En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 10 heures 15 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 10 heures 59 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 13 heures 27 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 14 heures 11 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 15 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 16 heures 18 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 16 heures 41 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 17 heures 16 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 17 heures 34 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 10 heures 40 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 12 heures 10 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 13 heures 42 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 14 heures 39 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 16 heures 47 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 17 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 17 heures 38 min
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Espoir pour les malades

Thérapies ciblées : une nouvelle étude majeure promet une révolution dans le traitement du cancer

Publié le 07 février 2020
Plus d'un millier de scientifiques ont construit l'image la plus détaillée du cancer dans une étude historique. Cette prouesse est porteuse d'espoir pour les médecins et les patients.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus d'un millier de scientifiques ont construit l'image la plus détaillée du cancer dans une étude historique. Cette prouesse est porteuse d'espoir pour les médecins et les patients.

Atlantico.fr : Une étude gigantesque a permis d’étudier des cellules cancéreuses comme cela n’avait encore jamais été le cas. Elle a révélé des informations parfois surprenantes, très utiles et porteuses de bien des espoirs.

Du génome des cellules saines au génome des cellules cancéreuses : le lent processus de la cancérogénèse

Stéphane Gayet : le développement de ce sujet mobilise les notions de nucléotide, de codon, d'acide désoxyribonucléique ou ADN, d'acide ribonucléique ou ARN, de gène et d'épigène, de génome et d'épigénome, ainsi que d'altérations géniques des cellules cancéreuses : on trouvera ici des explications nécessaires et d'autres explications ici également.

Toutes les cellules du corps humain (plus de 10 000 milliards) possèdent le même génome et donc les mêmes gènes. C'est du moins vrai pour les cellules saines. Toutes les cellules saines sont de ce fait reconnues comme appartenant à un même organisme, le « soi ». Ce qui diffère d'un tissu à l'autre et donc d'une cellule à l'autre, c'est l'expression des gènes ainsi que toutes les molécules non géniques qui viennent s'ajouter aux gènes et qui en modifient le fonctionnement (épigènes).

Un gène peut être comparé à une phrase dans le code génétique : c’est assez schématiquement une unité fonctionnelle du génome. Mais il est clair qu'il contient infiniment plus d'informations qu'une simple phrase : un gène humain comporte entre 500 et plusieurs milliers de bases. On estime que notre génome détient de l’ordre de 25000 gènes, ce qui représente au total de l’ordre de 3,2 milliards de nucléotides (et donc de bases azotées).

Une cellule cancéreuse, quel que soit son tissu d'origine, est une cellule dont le génome est gravement altéré et de façon irréversible (car une cellule est capable de réparer certaines altérations génomiques). Elle est devenue monstrueuse, tant sur le plan morphologique que comportemental : elle est ainsi boulimique (se nourrissant de sucre et d'oxygène), agressive, envahissante, destructrice, incontrôlable et plus ou moins pérenne. Elle n'est plus reconnue comme faisant partie du soi, c'est un redoutable tueur perçu comme étranger. Notre corps a donc créé un monstre qui vient de l'intérieur. Or, on sait que cette création est largement favorisée par de très nombreux agents toxiques ou pathogènes, parmi lesquels certains microorganismes (virus, bactéries…).
Le génome d'une cellule cancéreuse est donc une version corrompue de celui de nos propres cellules saines : de mutation en mutation, un ADN cellulaire se modifie jusqu'à ce qu'il ait les caractéristiques d'un génome de monstre irréversible.

Le consortium « Pan-cancer analysis of whole genomes » a analysé l'ensemble du génome de 2 658 cancers

Le nom du consortium « Pan-cancer analysis of whole genomes » signifie : analyse pan-cancéreuse de génomes entiers. Il s'agit d'une étude titanesque. Ce consortium, c'est la fédération de plus d'un millier de scientifiques qui ont entièrement analysé le génome d'un nombre colossal de cellules cancéreuses, ce qui n'avait encore jamais été réalisé jusqu'alors.

Ce travail phénoménal est parti du principe que si l'on ne réussissait pas à progresser plus vite en matière de cancérologie, c'était probablement lié à des conceptions scientifiques dépassées et pourtant figées.

La conception classique du génome et des gènes énonce que les gènes vraiment importants sont ceux qui codent pour la synthèse de protéines. Les protéines sont les molécules nobles, reines, du monde vivant. Les glucides et les lipides n'étant considérées que comme des molécules moins nobles, principalement utiles au métabolisme énergétique. On distingue les protéines de structure et les protéines enzymes, très schématiquement. En biochimie (chimie du vivant), on admet que la grande majorité des réactions chimiques ne peut s'effectuer correctement qu'en présence d'une ou de plusieurs enzymes.

Ainsi, un gène qui code pour une enzyme permet l'accomplissement d'une réaction biochimique.

On s'était surtout intéressé jusqu'alors aux gènes codant pour des protéines. Or, près de 99 % de nos gènes ne codent pas pour des protéines et on les considérait comme sans grande importance. C'est à ces 99 % de gènes négligés que cette étude s'est attaquée. Ce qui a permis à ce consortium d'apprendre que ces gènes oubliés étaient importants en cancérogénèse.

Le Dr Lincoln Stein de l'Institut ontarien (l'Ontario : province du Centre-Est du Canada, en bordure des Grands lacs et des États-Unis, dont la capitale est Toronto) de recherche sur le cancer a déclaré : en ne s'étant intéressé jusqu'à présent qu'aux gènes codant pour des protéines, on s'était focalisé sur 1 % du génome des cellules (cancéreuses).

Il a fallu le travail d'équipes dans 37 pays et pendant plus d'une décennie, pour commencer à comprendre le rôle des 99 % de gènes négligés. Ce travail a conclu au fait que nous avions une vision trop simplifiée de la cancérogénèse, alors qu'elle était un processus infiniment complexe, avec des milliers de combinaisons différentes de mutations capables de générer un cancer.

Une synthèse époustouflante de leurs études a été publiée récemment dans la revue « Nature » : un article de 50 pages qui dresse un tableau génomique presque complet de tous les cancers connus. Il regorge véritablement de données et graphes d'une extrême richesse.

Les grands traits des principales découvertes de cette immense étude sur les cancers

On a ainsi découvert qu'un cancer comportait en moyenne entre quatre et cinq mutations majeures, hyper critiques et de nature à initier le développement d'un clone cancéreux. Ces mutations hyper critiques portent, comme on s'en doute, sur différents points faibles du génome qui ont donc été découverts. La connaissance de ces points faibles génomiques devrait pouvoir être exploitée en thérapeutique, mais aussi pour le diagnostic. Toute mutation qui porte sur l'une de ces régions hyper critiques du génome est par conséquent considérée comme une mutation initiatrice ou promotrice de cancer.

Cependant, 5 % des cancers semblent ne présenter aucune mutation hyper critique, ce qui montre qu'il reste encore bien des progrès à accomplir.

« En fin de compte, ce que nous envisageons, c'est d'utiliser ces découvertes pour traiter chaque patient au cas par cas. On devrait réussir à mettre au point un traitement spécifique, adapté à la tumeur unique de chaque patient », a déclaré le Dr Peter Campbell, du Wellcome Sanger Institute (Cancer, vieillissement et mutations, établi à Cambridge).

Grâce aux méthodes modernes de « datation au carbone » appliquées aux modifications génomiques, les scientifiques ont réussi à estimer le temps de préparation (sorte d'incubation) d'un cancer : « Nous avons pu mettre au point les premières estimations chronologiques des mutations génomiques sur l'ensemble de tous les types de cancer », a annoncé le Dr Peter Van Loo de l'Institut Francis Crick (il est chef d'équipe de ce laboratoire de génomique du cancer établi à Londres).

C'est ainsi que l'on a pu montrer que plus d'un cancer sur cinq (plus de 20 %) pouvait se préparer (donc par des mutations successives) pendant des années, voire des décennies, avant qu'il ne commence véritablement à se développer.

Il devrait ainsi être possible de développer de nouveaux tests diagnostiques qui détecteraient les cancers beaucoup plus tôt. Il restera tout de même à bien faire la différence entre les mutations non critiques, qui pourront être ignorées sans danger, et celles qui sont au contraire hyper critiques et qu'il ne faudra pas manquer de détecter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 08/02/2020 - 16:29
A force de découvertes ( celles ci nous réjouissent bien sûr)
on finira par prolonger la vie jusqu'à 120 ans, puis, davantage encore, les gens mourront par accident, ou suicide, ou assassinat, ou alors passé un certain âge limite le commun des mortels ne sera plus soigné, "l'homme immortel " une science fiction de cauchemar ?
pale rider
- 07/02/2020 - 12:30
passionnant !
.