En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 9 heures 46 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 11 heures 19 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 13 heures 36 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 17 heures 28 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 17 heures 58 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 18 heures 37 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 19 heures 18 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 19 heures 43 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 20 heures 18 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 20 heures 32 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 10 heures 44 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 11 heures 40 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 17 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 18 heures 36 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 18 heures 52 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 19 heures 56 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 20 heures 19 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 20 heures 41 min
© JOHN THYS / AFP
© JOHN THYS / AFP
Transformation de l'Union européenne

Post-Brexit : plus d’Europe, moins d’Europe ou mieux d’Europe ?

Publié le 06 février 2020
Décidément, les élites europhiles peinent à entendre les messages envoyés par les peuples européens, notamment à l'occasion du Brexit.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Décidément, les élites europhiles peinent à entendre les messages envoyés par les peuples européens, notamment à l'occasion du Brexit.

Ce n'est pas seulement le discours d'Emmanuel Macron qui imprime cette aspiration. C'est une série de réactions, dont celle du "libéral" flamand Guy Verhofstadt, qui donnent le sentiment que la solution pour beaucoup passe par un renforcement de la technostructure européenne.

De façon assez étrange, le Brexit, qui constitue pourtant un désaveu fondamental, cinglant, sans appel, de la construction européenne telle qu’elle est conçue depuis au moins vingt ans, ne paraît pas ébranler les certitudes des élites europhiles qui ont conduit à cette rupture. Entre le discours d’Emmanuel Macron et la réaction d’un europhile convaincu comme Guy Verhofstadt, on ne donne pas cher des libertés publiques telles qu’elles ont vu le jour sur notre continent. 

Les élites europhiles ont-elles compris l’appel à l’identité et à la liberté ?

Parfois, on se pince en se demandant si l’on rêve ou si l’on est éveillé. Et, à l’immédiate issue de ce Brexit, on se pince encore et encore. 

Car les raisons qui ont poussé les Britanniques à exprimer le souhait de rompre avec l’Union Européenne en 2016 – raisons confirmées dans tous les autres scrutins qui ont suivi, avec constance, depuis cette date, ne laissent planer aucun doute sur les problèmes que la construction européenne pose aujourd’hui aux peuples de l’Union.

D’une part, la politique migratoire imposée par Angela Merkel de façon unilatérale a montré que les peuples du continent étaient désormais pieds et poings liés aux volontés prussiennes. Ce qui ne serait jamais arrivé à l’époque où la capitale allemande était Bonn, est devenu possible depuis que Berlin a repris sa place.

D’autre part, la dérive technocratique de l’Union, qui conduit à une multiplication, une prolifération de normes sur toutes choses et dans tous domaines, est massivement rejetée par les Européens. L’Europe fut conçue pour préserver les libertés. Elle en est aujourd’hui devenue la principale pourfendeuse. 

Ces appels clairs à plus de liberté et plus de souveraineté identitaire ne peuvent être plus explicites. En même temps, qu’ils sont significativement rejetés par les décideurs qui sont la principale cause de cette situation. 

Le « en même temps » macronien continue

On relira avec attention le discours d’Emmanuel Macron prononcé le soir du Brexit. Comme d’habitude, le Président français dresse des constats qui peuvent se tenir, mais ne propose aucune solution concrète en rapport avec ce diagnostic. 

Plus que jamais nous avons besoin d’Europe, soyons lucides. (…) Et donc je vous mentirais ce soir à vous dire que l’avenir de notre pays pourrait se bâtir dans moins d’Europe ou un retrait. Mais je suis conscient que l’Europe ne pourra continuer d’avancer que si nous la réformons en profondeur, pour la rendre plus souveraine, plus démocratique, plus proche de nos concitoyens et donc plus simple aussi dans son quotidien et que nous réussissions à rebâtir un projet européen plus clair pour vous toutes et tous. 

Tout est dans tout, et inversement. Nous avons besoin de plus d’Europe, mais il faut rebâtir un projet. Lequel?  On connaît les réponses macroniennes par avance. Elles sont toutes productrices de plus de réglementations, de plus de normes. 

Là où les peuples demandent une stratégie migratoire claire, une affirmation sans ambiguïté de nos valeurs collectives face aux revendications islamistes ou ultra-atlantistes, les élites continuent à parler technocratie et à chercher des réponses dans des normes libre-échangistes sans contrepartie. 

Le « libéral » Verhofstadt veut transformer l’Union Européenne en secte

Il faut peut-être aller chercher dans le discours de Guy Verhofstadt, qui se proclama libéral à une époque, les intentions cachées du discours d’Emmanuel Macron. L’ancien Premier Ministre belge propose de supprimer toute forme d’opt-in ou d’opt-out dans l’Union Européenne. Autrement dit, l’Union Européenne supprimerait de son fonctionnement toute possibilité d’aménagement de ses règles pour tel ou tel pays. 

Mais c’est précisément l’excès de rigidité qui a fait fuir les Britanniques. Si la seule chose que les « libéraux » européens retirent de ce départ à l’anglaise tient à l’excès de liberté laissé par l’Union, on n’est pas prêt de sauver l’Europe. Il est assez curieux de voir que certains cerveaux refusent de tirer avec autant d’obstination, d’arrogance, de certitude, les leçons les plus évidentes de l’histoire. 

Vers une implosion de l’Union européenne ?

En réalité, les élites au pouvoir ne veulent ni en démordre ni en tirer les leçons : à leurs yeux, le départ britannique relève de l’erreur, voire de la bêtise. En aucun cas, le dogme du « plus d’Europe » ne sera remis en cause. Au rythme de leur déni, l’Union européenne ne devrait pas tarder à imploser. 

On notera d’ailleurs que l’Union devrait réformer les règles d’adhésion pour contourner le veto français à l’entrée des pays balkaniques. Et voilà ! la France, qui s’imagine encore peser dans l’Union, devra bientôt constater que l’Allemagne continue à tour de bras à intégrer dans la construction communautaire de futurs partenaires commerciaux qui font tous le jeu des États-Unis et n’ont aucune envie de participer à un projet au-delà de leurs intérêts immédiats. 

C’est cette Europe-là que les Britanniques ont voulu quitter. C’est cette Europe-là qui constitue désormais notre horizon indépassable. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 08/02/2020 - 08:19
Un peu d'humanité!
Il serait cruel de demander à ceux qui ont fait de l'Europe un naufrage, d'imaginer la nouvelle. Ce ne sont pas les constructeurs de diligence qui ont inventé l'automobile.
J'accuse
- 06/02/2020 - 16:29
Plus, moins, mieux... ou pas du tout ?
"Europe" est l'exact synonyme d'idéologie technocratique, fédéraliste et libre-échangiste à outrance; et l'antonyme de souveraineté démocratique et de progrès social.
"Plus d'Europe" a donc le sens de "toujours plus de technocratie et toujours de moins de démocratie".
Au fond, je suis d'accord avec "plus d'Europe", dans le sens de ... plus du tout d'Europe.