En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 11 heures 50 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 12 heures 59 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 16 heures 30 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 17 heures 9 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 18 heures 19 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 18 heures 39 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 18 heures 57 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 19 heures 4 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 19 heures 23 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 12 heures 39 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 13 heures 38 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 14 heures 18 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 16 heures 42 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 17 heures 56 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 18 heures 58 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 19 heures 14 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 19 heures 35 min
© AFP
© AFP
Bonnes feuilles

Comment le général de Gaulle a su que la France devait être une République couronnée par les urnes pour pérenniser la grandeur de la Nation

Publié le 16 février 2020
Denis Tillinac publie le "Dictionnaire amoureux du Général" chez Plon. Charles de Gaulle a imaginé le roman de sa vie, et l'a imposé sur le théâtre tragique de l'Histoire en amoureux d'une France qui aujourd'hui encore lui doit presque tout. Extrait 2/2.
Denis Tillinac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Tillinac est écrivain, éditeur  et journaliste.Il a dirigé la maison d'édition La Table Ronde de 1992 à 2007. Il est membre de l'Institut Thomas-More. Il fait partie, aux côtés de Claude Michelet, Michel Peyramaure et tant d'autres, de ce qu'il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Tillinac publie le "Dictionnaire amoureux du Général" chez Plon. Charles de Gaulle a imaginé le roman de sa vie, et l'a imposé sur le théâtre tragique de l'Histoire en amoureux d'une France qui aujourd'hui encore lui doit presque tout. Extrait 2/2.

Lorsque, le 25 août 1944, le Général se rend à  l’Hôtel de Ville, Bidault, qui est démocrate-chrétien et président du CNR (Conseil national de la Résistance), lui suggère de proclamer la République. Sans doute pense-t-il au discours de Lamartine, sur le même balcon, en février 1848. Le Général le remballe sèchement : « La République n’a jamais cessé d’être […] Vichy fut toujours et demeure nul et non avenu. Moi-même suis le Président de la République. Pourquoi irais-je la proclamer ? » 

La République… Fils d’un « monarchiste de regret, républicain de raison », comme se définissait Henri de Gaulle, le futur Général ne s’est guère posé la question du régime, sinon pour déplorer les vices de forme de la IIIe République, la pusillanimité de ses dirigeants. Cette République, avant la (relative) réconciliation imputable à la Grande Guerre, avait poussé son anticléricalisme jusqu’à interdire aux congrégations religieuses d’enseigner. Dont l’institution où son père était professeur. Il dut créer sa propre école et le futur Général fit une année de préparation à Saint-Cyr chez les jésuites à Antoing, en Belgique. De toute évidence, les de Gaulle ne nourrissaient pas une grande sympathie pour la république des avocats voltairiens et des « hussards noirs ». 

Cependant, leur patriotisme n’était pas maurrassien. Convaincu de l’innocence de Dreyfus, Henri de Gaulle avait cessé d’être abonné à l’Action française, l’AF, après l’excommunication de ce journal en 1926. Après son retour de captivité, le Général approuva les mises en garde de Maurras contre le péril germanique (« Kiel et Tanger »), et il jugeait pertinentes les analyses de l’historien Bainville, le moins idéologue des chroniqueurs de l’AF. De Maurras, il disait qu’« il était devenu fou à force d’avoir raison ». Sous-entendu : raison de privilégier un réarmement de la France car le traité de Versailles avait attisé les rancœurs de l’Allemagne. Le substrat positiviste de la pensée de Maurras l’indifférait. Il ne croyait pas à la possibilité d’un rétablissement de la monarchie en France – et, en somme, il était en phase avec l’injonction très opportune de Léon XIII aux catholiques français : défendez votre foi, votre Église et votre droit à la liberté de conscience, mais acceptez le principe républicain, il n’est en soi ni plus ni moins antichrétien que le monarchique. 

Dès lors qu’il eut perçu le grave anachronisme de la stratégie en vogue dans les milieux de l’état-major, notamment lors de son passage au secrétariat général de la Défense nationale, il se soucia de trouver des appuis politiques pour faire valoir sa thèse. À gauche, où l’antimilitarisme avait de fortes positions, il put approcher – et apprécier – Blum, mais sans le convaincre. De même Léo Lagrange. À droite, Tardieu était malheureusement en bout de course. Restait Reynaud, le plus doué de sa génération, et par chance il adhéra aux positions soutenues par de Gaulle. Double chance car Reynaud succéda à Daladier comme président du Conseil et imposa de Gaulle dans son gouvernement, contre l’avis de Pétain et de Weygand. 

La suite, c’est l’armistice, Vichy, Montoire, la « Révolution nationale » à connotation antigueuse et Londres où le Général, très vite, prit conscience qu’il devait invoquer la république pour éteindre les soupçons nés de son entourage initial, plutôt droitier, catholique voire monarchisant. À cet égard, l’arrivée de René Cassin fut… un don du ciel. Peut-être le vieux sage l’a-t-il aidé à prendre acte de la nécessité de proclamer haut et fort que, une fois la France libérée, il rétablirait la république. Dont acte – ce qui permettra, en 1943, à des hommes politiques de la IIIe République, de gauche comme de droite, de le rejoindre à Alger, communistes inclus.

