En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 7 heures 20 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 8 heures 58 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 11 heures 51 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 14 heures 12 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 15 heures 54 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 16 heures 2 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 7 heures 59 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 9 heures 14 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 11 heures 56 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 13 heures 17 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 13 heures 49 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 14 heures 31 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 15 heures 37 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 16 heures 2 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 16 heures 28 min
© AFP
© AFP
Bonnes feuilles

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

Publié le 16 février 2020
Roland Lombardi publie "Les 30 Honteuses" chez VA Editions. Cet ouvrage retrace l’histoire des relations entre la France, Israël et le Liban, entre la fin de la guerre d’Algérie (1962) et la fin de la guerre civile libanaise (1990). Ces trois décennies ont creusé le tombeau de l’influence française. Extrait 2/2.
Roland Lombardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi est consultant géopolitique indépendant et associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Il est docteur en Histoire contemporaine, spécialisation Mondes arabes, musulman et sémitique. Il est membre actif de l’association Euromed-IHEDN et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi publie "Les 30 Honteuses" chez VA Editions. Cet ouvrage retrace l’histoire des relations entre la France, Israël et le Liban, entre la fin de la guerre d’Algérie (1962) et la fin de la guerre civile libanaise (1990). Ces trois décennies ont creusé le tombeau de l’influence française. Extrait 2/2.

« Les Trente Honteuses » de Roland Lombardi sont l’histoire des relations entre la France, Israël et le Liban, durant une période qui s’étend de la fin de la guerre d’Algérie (1962) à la fin de la guerre civile libanaise (1990). Mais elles sont aussi, l’histoire des trente années qui sont finalement à l’origine de la perte de l’influence française dans le monde arabo-musulman en général. Par ailleurs, l’auteur nous explique comment, durant ces trois décennies, les élites françaises sont peu à peu devenues hermétiques à une véritable compréhension des réalités de cette région. Extrait 2/2.

Si l’indépendance accordée à l’Algérie est aujourd’hui généralement admise en France comme une décision magnanime de la part de De Gaulle, pour une grande partie de l’opinion arabe et de ses dirigeants, elle ne fut qu’une preuve du déclin et de la faiblesse de la France. (...) Finalement, après la défaite de 1940, qui relégua déjà la France dans son rôle de puissance de second rang, l’issue de la guerre d’Algérie a paradoxalement fini de ruiner, et en profondeur, la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe.

