En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Nous aurons la Chine de nos mérites

06.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

07.

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 14 heures 39 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 16 heures 33 sec
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 19 heures 55 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 20 heures 11 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 20 heures 31 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 21 heures 24 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 22 heures 24 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 22 heures 24 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 15 heures 27 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 16 heures 37 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 18 heures 11 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 19 heures 47 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 22 heures 24 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 22 heures 24 min
Atlanti Culture

"Parasite" de Bong Joon-ho, Oscar 2020 du meilleur film : un film d'horreur jubilatoire

Publié le 12 février 2020
Le film du réalisateur coréen Bong Joon-ho a triomphé à Cannes et aux Oscars. Une version du film en noir et blanc s'apprête à sortir dans les salles françaises le 19 février. "Parasite" a reçu, le week-end dernier, les Oscars du meilleur scénario, du meilleur film international, du meilleur réalisateur et du meilleur film.
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le film du réalisateur coréen Bong Joon-ho a triomphé à Cannes et aux Oscars. Une version du film en noir et blanc s'apprête à sortir dans les salles françaises le 19 février. "Parasite" a reçu, le week-end dernier, les Oscars du meilleur scénario, du meilleur film international, du meilleur réalisateur et du meilleur film.

"Parasite" 

de Bong Joon-ho 

Avec Song Kang-ho, Lee Sun-kyun, Park Do-dam...

 

RECOMMANDATION
En priorité
Palme d'Or à Cannes, le dernier film du sud-coréen Bong-Joon-Ho commence en comédie et se termine en film d'horreur. Un sacré cocktail. Accrochez vos ceintures !

 

THÈME
Dans les quartiers inférieurs de Séoul, la famille Ki-Taek végète misérablement. Le père, la mère, le frère et la sœur sont tous  les quatre au chômage, et ne survivent (misérablement) que grâce à des combines minables. Leur seul luxe, qui leur tient, malgré tout, la tête hors de l'eau est l'amour et le respect qu'ils se portent mutuellement... 

A quelques encablures de là, dans une maison somptueuse des quartiers huppés de la ville, la famille Park  (formée aussi d'un père, d'une mère et de deux enfants plus jeunes) mène au contraire grand train. 

Un jour, Ki-woo, le fils  Ki-taek, arrive à se faire nommer comme  professeur particulier d'anglais de la fille des Park. Il a mis le pied dans la porte d'un château d'aujourd'hui, elle ne se refermera plus. Ki-woo va réussir à faire embaucher  par les Park chaque membre de sa famille à des postes divers...

C'est le début d'un engrenage, tordant au début, mais de plus en plus noir, de plus en plus vachard, de plus en plus violent...La comédie vire au thriller, puis au drame, puis au film d'horreur...Tout en restant jubilatoire.

 

POINTS FORTS
Voilà 20 ans maintenant que Bong Joon-ho fait du cinéma et, à chaque fois qu'il sort un film (c'est son septième), il réussit à nous en mettre plein la vue. Si certains réalisateurs  (même les plus grands) ne cessent de ressasser les mêmes thèmes ou de  creuser les mêmes genres, lui  s'aventure  dans tous les styles  (thriller, mélo, film de monstres, comédie, science-fiction, films d'horreur) avec une maestria qui laisse pantois. Pas un seul raté !

Parasite, évidemment n'échappe pas à la règle de cette excellence et de la surprise. C'est une fable sociale qui, dans une mise en scène  très maitrisée, joue avec tous les genres, successivement et même, à certains moments, en même temps. Comme tour de passe-passe cinématographique, on a rarement fait mieux ! Le plus étonnant est que, même au pire des scènes les plus violentes, l'humour  et le burlesque sont là, qui nous rappellent qu'on est au cinéma. Ce qui n'empêche en rien la corrosité du propos, car comme empêcheur de tourner en rond, le coruscant Bong Joon-ho sait se poser là : c'est, depuis toujours, un critique sans concession du capitalisme et de ses inégalités.

Evidemment les réalisateurs de sa trempe soignent leurs films jusque dans les moindres détails. Ici tout est parfait, cadres, lumière, rythme, musique et, bien sûr, distribution. Dans celle ci, on retrouve le fidèle des fidèles du cinéaste, Song Kang-ho, star en son pays depuis plus de vingt ans. Tête de naïf tranquille, mais regard allumé, l'acteur de 52 ans est ici, comme d'habitude, prodigieux.

 

POINTS FAIBLES
Je n'en vois aucun.

 

EN DEUX MOTS 
Après deux escapades internationales  (Snowpiercer et The Host), Bong Joon-ho revient sur sa terre de prédilection (son pays natal) pour y régler ses comptes avec les injustices sociales. A la fois explosif et implacable, drôle et satirique, mordant et émouvant, son Parasite a ébloui la Croisette en mai dernier. Le Jury  du Festival lui a d'ailleurs donné la Palme  d'or à l'unanimité. Personne n'a bronché. A noter que ce n'est pas chaque année que la plus grande manifestation cinématographique du monde couronne un film visible par tous les publics. Un film « élitaire pour tous », comme aurait dit feu le  génial metteur en scène, Antoine Vitez.

 

UN EXTRAIT
« J'aime beaucoup les histoires de lutte des classes. C'est en 2013 que j'ai eu l'idée de confronter deux familles, l'une  très riche, qui vit dans un quartier chic de Séoul, et l'autre, très pauvre, qui survit dans ses bas-fonds. J'ai d'abord voulu tirer une pièce de théâtre de cette confrontation. Et puis, finalement, je l'ai portée au cinéma en faisant se rencontrer les deux familles, mais d'une façon très subtile, très sournoise, pas du tout frontale. Cela me permettait à la fois d'être plus drôle et plus inventif ».

( Bong Joon-ho, réalisateur)

 

LE RÉALISATEUR
Né le 14 septembre 1969 à Daegu,  le réalisateur sud-coréen  Bong Joon-ho s'est imposé en quelques films, dans le peloton de tête des cinéastes les plus brillants et créatifs de la planète.

Son diplôme de sociologie, obtenu à l'Université de Yonsei, en poche, le jeune Bong Joon-Ho n'a pas attendu son reste : il s'est précipité dans le cinéma

D'abord, pour se faire la main, avec un court métrage, White man ( il raflera d'emblée  un prix), puis, en 2000 avec un long, Barking dog. Maitrise formelle, ton satirique et  mordant, écriture formelle éblouissante...Le public sud-coréen le porte aux nues. C'est en 2003 avec Memories of Murder que, d'une part, il va asseoir, dans son pays, sa réputation de cinéaste aussi doué qu'inventif  ( 5 millions de personnes iront voir son film !) et que de l'autre, il va conquérir la critique internationale. Inspiré par un incident survenu en Corée du Sud à la fin des années 80, son troisième long-métrage, The Host est classé par les Cahiers du cinéma comme le troisième film le plus important de l'année 2006.

Depuis, chaque sortie d'une œuvre de ce surdoué fait figure d'évènement, en France comme dans le monde, et même aux Etats-Unis.

En 2009, c'est Mother (présenté en compétition officielle du Festival de Cannes) ;  en 2013, Snowpiercer, le Transperceneige, adapté de la BD du même nom (un tabac chez amateurs de science-fiction) ; en 2015, The Host  (qui renouvelle de façon éblouissante le film de monstres).

Son septième long métrage, Parasite, qui sort cette semaine et qui, une fois encore, mêle les genres avec une maestria unique a tant bluffé les jurés du Festival de Cannes que ces derniers  lui ont décerné, à l'unanimité, la Palme d'Or.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires