En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 3 heures 45 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 5 heures 15 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 9 heures 9 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 10 heures 13 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 11 heures 16 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 3 heures 33 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 4 heures 33 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 6 heures 20 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 9 heures 40 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 10 heures 18 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 10 heures 48 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 11 heures 11 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 11 heures 55 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 12 heures 24 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 12 heures 58 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Pression

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

Publié le 24 janvier 2020
Le gouvernement et Emmanuel Macron font pression sur les entreprises pour que les salaires soient augmentés. Si l’augmentation générale fait rêver tous les salariés, est-ce que le gouvernement ne vend pas là un rêve inatteignable ?
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement et Emmanuel Macron font pression sur les entreprises pour que les salaires soient augmentés. Si l’augmentation générale fait rêver tous les salariés, est-ce que le gouvernement ne vend pas là un rêve inatteignable ?

Atlantico.fr : Le gouvernement a récemment demandé aux entreprises de faire en sorte d'augmenter les salaires de leurs employés. Une mesure vue comme apte à relancer la croissance.

Le gouvernement fait pression sur les entreprises pour l'augmentation des salaires. Pourtant il ne revient pas sur le gel du point d'indice de la fonction publique. Cette pression n'est-elle alors pas plus politique qu'économique ?

Mathieu Mucherie : Je crois qu'il y a une première remarque qui consisterait a noter que le gouvernement et le président élus en 2017 s'étaient présentés sous une étiquette libérale. C'était à la limite du libéralisme affiché, ce qui est assez rare en France. Emmanuel Macron était quelqu' un qui n'hésitait pas a dire qu'il venait du privé. Il parlait de réformes structurelles. Il adoptait une attitude pro-business et pro-marché.

Aujourd'hui le naturel mercantiliste revient au galop ! Tout comme la tentation réglementaire. Dans sa grande sagesse, le président explique maintenant au secteur privé qu'il doit augmenter les salaires qui manifestement, dans sa grande distraction capitaliste, n'est pas capable ou n'avait pas conscience que c'était nécessaire. C'est du niveau des Schtroumpfs ou des Shadoks... .

C'est la même chose quand on nous demande d'innover et d'investir... Comme si nous n'avions pas conscience de l'importance de l'innovation ! Il n'y a en fait pas plus anti-secteur privé que ce gouvernement et notamment Bruno Le Maire.  Ils sont tellement éloignés du monde réel. On aimerait bien les voir à l’œuvre.  En revanche la plupart des promesses de simplifications administratives, douanières, fiscales, réglementaires : là on les attend les toujours. Alors même que cela fait partie de la solution au problème. Tout sera fait pour mettre des bâtons dans les roues du secteur privé et de l'économie réelle.  

Cette injonction est un comportement déplacé du gouvernement qui n'est pas en mesure de donner des leçons. En revanche il devrait s'occuper du secteur public dont la mauvaise gestion rejaillit sur la compétitivité du secteur privé. Il donne depuis des années des leçons au secteur privé sans se soucier de sa mauvaise gestion de son propre périmètre. Et je ne vous parle pas de leur morgue.

L’Etat n'a-t-il pas d'autres moyens de relancer la croissance ? Pourquoi tant de bruit pour une mesure que beaucoup jugent inapplicable ?

Ce qui dépend du gouvernement c'est le salaire après impôts: mais là il faudrait faire de vrais efforts fiscaux. Même chose pour la simplification administrative: il faut y aller au laser mais pas dans la portion congrue!  Et ne parlons pas de l'importance de la restructuration de la dépense publique: en France la dépense publique représente 55% du PIB soit plus de 1110 milliards d'euros! Ce qui signifie que sous la barre des 20 milliards d'euros, un projet étatique n'a aucune incidence macro-économique ni aucune répercussion dans le portefeuille du contribuable ordinaire.  

Mais pour des raisons structurelles profondes et de grandes rigidités internes, le gouvernement refuse de s'y attaquer. Tout comme ce gouvernement se refuse à se libérer de son sur-moi germanique : se décorréler de l’Allemagne et de sa stratégie budgétaire, monétaire et stratégique. Il faudrait sortir totalement de ce cadre franco-allemand. L'Etat voudrait des résultats mais il s'est lié les mains et demeure piégé. Qu'il balaye devant sa porte avant de s'en prendre au privé.

Pourquoi tant de bruit? Parce que l'agence de communication qu'est devenu le gouvernement, plutôt qu'accompagner la hausse des salaires en faisant pression sur la BCE,  en baissant la pression fiscale et en encourageant les entreprises par le canal de la simplification administrative, préfère faire dans l'agitation médiatique sans lendemain en taxant les GAFA ou en interpellant le secteur privé sur la hausse des salaires. Le gouvernement a besoin de victoire : il sait qu'il risque de ne pas emporter Paris et il sait que l'impopularité du Président pourrait lui coûter sa réélection. D'où son raidissement sur la réforme des retraites et ainsi passer pour un courageux réformateur.

On répète souvent que la hausse des salaires entraînerait mécaniquement la hausse des prix et in fine l'achat de produits étrangers à plus faible valeur ajoutée, détruisant ainsi des emplois nationaux : une politique protectionniste et douanière serait-elle en mesure de casser ce cercle vicieux ?

C'est la courbe de Phillips et ça ne marche pas du tout! Les banquiers centraux comptaient et comptent encore dessus. Mais c'est faux depuis 40 ans! C'est la monnaie et pas les salaires qui font l'inflation. Ce sont les salaires qui s’adaptent à la monnaie et non l'inverse. Dans la moitié des pays de l'OCDE c'est le plein emploi, on y note même un légère de hausse des salaires de 3-4%, et pourtant il n'y a pas 4 points d’inflation. Et on ne relancera pas les salaires et les prix en taxant des produits chinois. Car cela fera baisser le pouvoir d'achat. 

Une autre solution passerait par la détente monétaire. Mais la la France n'a plus la main sur sa monnaie! C'est la BCE qui pourrait l'envisager et cette dernière ne s'y dirige pas. Et le gouvernement renonce à mettre la pression sur ce type d'institution monétaire.

C'est heureusement un gouvernement politiquement et idéologiquement trop médiocre pour tenter de remédier à cette situation par des mesures vraiment dangereuses ou risquées et qui ne va heureusement jamais au bout de ses opinions négatives. Il est composé de  trop de girouettes Dieu merci! Et comme il est incapable de créer les conditions nécessaire à une augmentation des gains de productivité, dont dépend la hausse des salaires, ou bien à la création d'un nouvel environnement monétaire: on ne peut avancer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 26/01/2020 - 12:22
evguenie S
jawohl herr Ober !

ok mais la natalité allemande c leur pb , non? et ils ne sont pas les seuls dans cette situation loin de là. (Italie, Espagne, Corée etc... )
et en plus Merkel en a profité pour "accueillir" 1,5 millions de migrants....
Quant à l' eur, il est fort grâce à l'Allemagne oui, mais génant pour la France. On ne peut pas reprocher à l'Allemagne de bien gérer ses affaires.
Mais après tout ,c notre pb, pas celui de l'Allemagne, c à nous de nous adapter. (l'Europe du Nord l'a fait , pourquoi pas la France?)

evgueniesokolof
- 26/01/2020 - 11:55
salamander
1.Excédent commercial allemand : 250MM réalisé grâce à la mise en exploitation du Lebensraum abandonné par les communistes= 3 millions d'emplois!
2Faible taux de chômage mais.....un nombre de naissances inférieur à la France depuis de nombreuses années 5MALGR2 15M hab de +) et un pourcentage de temps partiel plus élevé
3 Les réformes Harz ...
Ah et en prime....un euro fort (porté par l'excédent allemand) et qui abaisse le prix des importations et rend supportable la cata économique du pays gaulois gouverné par Fumistix et Guignolix !
Verstanden ?
salamander
- 25/01/2020 - 15:30
politique économique de type 1982?
no way !
pendant ce tps, Allemagne:
excédent budgétaire
dette 58% du PIB , en baisse...
chômage , moins de 4%
excédent commercial , 7% du PIB.

comment voulez-vous que ns soyons pris au sérieux???