En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

02.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

05.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 30 sec
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 1 heure 57 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 3 heures 23 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 4 heures 34 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 6 heures 26 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 20 heures 44 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 22 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 10 min 17 sec
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 2 heures 2 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 3 heures 51 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 4 heures 25 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 4 heures 45 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 5 heures 46 sec
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 5 heures 38 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 6 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 21 heures 30 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 23 heures 19 min
© VINCENT KESSLER / POOL / AFP
© VINCENT KESSLER / POOL / AFP
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

Publié le 26 janvier 2020
Paul-François Paoli publie "Aux sources du malaise identitaire français" aux éditions de L’Artilleur. Depuis la disparition du général de Gaulle, un spectre hante toujours plus la France : celui de l'identité. Les Français ne savent plus qui ils sont. Extrait 2/2.
Paul-François Paoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-François Paoli publie "Aux sources du malaise identitaire français" aux éditions de L’Artilleur. Depuis la disparition du général de Gaulle, un spectre hante toujours plus la France : celui de l'identité. Les Français ne savent plus qui ils sont. Extrait 2/2.

Les Français semblent avoir trouvé un moyen original de se débarrasser de l’héritage gaullien. Encenser de Gaulle voire l’idolâtrer pour mieux dissoudre ses fondamentaux. De toutes parts et de tous bords, ce n’est que gaullophilie. On a l’impression qu’un concours de gaullolâtrie s’est emparé de ce pays. La mode gaulliste a commencé avec Régis Debray et son À demain de Gaulle qui était d’ailleurs un bon livre, paru dans les années 90 (Gallimard). On ne parle jamais mieux d’une chose que lorsqu’elle vient à manquer disait Jacques Lacan. C’est si vrai pour de Gaulle. De Mélenchon à Marine Le Pen en passant par Macron chacun y va de son couplet. Les intellectuels ne sont pas en reste et même Catherine Clément, qui fut de toutes les modes marxistes et structuralistes découvre aujourd’hui celui qu’elle n’avait cessé de snober. C’est tout juste s’il n’a pas inventé l’antifascisme. Pauvre de Gaulle a-t-on envie de dire ! N’est-ce pas ceux qui le critiquent et l’attaquent qui le maintiennent en vie ?

Dans De Gaulle 1969, l’autre révolution (Perrin, 2019) Arnaud Teyssier, président de l’Institut Charles de Gaulle et auteur d’excellentes biographies, remet les pendules à l’heure. Son livre est fondamental pour comprendre pourquoi et comment on a enterré de Gaulle qui, d’une certaine manière, est le surmoi culpabilisant d’une France démoralisée. Les Français pardonneront-ils un jour le mépris de celui qui s’écrira : « Hélas pour la France les Francais sont médiocres ». Car non de Gaulle n’était pas un personnage sympathique. Il n’y a pas, n’en déplaise aux émules du vivre ensemble, de grand homme sympa. Les grands hommes, il faut s’y faire, ne sont pas gentils. Les Français n’ont pas autant aimé de Gaulle qu’ils le prétendent. Ils l’ont respecté, admiré et aussi haï, ce qui est logique puisque la haine est la mesure négative de l’amour.

L’amour posthume que la gauche porte à de Gaulle relève en outre ni plus ni moins d’une forme extravagante d’imposture. À cet égard le livre d’Arnaud Teyssier tombe bien. Hidalgo et Mélenchon seront sans doute ravis d’apprendre tout le respect et l’estime que le Général avait pour Franco qu’il ira visiter en 1969 et à qui il déclara que son règne avait été bénéfique pour l’Espagne. De quoi enrager nos antifa ! La droite de son côté sera heureuse de savoir le dédain que de Gaulle avait pour ces élites françaises qui cherchent depuis si longtemps la reconnaissance des puissants. L’Allemagne en 1940, L’URSS après-guerre, les États-Unis aujourd’hui. Non, décidemment les grands hommes ne sont pas faits pour être aimés. Ils échappent d’une certaine manière à la loi du pathétique humain. On mesure la décadence de ce pays aussi à son extraordinaire propension pour le pathos. Dès que nous avons fini de pleurer la mort de Johnny Halliday, le héros de Saint-Barth, nous voilà pleurant sur Jean d’Ormesson puis sur Charles Aznavour. « Les peuples n’ont de grands hommes que malgré eux » : cette formule de Nietzsche semble avoir été écrite pour Charles de Gaulle. Nous remettrons-nous jamais de ne plus être le centre du monde, sauf le temps d’un match de football, d’un défilé de mode ou d’une émeute ? La grandeur n’est pas un statut. Elle n’a pas de siège permanent à l’ONU. De Gaulle donc. Il est impossible de ne pas lui reconnaître l’essentiel même si on désapprouve son action ici ou là. Sa grande réussite aura été de parvenir à faire d’un pays vaincu et humilié une nation débout en 1945. Et d’avoir reconstruit des institutions qui ont duré jusqu’à nous. Sur ce plan de Gaulle est un indéniable génie politique. Son grand échec est bien sûr l’Algérie qui continue de peser sur nous, à travers une immigration et un ressentiment insupportable. Si de Gaulle était un catholique épris de justice qui méprisait l’argent il était anthropologiquement un homme de droite qui croyait aux hiérarchies et à l’autorité. Le gaullisme sentimental est la négation du gaullisme fondamental : ce qu’il fallait démontrer.

Extrait du livre de Paul-François Paoli, "Aux sources du malaise identitaire français", publié aux éditions de L’Artilleur

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 31/01/2020 - 13:26
Zemmour qui
dit beaucoup de conneries sur CNews cite bien 10 fois De Gaulle à chaque émission...Alors évidemment, quand on cause trop, la langue finit par fourcher et l'autre jour, il a admis que la haine de De Gaulle pour les américains venait du ....6 juin 1944.....Ben oui, jour maudit où les 10 000 morts d'Omaha Beach ( je dis morts car Schiappa a cherché mais n'a pas trouvé de mortes) rappellent la débâcle de 40 et la fin des illusions sur la grandeur française. D'ailleurs , hier Zemmour dialoguait avec Fedorovsky et a asséné qu'en gros , les américains n'étaient pour rien dans la défaite allemande: c'était uniquement l'armée rouge qui avait fait le boulot! Encore un effort et on donnera la parole au prof du fils de Raysky pour qui le débarquement fut un moyen pour les USA de conquérir l'europe....Au fond, l'Histoire est la plus grande des prostituées! Michelet et De Villiers peuvent dire des choses irréconciliables: c'est toujours 50 euros la passe ( prix sans engagement contractuel, demandez à Ganesha )
ajm
- 30/01/2020 - 18:00
Impossibilité d'un nouveau De Gaulle.
Beaucoup des Français d'aujourd'hui, souvent immatures et enfants gâtés, sans aucune référence historique, décérébrés et, de plus en plus, sans ascendance nationale ou attachement au " vieux pays", ne supporteraient plus et ne pourraient pas comprendre une personnalité comme De Gaulle. Et un De Gaulle serait effaré de la mentalité ambiante dans notre pays et se retirerait dans Colombey ou, probablement, s'exilerait très loin de la France.
OLYTTEUS
- 30/01/2020 - 17:28
De Gaulle
le héros est rarement un homme sympathique: il a pleine conscience de sa grande valeur,méprise souvent les petits, il trace sa route
déterminé à atteindre ses buts. De Gaulle incarne à merveille ce type de héros