En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

06.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

07.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 3 heures 25 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 7 heures 22 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 8 heures 5 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 9 heures 37 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 12 heures 31 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 13 heures 51 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 14 heures 14 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 14 heures 51 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 15 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 16 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 7 heures 3 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 7 heures 38 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 8 heures 34 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 10 heures 50 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 15 heures 15 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 16 heures 53 min
© ADEM ALTAN / AFP
© ADEM ALTAN / AFP
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

Publié le 18 février 2020
Avec Dov Zerah
Le président turc est un impulsif. Mais face à lui, Vladimir Poutine est un joueur d’échecs stratège
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président turc est un impulsif. Mais face à lui, Vladimir Poutine est un joueur d’échecs stratège
Avec Dov Zerah

Depuis le 5 février, le ton monte entre d’une part la Turquie, et d’autre part la Syrie, et indirectement la Russie.

Le problème est à la fois simple et terriblement compliqué. La Syrie veut récupérer une zone que Recep Tayyip Erdogan lui croyait acquise.

Dans sa lutte radicale contre les Kurdes, pour contrôler les mouvements de populations, et décliner sa volonté d’affirmation régionale, Erdogan a envahi la zone frontalière turque d’Idlib. On avait cru qu’il l’avait fait avec l’assentiment de Wladimir Poutine.

Depuis fin avril 2019, le Président Bachar El Assad veut terminer la reconquête de son territoire par la reprise du contrôle du Nord, la dernière qui échappe encore à son autorité. Il y a quinze jours, les troupes syriennes sont arrivées face aux Turcs ; les affrontements ont fait des morts. Le Président syrien n’a pu le faire qu’avec l’accord explicite de son parrain russe qui a sauvé son régime, avec les supplétifs iraniens et libanais.

La mort de nombreux Turcs et les premiers succès syriens sur le terrain, notamment avec la reprise de l’axe stratégique de l’autoroute Damas-Alep, ont déchainé la fureur d’Erdogan qui n’a pas hésité à déclarer que si les troupes syriennes ne se retiraient pas, il donnerait l’ordre à ses militaires d’aller sur Damas.

Même poussé par son opposition kémaliste, ce n’est pas très prudent de faire de telles déclarations. L’espace aérien syrien étant contrôlé par les Russes et au service de l’armée régulière, l’armée turque n’a aucune capacité de pouvoir sortir de sa zone, et même de s’y maintenir. Erdogan devrait se méfier de son impulsivité, inversement proportionnelle au caractère « calculateur » du bon joueur d’échecs qu’est Poutine.

Seule l’aviation israélienne a la faculté d’intervenir en Syrie, sous réserve de respecter un protocole précis conclu avec le gendarme russe et de ne frapper que des cibles de l’Iran ou du Hezbollah. Cela permet à Israël d’atténuer la menace à ses portes et à Poutine de voir un tiers écorner les ailes d’encombrants alliés, ce qui ne fait que renforcer sa main mise sur le pays.

Erdogan aurait dû s’en souvenir. En faisant main basse sur la région d’Idlib, la Turquie a récupéré plusieurs groupes armés dont 20 à 25 000 djihadistes de Hayat Tahrir Al-Cham (HTS), ex-fidèles d’Al Quaïda. En septembre 2018, l’accord russo-turc de Sotchi faisait de la région d’Idlib une « zone démilitarisée », et de facto, un territoire turc.

Mais qu’Erdogan se serve des djihadistes pour effrayer les Européens et obtenir des compensations financières, cela peut se concevoir, eu égard la faiblesse européenne. Mais qu’il laisse les rebelles attaquer des positions syriennes et russes, il est évident que Poutine ne pouvait le tolérer. En plus, circonstance aggravante pour la Turquie, Erdogan n’a pas hésité à s’opposer aux Russes en Libye.

Erdogan se trompe. Il ne suffit pas d’essayer de remplir le vide laissé par le désengagement américain pour être l’égal de la Russie. Il ne suffit pas d’acheter des missiles russes au grand dam des autres membres de l’Alliance atlantique pour amadouer Poutine.

Á ce jour, les dégâts sont importants (une dizaine de morts côté turc, un hélicoptère syrien abattu, des dizaines de morts syriens selon les Turcs…), mais non irrémédiables pour empêcher la tenue de négociations et la recherche d’une solution. Néanmoins les prétentions turques de conserver cette parcelle syrienne semblent irréconciliables avec les ambitions syriennes de retrouver l’intégrité territoriale et la volonté russe d’éradiquer une rébellion d’islamistes radicaux dans son protectorat, voire à ses portes.

Pendant ce temps, les bombardements syriens et les difficultés d’acheminement des nourritures accentuent les risques de catastrophe humanitaire. Au cours des derniers mois, Ankara a accueilli 700 000 réfugiés en plus des 3 600 000 déjà présents sur son territoire.

Cette crise syrienne est riche d’enseignements, et va constituer une pierre angulaire de la nouvelle géopolitique proche-orientale. Á ce stade, nous pouvons relever :

Le désengagement des États-Unis est confirmé, nonobstant quelques tergiversations. Il s’accompagne du désintérêt de l’Alliance atlantique pour cette zone charnière entre Proche Orient et Europe.

Le retour en force de la Russie qui en a profité pour retrouver ses positions des années soixante-dix dans ce pays, et sa position ne cesse de se consolider.

L’installation des Turcs en Syrie. Erdogan a voulu saisir l’opportunité du départ américain pour prendre pied chez son voisin. Á force d’avoir voulu jouer sur tous les tableaux, Erdogan s’est pris les pieds dans le tapis, et va probablement être obligé de manger son chapeau.

L’effacement de l’Europe qui ne joue plus aucun rôle dans cette zone. Sa préoccupation essentielle est de payer les Turcs à retenir les migrants, et pour se faire, elle ferme les yeux sur toutes les violations des règles démocratiques et toutes les violations des droits de l’Homme.

Le silence de l’ONU. Depuis 2011, l’organisation internationale a fermé les yeux sur les bombardements de l’aviation syrienne sur les civils, et l’utilisation par Damas de bombes chimiques. Elle n’a rien dit sur l’intervention des troupes russes et turques en Syrie, sans mandat du Conseil de sécurité… Elle semble totalement absente des problématiques syriennes, ce qui écorne un peu plus sa crédibilité. Un jour ou l’autre, le dossier syrien fera partie de l’acte de contestation existentielle de l’ONU.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Till Eulenspiegel
- 19/02/2020 - 20:54
Erdogan n'est pas complaisant mais complice des Islamistes
La Turquie accueillait les camps d'entrainement des islamistes de Syrie et leur fournissait des armes.Les troupes envoyées en Syrie par la Turquie sont composées en majorité de djihadistes .Le Président Turc a fait de même avec les troupes envoyées en Libye.Les occidentaux font tout pour regarder ailleurs inquiets par les menaces du petit dictateur d’Asie mineure.Il est évident que la Turquie ne fait plus vraiment partie de l'Otan.Le Président Poutine cherchera à éviter la confrontation avec ce triste clown sauf si la bêtise d'Erdogan le conduit à commettre l'irréparable.
zelectron
- 19/02/2020 - 16:26
Les USA ont racheté toutes leurs bases militaires aux grecs . .
Les européens auraient mieux fait de financer les grecs à hauteur des 3 milliards qu'ils ont apportés à Erdogan sur un plateau d'argent !
tubixray
- 19/02/2020 - 09:05
Remarquable article
Il est clair et surtout riche d'enseignements.
Il apparait clairement que la Russie est un véritable allié contre l'islamisme dont Erdogan est le symbole dans cette région.
L'Europe avec l'Allemagne en tête se couche devant ce tyran au prétexte qu'il garde chez lui des immigrés clandestins qui n'ont rien à faire en Europe.
Seuls les chrétiens et les kurdes sont dignes d'être accueillis chez nous.
Quant aux juifs, ils savent fort bien se défendre en Israël à défaut d'être protégés en Europe.