Au fond, la pensée du Général sur ce sujet d’importance capitale prend en compte la triple racine de l’inconscient politique français : un regret de l’unité perdue (le roi) et la crise récurrente de légitimité provoquée par la Révolution ; la force de la « tripe républicaine » avec un souffle égalitariste paradoxalement hérité du christianisme des premiers âges ; enfin, une nostalgie inguérissable de la grandeur napoléonienne. Il avait trop lu et médité Chateaubriand pour minorer la dette de la France vis-à-vis de quinze siècles de monarchie dans le giron de l’Église catholique. Trop bien compris les ressorts moraux de son époque pour ignorer l’exigence d’une république démocratique et sociale. Trop fréquenté l’Histoire au long cours pour ne pas s’être aperçu que la coloration mélancolique de notre littérature, depuis l’Enchanteur jusqu’à Baudelaire (et dépendances), était l’effet à peine différé de la geste de la Grande Armée. 

Avis aux gouvernants d’aujourd’hui et de demain : tout homme d’État digne de l’appellation doit impérativement s’élancer dans l’action en se référant à ces trois pôles de notre mémoire politique. Il doit être trinitaire : monarchien, républicain, bonapartiste. Avec, certes, des dosages variables selon sa famille politique d’origine – mais, à trop la privilégier au détriment des deux autres piliers, il risque au mieux l’impuissance, au pire le désordre. De Gaulle aurait échoué s’il n’avait incarné naturellement ce syncrétisme, enfanté par notre histoire et qui permet de rameuter toutes les facettes de l’imaginaire national. 

Dans La France et son armée, paru en 1938, le Général ne cache pas son admiration pour le génie stratégique de Carnot qu’il compare à celui de Louvois. Oui, Lazare Carnot, du Comité de salut public, celui-là même qui porte une lourde responsabilité dans les massacres des Vendéens. Massacres de masse justifiant le terme de génocide. Le 13 juin 1940, il écrit à Reynaud, pour le prier de ne pas se résigner à l’armistice en ces termes : « Soyez Carnot ou nous périrons. Carnot fit Hoche, Marceau, Moreau. » Autant dire que le patriotisme du Général rameute les glorieux soldats de l’an II, au même titre que les troupes de l’Ancien Régime. 

Il n’existe pas de « valeurs républicaines », comme on voudrait le faire accroire au prix d’une supercherie sémantique. Mais de Caton l’Ancien au général Washington, le principe républicain recèle des vertus. La monarchie avait les siennes. Et Bonaparte a ébauché entre le 18 Brumaire et le couronnement une synthèse qui mérite aussi d’être prise en exemple. Le principe républicain était encore contesté dans l’entre-deux-guerres, eu égard à l’incurie de la IIIe République finissante. Depuis la Libération, il ne l’est plus – et cela grâce à un officier catho qui a su prendre ses distances avec son environnement d’origine, sans en renier les valeurs. Toujours le Général marqua de la déférence à la famille de France, Bourbons ou Orléans, ainsi qu’aux descendants de Bonaparte ; ils incarnent, par-delà les ruptures, une permanence de notre histoire. Il avait de l’estime pour le comte de Paris, lui adressait en priorité ses livres dédicacés – et à l’annonce de sa mort le chef de la famille de France se rendit à Colombey, seul, en voiture, pour rendre hommage au chef de la France. Un gaulliste ne peut que sympathiser avec les partisans d’un rapatriement des restes de Napoléon III… et de Charles X sur le sol français.

La France a épousé la République. Elle ne peut plus divorcer, sauf à se fourvoyer dans l’impasse d’un boulangisme. On trouve des Boulanger virtuels ou potentiels à tous les coins de rue, ils se déclarent généralement aux approches d’un scrutin présidentiel. Pour autant, de Gaulle n’a pas renié ce que doit la France à la construction patiente et obstinée des Capétiens. Ni à l’embrasement de l’imaginaire par la geste napoléonienne. Sinon, il n’aurait pas été à ce point subjugué par Chateaubriand, ce légitimiste constatant, dans les dernières pages des Mémoires d’outre-tombe, que l’avènement de la République était inéluctable. « C’est bien fait », a-t-il murmuré sur le lit où il agonisait durant l’hiver 1848 lorsqu’on lui apprit la proclamation de la IIe République. 

Par « instinct » (notion bergsonienne), le Général a su (senti) que la France devait être une République. Mais une république couronnée par les urnes – et le roi élu est condamné à pérenniser la grandeur de la France. Faute de quoi les urnes le guillotinent. Si ses successeurs à l’Élysée sont autant à la peine, c’est qu’ils gouvernent la France comme s’ils étaient banalement les chefs d’un exécutif. Ou, pire : d’une entreprise à peine multinationale.

Pour retrouver un premier extrait du livre de Denis Tillinac, publié sur Atlantico, cliquez ICI

Extrait du livre de Denis Tillinac, "Dictionnaire amoureux du Général", publié chez Plon

Lien vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires