En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

07.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 2 heures 27 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 4 heures 30 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 5 heures 28 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 7 heures 11 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 8 heures 28 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 9 heures 26 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 11 heures 28 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 23 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 3 heures 14 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 5 heures 2 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 6 heures 48 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 7 heures 24 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 9 heures 11 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 11 heures 51 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 42 min
© ERIC FEFERBERG / POOL / AFP
© ERIC FEFERBERG / POOL / AFP
Mobilisation contre la réforme

Lundi noir dans les transports : SOS sortie par le haut de la crise des retraites

Publié le 10 février 2020
Les syndicats continuent de se mobiliser contre la réforme des retraites. Laurent Berger, le secrétaire de la CFDT, a évoqué ses inquiétudes vendredi sur cette réforme qui pourrait "être plantée par le gouvernement". Une sortie, par le haut, de cette crise de la réforme des retraites est -elle possible ?
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les syndicats continuent de se mobiliser contre la réforme des retraites. Laurent Berger, le secrétaire de la CFDT, a évoqué ses inquiétudes vendredi sur cette réforme qui pourrait "être plantée par le gouvernement". Une sortie, par le haut, de cette crise de la réforme des retraites est -elle possible ?

Atlantico.fr : Vendredi, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger a témoigné de ses craintes de voir le gouvernement "planter la réforme des retraites" en ignorant les recommandations des syndicats. Une sortie comme un  ultimatum lancé au gouvernement. Mais face à un mouvement qui s'essouffle sans s'étendre, une sortie par le haut à cette crise de la réforme des retraites est-elle possible?

Chloé Morin : Laurent Berger se voit contraint de gérer les contradictions inhérentes à la posture du réformisme syndical qu’il incarne, et donc se maintenir sur la frontière parfois étroite entre compromis et compromission. Nous savons que dans le système Français du dialogue social, il n’y a pas ou presque jamais de négociation sans rapport de force; mais la CGT incarne mieux que La CFDT le “bras de fer” dans sa pureté. Laurent Berger doit donc sans cesse trouver les moyens de maintenir la pression sur le gouvernement sans pour autant se voir taxer de blocage constant comme l’est la CGT, et construire du compromis sans pour autant donner le sentiment à ses troupes d’avoir trahi leurs combats. C’est d’autant plus difficile pour lui que cet ultimatum n’est pas son premier - il a déjà menacé de claquer la porte de la négociation sur la question de l’âge pivot -, et que la force de ce genre de “chantage” s’épuise avec son utilisation répétée. 

La grande difficulté pour Laurent Berger n’est pas tant, à mon sens, qu’il aurait obtenu des concessions insuffisantes de la part du gouvernement; il est en effet difficile de jauger, lorsqu’on n’est pas spécialiste et compte tenu de la complexité du projet, si les concessions sont importantes ou non. Sa réelle difficulté est que dans l’opinion, tout se passe comme s’il n’avait rien obtenu du tout... En effet, les corrections consenties par le Premier ministre au syndicat réformiste n’ont en rien modifié la perception par l’opinion du projet de loi : les Français restent dans leur majorité fermement opposés à ce projet. En termes d’opinion, Berger n’a donc pas rempli sa fonction, il a aidé à fragmenter la base syndicale mais pas la base sociale de contestation. 

Dès lors, tout dépend ce que vous appelez “sortie par le haut” :
- s’il s’agit de rallier l’opinion à la réforme, je crains que plus aucune concession ne puisse réussir ce tour de force, tant l’opinion est figée. L’histoire permettra de juger si les Français considèrent cette réforme salutaire dans 2,5,10 ans,
- s’il s’agit d’aller au bout de la réforme, alors on sait bien que les institutions de la Ve République permettront au gouvernement de la mener à bon port, en dépit des 22000 amendements déposés par l’opposition. Bien que la majorité semble vivre une forme de lente hémorragie depuis quelques temps, avec quelques départs de députés LREM encore tout récemment, elle domine encore très largement l’Assemblee Nationale.
- s’il s’agit de trouver un accord avec les syndicats dits réformistes et d’éviter que la CFDT ne quitte les discussions, notamment dans la perspective des Négociations à venir sur le financement, il me semble que tout reste ouvert à ce stade et dépendra de la capacité des différents acteurs à faire un pas vers le compromis. Nous n’y sommes pas, et les positions à l’entrée de cette discussion sont très divergentes, mais cela relève en partie du théâtre traditionnel de la vie syndicale, qui veut que l’on force le trait et que l’on montre les muscles avant d’entrer dans l’arène, pour espérer obtenir le plus possible. 

De plus, l’équation budgétaire telle que proposée par le Premier ministre semble assez difficile à résoudre. Cela reste donc un point d’incertitude important.

Les syndicats ont appelé à une nouvelle mobilisation avec un "lundi noir" dans les transports. Jusqu'à quand les syndicats peuvent-ils tenir?

Malgré une persistance des grèves dans certains secteurs, et des cortèges de manifestants qui, bien que moins fournis, sont loin d’être ridicules, les médias donnent le sentiment d’un essoufflement. En effet on constate une disjonction croissante du récit politico-médiatique par rapport à celui, porté par les grévistes et les manifestants, mais aussi par une grande part de l’opinion, du conflit social. Or, on sait que le récit médiatique a pris une importance sinon écrasante, du moins majeure. De ce fait, si l’opinion continue peu ou prou à soutenir l’opposition à la réforme dans les mêmes proportions qu’au plus fort des manifestations et grèves, on peut avoir l’impression que le mouvement à quasiment disparu lorsque la loi est entrée à l’Assemblee nationale.

