En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 1 min 53 sec
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 1 heure 1 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 7 heures 9 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 10 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 10 heures 45 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 11 heures 16 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 11 heures 53 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 13 min 56 sec
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 4 heures 16 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 6 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 7 heures 31 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 9 heures 28 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 9 heures 53 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 10 heures 25 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 10 heures 55 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 12 heures 2 min
© MAHMUD TURKIA / AFP
© MAHMUD TURKIA / AFP
Prendre ses aises

La puissance hégémonique de la Turquie en mer Egée et la faiblesse de l’union européenne

Publié le 09 février 2020
Des délimitations effectuées unilatéralement par la Turquie et la Libye, sans le concours de la Grèce, font que les nouvelles frontières maritimes de la Turquie sont désormais très proches de la Crète, la plus grande île grecque.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des délimitations effectuées unilatéralement par la Turquie et la Libye, sans le concours de la Grèce, font que les nouvelles frontières maritimes de la Turquie sont désormais très proches de la Crète, la plus grande île grecque.

Fin novembre 2019, la Turquie et la Libye ont régularisé un protocole d'accord portant sur la délimitation de leurs frontières maritimes respectives, en ce y compris la zone économique exclusive. Cette zone est définie, par le droit de la mer, comme un espace maritime sur lequel un État côtier exerce des droits souverains en matière d'exploration et d'empois des ressources. Elle s'étend à partir des côtes de l’Etat concerne jusqu'à 200 milles marins (370,4 km) de ses côtes. Ces délimitations effectuées unilatéralement par la Turquie et la Libye, sans le concours de la Grèce, font que les nouvelles frontières maritimes de la Turquie sont désormais très proches de la Crète, la plus grande île grecque. L’annonce faite par la Turquie d’entamer des opérations de forage de gaz naturel dans la région vient donc au détriment des revendications territoriales maritimes de la Grèce.

Au grand dam de la Grèce, ses alliés traditionnels, c’est à dire les Etats-Unis et l’Union européenne, se sont abstenus de prendre sa défense et lui ont opposé un silence embarrassé. Assurément, le fait que tant la Turquie que la Grèce soient membres de l’Otan complique les choses en empêchant une prise à partie en faveur de l’un ou l’autre de ces deux pays. Plus encore, le rôle prépondérant que joue la Turquie d’une part en bloquant l’immigration vers l’union européenne et au sein de la crise syrienne participe au silence de Bruxelles.

Le fait qu’en totale rupture avec la politique étrangère de Syriza, le parti de gauche qui a précédé celui de Mitsotakis à Athènes de 2015 à 2019, le gouvernement conservateur grec a tout fait pour se rapprocher de Washington, allant jusqu’à devenir le seul membre de l’Union européenne à applaudir l’assassinat du Général iranien Soleimani et en proposant de déployer des missiles en Arabie Saoudite, en vue de prévenir des attaques iraniennes, n’a pas fait grand-chose non plus en vue d’obtenir l’adhésion de Washington à sa cause. Ainsi, lors de sa rencontre avec Donald Trump en janvier dernier Mitsotakis n'a obtenu aucun engagement de la part de Washington de prendre parti pour la Grèce dans le différend qui l’oppose à la Turquie. Pire encore, sur l’initiative de la Turquie, la Grèce n’a même pas été invitée à participer à la conférence sur la Libye organisée par l'Allemagne il y a quelques semaines. La Grèce, et ce malgré le fait que ses intérêts soient désormais directement impliqués en Libye, a ainsi brillé par son absence à cette conférence où les présidents russe, français, turc ainsi que la chancelière allemande tentaient d’obtenir un éventuel cessez-le-feu entre les deux parties belligérantes libyennes et une éventuelle résolution du conflit

Par ailleurs, l’aventurisme du gouvernement grec qui envisage de déployer des troupes en Libye dans le cadre de la mission de Sofia de l'Union européenne pour l’application d’un embargo sur les armes aux parties belligérantes marque une rupture avec la politique étrangère grecque traditionnelle, politique qui avait vocation à prôner sa neutralité dans les conflits et à maintenir des relations amicales avec les grands pays voisins comme l'Iran et la Russie. C’est ainsi que les relations se sont distendues entre Téhéran et Athènes et ont amené le Président iranien à proposer hier ses bons offices entre la Russie et la Turquie dans le conflit syrien. Cette proximité de l’Iran avec la Turquie et la Russie ne présage de rien de bon pour les intérêts grecs. Les iraniens ont, en effet, moyennement apprécié la bascule de la Grèce dans le camp de Washington.

Il est permis de douter que ces initiatives aient un effet positif sur la défense de ses intérêts en la mer Égée. La Turquie, à date d’aujourd’hui a échappé à toute sanction internationale pour ses agissements en Libye. Il est fort à parier que la position de la Grèce soit fragilisée au fur et à mesure que la Turquie et la Russie approfondissent leurs liens et ce en dépit du fait que le conflit syrien les place en opposition l’un par rapport à l’autre. Les Russes envisagent même de reconnaître le gouvernement de Chypre du nord, qui n’est reconnu que par la Turquie, avec comme arrière-pensée l’établissement d’une base maritime sur place.

La marginalisation de la Grèce en mer Égée et par-delà celle de l’Union européenne semble donc inéluctable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 11/02/2020 - 12:18
Et pourtant
Les grecs devraient se souvenir que la dernière fois qu'ils ont fait du zèle envers les USA ( les colonels) , cela ne leur avait pas porté chance (l'occupation de Chypre-Nord)
Et surtout le premier ministre Mitsotakis : son père était une figure politique de premier plan, et ses luttes intestines ( entre autres à cause de son pro-Américanisme)avec Georges Papandreou (ils étaient du même parti) ont rendu la Grèce ingouvernable , et donc pavé le chemin aux Colonels.
hoche38
- 10/02/2020 - 17:30
Erreur manifeste!
Celle de vouloir impliquer l'Europe de Bruxelles dans un processus qui devrait la concerner directement: "Faut pas rêver!"
ajm
- 09/02/2020 - 22:15
Roman feuilleton.
Ce monsieur prend ses désirs pour la réalité. La Grèce sait mieux que lui quels sont les intérêts grecs en mer Égée. Contrairement à ce qu'il dit, l'Union Européenne a condamné sans réserve les agissements turcs. Il ne faut pas oublier non plus que dans le sud de la mer Égée ce n'est pas seulement la Grèce dont les intérêts vitaux seraient menacés mais aussi l'Égypte et Israel dont la puissance militaire est bien reconnue. Erdogan fait beaucoup de bruit mais en pratique ne pourra ni ne voudra aller trop loin.