En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

05.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

05.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 30 min 21 sec
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 2 heures 18 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 4 heures 5 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 4 heures 41 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 6 heures 28 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 7 heures 14 sec
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 9 heures 7 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 21 heures 58 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 heure 46 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 2 heures 44 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 4 heures 27 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 5 heures 44 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 6 heures 43 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 8 heures 44 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 20 heures 47 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 1 jour 10 min
© CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
© CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
Chantage

Ces leçons de capitalisme données…. par la CGT

Publié le 14 février 2020
Nathalie Mp Meyer évoque le dossier des retraites, la réforme du gouvernement et le rôle des syndicats.
Nathalie MP Meyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie MP Meyer est née en 1962. Elle est diplômée de l’ESSEC et a travaillé dans le secteur de la banque et l’assurance. Depuis 2015, elle tient Le Blog de Nathalie MP avec l’objectif de faire connaître le libéralisme et d’expliquer en quoi il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Mp Meyer évoque le dossier des retraites, la réforme du gouvernement et le rôle des syndicats.

Quelle formidable aubaine, cette retraite universelle à points qu’Emmanuel Macron veut absolument faire advenir et dont personne ne veut ! La CGT n’allait certainement pas rater cette nouvelle occasion de s’afficher bruyamment comme LE syndicat qui lutte sans concession pour défendre les droits des travailleurs contre les abus sociaux des patrons et du grand capital.

Mais seulement « s’afficher comme ».

Car enlevez les grèves, les manifs, les blocages, les mégaphones et les slogans chocs tels que « Bloquons la machine à profits » – slogan très amusant, vous allez voir – et que reste-t-il, si ce n’est une centrale syndicale faiblement représentative, largement financée par nos impôts et fort peu concernée par le droit du travail dès lors qu’il s’agit de ses propres salariés ?

On connaissait déjà l’histoire de la restauration grandiose du bureau et du logement de fonction du précédent Secrétaire général Thierry Lepaon, ou celle des 184 CDD successifs d’une employée d’un comité d’entreprise géré par la CGT, ou encore le licenciement très douteux du chauffeur de l’actuel Secrétaire général Philippe Martinez – autant d’exemples qui ne laissent aucun doute sur le double discours et le foutage de gueule consubstantiels aux valeurs prétendument solidaires et fraternelles du syndicat.

Mais avec l’affaire de la maternité parisienne des Bluets, établissement géré par la CGT qui vient de se faire sévèrement épingler par la Chambre régionale des Comptes d’Île-de-France pour mauvaise gestion, mauvaise gouvernance, déficits chroniques et petits arrangements entre amis cégétistes, on atteint pour ainsi dire au sublime : pour sa défense, la CGT va jusqu’à s’appuyer sur le fonctionnement… du marché et le droit… au profit !

Voici toute l’histoire :

La maternité des Bluets a été créée en 1937 par la fédération CGT de la métallurgie. Avec l’arrivée du Front populaire au pouvoir l’année précédente, le mouvement syndical s’était considérablement développé : les adhésions affluaient et la philosophie avait évolué. Pour Benoît Frachon, qui était membre du secrétariat général de la CGT en 1936 et qui en deviendra Secrétaire général de 1945 à 1967 :

« Pour remplir pleinement leur rôle, les syndicats doivent partir du principe qu’aucun besoin des syndiqués ne leur est étranger. »

Plus question de se cantonner à l’usine. La santé, la culture, l’éducation et les distractions faisant aussi partie de la vie des travailleurs et de leur famille, elles feraient dorénavant partie des missions syndicales – une orientation très « englobante » qui sera facilitée en 1945 par les nationalisations, la création de la sécurité sociale telle qu’on la connaît aujourd’hui et la création des comités d’entreprise. Cette dernière disposition revenait à placer les « œuvres sociales » entre les mains des syndicats.

La maternité des Bluets s’insérait dans ce schéma général, mais au milieu des années 1950, elle accéda en propre à la célébrité et au titre envié de défenseur des droits des femmes car c’est en son sein que le docteur Fernand Lamaze développa la méthode d’accouchement sans douleur basée sur les travaux de Pavlov qu’il avait eu l’occasion de découvrir lors d’un voyage en URSS en 1951.

La maternité des Bluets n’est donc pas n’importe quel établissement de santé. C’est un véritable totem de la gauche piloté depuis l’origine par la CGT. Elle est gérée par l’association Ambroise Croizat(*) (ou AAC), émanation de l’Union fraternelle des métallurgistes (ou UFM), elle-même émanation de la fédération CGT de la métallurgie.

Parmi les « anomalies » relevées par la Chambre régionale des Comptes dans son rapport figure la question du loyer payé par la clinique, donc par l’AAC, à l’Union fraternelle des métallurgistes. Cette dernière ayant financé un tiers de la construction du nouveau bâtiment (photo ci-dessus) grâce à l’obtention de deux prêts, elle facture aux Bluets un loyer annuel d’1 million d’euros pour l’occupation des locaux.

