En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

04.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

05.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 1 heure 33 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 2 heures 7 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 3 heures 4 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 5 heures 20 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 7 heures 35 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 9 heures 45 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 1 heure 52 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 2 heures 35 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 4 heures 7 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 7 heures 29 sec
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 8 heures 20 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 8 heures 44 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 9 heures 21 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 10 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 10 heures 44 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 11 heures 29 min
© AFP
© AFP
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

Publié le 25 janvier 2020
Guillaume Debré publie "Je twitte donc je suis, l’art de gouverner selon Donald Trump" aux éditions Fayard. Autoproclamé "l’Ernest Hemingway des 140 signes", ce président ne peut s’empêcher de pianoter sur son téléphone sécurisé. Guillaume Debré montre comment Donald Trump façonne, jour après jour, un nouvel art de gouverner. Extrait 1/2.
Guillaume Debré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Debré est correspondant de TF1 et LCI à Washington. Il a couvert la politique américaine pour CNN de 2000 à 2005. Il est l'auteur de "Obama, les secrets d'une victoire" (Fayard, 2008).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Debré publie "Je twitte donc je suis, l’art de gouverner selon Donald Trump" aux éditions Fayard. Autoproclamé "l’Ernest Hemingway des 140 signes", ce président ne peut s’empêcher de pianoter sur son téléphone sécurisé. Guillaume Debré montre comment Donald Trump façonne, jour après jour, un nouvel art de gouverner. Extrait 1/2.

Depuis qu’il s’est lancé à l’assaut de la Maison‑ Blanche, Trump n’a eu qu’une obsession : garder le contrôle de sa communication et ne jamais se laisser formater par les armées de conseillers et de spin-doctors qui entourent les hommes politiques américains. À bien des égards, il a réussi. Cela fera dire à son premier chief of staff (qui fut renvoyé au bout d’un an) : « Finalement, il a fait sa campagne, entouré de gens comme moi, qui lui disaient constamment : “Ne twittez pas ci, ne twittez pas ça.” Il a quand même twitté et il a gagné. Donc à propos de Twitter, je pense que les gens comme moi ont tort et que c’est lui qui a raison ! » 

Avant de se lancer dans l’arène électorale, Trump communiquait rarement sur ce réseau social. En 2010, il ne twitte que 142 fois. Ce chiffre passe à 3 531 en 2012, l’année de la réélection de Barack Obama. 

Cette année‑là, Trump prend la tête de ce qu’on appelle les « Birthers ». Ce mouvement informel et xénophobe accuse le président Obama d’avoir menti sur son état civil et de n’être pas né sur le sol amé‑ ricain, ce qui constitutionnellement l’aurait empêché de devenir président. 

Trump devient un opposant virtuel. Il nourrit le rêve de se présenter contre Obama, qui concourt à un deuxième mandat. Il comprend alors le pouvoir de mobilisation de Twitter. De 2013 à 2016, l’année de son élection présidentielle, il envoie pas moins de 21 426 tweets ! Depuis, la cadence ne s’est pas ralentie. 

Comme tous les accros, Trump a plusieurs fois juré qu’il allait arrêter. En avril 2016, en meeting dans le Rhode Island, le candidat fait une promesse, peut‑être sincère : « Vous savez, j’ai twitté aujourd’hui. Mais ne vous en faites pas, j’arrêterai quand je serai président. Nous ne twitterons plus. Je ne sais pas, c’est pas présidentiel ! » 

Une fois investi, le 20 janvier 2017, il ne se maîtrise qu’une petite heure, avant d’envoyer un premier tweet présidentiel ! Depuis qu’il occupe le bureau ovale, toutes les tentatives de sevrage ont échoué. Ses conseillers ont bien essayé de contrôler ses pulsions. En vain. Son chief of staff a d’abord tenté de lui confisquer son téléphone. Trump refuse. Il a recruté le Secret Service pour lui expliquer que la connexion avec le serveur Twitter n’est pas assez sécurisée. Nouvel échec. Il lui a même proposé de lui rédiger cinq ou six tweets par jour et de les lui soumettre pour calmer ses envies de s’exprimer. En vain. Ses conseillers sont allés jusqu’à enrôler Melania qui aurait exigé qu’il lâche son smart‑ phone : « Plus de tweets, compris ? » aurait‑elle lancé. Trump aurait alors répondu : « OK – enfin, pour quelques jours ! » 

