En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 2 heures 15 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 6 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 8 heures 1 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 9 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 10 heures 4 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 11 heures 35 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 11 heures 37 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 11 heures 38 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 4 heures 43 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 30 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 8 heures 41 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 22 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 11 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 11 heures 36 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 11 heures 40 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Transport boudé par les usagers

La sécurité, ce critère oublié sans lequel la relance des trains de nuit ne pourra pas marcher

Publié le 05 février 2020
Face à la montée grandissante d’une conscience écologique et d'une mise au ban du transport aérien, les trains de nuit reviennent au cœur du débat.
Alain Bonnafous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bonnafous est Professeur Emérite de l’Université de Lyon et chercheur au Laboratoire d’Economie des Transports dont il a été le premier directeur. Auteur de nombreuses publications, il a été lauréat du « Jules Dupuit Award » de la World Conference...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à la montée grandissante d’une conscience écologique et d'une mise au ban du transport aérien, les trains de nuit reviennent au cœur du débat.

Atlantico.fr : Le réseau de train de nuit n’a cessé de se réduire en France. En 2020, seulement deux lignes sont encore en activité. Ce mode de transport populaire dans les souvenirs de chacun a connu une désaffection des voyageurs, il a connu une chute de sa fréquentation de 25% entre 2011 et 2016. À quoi a été dû un tel désamour ? Le problème central n'est-il pas à l'insécurité des trains de nuit ?

Alain Bonnafous : En effet, ce type de service n’a cessé de perdre des parts de marché à mesure que l’aérien s’est développé et que les lignes à grande vitesse ont couvert le territoire là où les trains de nuit se remplissaient encore. Ce repli historique, qui n’est pas propre à la France, a été jalonné par l’abandon en 2012 de la marque Lunéa par la SNCF qui desservait depuis Paris presque toutes les régions françaises ; puis en2016 par la décision de l’Etat de ne plus assurer d’autre desserte que Paris-Briançon (pour les skieurs en particulier) et Paris-Occitanie (vers Rodez d’une part et La Tour de Carol via Toulouse d’autre part). Enfin, par le très symbolique abandon du Paris-Nice en 2018. Il reste une ligne qui semble solide qui est celle de Paris-Venise exploitée par Thello, une filiale privée de l’opérateur public Trenitalia et de Transdev qui a repris l’activité de la Compagnie Internationale des Wagons-lits sur cette liaison.

Je ne pense pas que le problème de sécurité soit la véritable explication de cette désaffection. Il semble que la concurrence de l’aérien et du TGV, avec des tarifs qui peuvent être très attractifs sous certaines conditions, soit la principale explication. D’autant que s’y ajoutent les « cars Macron » et le co-voiturage, en particulier pour la clientèle jeune et à faible revenu. Lorsque se sont conjuguées ces baisses de trafic et l’augmentation des coûts de production de la SNCF (inscrite dans sa réglementation sociale), ces services sont systématiquement passés dans le rouge. Il ne reste ainsi que le train pour les skieurs (qui gagnent deux nuitées coûteuses en station) et les trains de nuit vers l’Occitanie subventionnés par cette région.

Après de nombreux investissements pour améliorer les temps de trajet entre les différentes villes, n’est-ce pas un retour en arrière ? Les entreprises privées comme Flixbus (l’entreprise a proposé de relancer la ligne Paris-Nice) peuvent-elles prendre le relai de la SNCF et essuyer les plâtres de la rentabilité ?

Selon les aveux officiels de la SNCF, diffusés lors des grèves de la réforme du ferroviaire en 2018, ce que la société nomme elle-même « l’écart de compétitivité de la SNCF » est évalué à un surcoût de 27 %. On peut imaginer qu’un opérateur qui a un niveau normal de compétitivité puisse dans certains cas compenser le déficit observé avec les coûts de production de la SNCF. Dans un domaine proche, on a vu des trains de la vie quotidienne remis en service par des opérateurs privés là où les coûts de l’opérateur historique avaient conduit à leur abandon, en particulier en Allemagne ou en Suède. Pourquoi pas sur quelques trains de nuit avec une ouverture effective à la concurrence ?

Cela suppose cependant que les plans d’affaire soient convenablement établis et que l’on appréhende convenablement les cibles commerciales (les jeunes, les touristes, les navetteurs hebdomadaires,...).

La député Karima Delli, présidente EELV de la commission transport au Parlement européen va émettre l’idée d’une taxe kérosène sur le transport aérien pour subventionner le train de nuit. Taxer le transport aérien pour financer des projets qui mettront des années à voir le jour ne va-t-il pas se répercuter sur le consommateur ?

C’est assez illustratif de ce que j’appelle « le populisme écologiste » : on taxe le méchant pollueur et on subventionne le gentil. Cela plait dans les bistrots de lycéens. On ne se pose même pas la question de savoir si le gentil pollue moins que le méchant. Cela me rappelle un résultat établi par un institut allemand de recherche de très bon niveau qui a fait le bilan carbone du transfert d’un camion (le méchant) sur un train de transport combiné (le gentil) pour différentes liaisons. Pour une liaison de type Calais-Marseille le bilan est fortement positif, pour une liaison Munich-Milan, il est toujours négatif (même avec un taux de remplissage du train de 150 % !). Cela s’explique évidemment par le bilan carbone comparé d’une électricité principalement électronucléaire et d’une électricité principalement fossile. 

Sur un même trajet, que l’on fasse donc un bilan carbone entre un train de nuit mal rempli et un autocar de Munich à Milan et, pourquoi pas, avec un moyen-courrier récent et bien rempli. Au moins saura-t-on ce que sont les enjeux. 

Mais le problème avec les suggestions des écologistes c’est qu’il y a bien une anomalie quelque part qui appelle un remède. Dans ce cas, il s’agit de la sous-taxation du kérosène qui est un vieux problème commun à l’économie des transports et à l’économie de l’environnement. Deux évidences sont admises par la communauté scientifique :

1) Une taxation cohérente avec toutes les autres taxations carbones est évidement souhaitable pour l’aérien mais elle n’a de sens que si elle est acceptée mondialement, à défaut de quoi, ceux qui en seraient exonérés chasseraient rapidement ceux qui y seraient soumis avec, donc, toutes les chances de favoriser dans la durée les plus pollueurs. Le remède serait alors pire que le mal.

2) A supposer que la taxation globale soit mise en œuvre, ce qui devrait arriver un jour dans l’après Trump, il faut être aussi fort que Greta Thunberg pour démontrer que le meilleur usage pour l’environnement de la recette additionnelle soit de subventionner des trains de nuit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires