En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 3 heures 46 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 5 heures 24 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 9 heures 12 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 10 heures 19 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 11 heures 23 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 12 heures 16 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 13 heures 20 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 13 heures 44 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 4 heures 18 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 9 heures 58 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 10 heures 34 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 12 heures 3 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 12 heures 30 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 13 heures 14 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 13 heures 45 min
© INP / AFP
© INP / AFP
Bonnes feuilles

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

Publié le 15 février 2020
Roland Lombardi publie "Les 30 Honteuses" chez VA Editions. Cet ouvrage retrace l’histoire des relations entre la France, Israël et le Liban, entre la fin de la guerre d’Algérie (1962) et la fin de la guerre civile libanaise (1990). Ces trois décennies ont creusé le tombeau de l’influence française dans le monde arabo-musulman.Extrait 1/2.
Roland Lombardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi est consultant géopolitique indépendant et associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Il est docteur en Histoire contemporaine, spécialisation Mondes arabes, musulman et sémitique. Il est membre actif de l’association Euromed-IHEDN et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi publie "Les 30 Honteuses" chez VA Editions. Cet ouvrage retrace l’histoire des relations entre la France, Israël et le Liban, entre la fin de la guerre d’Algérie (1962) et la fin de la guerre civile libanaise (1990). Ces trois décennies ont creusé le tombeau de l’influence française dans le monde arabo-musulman.Extrait 1/2.

« Les Trente Honteuses » (1) de Roland Lombardi sont l’histoire des relations entre la France, Israël et le Liban, durant une période qui s’étend de la fin de la guerre d’Algérie (1962) à la fin de la guerre civile libanaise (1990). Mais elles sont aussi, l’histoire des trente années qui ont finalement creusé le tombeau de l’influence française dans le monde arabo-musulman en général. Cette étude est une analyse critique, pertinente et originale de cette période de l’histoire des relations diplomatiques de la France avec les États arabes et musulmans. Tout en essayant de battre en brèche les mythes historiques et d’éviter les travers trop rapides d’un certain « déclinisme », cet ouvrage est une observation sévère, mais non moins constructive d’une politique étrangère en Méditerranée et au Moyen-Orient héritée de la période gaullienne, trop souvent considérée comme un dogme intouchable. Extrait 1/2.

En dépit des discours officiels du Quai d’Orsay ou des responsables politiques (qui relèvent plus de la méthode Coué que du réalisme géopolitique), la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient, elle ne pèse plus ! Première cible occidentale du terrorisme islamiste, hors-jeu dans le règlement actuel de la crise syrienne, inaudible dans la résolution du conflit israélo-palestinien, paralysée en politique intérieure (vis-à-vis de l’islam radical, des Frères musulmans comme des salafistes) et extérieure (positions inconséquentes en Syrie et au Liban) par ses « clients » du Golfe, la France, on le voit chaque jour, n’a plus aucune influence dans cette partie du monde. Certes, Paris fait de bonnes affaires, notamment dans le commerce des armes, mais qui connaît bien le monde arabe sait pertinemment que son image ne cesse pourtant de se détériorer. De fait, notre pays n’est plus que « considéré comme une petite puissance hautaine et moralisatrice, mais qui dans les faits, n’est qu’une marchande de canons (4e exportateur d’armes dans le monde), prisonnière de ses riches clients du Golfe ». 
Alors, d’aucuns accusent les deux derniers septennats de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande d’être à l’origine de l’affadissement du rayonnement français. Toutefois, si les deux derniers présidents français ont certes leurs parts de responsabilité dans l’état actuel de notre diplomatie au Moyen-Orient, à leur décharge, le mal est beaucoup plus ancien. En effet, le déclin de l’influence française au Moyen-Orient et dans le monde arabo-musulman a commencé, aussi paradoxalement que cela puisse paraître et comme certains veulent encore trop souvent dire le contraire, depuis la fin de la guerre d’Algérie.

(...) En mettant fin à la guerre d’Algérie, De Gaulle souhaitait que la France trouve son chemin dans un monde arabe décolonisé et y reprenne une place de choix. Conseillé par Couve de Murville, De Gaulle va alors mettre sur pied une véritable « politique (pro) arabe »  à grande échelle. Certes, les raisons qui le poussent sont d’abord essentiellement liées à des projets géopolitiques, selon une approche rationnelle. En effet, deux postulats motivent cette ligne stratégique nouvelle : d’abord, l’approvisionnement en hydrocarbures dans cette période de croissance économique et industrielle devient une question primordiale ; ensuite, les perspectives de développement économique et démographique arabe semblent annoncer l’émergence de marchés attractifs que peut capter la France. Approvisionnement en matières premières et débouchés commerciaux restent donc l’approche « mercantile » dont la France a appris à actionner les leviers depuis le temps de Colbert.

Mais cette « nouvelle » politique arabe de Paris est également motivée par une vision de grandeur. Comme on l’a vu, dans cette optique de rayonnement, De Gaulle s’appuie sur le fait qu’à cette époque un certain nombre d’États arabes ne soient pas durablement alignés sur l’un des deux supergrands. Jouer la carte des États non alignés, en premier lieu ceux du monde arabe, lui permet de redonner à la France un rôle international de premier plan tout en apparaissant lui-même, comme grand architecte d’une troisième voie, se plaçant aux yeux de l’opinion publique « à la tête du Tiers-monde » . Grandeur de la France et de son dirigeant semble alors synonyme dans cette approche gaullienne.

Afin de mener ce grand projet, il a semblé nécessaire de sacrifier l’alliance entretenue depuis des années avec Israël. (...) Le général De Gaulle voulait que la France reprenne sa place dans cette région de la Méditerranée. L’histoire l’y poussait, mais surtout la volonté de ne pas laisser les États-Unis et l’URSS seuls gérer les affaires du monde ; tout en espérant devenir le grand leader du Tiers-monde et d’une Troisième voie. De Gaulle voulait que la France « reprenne » ou « garde son rang », mais ce fut un échec. La politique de ses successeurs, de Pompidou à Mitterrand, n’a plus comme objectif que d’être la voix d’une ancienne puissance perdue dans le désert et surtout de payer le pétrole moins cher tout en attirant des pétrodollars. La politique de grandeur rêvée par De Gaulle évolue vers une « politique arabe de la France » basée sur des idées erronées, des mythes, des fantasmes et surtout l’esprit de commerce.

Certes, cette politique permit à la France de recevoir le pétrole arabe et de développer ses positions commerciales notamment dans le très fructueux commerce des armes et des équipements militaires. Le rêve d’indépendance de De Gaulle s’est donc rapidement estompé puisque Paris est passé ainsi d’une dépendance énergétique à une autre, commerciale et industrielle.

(1) En opposition aux « Trente glorieuses », expression créée par l’économiste Jean Fourastié et qui définit la période de forte croissance et de prospérité qui touchent de la plupart des pays développés, de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’au premier choc pétrolier de 1973. 

Extrait du livre de Roland Lombardi, "Les Trente Honteuses", publié chez VA Editions.

Lien vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
France, Algérie, histoire
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Phlt1
- 16/02/2020 - 09:22
Comment des dirigeants politiques
censés être les mieux informés et les plus brillants sont ils incapables de comprendre une phrase toute simple, une leçon de l'histoire, mais pas seulement. C'est aussi un principe vieux comme la nuit des temps, largement évoqué dans toutes les cultures, des Chevaliers de la Table Ronde aux paroles du Christ en passant par Lao Tseu et certains poètes africains comme Amadou Hempaté Ba: les principes qui font de l'être humain un être humain ne sont pas négociables, et la réal politique ne vaut qu'à l'aune de ces principes. "Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre", "Qui défait un noeud trouve un Dieu", "On ne peut pas servir deux maitres à la fois", "La peur est très mauvaise conseillère", etc... Voilà pourquoi nos sociétés, depuis la nuit des temps, se meurent: quand ses dirigeants n'ont plus l'ombre d'une conviction, d'une culture, d'un courage. Et être capable d'envoyer sa bite sur internet en est une illustration, un acte défendu par toute l'élite française sous le prétexte de vie privée. Triste monde.
ajm
- 16/02/2020 - 00:00
Mirages.
La politique arabe de la France a été un " bide " complet dont le seul avantage a été de vendre quelques mirages. Mirages, mirages ...maintenant notre politique arabe c'est l'Europe déclinée sous toutes ses coutures, autre mirage encore bien plus grand !
lasenorita
- 15/02/2020 - 17:33
Où est ''l'humain'' la-dedans?
D'après votre article,le général de Gaulle ne pensait qu'à faire du commerce avec les musulmans:leur vendre des armes et leur acheter du pétrole!..Quant à moi,j'ai été très déçue par ce ''grand homme'' qui a fait désarmer les harkis et qui a demandé à nos soldats de ''garder le fusil au pied'' après les ''Accords d'Evian'' ce qui a incité le F.L.N. à enlever des non-musulmans ''innocents'' et à enterrer vivants les harkis..Ce ''grand homme'' n'avait pas prévu qu'un million de Pieds-Noirs et autant de harkis allaient débarquer, en France,pour fuir la BARBARIE du F.L.N. qui a chassé tous les non-musulmans de leur pays natal en leur disant:''La valise ou le cercueil'' et en ''nationalisant'' les biens des non-musulmans..ce F.L.N. qui achète,maintenant,des propriétés en France avec de ''l'argent sale'',qui nous envoie des millions d'Algériens oisifs et sauvages que nous devons entretenir,soigner,etc..