Bien entendu, d’autres raisons peuvent être avancées pour expliquer les échecs de la « politique arabe de la France ». En premier lieu, les chefs d’État français, de De Gaulle à Mitterrand, n’ont-ils pas manqué de connaissances et de discernements sur le sujet ? Il est vrai que De Gaulle, Pompidou, Giscard et Mitterrand n’étaient pas des Méditerranéens. Leurs origines venaient de la « France profonde » et ils étaient des hommes de leur époque, marqués par l’Europe et ses dangers (Première et Seconde guerres mondiales puis la Guerre froide). D’autre part, ils étaient étrangers aux mentalités de cette région. Ils n’ont pas compris qu’à partir du début de la Guerre froide jusqu’à sa fin (surtout à sa fin d’ailleurs), la Méditerranée deviendrait la frontière la plus importante pour la France. Malgré la guerre d’Algérie et du Liban, qui en étaient pourtant les annonciatrices, ils n’ont pas su déceler les défis et les enjeux à la fois démographiques, politiques, socio-économiques et surtout religieux qu’allaient affronter, à partir de la fin du XXe siècle, les rives sud et orientale de la Méditerranée. 
Mais il est vrai que la « politique arabe de la France » fut portée par quelques-uns et si les présidents de la Ve République étaient, par essence, les chefs de la diplomatie, il ne faut pas négliger le rôle des diplomates. Nous avons pu apprécier, durant notre étude, l’influence de ces derniers. Il ne faut pas perdre de vue que les décisions importantes sont prises sur le fondement de leurs dépêches, de leurs télégrammes et de leurs analyses. Et si, il leur incombe la mise en œuvre des politiques décidées par les gouvernements ou les présidents, nous avons pu voir combien parfois, ils accéléraient ou bien freinaient certaines actions. Par ailleurs, nous avons évoqué l’influence de certains ministres des Affaires étrangères comme Jobert, Cheysson, Dumas ou encore, plus que tout autre, Couve de Murville. Nous avons même traité d’une sorte de « culture » ou de « tradition » du Quai d’Orsay. Mais, affirmer, comme le font certains Israéliens ou encore certains Juifs à travers le monde, que les diplomates du Quai d’Orsay sont antisémites puis antisionistes par culture, est une simplification abusive et aberrante. Il n’en demeure pas moins que leur « préférence arabe » était basée sur une vision d’abord mercantile, mais aussi des paradigmes traditionnels, ancestraux certes, mais depuis, erronés, mythifiés, voire fantasmés du monde arabe. Habités par le « syndrome de Saladin », la plupart des diplomates et des ministres qui étaient à leurs têtes, regardait le monde arabe tel un bloc monolithique et n’entendait finalement rien aux mentalités et à la psychologie DES peuples arabes. Par ailleurs, ceux qui conseillaient auparavant les décideurs français, les Européens arabisants, civils ou militaires, qui étaient nés ou avaient vécu en Afrique du Nord ou au Levant et avaient une expérience réelle des Arabes, ont été, pour la plupart, écartés après la fin de la guerre d’Algérie. Durant les années qui suivirent, il semblerait qu’ils aient été peu à peu remplacés par des énarques, des technocrates, peu ou prou déconnectés des réalités de ce monde, ou des intellectuels pétris d’exotisme, de mythes et d’idéologies. Ainsi, le monde universitaire français et le milieu de la recherche sur l’islam, le monde arabe et le terrorisme, n’ont-ils pas été, depuis des années maintenant, pris littéralement en otage par ceux que Gilles Kepel nomme les « islamo-gauchistes » ?

Comme le souligne Jacques Frémeaux, s’il existe bel et bien dans le monde arabe, « une certaine communauté de culture, de religion, d’histoire induit, entre les peuples, des liens de solidarité », l’ignorer, tout comme le surfaire, constituerait une erreur.

L’historien dénonce aussi une certaine forme d’idéalisme qui a habité les diplomates français (comme trop de nos chercheurs), « c’est-à-dire des représentations déformantes d’un monde arabe décrit comme entièrement pétri de valeurs positives, et ne faisant que réagir à des violences imposées de l’extérieur, à des héritages de la décolonisation ». Béchir Gemayel reprochait d’ailleurs aux Occidentaux de traiter avec les Syriens comme s’ils étaient des Suédois ! (...) 

Au sud de la Méditerranée et au Moyen-Orient, on vit de dignité personnelle. Les peuples qui y vivent sont des gens fiers qui méprisent, plus que tout, ceux qui s’humilient ou ceux qui renient leurs propres croyances, valeurs ou principes, d’autant plus pour des histoires d’achats de pétrole ou de ventes d’armes. Une sorte de « raison mercantile » qui aurait peu à peu surpassé la « raison d’État ». Au Proche-Orient, plus qu’ailleurs, pour être adopté comme un partenaire à part entière, il faut être respecté.

Il semblerait que la diplomatie française, durant les trois décennies que nous venons d’évoquer, ait agi au mépris de ces réalités.

Ainsi, là où certains voyaient dans la politique française, magnanimité et subtilité, les dirigeants arabes comme israéliens d’ailleurs, eux, n’y ont vu que faiblesse et reniement.

Pour retrouver un premier extrait du livre de Roland Lombardi, publié sur Atlantico, cliquez ICI

Extrait du livre de Roland Lombardi, "Les Trente Honteuses", publié chez VA Editions.

Lien vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 16/02/2020 - 13:44
j'ai lu avec beaucoup d'interet les 2 extraits
j'adore la conclusion qui est fort vraie.
Par contre en ce qui concerne la diplomatie du Quai d'Orsay, j'hesite tout de meme entre un certain antisemitisme ou antisionisme ou un tropisme et une trop grande proximite avec le monde arabe idealise
La phrase du General de Gaulle en 1966 sur le peuple juif, sur de lui..... a fait des degats dans les esprits