privé. Leur apprendre à dire non ? Selon moi, on apprend suffisamment aux jeunes à dire non quand ils n’en n’ont pas envie. Demandez donc aux enseignants. La solution ne consiste donc pas à apprendre aux enfants à dire non, mais plutôt – et permettez-moi d’y insister -  à former des adultes qui savent à se dire non à eux-mêmes, et résister aux tentations. « Un homme, ça s’empêche », disait Camus. Là il y a du travail. Se maitriser, résister à ses désirs, toutes les sagesses y incitent, mais nous, il semble que nous l’ayons oublié..

Nathalie Nuffer : La parole des sportifs se libère effectivement depuis quelques semaines, et ce grâce au mouvement "mee too". En tant que psychologue j’enregistre depuis 6 mois une hausse de 13 % de libération de la parole. Je travaille en collaboration avec le Procureur et un inspecteur qui ont constaté les mêmes progressions. C’est ce type de mouvements qui permet aux jeunes de libérer la parole, les prises de consciences :  les témoignages, les films comme « les chatouilles », rendent accessible la prise de parole. Ce qui était tabou l'est moins aujourd’hui. Les espaces de parole se multiplient également, les éducateurs sportifs sont davantage sensibilisés, les enseignants aussi… et la protection de l’enfance joue un rôle majeur.

C’est en en parlant que les jeunes peuvent se demander ce qui est normal ou pas en fonction de l’identification aux témoignages et de ce que les autres renvoient. 

Les sportifs qui se sont exprimés ont subi des violences au sein même de leur discipline. Formé(e) par un(e) entraîneur/neuse, comment parvenir à poser un cadre face à ceux que l’on admire ? Sommes-nous poussés indirectement à dire « oui » à ceux qui nous forment, à ceux qui nous sont supérieurs ? 

Jean-Paul Mialet : Les adolescents sont sujets à l’idéalisation : aussi, toutes les personnes d’un certain âge qu’ils côtoient bénéficieront de l’avantage de l’idéalisation. Si de plus ils sont entraîneurs, et donc très expérimentés dans le domaine où le jeune ambitionne de réussir, la fascination est à son comble. Bien entendu, rien de plus humain que d’être disposé à suivre, et ainsi à dire oui, à ceux qui guident, influencent et captent la confiance. Mais il y a là deux points à soulever. Le oui de l’adolescent est un consentement dans une transaction qui est de l’ordre de l’escroquerie. On y reviendra. Et la situation ne se présente pas de la même façon selon qu’on est fille ou garçon. L’idéalisation rend volontiers les jeunes filles amoureuses et donc consentantes pour une intimité sexuelle. En revanche, les garçons adolescents ont des préoccupations plus vulgaires que l’amour, leur sexualité ne les mènent pas encore aux sentiments, elle aspire plutôt à s’exercer dans des expériences variées. Autrement dit, l’idéalisation ne les incite pas à l’amour, sauf exception. Dans les affaires de pédophilie qui concernent des garçons, il y a plutôt obéissance au supérieur qui abuse de son pouvoir que consentement.

Nathalie Nuffer :  Les jeunes sont souvent à un âge de construction psychique lorsqu’ils « performent » dans une discipline. L’identification à un adulte peut amener à une certaine admiration, il y a aussi  le pouvoir que les éducateurs représentent. C’est très narcissisant de se voir « choisie » par son éducateur… qui lui même utilise un état de faiblesse : sans moi tu n’es rien…Ils vivent aussi souvent en cercle restreint, ce qui ne favorise pas l’accès à la libération de parole. Il y a une dépendance de lien qui peut parfois opérer : l’éducateur et le sportif forment un couple..les liens se confondent..

Comment définir notre notion de consentement ? 

Nathalie Nuffer :  La notion de consentement : une question de limites ! Ce qui est acceptable de ce qui ne l’est pas : informer, communiquer, sensibiliser, savoir dire  non et l’assumer...Il est important aussi de définir la notion d’agression sexuelle. Nous en avons parlé avec l’inspecteur, comment définir le consentement ? Où commence-t-il et quand s’arrête-t’il ? Il y a souvent la notion d’emprise qui intervient : c’était mon entraineur, je ne savais pas ce qui était normal ou pas, sous l’effet de la fatigue, de l’alcool…

Jean-Paul Mialet : Le consentement c’est un accord – un accord établi sur la base d’un choix éclairé, mûri. Le consentement de deux enfants entre eux est une entente pour un jeu commun. Le consentement d’un adolescent pour un adulte est une escroquerie : les attentes de l’adulte et celles de l’adolescent ne peuvent être de la même nature. Le jeu de l’adulte ne repose pas sur les mêmes cartes ni n’obéit aux mêmes règles que celui de l’adolescent dont le parcours menant à la maturité de l’adulte n’est pas achevé. L’accord entre une jeune personne adolescente et une personne mûre est un accord qui repose forcément sur un malentendu. Certes, l’amour repose finalement souvent sur un malentendu et l’idéalisation n’en est pas absente, même entre adultes. Mais le déséquilibre n’atteint pas ce point extrême. Et il ne mène pas à ce marché de dupe où l’un (ou plus souvent l’une) croit accomplir ses rêves quand l’autre assouvit ses désirs. Pour qu’il y ait un vrai consentement, il faut que l’accord puisse être acquis sur les bases d’un véritable équilibre entre deux personnes qui se situent sur le même plan.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vu de très loin
- 26/02/2020 - 14:34
En tant que parent par exemple
On n'est ni "dame" ni "monsieur" : imaginons-nous "parent" dans ce cas de figure, de grâce pas de guerre de sexe. Ce qu'on souhaite pour son enfant, c'est une maturation à sa vitesse. Je crois effectivement que le consentement d'un mineur par rapport à un adulte, dès le départ, n'est pas éclairé.
Il suffit de repenser à nos erreurs de jeunesse : on ne ferait pas forcément les choses de la même façon ? Non ?
Ganesha
- 24/02/2020 - 10:00
Cloette
Désolé, je me rends compte que j'ai été maladroit en mettant ''les dames'' au pluriel : bien entendu, je m'adressais à l'autre dame.
Au contraire, vous êtes souvent la seule abonnée à publier un commentaire raisonnable et modéré.
Ganesha
- 24/02/2020 - 09:36
Attention ! La shérif est sur le site !
Ce qui est amusant, ce sont les dames frustrées et hystériques, qui estiment que le mouvement ''Metoo'' leur a donné une étoile de shérif, et qui viennent ici jouer les juges, distribuant les bons et les mauvais points !