La Chambre observe que depuis 2012, le loyer annuel payé par l’association dépasse systématiquement l’annuité de remboursement de l’UFM et elle ajoute que fin 2019 :

« Le cumul des loyers versés par l’association aura donc couvert le remboursement de l’emprunt par l’UFM et l’UFM réalisera un bénéfice substantiel sur cette opération, qui s’élèvera à la somme versée par l’association pour le loyer de 2019 à 2044, soit 30,5 millions d’€. »

Préparez-vous à rire.

Car à votre avis, qu’a répondu l’AAC à la Cour des Comptes sur ce point précis, volant curieusement au secours de son bailleur ?

Ceci (cliquer pour agrandir) :

Tiens, tiens, plus question de « bloquer la machine à profits » !

Notre CGT est terriblement choquée ! Si l’on devait suivre les raisonnements basiquement gauchistes, il n’y a pas d’autre mot, de la Cour des Comptes, un investisseur immobilier ne devrait pas réaliser de profit ! Une fois son investissement remboursé, il ne devrait plus percevoir de revenus ! Mais où va-t-on ? Et le droit de propriété ? Et le prix de marché ?

Ah ah ! Comme la CGT a soudain raison ! On est d’accord : peu importe de savoir comment l’investisseur immobilier a financé son investissement. À partir du moment où il dispose de locaux qu’il met en location, seul compte le loyer convenu par contrat avec le locataire, loyer qui reflètera le prix de marché du bien, du lieu et du moment.

La Cour des Comptes serait-elle finalement plus cégétiste que ne l’est la CGT dans sa version officielle de défense des travailleurs contre les horreurs du capitalisme ? Probablement pas. Ce qui la chiffonne, en réalité – et qui motive ses contrôles – c’est l’usage qui est fait de l’argent public.

Or il apparaît que le modèle financier de la maternité des Bluets est structurellement déficitaire et que seules les dotations et autres subventions périodiques de l’Agence régionale de santé ainsi qu’un étalement de sa dette lui ont permis de poursuivre ses activités. Le loyer lui-même a donné lieu à des aides publiques spécifiques.

Aussi, la question qui vient assez naturellement à l’esprit est la suivante : ce loyer versé par la clinique à l’UFM, ce loyer pour lequel elle reçoit des subventions payées par nos impôts, ne serait-il pas pour la CGT une façon, non pas de se conformer au noble prix du marché – excuse hilarante et audacieusement fanfaronne – mais une façon habile et détournée de capter pour son compte des fonds publics supplémentaires ?

La Chambre régionale des Comptes ne va pas jusqu’à poser directement cette question, qui serait une épineuse question de détournement de fonds publics, mais elle précise cependant la chose suivante :

« L’Agence régionale de santé considère d’ailleurs que le loyer actuel est un surloyer dès lors que les emprunts ont été remboursés, d’autant qu’elle compense ce surcoût d’exploitation par une aide reconductible de 20 ans de 0,8 million d’€ et une dotation FIR (Fonds d’intervention régional) de 2 millions d’€. »

.
Autrement dit, le syndicat est l’heureux participant d’un gentil petit système qui lui permet d’encaisser des sommes que les contribuables doivent ensuite éponger pour sortir la clinique des Bluets d’une faillite prévisible devenue réalité début 2018.

Cette façon de la CGT de tirer la couverture capitaliste à elle pour se sortir des griffes de la Cour des Comptes est déjà assez drôle en elle-même, mais la voir brandir cette excuse pour masquer sa petite tambouille ordinaire, entièrement dédiée à sa conservation, c’est simplement à mourir de rire ! Et une preuve de plus que ce syndicat « solidaire et fraternel » a définitivement abdiqué toute notion d’honorabilité et de crédibilité pour se vautrer dans la farce hypocrite au gré des circonstances.

C’est pourtant lui qui bloque la France et l’empêche de respirer depuis 1945. Quand va-t-on commencer à le comprendre ?

(*) Comme ministre communiste du travail et de la sécurité sociale entre 1945 et 1947, Ambroise Croizat fut l’un des pères de la sécurité sociale. Il fut également secrétaire général de la CGT métallurgie à partir de 1936.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 15/02/2020 - 17:13
Les ''anti-capitalistes''..
Les membres de la C.G.T. se disent ''anti-capitalistes'' mais comme leurs copains de la nomenklatura soviétique,ils aiment les sous ..votre article le montre bien...voir https://www.lefigaro.fr/vox/politique/blackrock-a-un-pib-superieur-a-la-france-quand-les-militants-anticapitalistes-manipulent-les-chiffres-20200213...il est exact que la C.G.T. a peu d'adhérents et elle doit sa survie au fait que TOUS les Français sont ''obligés'' de donner des sous de leur salaire à ce syndicat moribond....qui saccage un hôpital pour enfants,a détruit l'économie du port de Marseille et dont les dockers jetaient dans les eaux du port de Marseille,les objets précieux que les ''Français'' non-musulmans avaient arrachés des mains des fellouzes,en 1962,etc..