En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 min 54 sec
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 5 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 6 heures 24 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 7 heures 46 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 9 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 10 heures 20 sec
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 10 heures 31 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 11 heures 7 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 11 heures 23 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 3 heures 31 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 6 heures 45 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 8 heures 43 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 9 heures 7 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 9 heures 39 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 10 heures 10 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 11 heures 17 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 11 heures 25 min
© Capture d'écran Instagram
© Capture d'écran Instagram
Liberté d'expression sur les réseaux sociaux

Comment l'incident lié aux propos de Nicole Belloubet sur l'affaire Mila a-t-il-pu devenir une affaire d'Etat ?

Publié le 01 février 2020
La ministre de la Justice Nicole Belloubet est critiquée depuis son entretien et ses propos sur l'affaire Mila sur les ondes d'Europe 1. Bertrand Vergely revient sur ce sujet.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ministre de la Justice Nicole Belloubet est critiquée depuis son entretien et ses propos sur l'affaire Mila sur les ondes d'Europe 1. Bertrand Vergely revient sur ce sujet.

Une jeune adolescente, Mila, tient des propos sur les réseaux sociaux dans lesquels elle exprime sa détestation de l’Islam.  Immédiatement, elle fait l’objet d’une réaction extrêmement violente de la part des milieux islamistes qui la menacent de mort. Interrogée sur cette affaire au micro d’une radio, Nicole Belloubet, garde des sceaux, voit dans la sortie de la jeune Mila : « une insulte à la liberté de conscience », propos qu’elle retire un peu plus tard en le qualifiant de  « déplacé ». Cette série d’incidents invite à s’interroger : comment en est-on arrivé là ? Comme un incident aussi dépourvu d’intérêt a-t-il pu devenir une affaire d’État ? 

Quand une adolescente clame sa détestation de l’islam en assimilant islam et violence, celle-ci exprime une attitude qui va bien au-delà de l’islamophobie que l’on trouve malheureusement partout. 

Depuis les attentats contre Charlie hebdo et le Bataclan, il est évident que, parmi les musulmans certains sont tentés par la violence. Pourtant il existe un discours persistant consistant à dire : « Pas d’amalgame. L’islam et le terrorisme,  rien à voir. Halte à l’islamophobie ». Propos surréalistes. 

Alors même que le terrorisme musulman  clame ouvertement son appartenance à l’islam en prétendant incarner la pureté de sa doctrine et de ses prescriptions, l’intelligentsia bien pensante qui ne connaît rien à l’islam prétend le contraire. Cet aveuglement n’est pas un hasard. 

Depuis longtemps déjà l’intelligentsia bien pensante aime bien simplifier les choses en recourant à une grille d’analyse manichéenne fondée sur trois principes : 1) La gauche c‘est  le bien, la droite le mal. 2) Le musulman c’est l’opprimé, la France l’oppresseur parce que le colonisateur. 3) Quand un musulman devient un terroriste, le musulman étant un opprimé et un opprimé ne pouvant pas semer la terreur, la violence de ce musulman n’a rien à voir avec l’islam et la gauche se doit de le clamer haut et fort afin de défendre l’opprimé. Résultat : l’islam devenant incritiquable, celui-ci devient une religion d’exception. Devenant une religion d’exception à qui on pardonne sa violence, celui-ci se fait détester. Cette détestation, le politiquement correct en est la cause, mais pas seulement. L’anticatholicisme tenace en est aussi responsable.  

En France, on peut clamer sur les réseaux sociaux que le catholicisme est une religion de haine à cause des croisades, criminelle à cause des prêtres pédophiles et mortifère à cause d’un passé doloriste, moraliste et culpabilisateur,  on ne risque rien. On ne va pas être menacé de mort. Au contraire, on va être salué comme un défenseur respectable de la laïcité et de la liberté de conscience. Résultat : l’islamophobie étant un délit mais par la christianophobie, ce sentiment d’injustice finit par créer un rejet grandissant de l’islam. 

Enfin, outre l’aveuglement de la gauche et l’anticatholicisme tenace de la société française, la confusion des esprits palpable dans les propos de la garde des sceaux  Nicole Belloubet, explique la haine envers l’islam. 

 Par principe, la laïcité renvoie au fait qu’il n’y a plus de religion d’État en France, un point c’est tout. Cela veut dire que si la société décide d’être catholique, cela ne regarde pas l’État ; si elle décide de devenir musulmane, non plus. On dit que la laïcité repose sur la liberté de conscience. Oui et non. Quand la liberté de conscience consiste à vivre dans un pays où l’État n’impose ni une religion officielle ni une idéologie politique officielle, effectivement, la laïcité repose sur la liberté de conscience. Mais la liberté de conscience ne consiste pas à penser, croire et exprimer ce que l’on veut. Il n’y a pas de liberté sans limite, c’est impossible. Ainsi la loi républicaine qui interdit que l’État s’occupe de diriger nos pensées, interdit également que l’on propage des idées haineuses attisant la discorde collective. Dans le cas de la jeune Mila, Par les propos qu’elle a tenus afin de commenter les déclarations de la jeune Mila, Nicole Belloubet n’a respecté ni le principe de la laïcité ni la loi qui interdit de propager la haine.

Quand Nicole Belloubet explique que détester l’islam revient à remettre en question la liberté de conscience, elle ne respecte pas la laïcité. Si l’islam était l’essence de la liberté de conscience, attaquer l’islam reviendrait à attaquer la liberté de conscience. Nicole Belloubet aurait alors eu raison de voir dans une attaque menée contre l’islam, une attaque contre la liberté de conscience. Or, tel n’est pas le cas. L’islam n’est pas l’essence de la liberté de conscience et attaquer l’islam ne revient pas à attaquer la liberté de conscience. Aussi faut-il regarder les choses en face : En confondant islam et liberté de conscience,  Nicole Belloubet a fait comme si l’islam était l’essence absolue de la liberté de l’humanité. Elle a fait de l’islam non seulement la religion d’État de la France mais la religion universelle du monde entier. 

Cette confusion est lisible dans le commentaire de Nicole Belloubet à propos des déclarations de la jeune Mila. La ministre parle d’une insulte à la liberté de conscience. Quand la jeune Mila propage sa détestation de l’islam, elle propage des propos contraire à l’ordre public. Elle n’insulte pas la liberté de conscience. Or, la garde des sceaux la traite comme si elle avait blasphémé. À l’évidence, il y a une confusion à propos du sacré. Voulant que l’on respecte l’islam, la ministre confond laïcité, liberté de conscience et respect de l’islam en faisant du respect de la liberté de conscience le fondement du respect de l’islam et du respect de l’islam le fondement de la liberté de conscience. D’où la réduction des propos de la jeune Mila à une transgression de type blasphématoire, l’insulte à l’islam devenant une insulte à la liberté de conscience.  Qu’on ne soit pas trop dur avec Nicole Belloubet, c’est ce qui traîne partout, la critique de l’islam dans l’espace public relevant aux yeux du politiquement correct d’une attaque non seulement contre l’islam mais contre la démocratie et la laïcité.  

Il ne sera pas facile de sortir de l’enfer dans lequel nous précipite la liberté d’expression des réseaux sociaux. Toutefois, cela n’est pas impossible, si l’on a la sagesse d’obéir à trois règles. 

Un intellectuel musulman a dit un jour sur les ondes qu’il faut arrêter de dire que l’islam et la violence n’ont rien à voir. Si la très grande majorité des musulmans ont un sens de Dieu admirable ainsi qu’une profonde tradition d’hospitalité, certains versets du Coran sont d’une violence telle qu’ils peuvent légitimer la violence religieuse. Le christianisme est fort quand il reconnaît qu’une certaine théologie conduit directement à l’Inquisition. Il fait froid dans le dos, quand il légitime cette même inquisition. L’islam sera fort si celui-ci est capable de reconnaître qu’il a, pour une partie de lui-même, un problème avec la violence. On est fort quand on est capable de reconnaître ses erreurs et ses faiblesses. Imaginons qu’un jour l’islam dise que oui, il a un problème avec la violence. Il sera sauvé et le monde avec lui. Ce discours est tenu aujourd’hui par un certain nombre de femmes musulmanes. Condamnées à mort pour cela, certaines le paient cher. Il faut espérer que leur voix s’amplifie. 

Si l’islam doit faire un effort, l’Occident doit en faire un également en arrêtant de croire et de faire croire que le droit au blasphème est le fondement de la liberté républicaine. Quand on pense que  pouvoir insulter la religion du voisin est une marque de liberté, on n’est pas libre, On n’est pas libre, on est bête et grossier. Certes, la République repose sur le fait de ne pas imposer une règle en matière de croyance religieuse. Cela ne signifie pas pour autant que la liberté de croire ou de ne pas croire a le droit d’imposer ce que bon lui chante. S’il importe de s’opposer à la dictature de la religion officielle, il convient tout autant de s’opposer à la tyrannie individuelle. Plus on pensera comme certains intellectuels, journaliste et politiques et artistes que le droit au blasphème est le garant de la liberté républicaine plus on légitimera la bêtise et la grossièreté des réseaux et la violence de l’aveuglement religieux qui entend les châtier par la mort. 

Enfin, il va falloir peut-être un jour revenir sur notre conception de la laïcité. Depuis la révolution Française et la Déclaration universelle des droits de l’Homme, nous pensons que la laïcité repose sur la liberté de croire et de penser ce que l’on veut. Il s’agit à d’une erreur. La liberté de croire et de penser ce que l’on veut repose sur le libertinage lequel n’entend  nullement croire et penser ce qu’il veut mais imposer le libertinage comme idéologie dominante en chassant le religieux. Loin d’être une formule d’apaisement, il s’agit là d’une formule de guerre dont on peut mesurer les effets désastreux aujourd’hui, la libre pensée entraînant le droit au blasphème et la droit au blasphème la violence religieuse. Les propos de Nicole Belloubet en témoignent. Quand celle-ci fait de la liberté de conscience un principe sacré, en pensant défendre les musulmans, elle fait le jeu de la violence religieuse qui condamne à mort. La République repose sur la loi et le respect de la loi. Au lieu de vouloir voler au secours des musulmans attaqués par la jeune Mila, Nicole Belloubet aurait simplement dit qu’elle n’est pas là pour parler de religion mais pour faire respecter l’ordre public, elle aurait été laïque. En voulant trop bien faire et luter contre la haine, elle est sortie du rôle qui est le sien. Il est beaucoup question aujourd’hui de lutter contre la haine. Apprenons à respecter la loi. On fera beaucoup pour lutter contre la haine. On cessera de s’agiter en tout sens en semant la haine malgré soi. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mta
- 06/02/2020 - 15:51
Que dit Monsieur Vergely :
Que dit Monsieur Vergely : "Apprenons à respecter la loi. On fera beaucoup pour lutter contre la haine. On cessera de s’agiter en tout sens en semant la haine malgré soi."
et que dit la loi : "La libre communication des pensées et opinions est un des droits les plus précieux de l'homme... sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi" !
Si donc la liberté d'expression n'est pas un droit absolu, c'est parce qu'il est aussi et d'abord du devoir d'un citoyen qui se respecte d'être, par là même, respectueux des personnes.
Or, nous savons tous que la paix civile est à ce prix.
Quant à chasser le religieux il revient au galop et pas du meilleur trot.
L'invective et l'injure via les réseaux sociaux en sont la triste démonstration qui ne profite à personne.
jurgio
- 01/02/2020 - 14:37
Le cruel dilemme de la laïcité
Il y a longtemps que le nom de laïcité n'a plus son sens premier. Il est curieux qu'en proposant la liberté de penser, les législateurs ont cru apaiser tout le monde, ignorant qu'ils libéraient ainsi toutes les consciences. Tant qu'il y eut une religion dominante, cela se passa bien, surtout après le compromis de 1905. Mais il ne faut pas être dupes aujourd'hui quand, après un fort affaiblissement de la première, une nouvelle veut se revitaliser et prendre le premier rôle. On devine que la liberté de penser ne profite pas forcément au bien, et qu'on peut logiquement s'attendre à ce que les divers gouvernements qui ont jadis régi le pays ont eu beaucoup de mal à circonscrire : les querelles religieuses, voire les guerres civiles.
evgueniesokolof
- 01/02/2020 - 13:24
Ce qu'écrit ce type est
proprement scandaleux
Cette seule phrase suffit
"La liberté de croire et de penser ce que l’on veut repose sur le libertinage lequel n’entend nullement croire et penser ce qu’il veut mais imposer le libertinage comme idéologie dominante en chassant le religieux."
Ahurissant!!!!