En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

03.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

04.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression

07.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 7 heures 17 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 13 heures 3 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 14 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 15 heures 6 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 16 heures 37 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 16 heures 39 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 16 heures 40 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 9 heures 45 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 11 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 13 heures 43 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 14 heures 24 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 16 heures 9 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 16 heures 38 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 16 heures 42 min
© INA FASSBENDER / AFP
© INA FASSBENDER / AFP
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

Publié le 19 février 2020
Assommés par un doublé d'Haaland, les Parisiens ont bien mal entamé leur huitième de finale de la Champions League. Grâce à un but de Neymar, ils conservent toutefois leurs chances en vue du match retour. Dans trois semaines, c'est la peur au ventre qu'ils recevront les Allemands.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Assommés par un doublé d'Haaland, les Parisiens ont bien mal entamé leur huitième de finale de la Champions League. Grâce à un but de Neymar, ils conservent toutefois leurs chances en vue du match retour. Dans trois semaines, c'est la peur au ventre qu'ils recevront les Allemands.

C'est l'apanage du premier rendez-vous. Qu'il soit sportif ou galant, on s'y rend avec autant d'espoir que de doute, avec autant de désirs que de craintes. L'excitation, l'espoir, une belle impatience, les papillons dans le ventre et le tracsir se succèdent alors dans un joyeux chaos, dans des proportions changeantes, au gré des heures qui s'égrènent et des tourments de l'humeur. Avant d'affronter Dortmund, le PSG version Qatari était un peu dans cette situation... le club était tiraillé entre ses envies de conquête, la pression inhérente aux matchs à élimination directe et un récent passé trop semblable à un passif. Mais quand on veut sa place dans le Who's who, on n'a pas d'autre choix que de bien négocier ce type d'échéance. Seulement, aller se coltiner le Borussia et son mur jaune, n'a jamais rien d'une sinécure. Par le passé, les Allemands se sont souvent montrés dangereux sur notre terrain... alors à domicile, vous pensez... Pour ce rendez-vous crucial, Tomas Tuchel avait décidé de présenter un 3/4/3 totalement inédit de derrière les fagots. Si au départ le choix pouvait paraître surprenant, avec un peu de recul, on comprend maintenant pourquoi le coach Parisien avait voulu solidifier son équipe: l'état de forme inquiétant de certains cadres... on pourrait en citer plusieurs, mais pour ne pas froisser tout le monde tout de suite, nous évoquerons d'abord Neymar et Tiago Silva. Par quoi commencer ? En expliquant d'abord que les deux Brésiliens, revenant de blessures, étaient hier soir beaucoup plus proches des copies que des originaux. Ils étaient à court de forme, et cela s'est vu. Une question demeure: étaient-ils seulement aptes ? Le cas Neymar demeure le plus préoccupant... il avait beau être (enfin) présent pour un match à élimination directe, tout bien pesé, on ne sait pas si, en l'état, son absence n'aurait finalement pas été préférable à sa présence... Et ce n'est pas son but à la 75ème minute qui sauvera son match. Pour d'autres cadors, le bilan n'est guère plus flatteur tant Di Maria, Gueye et Mbappé n'ont guère brillé et tant Verratti a fait du... Verratti. Un joueur ou un paradoxe à lui tout seul. De loin le meilleur joueur de son équipe, il aura simplement été puni par ses incontinences verbales habituelles. Comme le dirait Audiard: "C'est curieux tout de même ce besoin qu'il a de faire des phrases". C'est peut-être curieux mais ça coûte cher. Ecopant d'un carton jaune pour contestation, il ne sera pas du match retour, et c'est une bien mauvaise nouvelle pour son équipe. Au final, la victoire Allemande est totalement logique. Devant un public formidable, les joueurs du Borussia ont montré tout ce qu'on aurait aimé voir chez les Parisiens. De l'envie, de la solidarité, des prises à deux, du jeu direct, de l'intensité... Il y a eu tout ça... et aussi l'éclosion aux yeux du monde du jeune Haaland dont les deux buts ( 65è et 75è) pèsent au moins aussi lourd que sa frappe. Une équipe d'un côté, un puzzle d'individualités mal assemblé de l'autre. Si bien qu'on ne sait plus trop où donner de la peine pour expliquer la défaite Parisienne. Blâmer Tuchel pour avoir présenter un système expérimental pour LA première grande soirée de la saison ? Le tancer pour ne pas avoir changé son système en seconde période ? On pourra aussi lui reprocher de ne pas avoir fait jouer un Sarrabia en pleine forme et de ne pas s'être appuyé sur un 4/4/2 classique, auquel l'équipe était habituée... Oui, facile à dire... il est bien évident que conscient des limites actuelles de son effectif, il aura fait avec les moyens du bord. Il faut aussi reconnaître que se priver de Neymar lui était quasiment impossible...et que  sortir Silva pour le remplacer par Kouassi ou Kehrer n'aurait pas   davantage offert de garanties... Alors... 

De ce match, il reste un léger malaise, comme le souvenir d'un mauvais rêve. Bien entendu, pour le PSG, ce matin, les questions sont plus nombreuses que les réponses. Mais le temps peut jouer en faveur d'une équipe Parisienne qui a marqué hier soir un but précieux et qui ne pourra pas faire pire au match retour. Si Neymar, Silva, Bernat et les autres reviennent à un niveau de forme satisfaisant, il est bien évident que pour le match retour, tout sera possible. Pour synthétiser, le PSG a peut-être commencé à creuser son tombeau... mais le cadavre n'est pas dedans. Le temps qui nous sépare du match retour sera passionnant. Rendez-vous compte, trois semaines de suspens ! Les plus enthousiastes verront là l'occasion de souder une équipe et un club pour la meilleure des causes. Les plus sceptiques verront quelques petites gouttes de sueurs perler de leurs fronts en cauchemardant par anticipation sur le retour du pire. Tout ça pour vous dire que le 11 mars, pour le club Parisien, les choses seront vraiment sérieuses.

Parce que le foot c'est sérieux. La preuve, y'a même des enfants en tribune. C'est tellement sérieux qu'il est bien réducteur de ne le définir que par les règles qui le régissent. Mais au fond, qu'est-ce que c'est ? Ce n'est pas un art et cela ne peut être réduit à une technique. Pour les puristes, le foot est beaucoup plus que ce qu'il exprime. Pour les plus mystiques, un ballon, ça a peut-être la forme d'une planète mais c'est d'abord tout un monde... ça peut même être beau. Parfois tellement beau que ça ne se regarde plus, ça se mate... et dans le noir. Pourquoi ? Parce que quand on mate vraiment, c'est notoire, c'est toujours mieux d'éteindre. La beauté en football, voilà un concept bien abstrait dont les conséquences sont bien réelles... Le tacle glissé, le coup franc dans la lucarne ou un contrôle parfait sont au football ce que la saveur est à la nourriture, ce qu'un parfum est à une silhouette, ce que le désir est à la chair. C'est parfois tellement beau qu'un but tel que celui marqué par Haaland hier soir, ou une passe qui casse les lignes, sont comme certaines oeuvres d'art. Ils nous procurent des émotions profondes sans que l'on sache vraiment pourquoi... ils nous rappellent sans nous le dire que, même en plein jour, on peut vivre sous les étoiles. Souhaitons que dans trois semaines, elles soient Parisiennes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires