En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 3 heures 8 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 4 heures 17 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 7 heures 48 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 8 heures 27 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 9 heures 57 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 10 heures 15 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 10 heures 22 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 10 heures 41 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 3 heures 57 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 4 heures 56 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 5 heures 36 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 7 heures 59 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 9 heures 14 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 10 heures 16 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 10 heures 32 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 10 heures 53 min
© Benjamin CREMEL / AFP
© Benjamin CREMEL / AFP
Conséquences insidieuses

Comment la société est prise en étau face au recul des libertés et face à la poussée des affirmations identitaires

Publié le 06 février 2020
Guylain Chevrier revient sur le sondage IFOP-Charlie Hebdo sur le droit au blasphème après l'affaire Mila. Guylain Chevrier était intervenu sur les ondes de Sud Radio lors d'une émission où Abdallah Zekri, délégué général du CFCM, était invité.
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier revient sur le sondage IFOP-Charlie Hebdo sur le droit au blasphème après l'affaire Mila. Guylain Chevrier était intervenu sur les ondes de Sud Radio lors d'une émission où Abdallah Zekri, délégué général du CFCM, était invité.

Atlantico.fr : Un sondage IFOP-Charlie Hebdo publié le 4 février montre que 50% des 2005 personnes interrogées sont contre le droit au blasphème et que 53% d'entre eux soutiennent Mila. De plus, des personnalités publiques comme Abdallah Zekri (délégué général du CFCM) se sont montrées virulentes a l'encontre de l'adolescente, utilisant l'expression "qui sème le vent récolte la tempête" pour dédouaner de toute responsabilité les détracteurs de Mila ou encore Damien Abad - élu Les Républicains -  qui a dit sur LCI : "Je souhaite la liberté d'expression la plus totale, mais quand elle est détournée pour créer de la haine anti-religieuse, alors oui, il y a une barrière à mettre."

Que pensez-vous de ce sondage ? Est-il inquiétant que 50% des Français se prononcent contre le droit au blasphème ? Qu'est-ce que cela dit de l'état de la liberté d'expression en France ?

Guylain Chevrier : Tout d’abord, et pour modérer la teneur de ce qui ressort ici à travers des chiffres, beaucoup de personnes qui n’ont pas suivi le pourquoi des propos de la jeune fille, on tendance à ne retenir que le caractère outrageant de sa réponse, rappelons-le à des insultes et des menaces de mort, et donc que le caractère d’irrespect de celle-ci. On en vient à confondre ainsi droit de critique des religions et d’outrage à ce qui n’est qu’une idée, celle de dieu, avec la discrimination des personnes pratiquant un culte. Mais en cela, elles ne font que reproduire les dires de Madame Belloubet, ministre de la justice, qui n’a rien fait d’autre avant de corriger le tir en étant rappelée à l’ordre par diverses voix venues de la société civile, et Mme Royal qui n’a pas fait mieux. Ayons à l’esprit que l’on peut de la même façon dire des injures envers l’athéisme, et il arrive fréquemment que des croyants envoient des grossièretés à leur dieu et blasphèment, lorsqu’ils ne sont pas contents.

C’est à l’image d’une société qui recule du point de vue des libertés et de la façon dont elles sont partagées, face à cette poussée des affirmations identitaires au cœur de laquelle se trouve l’islam communautariste, qu’on ne contrarie que peu sinon qu’on encourage au jeu du clientélisme politico-religieux. Les chiffres des actes xénophobes et racistes ont augmenté de 130% en 2019 en raison de « l’extrémisme identitaire » explique le ministère de l’Intérieur, ce qui devrait alerter. Les actes antisémites après avoir augmenté de 74% en 2018 augmentent encore de 27% en 2019. Il semble que l’on ne mesure plus bien ce qui se trouve au fondement de notre condition d’Homme libre, de citoyen, que représente le contenu de l’article 11 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme. Tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. » On ne se rappelle plus que Diderot a séjourné dans la prison de Vincennes en juillet 1749, suite à la publication de sa Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient, montrant clairement une vision matérialiste et athée, qui ne pouvait que le conduire en prison dans une période dominée par l’Eglise catholique. Il avait osé se questionner sur la place des aveugles dans la société, remettant en cause le dogme qui veut que seul Dieu décide de la place assignée à chacun, remettant ainsi en cause celle des indigents servant la bonne conscience d’une charité chrétienne bien ordonnée. Ou encore, que le roi, de droit divin, par simple « lettre de cachet » pouvait vous faire emprisonner à sa guise sans limite ni procès. 

Rappelons-nous que, lors des attentats de Charlie Hebdo, le Pape avait déclaré, relativement aux caricatures de Mahomet, que si on insultait sa mère il donnerait un coup de poing, pour illustrer sa défiance envers la liberté de pensée et d’expression. Monsieur Abdallah Zekri, délégué du CFCM, a dit à propos de la jeune fille qu’elle l’a bien cherché, en raison de sa parole critique, et donc d’être ainsi insultée et harcelée au nom de l’islam, de façon renversante. Qui du sommet de l’Etat a donc réagi aux propos de cet individu ? Néant. Pour soutenir cette jeune fille ? Pas plus. Ceci, alors qu’on lui a promis de la retrouver partout où elle irait, avec des menaces directes si elle revenait dans son lycée. Elle se trouve depuis déscolarisée.

Si les violences employées par les uns leur permettent d'avoir un statut protégé, n'y a-t-il pas un vrai danger d'escalade de la violence de la part des autres ? En refusant d'accepter le droit au blasphème, ces 50% de français ne sont-ils pas en train de rentrer dans une logique de peur et, de fait, de renforcer ses détracteurs ? Pourquoi un tel consentement ?

Les propos violents, jusqu’à dire « on va t’égorger », qui ne sont pas massivement dénoncés, alors que l’on s’attarde pour s’interroger sur le caractère plus ou moins irrespectueux des propos de Mila, doit nous inquiéter. On a tellement concédé au à l’idée qu’il serait sacré de répondre au besoin de lieu de culte des musulmans comme à un droit, au nom de l’égalité entre les religions qui n’existe dans aucune référence juridique, que l’on a induit que la France aurait comme une dette ici, qui intimiderait. On justifie le développement de ce que l’on appelle l’enseignement du fait religieux à l’école, en prétendant ainsi mieux intégrer d’abord par la prise en compte des différences au lieu des principes républicains, créant ainsi un climat d’intouchabilité dont on voit le résultat. D’autant que l’on ne cesse d’utiliser l’alibi colonial pour justifier d’aller dans ce sens, du sommet même de l’Etat, lorsque le président de la République fait le parallèle récemment entre la Shoah et les enjeux mémoriels de la guerre d’Algérie, hors de toute proportion, pour prendre les personnes issues de l’immigration maghrébine dans le sens du poil…

Face à la pression communautaire teintée de communautarisme qui coure, l’Etat ne répond pas voire entre dans son jeu. On encourage ainsi le repli des esprits et la peur, c’est certain, alors que nous sommes en pleine confusion. Le président de la République devant les évêques de France au Collège des Bernardins en avril 2018 a déclaré que le lien (de l’Etat) avec l’Eglise avait été abîmé et qu’il fallait le réparer. Dans le cadre du Grand débat, il a proposé d’amender la loi de séparation des Eglises et de l’Etat pour l‘adapter à l’islam et aux attentes des quartiers, ce qui n’a pu heureusement jusqu’alors aboutir. Il ne manque pas une occasion de jouer avec les religions alors que l’on attend depuis le début de sa mandature une déclaration claire sur la laïcité qui nous permette de revenir aux fondements républicains de notre lien social, en replaçant les religions à leur place, au même titre que les corps intermédiaires de notre société. Il n’est d’ailleurs pas surprenant que dans ces conditions 54 % des électeurs d’Emmanuel Macron soient favorables au délit de blasphème dans ce sondage. 

A la suite de ses propos, Mila a dû être déscolarisée et n'a toujours pas été accueillie dans un nouvel établissement. Peut-on parler de lâcheté de la part de l'éducation nationale ? Pourquoi un tel silence autour de ce problème ?

Lundi matin lors d'un point presse, Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, a assuré "aider" la lycéenne déscolarisée pour qu’elle retrouve un établissement qui l’accueille. Mais pourquoi ne peut-il pas dire qu’elle doit être rescolarisée dans son établissement et que les individus qui, le cas échéant, voudraient s’en prendre à elle seront poursuivis sans concession, tout en proposant une présence policière à l’abord de cet établissement ? On banalise et on encourage ainsi que se reproduisent ce genre de faits, et donc, on contribue ainsi à un climat d’intimidation vis-à-vis d’un islam revendicatif et vindicatif porté par certains, voire d’intention criminel envers ceux qui « blasphèment ».

Il faut dire aussi que bien des associations de défense des Droits de l’homme ou assimilées, promptes à se mobiliser pour les migrants ou pour les femmes voilées qui en revendiquent le port partout, organisations généralement identifiées à gauche, ne se bousculent pas pour défendre cette jeune fille, alors qu’elles lancent comme la Ligue des droits de l’Homme, des appels à manifester avec des militants de l’islam politique, tel que pour la manifestation du 10 novembre dernier dite contre « l’islamophobie », terme qui justifie le délit de blasphème. Elles ont signé récemment, Ligue des droits de l’Homme, Libre pensée, FCPE, Ligue de l’enseignement, CGT…,  une tribune avec le Collectif contre l’islamophobie en France (CCCIF), organisation proche des Frères musulmans dont on connait le rôle dans la promotion du communautarisme, à front renversé avec notre République laïque. Elles ont perdu depuis un bon moment le Nord.

La liberté de pensée et d’expression est fondamentale à un peuple de citoyens, pour qu’il puisse définir le destin commun de la nation, par-delà les différences et les attaches particulières de chacun. C’est ainsi un enjeu de liberté et de démocratie qu’une libre critique des religions et de toute chose puisse avoir cours, alors qu’il s’agit de continuer de garantir que le peuple soit bien toujours la source du pouvoir politique et non un dieu. C’est notre idée même de faire société ensemble qui est ici mise en question, et de la responsabilité de ceux qui nous gouvernent de rétablir une situation qui voit des libertés parmi les plus précieuses de l’homme être remise ne cause, désaffectées par une partie non négligeable de nos concitoyens. Ne pas le vouloir, c’est nous faire courir ce risque d’une séquence qui historiquement commence toujours ainsi, la défection des élites précédant le chaos.

Pour découvrir l'analyse d'Edouard Husson et d'Yves Michaud sur ce sujet, retrouvez cet article publié sur Atlantico : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 18/02/2020 - 12:00
Sic transit...
Nombre d'articles me font penser à Symmaque, et leur combat sera aussi vain que celui de l'aristocrate romain du IV°siècle !
Le nombre a toujours été le facteur primordial de l'histoire des peuples, comme il y a toujours eu des "idiots utiles", par intérêt, par conviction ou les deux, mais toujours aussi utiles qu'idiots!
Où se situe Macron d'après vous?
Onc Donald
- 09/02/2020 - 12:07
islam
Y a t'il mieux que l'expression " le ver est dans le fruit", pour illustrer simplement l'état actuel des choses à ce sujet ?
Des gouvernements successifs, en particulier de gauche, ont laissé s'installer insidieusement et progressivement dans notre pays un islam revendicatif et de plus en plus vindicatif auquel on accorde sans réaction aucune l'incitation au meurtre !
C'est sans doute par laxisme, un peu aussi pour se donner bonne conscience également parce qu'il est de bon ton d'afficher compassion et empathie vis à vis de ceux qui se présentent comme victimes et laissés pour compte, que nous en sommes là à l'heure actuelle.
C'est bien triste pour notre pays et pour les enfants qui nous succèdent .
L'Imprécateur
- 07/02/2020 - 04:22
L'Etat coupable d'islamophilie...
Macron ayant d'une part dit que la colonisation était un crime contre l'humanité, d'autre part que la Guerre d'Algérie était de même nature que la Shoah, est personnellement et directement responsable en général de la possible création d'un nation islamique en France, en particulier de ce qui arrive à Mila.
Quant à M. ZEKRI, il devrait être mis en examen pour incitation au meurtre.