En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Des iPads dans les cockpits ?

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 2 heures 3 sec
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 7 heures 45 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 8 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 9 heures 48 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 11 heures 20 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 11 heures 21 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 11 heures 22 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 4 heures 27 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 8 heures 25 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 6 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 10 heures 51 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 11 heures 20 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 11 heures 24 min
© MANDEL NGAN / AFP
© MANDEL NGAN / AFP
Des chimères aux dures réalités

Pourquoi le Plan Trump pourrait bien être la dernière chance pour les Palestiniens de disposer d’un Etat

Publié le 30 janvier 2020
Le Plan Trump pour la Paix au Moyen-Orient vient d’être révélé. Son contenu, les modalités de sa présentation et son accueil favorable par les pays arabes du Golfe, le Royaume-Uni ou les pays de l’Est européen, en font un événement sans précédent. Les deux prétendants au siège de premier Ministre en Israël en ont immédiatement accepté le principe.
Hagay Sobol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hagay Sobol est vice-président du Think tank Le Mouvement et est devenu Préisdent d'honneur du Centre Culturel Edmond Fleg. Il est professeur des Universités et médecin des Hôpitaux. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Plan Trump pour la Paix au Moyen-Orient vient d’être révélé. Son contenu, les modalités de sa présentation et son accueil favorable par les pays arabes du Golfe, le Royaume-Uni ou les pays de l’Est européen, en font un événement sans précédent. Les deux prétendants au siège de premier Ministre en Israël en ont immédiatement accepté le principe.

Désormais, rien ne pourra plus être comme avant. Aussi, un refus total des palestiniens risque fort de les isoler définitivement sur la scène internationale, repoussant d’autant la création d’un Etat palestinien. 

Mythe ou réalité

Le « deal du siècle » qui doit beaucoup à Jared Kushner, conseiller spécial et gendre du Président, vient d’être présenté par Donal Trump. Telle l’Arlésienne, on en parlait sans jamais l’avoir lu, jusqu’à douter de son existence. Précédé par une longue séquence, à la dramaturgie complexe, faite de fausses pistes, de fuites savamment orchestrées, jalonnées d’actions contraignantes, l’arrêt de l’aide financière américaine à l’Autorité Palestinienne (AP), ou de faits accomplis, telle la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, pour bien marquer la détermination de l’homme le plus puissant de la planète. 

La méthode est inédite et le contenu détaillé, un document de 180 pages, avec cartes à l’appui. Même si l’on y est opposé, l’initiative démontre un travail sérieux prenant à bras le corps des problèmes réputés insolubles et une volonté réelle de proposer des solutions applicables, là où tant d’autres ont échoué. Le prix à payer pour chacun des protagonistes, israéliens et palestiniens, sera de renoncer à des rêves irréalisables mais en répondant à leurs aspirations fondamentales légitimes, c’est-à-dire, la sécurité et les aspirations nationales.  

Ce que dit le plan

Pour l’essentiel, le plan respecte la solution à deux Etats en prônant la création d’une Palestine démilitarisée qui ne pourra pas menacer Israël. Jérusalem restera la capitale d’Israël. Les quartiers Est de la ville, à majorité arabe, deviendront palestiniens qui pourront y établir leur capitale. Les USA y ouvriront une ambassade. L’Etat palestinien sera contigu avec des aménagements sous formes de routes ou de tunnel pour relier Gaza à la Cisjordanie par exemple. Cependant, la superficie sera moindre que ce que l’Autorité Palestinienne (AP) aurait pu obtenir si elle avait accepté les précédentes positions (70% de la Cisjordanie).

Le document américain prend acte des réalités sur le terrain et inclus des propositions ayant fait consensus lors les précédentes négociations. A savoir, la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur les principaux blocs d’implantation en Judée et Samarie (Cisjordanie) avec échanges de territoires israéliens de superficie équivalente sans que personne ne soit déraciné de son foyer.

De plus, les palestiniens devront reconnaitre le caractère juif de l’Etat Hébreu, renoncer au terrorisme et au « droit au retour ». Les « réfugiés arabes de 1948 » pourront habiter la Palestine nouvellement créée ou rester dans leurs pays de résidence actuels. De leur côté, les israéliens devront arrêter toutes les constructions dans les territoires palestiniens.

Afin de générer une dynamique et un cercle vertueux ne dépendant pas des subsides des Etats  opposés au plan de paix, tel l’Iran, un volet économique d’un montant de 50 milliards de dollars accompagnera le dispositif. L’objectif est de sortir israéliens et palestiniens du cercle infernal du conflit vers une logique de cohabitation pacifique en améliorant la qualité de vie par la création de richesse, laquelle bénéficiera à toute la région.

Des chimères aux dures réalités

On pourra toujours opposer à ce plan, la position classique des lignes de 1967 adoptée par les instances internationales, répétées inlassablement, tel un mantra, mais qui n‘a jamais abouti. Ou, comme l’ancien Président Chirac l’avait fait en son temps avec Yasser Arafat, refuser et attendre une meilleure proposition. La réalité a démontré, la preuve par le sang, qu’une telle éventualité ne viendra pas. 

Désormais il existe une base de travail réelle et concrète pour de futures négociations. La proposition américaine diffère fondamentalement de toutes les autres initiatives car elle est à la fois en faveur de l’existence de deux Etats souverains mais elle prend acte de leur intrication et de leur interdépendance sur le plan économique, des ressources et de la sécurité. Elle incite à la mise en place d’un modèle de type confédéral entre Israël et la Palestine. Et les protagonistes n’auront pas trop des quatre années prévues par le plan, pour intégrer cette dimension et déjouer les pièges tendus par les extrémistes des deux camps, ceux qui ne veulent pas d’un Etat palestiniens comme ceux qui prônent la destruction d’Israël et le terrorisme.

La succession d’Abbas, la plus grande menace du processus de paix

L’AP, sous les auspices de Salam Fayyad, l’ancien premier ministre de Mahmoud Abbas, avait considérablement fait avancer les institutions palestiniennes posant les bases solides d’un futur Etat. Cependant, ses mesures drastiques de transparence, en particulier financière, lui ont valu l’inimitié des caciques du Fatah qui se sont vus limiter le pillage de l’aide international à des fins personnelles. Il a dû quitter ses fonctions. Depuis, le Raïs palestinien vieillissant et à l’état de santé précaire, initialement élu pour 5 ans, n’a pas proposé de projet politique ni organisé sa succession. Il incite aujourd’hui la population à se révolter contre le plan Trump. Cependant, la rue palestinienne ne le suit pas car elle aspire à la stabilité et à l’amélioration de son quotidien. 

Si rien n’est fait, une guerre de succession est à prévoir pour s’emparer du pouvoir avec toutes les surenchères possibles. Le prétendant le plus sérieux est le chef du service de renseignement palestinien, Majed Faraj qui a toujours été en lien avec les israéliens et les USA même lorsque les tensions étaient au plus haut. Ce qui lui a valu récemment d’être la victime d’une tentative d’assassinat.

Rien ne pourra plus être comme avant

Le 28 janvier 2020 marquera l’histoire de la région pour longtemps que ce plan réussisse ou qu’il soit un échec. En effet, les américains ont réussi à mobiliser autour de cette initiative les pays arabes « sunnites modérés », l’Egypte, les monarchies pétrolières, les EAU, le Bahreïn ou l’Arabie Saoudite, mais également le Qatar grand rival de ce dernier et bailleur de fond du Hamas à Gaza. La position européenne est également très intéressante à analyser. Il n’y a plus un front uni se retranchant derrière les lignes de 1967. La grande Bretagne de de Boris Johnson et les pays de l’Europe de l’Est, avec en première ligne la Pologne sont au diapason américain. 

Cette recomposition traduit bien la prise de conscience des grands bouleversements du Moyen-Orient et ses impacts internationaux avec la politique hégémonique de l’Iran shiite, à une faible encablure de l’arme atomique, et la nostalgie ottomane d’Erdogan qui menace les ressources en hydrocarbure de la méditerranée orientale. 

Le plan de la dernière chance pour les palestiniens

Dans cette nouvelle partition du concert des nations, Israël, la « Start up nation », tient un rôle clé. De par son économie dynamique, son innovation civile et militaire ou dans le domaine du renseignement, l’Etat Hébreu est devenu une superpuissance régionale et un allié précieux des pays occidentaux dans la lutte contre le terrorisme. En outre, son savoir-faire lui a permis de tisser des liens étroits avec ses anciens ennemis faisant face désormais aux mêmes dangers existentiels, la République islamique d’Iran et les groupes djihadistes. 

Ce qui n’est pas le cas des palestiniens qui ont refusé toutes les propositions des paix depuis le processus d’Oslo. Aussi, dans le contexte international, s’ils devaient par leur intransigeance et leur maque de discernement faire capoter le plan, ils perdraient leur crédibilité et les maigres soutiens dont ils disposent encore enterrant pour longtemps leur rêve d’un Etat palestinien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 30/01/2020 - 19:10
intégration, désintégration
Ces français musulmans sont ou étaient jusqu'à présent parfaitement intégrés à la société , mais pas assimilés , actuellement une partie d'entre eux se désintègrent, il est inutile d'essayer de les intégrer à nouveau, ils savent ce que c'est . Quant à assimiler ceux qui sont toujours intégrés , c'est difficile , sauf pour une très petite minorité, c'est difficile pour cause de culture ( englobant la religion donc ) dominatrice, Ce sont eux qui essaient de nous intégrer à cette dite culture .
Ganesha
- 30/01/2020 - 16:10
Cloette
Ce qui est amusant, c'est que vous proposez aux vaincus de s'intégrer dans la société des vainqueurs.
C'est exactement la solution que je propose pour les français musulmans.
Un certain nombre de palestiniens travaillent en territoire israélien.
Et nous, nous avons Cyril Hanouna tous les soirs à la télé.
clo-ette
- 30/01/2020 - 16:04
mauvais argument
c'est justement la Bible que les indigènes ont gardée .Ils en sont les derniers fidèles et ce sont eux qui passent le flambeau . Les "massacres "n'ont pas de rapport avec la religion, les missionnaires n'ont tué personne. Le motif ,c'est la conquête de la terre par les Portugais, par exemple pour le Brésil .