En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 5 heures 30 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 6 heures 58 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 11 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 17 heures 4 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 17 heures 21 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 6 heures 15 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 13 heures 16 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 15 heures 41 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 16 heures 3 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 16 heures 20 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 16 heures 50 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 17 heures 9 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 17 heures 22 min
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Bonnes feuilles

De l’urgence de retrouver le vrai libéralisme face à la crise de défiance et après le mouvement des Gilets jaunes

Publié le 02 février 2020
Ivan Rioufol publie "Les Traîtres" chez Pierre-Guillaume de Roux Editions. A la source du malheur français, il y a des traîtres. Cela fait quarante ans et plus qu'ils abusent de la confiance des électeurs et saccagent la nation. Le peuple en colère ne se taira pas de sitôt. Extrait 2/2.
Ivan Rioufol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ivan Rioufol est essayiste et éditorialiste au Figaro. Il tient quotidiennement le blog Liberté d'expression. Il vient de publier un nouvel ouvrage, La guerre civile qui vient (Editions Pierre-Guillaume De Roux).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ivan Rioufol publie "Les Traîtres" chez Pierre-Guillaume de Roux Editions. A la source du malheur français, il y a des traîtres. Cela fait quarante ans et plus qu'ils abusent de la confiance des électeurs et saccagent la nation. Le peuple en colère ne se taira pas de sitôt. Extrait 2/2.

Cette révolution conservatrice et nationale s’égarerait cependant si elle devait suivre les mots d’ordre éculés contre le libéralisme, responsable présumé des maux de la France. Ce prêt-à-penser est celui que la gauche et ses syndicats à la ramasse ont tenté de faire passer, sous les gilets jaunes qu’ils ont tardivement endossés après avoir copieusement insulté les pionniers de la révolte. Mais ce procès, si peu original, est une farce : quel est ce pays prétendument libéral, qui compte six millions de fonctionnaires, consacre 57 % de sa richesse à la dépense publique et ne cesse d’appauvrir ses citoyens, essorés par l’impôt et les taxes ? Rien n’est plus urgent, au contraire, que de redécouvrir ce qu’est le vrai libéralisme, qui préserve de la pensée totalitaire. Il est vain de vouloir opposer le libéralisme au populisme. Ces deux notions vont de pair, à la condition de savoir de quoi l’on parle. 

Avant d’être récupérés par la gauche et l’extrême gauche, les premiers Gilets jaunes sont à cent lieues des chapelets antiques sur la lutte des classes et le combat anticapitaliste. Quand Jacline Mouraud, une des premières figures de la contestation, interpelle Macron : « Qu’est-ce que vous faites de notre pognon ? », elle pose en creux la question de l’utilité de l’État providence que veulent perpétuer les adeptes de l’interventionnisme d’État. Or, cela fait longtemps que cet État providence, né dans la France soudée de l’après-guerre, consacre une partie de sa fortune colossale à tenter d’acheter, en vain, la paix sociale de la nouvelle France. La trop sage classe moyenne est sommée de payer toujours plus pour recevoir toujours moins. Cette injustice est celle de l’État Léviathan, et non celle du libéralisme. 

D’ailleurs, jamais, dans les premières semaines, le patronat n’a été une cible pour les manifestants, uniquement préoccupés par leur pouvoir d’achat et l’accumulation des taxes confiscatoires. Certains des premiers Gilets jaunes que je rencontre sont ces petits patrons et ces petits commerçants assommés par les charges et les impôts, qui réclament plus d’initiatives décentralisées et moins d’État jacobin. Si, par la suite, sous la pression des récupérations syndicales, certains parcours du samedi passeront sous les fenêtres du MEDEF, avec quelques « Ouh ! Ouh ! », jamais il n’y aura, à ma connaissance, de tentatives d’intrusions dans les locaux ni de dégradations des façades. 

Dans son essence, le mouvement des Gilets jaunes s’est inscrit dans la lignée de la pensée libérale traditionnelle, réclamant moins d’impôts, moins de taxes, moins d’État, moins de réglementations, plus de proximité, plus de localisme, plus de pragmatisme. Le progressisme ne se reconnaît pas dans les premiers pas des Oubliés car ceux-ci lui tournent le dos. Quand le leader de la CGT, Philippe Martinez, déclare ce 12 septembre 2019, oubliant ses premières critiques assassines : « On est proche de ces gens-là », en défendant en même temps les privilèges nés du régime spécial des retraites à la RATP, il confirme qu’il n’a rien saisi du besoin d’équité qui aiguillonne le mouvement. 

C’est le Système asphyxié qui est rejeté par les révoltés du 17 novembre 2018, parmi lesquels les fonctionnaires seront absents, ou en tout cas minoritaires. Le succès des Gilets jaunes est d’abord celui d’initiatives privées, d’audaces individuelles, de solidarités territoriales, locales, claniques, venues d’une France ayant préservé ses capacités d’inventions et de survie. Derrière les prétendus « beaufs » se révèlent des citoyens maîtrisant parfaitement les réseaux sociaux, y compris à des fins déstabilisatrices. Cette France abandonnée a appris depuis longtemps, grâce au système D, à développer des économies parallèles, des relations d’entraide et de gratuité, des échanges par troc, des mises en commun (covoiture, colocation, etc.). Elle a redécouvert le « nous » en rejetant le « je ». Elle veut « des liens et non des biens », comme l’a vu aussi le député (LFI) François Ruffin. Elle est la source des économies décentralisées et autonomes de demain.