C’est normal, car notre système médiatique fonctionne par effets loupe et par angles morts. La difficulté est que si la contestation en venait à basculer totalement dans un angle mort médiatique - ce qui n’est pas le cas actuellement, mais nous pourrions en prendre le chemin, ne serait-ce que par lassitude des journalistes et commentateurs au bout de plus de 2 mois de conflit dur -, cela pourrait être vécu comme une négation, un mépris et une relégation insupportables par tous ceux qui, légitimement inquiets, se sont considérablement investis dans le mouvement. Et semer les graines d’un ressentiment qui continuera à couver, et pourra ressurgir à une autre occasion, pour peu qu’une nouvelle réforme vienne souffler sur les braises du sentiment d’injustice et de manque de reconnaissance. 

A mon sens, indépendamment des discussions avec les syndicats, le pouvoir aurait donc tout intérêt à finir de purger le débat, de la même manière qu’il avait commencé à le faire début 2018 avec le “Grand débat” (avant que ce dernier ne finisse par désespérer ses participants, faute de leur avoir laissé l’espace pour co-construire, co-mettre en œuvre puis co-contrôler les applications concrètes du débat en termes de politiques publiques). 

Malgré une défaite annoncée, la rue, menée par les syndicats, maintient une pression constante  sur le gouvernement. Une victoire à la Pyrrhus se dessine-t-elle pour l'exécutif ? Qu'est que le gouvernement peut désormais espérer gagner de cette bataille ?

La persistante même de ce mouvement, en dépit de chances très faibles d’aboutir au retrait de la réforme, dit beaucoup du climat social. Pour les jusqu’au boutistes (ou les persistants, selon l’opinion que l’on portera sur la réforme) ne s’agit plus de retraites, mais de quelque chose de plus profond : l’idée qu’ils se font de notre identité, de leur place individuelle dans la société et de la manière dont nous pouvons vivre et nous projeter ensemble dans l’avenir. 

Finalement, si tant de gens perdent des semaines de salaire et usent leurs souliers sur les pavés en chantant “À cause de Macron...” sur un air bien connu, ce n’est pas ou ce n’est plus pour défendre, comme on pourrait le croire, leurs petits intérêts égoïstes. C’est au contraire parce qu’à travers leur cas personnel ou celui de leurs proches, ils ont le sentiment - instinctif, plus ou moins théorisé Et intellectualisé - que cette loi vient toucher à ce qu’ils sont et la manière dont ils veulent vivre demain en société. C’est pour cette raison même que le gouvernement à tant de mal à reprendre pied dans le débat, et à trouver prise sur les arguments des opposants à la loi - une fois que l’on sort d’un sujet étroit et spécifique pour entrer dans le champs plus vaste du débat de société, il est d’autant plus difficile de convaincre que notre société est, comme on le sait, très fragmentée, et que par ailleurs la parole du gouvernement est frappée d’une défiance très large.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 10/02/2020 - 23:08
La meilleurte sortie de l'embrouille de la loi des retraites
c'est la victoire aux municipales du Havre.
Bruno Paul Leon
- 10/02/2020 - 12:55
sortie par le haut
votre article met le doigt sur les impasses de cette situation mais n aborde pas ou trop peu les issues possibles, autant que faire par le haut.
apres tout, vu la situation deletere et les risques de laisser, comme vous l evoquez , des braises couver, le president ne devrait il pas dissoudre l assemblee puis soumettre le projet au vote debla nouvelle assemblee elue.
certes il risque une cohabitaion, et alors ?
il me semble que c est la seule ligne pratiquable pour regler democratiquement le sujet.
amities
JBL
- 10/02/2020 - 10:01
La réforme des retraites à la Macron
C'est sans doute la réforme la plus méprisante, à l'égard des 30 millions de salariés qui sont la force vive et productrice de ce pays. Depuis la dernière guerre jamais une réforme n'a élaboré une baisse aussi drastique du niveau de vie des futurs retraités dans 15-20 ans; alors que personne n'est capable de dire ce que sera l'économie dans 20 ans, alors que les papy boomers (très nombreux) auront disparu. Il n'y a pas de mot pour qualifier un tel mépris des salariés de ce pays. Déjà la CFDT, non pas un syndicat progressiste, mais un syndicat d'opportunistes, collabo proche du patronat, bras armé de Terra Nova, avait négocié un calcul sur 25 ans. Demain ce calcul se fera sur 40, voire 45 ans. Malheureusement, chômage oblige, le privé n' a pas pu s'organiser pour s'y opposer, alors qu'il va être impacté fortement. Ce quinquennat restera dans l'histoire comme la pire des défaites des salariés de ce pays. Quand à la CFDT, avec ses syndicalistes qui sont de véritables parasites dans les entreprises, petits arrivistes malins et surtout incompétents, continuera sa salle besogne. Et la retraite des journalistes dans tout çà ???? On les entend pas beaucoup......