Six mois après l’investiture, ses conseillers se rendent à l’évidence : ce président n’est pas du genre à se laisser dicter la marche à suivre. Las, ils abandonnent, et en juin 2017, la Maison‑Blanche annonce que les tweets du Président ont valeur de déclaration officielle.

Plus tard, Reince Priebus, le premier chief of staff de Trump, avouera : « J’ai eu beaucoup de discussions avec lui à ce sujet. J’ai eu plusieurs réunions dans sa résidence. Je n’ai jamais réussi à le faire arrêter. » 

Si ses tweets ont causé des insomnies à ses consei lers, ces derniers ont vite compris le gain politique qu’ils pouvaient tirer de ces bravades. Et qu’importe si la communication de Trump n’est pas présidentielle. Un tweet en chasse un autre, n’est‑ce pas ? Qui se souvient aujourd’hui du tweet que Trump posta le 4 juin 2014 ?

Peut-on destituer un président totalement incompétent ?

Donald Trump parlait évidemment de Barack Obama !… Un dernier pied de nez sur Twitter !

L’avatar du Président

Est‑ce vraiment Donald Trump qui twitte comme un maniaque ? La question a longtemps taraudé Washington. 

Interrogé à de multiples reprises sur le sujet, le porte‑parole de la Maison‑Blanche a pris à chaque fois un air offusqué : personne d’autre que Donald Trump ne peut parler (ou twitter) au nom du Président ! 

Plusieurs data‑journalistes ont mené l’enquête et ils ont largement corroboré la version officielle : dans la grande majorité des cas, c’est bien Donald Trump qui pianote furieusement sur son portable et appuie sur le bouton envoyer ! Mais le Président bénéficie parfois d’un petit coup de pouce. 

Pendant la campagne de 2016, un geek un peu malin s’était lancé dans une analyse très technique des tweets du candidat Trump. En créant un algorithme, il s’est rendu compte que tous les messages de Donald Trump ne provenaient pas du même téléphone : certains émanaient d’un téléphone équipé d’un système d’exploitation Android. D’autres d’un iPhone. À l’époque, Trump ne possédait qu’un Samsung Galaxy S3. 

Personne n’arrive pourtant à percer le mystère, d’autant plus qu’une fois élu, le Secret Service lui impose d’abandonner son Samsung pour le remplacer par deux iPhone ultra‑sécurisés ! Le premier, depuis lequel il passe ses coups de fil ; le second, sur lequel le Secret Service n’a téléchargé qu’une seule application : Twitter ! 

Quelques journalistes ne se découragent pas et, après plusieurs mois d’investigation, ils découvrent enfin que Trump n’est pas seul à rédiger les tweets présidentiels. Si certains le suspectaient depuis des mois, ils n’en ont obtenu la preuve qu’à la suite d’une erreur de manipulation. 

Le 4 octobre 2017, à 10 h 47, apparaît sur le compte officiel du Président @realDonaldTrump un message assez banal dans l’échelle trumpienne de l’outrance :

NBC News #FakeNews est encore plus malhonnête que CNN. Ils sont une honte pour le journalisme. Pas étonnant que leurs audiences soient en chute libre.

Ce message contenait tous les ingrédients d’un tweet présidentiel : l’intensité sémantique, le ton péremptoire ainsi que cette syntaxe fragmentée si chère à Trump. 

Le problème : une minute avant de poster ce tweet présidentiel, le même message apparaît sur le compte Twitter du directeur de la communication digitale de la Maison‑Blanche, Dan Scavino. Réalisant la méprise, le conseiller de Trump s’empresse de l’effacer. Trop tard : quelques petits malins ont repéré l’entourloupe.

C’est de cette manière que la vraie fonction de Scavino a été révélée. L’homme qui a la lourde responsabilité de valider la parole du Président, et parfois de la rédiger, est l’un des plus proches conseillers de Trump. Il est pourtant totalement inconnu du grand public. 

Ancien caddy de Trump, devenu gérant de son club de golf de New York, il est un fidèle parmi les fidèles. Sans aucune expérience politique, ce trentenaire bedonnant s’est enrôlé dans la campagne de 2016 pour servir son patron. Férocement loyal et totalement dévoué à son succès, il a souvent été vu aux côtés du candidat, un portable à la main. Les journalistes poli‑ tiques se sont longtemps demandé quel rôle il jouait vraiment dans la campagne présidentielle.

À la surprise générale, une fois élu, Trump propulse ce conseiller taciturne directeur de la communication sur les réseaux sociaux. Ce titre ne traduit pourtant pas son vrai rôle. À la Maison‑Blanche, Dan Scavino est l’avatar digital du Président, une sorte de « mini‑Trump ». Dans la West Wing, il est le seul à avoir autorité pour twitter au nom du Président ! Plusieurs fois par jour, Scavino envoie des vidéos et des articles à Trump. Son rôle est d’alimenter le Président en réflexions, en suggestions et en munitions pour s’assurer que la sulfateuse digitale est bien chargée. Dans l’administration Trump, Dan Scavino a tous les pouvoirs. Il décide, valide, et il envoie directement certains tweets signés Trump. Il les écrit parfois aussi. 

Dès l’arrivée de Trump au pouvoir, Scavino a constitué un petit groupe de geeks, des jeunes hyper‑connectés, aussi agiles techniquement que politiquement. Placés dans un bâtiment administratif adjacent à la Maison‑Blanche, ils constituent une équipe de communication à part, spécialisée dans les réseaux sociaux. Leur mission a longtemps été tenue secrète ou au moins volontairement très vague. Derrière leurs ordinateurs, cette bande de nerds très connectés élabore la parole présidentielle sur les réseaux sociaux. 

Très loin de l’image brouillonne que l’administration Trump a pu donner, cette équipe agit en suivant un protocole d’action clairement établi. Quand l’un d’eux estime que le Président doit twitter sur un sujet, il envoie des propositions à Scavino. Celui‑ci les rédige et les soumet au patron. Le Président choisit ensuite celle qu’il préfère et l’envoie de son portable. 

Ce n’est pas la première fois qu’un candidat ou un président met sur pied une équipe dédiée aux réseaux sociaux. Les tweets de Barack Obama, parce qu’ils avaient une valeur légale, devaient être validés par tellement de conseillers qu’il fallait plusieurs jours pour qu’ils soient postés. L’équipe Twitter de Mitt Romney, le candidat républicain à la présidentielle de 2012, était si large que vingt‑deux personnes différentes approuvaient au préalable la moindre publication. 

À la manière des plumes présidentielles qui rédigent les discours, Scavino s’est imprégné de la voix « digitale » du Président pour la reproduire à l’identique. Il a dupliqué à la perfection ses tics de langage, son style erratique et sa grammaire approximative. Pour assurer l’authenticité de ses messages, il remplit ses tweets d’expressions idiomatiques, de fragments de phrases et abuse des mots écrits en lettres capitales, agrémentés de cette succession de points d’exclamation dont raffole Trump. Il mime ainsi à la perfection la spontanéité éruptive du Président. 

Aux dires des conseillers de la Maison‑Blanche, ce petit génie du digital est le seul capable de flairer le bon mot ou l’insulte digne du patron. Mais surtout, il semble comprendre mieux que quiconque la dose de violence politique dont a besoin la base électorale du Président.

Extrait du livre de Guillaume Debré, "Je twitte donc je suis, l’art de gouverner selon Donald Trump", publié aux éditions Fayard 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires