En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 7 min 37 sec
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 4 heures 10 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 7 heures 24 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 9 heures 22 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 9 heures 46 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 10 heures 18 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 10 heures 49 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 11 heures 56 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 54 min 49 sec
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 7 heures 3 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 9 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 10 heures 39 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 11 heures 10 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 11 heures 46 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 12 heures 2 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Bonnes feuilles

Les start-ups : le nouvel opium du CAC 40

Publié le 09 février 2020
Michel Turin publie "Start-up mania" chez Calmann-Lévy. En France, les start-up sont devenues l’objet d’un véritable culte. Elles font rêver les jeunes diplômés comme les investisseurs en tous genres… et les hommes politiques. Vous avez aimé l’éclatement de la bulle de l’internet en 2000 ? Vous allez adorer celle des start-ups ! Extrait 2/2.
Michel Turin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Turin a été dix ans journaliste aux Échos, et chroniqueur économique à Radio Classique. Il est l’auteur de La Planète Bourse (« Découvertes Gallimard », 1993), Le Grand Divorce – Pourquoi les Français haïssent leur économie (Calmann- Lévy, 2006),...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Turin publie "Start-up mania" chez Calmann-Lévy. En France, les start-up sont devenues l’objet d’un véritable culte. Elles font rêver les jeunes diplômés comme les investisseurs en tous genres… et les hommes politiques. Vous avez aimé l’éclatement de la bulle de l’internet en 2000 ? Vous allez adorer celle des start-ups ! Extrait 2/2.

Les extrêmes se rejoignent, dans la vie des affaires comme ailleurs. Il n’y a pas à première vue deux univers entrepreneuriaux plus diamétralement éloignés l’un de l’autre que celui des grands groupes et celui des start-up. Et pourtant… Les start-up sont devenues l’opium du CAC 40. Les grands groupes n’arrêtent pas de jeter des passerelles entre les deux mondes. La passion dont ils font preuve à l’égard des start-up est relativement récente. Jusqu’au début des années 2000, ils s’en souciaient comme d’une guigne. Mais ils ont depuis rattrapé le temps perdu. Si les grandes entreprises sont obsédées par les start-up, c’est qu’elles ont une peur bleue d’être « ubérisées ». Les grands groupes surveillent leur environnement pour ne pas être chahutés par l’arrivée de concurrents qui les délogeraient des marchés sur lesquels ils sont confortablement installés. Ils craignent d’être dépassés par les produits ou les services sortis des technologies les plus récentes. 

Pour se mettre à l’abri d’une mauvaise surprise, les grandes entreprises traditionnelles soit nouent des partenariats avec des plateformes numériques, soit les achètent assez tôt pour qu’elles n’aient pas le temps de venir les bousculer. Certains grands groupes sont allés jusqu’à créer des structures spéciales pour accueillir de jeunes entreprises innovantes ayant une approche originale. Ainsi, ils sont assurés de pouvoir procéder à bon compte à une veille technologique sur leurs métiers, ils siphonnent l’innovation dans ces petites structures pour piloter leur propre transformation. Les grands groupes se comportent comme le faisaient les entreprises japonaises après la Seconde Guerre mondiale ou les entreprises chinoises dans la deuxième moitié du XXe siècle vis-à-vis des entreprises occidentales, dont les unes et les autres ont pillé les technologies. Les start-up en mal de sponsors leur apportent des informations précieuses sur l’état de leurs marchés respectifs. Les grands groupes de l’indice CAC 40, les 40 plus grandes capitalisations cotées à la Bourse de Paris, contribuent ainsi à l’élévation du taux de mortalité des start-up. Celles qu’ils achètent ne grandiront jamais, puisqu’elles auront été fondues dans des périmètres existants. 

Les grands groupes ne sont pas à court d’arguments tendancieux pour justifier l’intérêt, parfois mortifère, qu’ils portent aux start-up. Chargé d’écumer l’écosystème dans le secteur d’activité du groupe Danone, c’est-à-dire l’industrie agroalimentaire, Danone Manifesto Ventures a fait main basse sur 95 % du capital de Michel et Augustin au mois d’avril 2019. Le fonds d’investissement du géant mondial des produits laitiers avait déjà croqué trois ans plus tôt les parts, détenues à hauteur de 40 % par Artémis, le holding de la famille Pinault, dans la start-up à succès. Montée en 2004 par deux amis d’enfance passés par l’ESCP, la grande école de commerce, elle s’était vite rendue célèbre pour ses biscuits et yaourts bobos et rigolos, ses mousses au chocolat et ses cookies. Dans le quotidien Les Échos daté du 16 juillet 2018, le directeur général de Danone Manifesto Ventures, Laurent Marcel, établissait ainsi la feuille de route « officielle » de la structure ouverte à l’été 2016 : « Nous avons une approche différente des acquisitions classiques. Notre rôle est d’investir tôt dans le capital de jeunes entreprises qui réalisent quelques millions d’euros de chiffre d’affaires. Notre objectif n’est pas de les intégrer rapidement, mais plutôt d’entrer dans leur capital, d’accompagner leur croissance en mobilisant les ressources de Danone, puis d’apprendre ensemble à travailler sur un certain nombre de projets. » L’acquisition de Michel et Augustin paraît empreinte d’un drôle de classicisme. « On reste indépendant quant à la façon de vivre notre aventure », devait alors déclarer, visiblement satisfait, Augustin Paluel-Marmont, cofondateur avec Michel de Rovira – des « trublions du goût », comme ils se qualifient eux-mêmes –, au micro de BFM Business après l’annonce. Vive l’indépendance ! Le montant de l’opération n’a pas été divulgué à l’époque, mais Michel et Augustin avait réalisé un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros en 2018, ce qui laisse à penser que l’indépendance financière des deux cofondateurs est tout aussi assurée que celle de leur « façon de vivre ». 

Il n’y a en réalité pas un seul secteur d’activité où les grands groupes n’ont pas essayé de prendre des gages sur l’avenir et n’ont pas mis un ou plusieurs doigts dans l’engrenage des start-up. Le bricolage et la décoration ? L’enseigne de grande distribution spécialisée Leroy-Merlin est entrée en 2015 dans le capital de Frizbiz, une plateforme de bricoleurs à domicile, et recommande ses services à ses clients. La grande distribution ? Monoprix a pris en décembre  2017 une participation dans le capital de la start-up Epicery qui a développé une application pour se faire livrer dans l’heure les produits des commerçants de son quartier. Les études d’opinion ? L’institut de sondage Ipsos a repris en octobre 2018 la totalité du capital de Synthesio, une start-up de 130 salariés, très présente à l’étranger, spécialisée dans la veille sur les réseaux sociaux et l’e-réputation. Basé depuis six ans à New York où il réalisait la moitié de son chiffre d’affaires aux États-Unis, Loïc Moisand, cofondateur de Synthesio, est rentré en France après l’opération qu’il commentait dans les termes suivants : « Nos offres se complètent, la société va continuer à exister de manière autonome, la marque demeure, tout comme les équipes de direction. Il y a eu beaucoup de consolidation récemment et il devient de plus en plus difficile de rester indépendant sur ce marché. S’adosser à un grand groupe était la meilleure option. » Ainsi meurent les start-up… 

Le secteur de l’automobile est un de ceux dans lesquels les nouveaux entrants de l’ère numérique, à commencer par le plus célèbre d’entre eux, Uber, ont donné les plus gros coups de pied dans la fourmilière, en France comme ailleurs. Les fourmis les plus vaillantes ne se sont pas laissé piétiner sans résister. Le constructeur automobile PSA a racheté, au début de 2019, la start-up TravelCar. Elle avait plutôt bien réussi sur le marché intelligent que son fondateur, Ahmed Mhiri, avait inventé en 2012 : la location des voitures stationnées près des aéroports ou des gares quand leurs propriétaires sont partis en voyage. TravelCar revendiquait alors 1 million d’utilisateurs dans plus de 60 pays. Quelques semaines plus tôt, Carlos Tavares, président du directoire de Groupe PSA, détaillait le type de relations qu’il avait l’intention d’entretenir avec les start-up dans le numéro de l’hebdomadaire Investir – Le Journal des finances daté du 6 octobre 2018, presque entièrement consacré aux millennials : « Nous avons mis en place des partenariats avec des start-up qui sont le miroir de la génération des millennials et un accélérateur de changement pour notre entreprise. À l’exemple de la start-up de location entre particuliers TravelCar, ou encore une entrée au capital de Communauto, le pionnier de l’autopartage en Amérique du Nord. Avec eux, nous apprenons beaucoup et ils apprennent également. Nous avançons ensemble et l’opposition que certains mettent en avant entre l’ancienne et la nouvelle économie n’a pas cours dans notre groupe. » Le rachat d’une start-up par un grand groupe doit être la forme ultime du… partenariat. 

Les constructeurs automobiles enchaînent, les uns après les autres, les opérations de rachat dans le secteur des VTC (les « véhicules de tourisme avec chauffeur »). Renault a repris discrètement, par l’intermédiaire d’une filiale spécialisée, RCI Bank and Services, 100 % du capital de Marcel en août 2017. Marcel avait utilisé deux leviers pour se distinguer sur son marché : la plateforme prélevait la commission la moins élevée, et plus la réservation avait été faite à l’avance, plus le prix de la course baissait. La start-up avait été lancée par Bertrand Altmayer et Benoît Richard en 2012, au moment où Uber s’apprêtait à débarquer sur le marché français. Renault a racheté Marcel pour améliorer la visibilité de ses nouveaux modèles : la start-up propose de rouler en Zoé, la petite citadine 100 % électrique du constructeur. Mais ce n’est pas le seul but stratégique poursuivi par le constructeur automobile. Pour Bertrand Altmayer, « Renault a compris que la mobilité sera servicielle et qu’un constructeur automobile doit pouvoir proposer un moyen de transport qui corresponde à n’importe quelle demande – qu’il s’agisse d’une trottinette ou d’une location ». 

Le constructeur automobile allemand Daimler a adopté une stratégie identique à celle de Renault. Le propriétaire de Mercedes a pris, fin 2017, le contrôle de Chauffeur-Privé, une autre start-up française de VTC montée en 2012 par Yan Hascoet, ingénieur et ancien banquier, Othmane Bouhlal et Omar Benmoussa, et renommée Kapten au début de 2019. Les trois cofondateurs ont rendu leur tablier à l’été 2019 pour « saisir d’autres opportunités », comme le précisait un communiqué publié par la société de VTC à l’occasion de l’annonce. C’est un ancien d’Amazon, Sébastien Oebel, qui a saisi… l’opportunité de leur succéder au volant de Kapten. Les fondateurs des start-up ne survivent pas toujours aux opérations de rachat par des grands groupes.

Extrait du livre de Michel Turin, "Start-up mania, la french tech à l'épreuve des faits", publié chez Calmann-Lévy

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires