En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 34 min 10 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 1 heure 10 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 14 heures 32 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 16 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 19 heures 5 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 20 heures 13 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 20 heures 49 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 22 heures 18 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 22 heures 45 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 41 min 3 sec
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 1 heure 6 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 14 heures 59 sec
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 15 heures 39 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 18 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 19 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 20 heures 34 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 21 heures 38 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 22 heures 31 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 22 heures 55 min
© REUTERS/Toby Melville
Illustrations
© REUTERS/Toby Melville
Illustrations
Le point de vue de Dov Zerah

L’Europe face à une gueule de bois post Brexit

Publié le 28 janvier 2020
Avec Dov Zerah
Le Royaume-Uni sort de l'Europe ce vendredi 31 janvier 2020. Un départ que nous explique Dov Zerah. Le vice-président du Groupe "Que faire ?" présentera un nouveau papier tous les mardis sur Atlantico.
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Royaume-Uni sort de l'Europe ce vendredi 31 janvier 2020. Un départ que nous explique Dov Zerah. Le vice-président du Groupe "Que faire ?" présentera un nouveau papier tous les mardis sur Atlantico.
Avec Dov Zerah

Alea jacta est ! Le sort est jeté ! Ça y est, nous y sommes. Le Royaume-Uni quitte l’Europe le 31 Janvier prochain. Nous n’avons pas pour autant fini de discourir sur la séparation. Une fois le traité sur l’accord de retrait ratifié, il faudra négocier sur la relation future, et les sujets ne manquent pas :

En ce qui concerne les échanges commerciaux, la présidente de la Commission, Mme Ursula von der Leyden, souhaite un accord de libre-échange articulé autour de trois principes « zéro tarif, zéro quota, zéro dumping ». Cela reviendrait de facto à maintenir le statu quo.

Dans le même temps, le Royaume Uni a engagé des négociations commerciales avec chacun de ses partenaires, et il n’est pas exclu qu’il crée une forme de concurrence entre l’Europe et les États-Unis, pour obtenir des avantages.

L’accès des pêcheurs aux eaux territoriales, aussi bien des Européens dans les mers britanniques que des sujets de sa Majesté dans les eaux européennes. Eu égard l’historique sur ce délicat sujet, les discussions promettent d’être ardues.

En cette période dangereuse par la multiplication des conflits aux portes de l’Europe, la défense est un sujet essentiel car l’armée britannique est avec celle française la seule crédible en Europe.

Tant le développement de la criminalité financière que du terrorisme justifie de trouver les voies et moyens d’une véritable coopération policière et judiciaire entre le Royaume Uni et le bloc des Européens.

La situation des 3,6 millions de ressortissants européens outre-Manche. Á ce stade, il est difficile de savoir si ces personnes vont ou non bénéficier d’un statut spécifique par rapport aux autres étrangers. Même si elle n’est pas décisionnaire dans le processus législatif britannique, la Chambre des Lords n’a pas hésité, il y a une semaine à voter contre Boris JOHNSON sur un des aspects de ce sujet.

Boris JOHNSON veut aller vite et boucler tous les dossiers d’ici à la fin de l’année. Quoiqu’il en soit, nous allons mesurer, jour après jour, les effets collatéraux du BREXIT sur ces sujets et bien d’autres. Quoiqu’il se passe, Angela MERKEL n’a pas hésité à déclarer que l’Europe a maintenant un concurrent à ses portes. Á l’Union avec une forme d’émulation entre les États membres succède la désunion avec la concurrence.

S’ouvre une période difficile tant pour le Royaume-Uni que pour l’Europe.

Au-delà des conséquences du BREXIT, Boris JOHSON engage un programme d’économies budgétaires, envisage la remise en cause de nombreux projets d’investissements dont le projet de ligne à grande vitesse HS2 ; la défense et les affaires étrangères s’attendent à de nombreux sacrifices. Les autorités britanniques veulent trouver des marges de manœuvre pour les nouvelles priorités, la santé, la police ou le développement du Nord du pays pour lequel 100 Md£ d’investissements sont prévus.

Malgré les incertitudes du BREXIT et des réorientations budgétaires, propices à l’attentisme et au ralentissement économique, la croissance devrait, selon le FMI, atteindre 1,3 % en 2019 et 1,4 % en 2020. Pour le moment, nous sommes loin de la catastrophe annoncée par certains, mais il est encore trop tôt pour dresser un bilan du BREXIT.

De son côté, l’Europe est confrontée à un exercice difficile, le bouclage de ses perspectives budgétaires de 2021 à 2028. Avec le départ du Royaume-Uni, elle perd 9 % de ressources à un moment où les priorités de l’environnement et de la défense exigent des ressources supplémentaires. Les marchandages s’annoncent difficiles, car il faudra faire des choix douloureux !

Au-delà de ces contingences internes, L’Europe perd une partie de son influence alors que les conflits se multiplient à ses portes.

L’Iran. Depuis le retrait américain de l’accord sur le nucléaire, les Européens n’ont cessé d’aider les Iraniens, en mettant en place un mécanisme de troc pétrole contre marchandises, en n’hésitant pas à critiquer l’attaque américaine sur Quassem SOLEIMANI ou en essayant de favoriser le dialogue entre les parties. Et pourtant ! Le guide suprême, Ali KHAMENEI n’a pas hésité à dénoncer « la lâcheté » des Européens, ou à qualifier l’Allemagne, la France ou le Royaume Uni de « valets…qui servent les intérêts des États-Unis… »

La Lybie. Alors que les Britanniques, les Français et les Italiens sont responsables de la situation dans ce pays, ce sont les Russes et les Turcs ont, de leur propre chef et sans aucun mandat des Nations-Unies, envoyé des troupes sur place pour sauver un des deux camps. L’Allemagne, seule mais probablement avec la bénédiction des Russes et des Turcs, a lancé une initiative en organisant une conférence à Berlin. Bien évidemment, Londres, Paris et Rome se sont joints au mouvement…Mais, sauf à décider d’envoyer des troupes ensemble, l’Europe continuera d’apparaître divisée face à la détermination d’ERDOGAN et POUTINE.

Face aux États-Unis, à la Chine, à la Russie, à l’Iran et à la Turquie, il est grand temps que l’Europe, Royaume-Uni compris, prenne en charge son destin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nobobo
- 29/01/2020 - 23:52
@Gré
Dans votre commentaire vous oubliez un élément important. L'Angleterre a été le pays le plus colonisateur des siècles derniers. Ils ont imposé leurs migrants à beaucoup de régions dans le monde. Et maintenant, ils devraient rester une île et refuser les migrants. Quelle tartufferie! OUI PERFIDE ALBION.
Gré
- 29/01/2020 - 21:03
@ nobobo
Perfide Albion et trahison ! Rien que ça ? Vous vous trompez de siècle ... Quant à l'ineffable Merkel, qui "n’a pas hésité à déclarer que l’Europe a maintenant un concurrent à ses portes", qu'elle se regarde dans un miroir. Elle y verra une des responsables de cette triste fin. Il était clair que les Anglais n'accepteraient jamais sa décision unilatérale d'ouvrir toutes grandes les portes de l'UE et d'exiger la répartition des migrants. Qui a écrit "leur étonnement est sans bornes. Ils ont découvert que l'Angleterre était une île et qu'elle entendait le rester" ? C'est effectivement ce qui s'est passé.
JCA2012
- 29/01/2020 - 03:57
Brexit..
Les britons n'ont jamais été des européens... Ils sont anglo-saxons..d'abord. Oublions les...