De cette France bricoleuse, maligne et inventive, sont sortis, par exemple, Franky Zapata et sa drôle de machine à voler, lors du défilé du 14 juillet 2019. À force d’entêtement et sans aucune aide, le Marseillais a réussi à mettre au point son Flyboard Air qui a lui a permis de survoler, debout sur son socle propulsé, le défilé miliaire. C’est sur ce même engin, né de son cerveau et de sa ténacité, que cet ingénieur amateur traversera la Manche, quelques semaines plus tard. Mais qui peut douter des formidables talents que recèle la France ?

L’initiative privée est autrement plus efficace que l’État stratège, qui a réussi l’exploit de désindustrialiser le pays et de lier sa croissance a un endettement toujours plus élevé. 

C’est au cœur de cette société civile solidaire, en rupture avec les syndicats et plus généralement les corps intermédiaires devenus des boulets, que la pensée libérale a sa légitimité, en réaction à l’État intrusif et incompétent qui prétend avoir un avis sur tout. Cette pensée libérale s’y déploie comme un poisson dans l’eau. Elle  est indispensable, dans l’élaboration d’un projet alternatif destiné à remettre à sa place un pouvoir politique dépassé par les faits. Cette pensée libérale doit devenir la clé de voûte qui garantira d’éviter les dérives totalitaires et autoritaires qui ont marqué des décennies d’un progressisme sans repères, répétant dans le vide : « Je pense, donc tu me suis. » Remarquons que les 17 milliards d’euros que l’État a lâchés pour tenter d’apaiser la colère de la rue n’ont pas étouffé les braises. L’incendie ne s’éteindra pas par de l’argent mais par un nouveau projet en adéquation avec les nouvelles attentes des gens. 

Ce qui est à rejeter, en revanche, c’est ce que le macronisme mercantile a continué à faire du libéralisme économique, mis au service de la mondialisation, du libéralisme politique et d’une société sans limites, construite sur une fascination naïve pour un progrès sans boussole. Ce qui est à rejeter n’est pas le libéralisme, cet ADN de la pensée française, mais le néolibéralisme, qui s’est perdu, au fil des ans, dans la libre circulation liquide des capitaux, des produits, et des hommes, sans plus de distinctions entre eux. 

Ceux qui critiquent le néolibéralisme débridé ont raison de lui imputer la destruction des emplois, la destruction de l’industrie, la destruction de l’agriculture et la destruction de la croissance. À partir de 1974, l’instauration en continu d’un libre-échange mondialiste a été la cause des délocalisations et de la désindustrialisation française. Il a été poussé à son extrême par Macron et les intérêts financiers qui ont soutenu sa candidature. Mais le libéralisme n’a rien à voir avec cette débandade. 

Si l’Union européenne est critiquable, ce n’est pas pour son libéralisme quand il est tempéré.

Elle est critiquable pour son ouverture à tous les vents, au prétexte que ses valeurs l’inviteraient à rejeter les repliements, les frontières et les protections. Le protectionnisme a un sens quand il vise à se garder de désordres engendrés par l’absence de toute régulation réelle à l’échelle planétaire. Le prix Nobel d’économie, Maurice Allais, le remarquait, dès 2005 : « Les perversions du socialisme ont entraîné l’effondrement des sociétés de l’Est. Mais les perversions laissez-fairistes du prétendu libéralisme de ces trente dernières années nous ont menés au bord de l’effondrement de la société française. » L’effondrement est désormais sous nos pieds.

Extrait du livre d'Ivan Rioufol, "Les Traîtres", publié chez Pierre-Guillaume de Roux Editions

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gastoch
- 02/02/2020 - 18:22
Tellement vrai
Il n'y a aucun libéralisme en France. Nib, zéro, zob. La croissance est faite de taxes et d'allocs en tous genre. Ceux qui dirigent le pays sont tous, soit des parasites socialo étatistes, soit des courtisans des premiers. Les Bernard Arnault Xavier Niel et consort. Tout le medef et les bétonneurs qui s'engraissent de commande publique ou vendent à l'immigration sauvage aux frais du contribuable. L'explication du faible succès des entreprises françaises hors des frontières? L'étatisme et l'entre soi bien fragiles face aux géants rompus au vent du large. Les entreprises moyennes accablées par les socialo.
Hiris
- 02/02/2020 - 14:55
Merci pour cette piqure de rappel
Qui remet dans l axe un certain nombre de paramètres de bon sens que l on n entends plus nulle part .Plus efficace et moins cher qu' une séance psy ,il appelle l espoir que tout n est pas foutu...